Un sac sur le dos
Amandine

Combien de pays as-tu visités ? Une question qu’on me pose souvent et à laquelle je suis bien en peine de répondre. Après une intense réflexion et un comptage sur les doigts en suivant la chronologie de mes voyages autour du globe, ma réponse a généralement le don de décevoir mon interlocuteur·trice. « Ah, seulement ? » Eh oui, je suis une voyageuse récidiviste !

Voyages et attractions

Combien de fois suis-je partie en voyage ? Combien de pays ai-je visités ? Deux questions qui auront pour moi deux réponses complètement différentes. Je ne cours pas après les cachets dans le passeport (même si certains sont très jolis, comme ceux du Machu Picchu et du Cap Horn !). Je ne pratique pas une course contre la montre ni contre la carte des pays à gratter (reçue lors de mon emménagement dans mon premier appartement). Et je suis encore moins dans une dynamique de compétition face aux autres voyageurs.

Quel sens toutes ces courses pourraient-elles bien avoir ?

Lorsque je voyage, je réponds à un appel, une envie, un besoin parfois… Et, quelle que soit la raison, elle m’est toujours personnelle. Voyager pour une raison qui me serait extérieure aurait aussi peu de sens que de me mettre à respirer pour une autre personne.

Et lorsque François et moi choisissons nos destinations de voyages, nous sommes comme deux enfants devant la vitrine d’un marchand de pâtisseries. À laquelle allons-nous succomber ? Un singulier qui devient souvent rapidement pluriel. « On prend la belle rose là-bas ! Oh, et aussi la verte ici… Et la rouge, tu te souviens, on l’avait adorée la dernière fois ! » Et c’est ainsi qu’aux rêves et projets de voyages viennent toujours se mêler insidieusement, à notre liste d’envies de découvertes, des destinations où nous sommes déjà allé·e·s.

2012 : « Oui, c’est vrai, on est déjà allés au Pérou. Mais on n’en a vu que le Nord. »
2014 : « Oui, c’est vrai, on est déjà allés deux fois au Pérou, mais on n’a presque rien vu du centre du pays ! »
2016 : « Tiens, une super promotion pour aller au Japon. On n’y est encore jamais allés ! » (content·e·s de résister à notre attraction pour l’Amérique latine)
2017. « Oh, on retournerait bien au Japon ! Mais cette fois, ce n’est pas pareil, c’est à une autre saison et on y voyagera autrement. »
2017. « Encore le Japon ? Oui, mais c’est encore à une autre saison. Et c’est différent, on emmène tes parents. »
2018. « Jaaaaapooooon !!! »

Coup de cœur et récidive de voyage au Japon

Voyager sans justification

Plus nous voyageons, moins nous nous soucions de choisir comme destination un pays où nous ne sommes pas encore allé·e·s. Envie de retourner au Japon ? Et pourquoi pas ! Nous voyageons sans justification. Et si nous devions formuler un but à nos voyages, ce serait de se sentir vivant.

Vivant·e et donc entier·ère. Connecté·e. À soi, aux autres, au présent, au monde… et à nos envies.
Vivant·e et donc spontané·e. Pas coincé·e dans des carcans ou un mode de fonctionnement.
Vivant·e et donc libre.

Oui, nous nous apprêtons à partir pour notre 4e voyage au Japon. En Europe, on ne compte même plus les voyages en France, en Italie, en Allemagne ou en Espagne. Et oui, nous avons déjà été quatre fois en Amérique latine, dont deux fois lors de voyage au long cours. Nous y avons passé au total plus d’une année et sommes allé·e·s 3 fois au Pérou et au Chili, 2 fois en Argentine et en Bolivie, 1 fois en Équateur, au Paraguay, au Salvador, au Guatemala, au Belize (qui n’est pas vraiment latine du coup) et au Mexique

Pour l’instant !

Je dis bien pour l’instant, car nous sommes convaincu·e·s que nous retournons encore dans bon nombre de ces pays, car nous avons été profondément touché·e·s par ceux-ci, d’une façon ou d’une autre. Par une rencontre, une culture, des paysages, une chaleur humaine, une richesse archéologique, un sentiment de bienêtre et de justesse ressenti sur place… Et puis parce que nous avons encore de nombreux rêves et projets à réaliser !

Récidiviste = fautif ?

Le mot récidiver possède une dimension d’interdit. Comme si nous commettions une faute, encore. Retourner dans un pays où nous sommes déjà allé·e·s tiendrait du délit ? Peut-être aux yeux de certain·e·s, poussé·e·s par la tendance de notre société à devoir rentabiliser son temps. Et être rentable en voyage, c’est voir le maximum en un minimum de temps. Une logique qui s’applique au sein même d’un voyage, avec les organisations millimétrées de programmes surchargés. Et une logique que l’on retrouve aussi dans la façon de choisir ses voyages, ses destinations, ses fréquences et ses styles.

Et je comprends aussi cette façon de penser. Certaines personnes, très cartésiennes et réalistes, se rendent bien compte qu’elles ne vivront pas éternellement, et que décider de retourner dans un pays où elles sont déjà allées, c’est diminuer la probabilité d’aller dans un nouveau pays à découvrir. En soi, le raisonnement se tient…

Mais finalement, qu’est-ce qui importe le plus une fois l’heure du bilan arrivée ? Avoir un maximum de pays au compteur ? Ou s’être donné·e la possibilité de réaliser ses rêves, même si ceux-ci impliquaient de retourner là où on était déjà allé·e ?

Souvent récidivisme et lenteur vont de pair. On découvre lentement un pays, une région du monde, une culture, en un ou plusieurs voyages. On se lie davantage avec les personnes qui croisent notre route. On prend le temps de la rencontre, laissant le voyage respirer… et nous par la même occasion !

Voyageur·euse récidiviste, voyageur·euse amoureux·se

J’espère que cet article ne vous fera pas ressentir l’idée qu’il n’y a qu’une bonne façon de voyager ou d’être un bon·ne voyageur·euse. Si votre rêve est de poser les pieds dans un maximum de pays, alors foncez évidemment ! Personnellement, je laisse les records aux autres, préférant fonctionner à l’envie et laisser s’exprimer mes coups de cœur. Je voyage comme j’aime : passionnément !

Oui, je suis une voyageuse récidiviste. Et vous ?

Voyager comme on est amoureux : passionnément !
Si cet article fait écho chez vous à des envies ou des difficultés personnelles, n'hésitez pas à me contacter pour une demande de coaching. Psychologue de formation et coach de vie, je propose d\'accompagner les (futurs) voyageurs pour un bout de cheminement personnel, à travers un coaching personnalisé selon vos envies, besoins et objectifs.

Commentaires

  1. Tu es vraiment « cool » et tes reportages semblent nous faire saliver. Je m’inscris et j’ai dèjà hâte au prochain reportage. Amuse toi bien ;).

    • Merci beaucoup ! Je pense que c’est la première fois qu’on me complimente en me disant que je suis « cool » ! 😄
      Ravie que le blog vous plaise, tout comme le concept de la récidive en voyage… d’ailleurs, demain nous repartons pour une destination où nous sommes déjà allés quelques fois ces dernières années !
      Au plaisir d’échanger encore dans de futurs commentaires 🙂

  2. Oh comme ton article me parle !! Je suis moi-même une voyageuse récidiviste parce que je voyage 9 fois sur 10 en Italie et c’est un choix. On me demande souvent pourquoi je ne vais pas ailleurs, on m’affirme que je perds du temps puisque j’ai déjà tout vu (et pourtant, j’ai encore tellement à avoir dans ce magnifique pays !), que j’aurais pu voir tellement d’autres lieux dans le monde, que je ne suis pas une vraie voyageuse puisque je connais l’Italie par cœur et que je vais souvent aux mêmes endroits, etc. La seule réponse que j’ai est que je vais là où j’ai envie et il s’avère que c’est l’Italie. Je ne fais de course avec personne, ma seule course est celle de réussir à visiter toutes les régions italiennes au moins une fois (il m’en reste 4) et ensuite de recommencer mes visites encore et encore à l’infini. Je n’ai jamais regretté ce choix de l’Italie, au contraire, et ça me va très bien comme ça 🙂

    • Merci Arzu pour ton commentaire, ravie de lire que mon article te parle 🙂
      9 fois sur 10 en Italie ? Ce n’est plus un coup de coeur, c’est une addiction ! 😉 😀
      Je te souhaite encore de belles découvertes en Italie, un pays qu’on aime beaucoup et qu’on connait beaucoup trop peu à notre gout… on y retournera !

  3. Je suis récidiviste ! Au début, je me disais « dommage de visiter plusieurs fois le même endroit », mais finalement, assez rapidement je me dis ce n’est pas grave, il y a des endroits que j’aime tant que je pourrais y aller chaque année !

    C’est vrai que c’est plus facile pour les endroits proches comme en France. Je serai ravie de retourner à Saint-Malo en 2019 pour la 4e fois : je suis amoureuse de cette ville, je m’y sens si bien que franchement ça ne me dérange pas.
    Et puis il y a les pays où l’on retourne, mais qui sont tellement bien et tellement grands, avec plusieurs régions à visiter, qu’on n’en a jamais fait le tour. Je retourne à Naples en septembre et cette fois-ci, j’irai à Ischia et Procida que je n’avais pas eu l’occasion de voir en 2017.

    Et que dire de ma passion pour le Brésil ? Je suis déjà prête pour un 3e voyage là-bas ! Ce pays que j’aime tant ! À chaque fois c’était des voyages différents et pas pour la même durée de voyage, mais avec une seule ville commune : Rio de Janeiro. Parfois certains me disent « Ah, mais tu vas encore au Brésil ? ». Ce « encore » m’exaspère franchement ! C’est comme les USA
    : franchement des pays aussi grands et riches en diversité… Le Brésil c’est 15 fois la France ! Comment dire « encore » ? Ce n’est pas en 2 semaines qu’on peut en voir 1/10e.

    Bref, moi non plus je ne fais pas la course aux tampons sur mon passeport !

    • Merci Tania pour ton message et partage d’expérience de voyageuse.
      C’est vrai que la récidive est d’autant plus facile que la région coup de coeur est proche de nous, comme en France, ou que la destination est vaste, comme les USA ou le Brésil. C’est un peu la même chose pour nous avec le Japon. On ne dirait pas forcément comme cela en regardant une carte, mais c’est aussi un grand pays et surtout un pays si riche, avec plein de choses à découvrir tant au niveau des paysages que de l’histoire et de la culture… Bref, on n’en aura jamais fait le tour ! 🙂

      Je te souhaite encore de beaux voyages à Saint-Malo, en Italie et au Brésil !

  4. Je serais récidiviste pour la première fois dans 1 mois : je retourne en Colombie…
    et j’ai déjà eu le droit à : « Encore ? Mais tu y as déjà été une fois ! » 😂

    Par contre, je m’interroge et donc j’ai peur d’avoir trop idéalisé ce pays (1 an et demi entre les deux visites) et donc d’être un peu déçue une fois de retour là-bas… Ça t’est déjà arrivé ?

    • Génial Agathe ! La Colombie, c’est un des pays qui nous attire le plus depuis des années… et où les hasards de la vie ont fait que nous n’y sommes toujours pas allés… Mais on sait qu’on ira dans les années à venir, c’est sûr !

      Pour répondre à ta question, ta situation me fait un peu penser à notre retour au Pérou plusieurs années après notre premier voyage là-bas. Et à notre arrivée à l’aéroport, nous avons tous les deux directement eu cette sensation d’être de retour à la maison (où à une maison on devrait dire !). Se sentir bien, retrouver ses marques, ce qui nous avait plu la première fois… avec le plaisir de continuer à découvrir plein de nouveaux lieux 🙂

      J’ai aussi eu un « grand retour » au Canada, presque 10 ans après le premier voyage là-bas, et ça a été fort chargé en émotions pour moi (j’en parle plus ici), mais que des bonnes 😉 De la nostalgie heureuse 🙂

      Et puis nos retour au Japon, avec des mois d’écart à chaque fois (un peu plus d’un an pour le 1er retour), et aussi ce plaisir à retrouver ce qui nous avait tellement plu. Donc non, pour nous, jamais de déception au retour… en tout cas pour l’instant 😉

      Beau voyage à toi en Colombie !

  5. Oh oui ! Aller dans une région, un pays, se laisser séduire, y retourner, se laisser envouter, y revenir encore pour mieux se laisser imprégner de la magie des lieux … Il est des endroits sur cette Terre qui me font cet effet-là : l’Irlande et Porquerolles notamment, deux iles tellement dissemblables pourtant.
    Et puis, il y a d’autres lieux que j’ai aimé voir, qui m’ont émerveillée même, mais qui ne me « rappellent » pas, sans que je puisse expliquer pourquoi. D’ailleurs, une attirance se vit, ne s’explique pas.
    Et pour donner tout son sens au voyage, le mieux est de laisser simplement parler son coeur, comme vous l’expliquez si bien.
    À quoi peut bien servir de parcourir le monde, si on ne le fait pas passionnément ?

    Et c’est d’ailleurs cette passion qui transparait dans la plupart de vos articles qui m’a attirée (et retenue) sur votre blog 😉
    Continuez à vibrer longtemps encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.