Voyager en tant que femme : en pratique ! (partie 2)

Voyager en tant que femme ? Un sujet sur lequel j’ai commencé à vous parler, d’abord en abordant la question de fond derrière le voyage au féminin avec un point de vue sociétal, et ensuite en répondant à vos questions sur la contraception et les menstruations dans un premier volet d’informations pratiques. Dans cette seconde partie, j’aborderai tous les autres thèmes que vous m’avez réclamés : quelle méthode choisir pour s’épiler en voyage ? Comment choisir son soutien-gorge ? Comment gérer l’hygiène, la santé et la beauté sur les routes ?

Comme toujours, j’aborderai ces questions en me basant d’abord sur mon expérience personnelle, mais également sur les retours d’autres voyageuses et ceux des revues scientifiques. Et si jamais votre question est restée sans réponse après ces deux articles spéciaux « voyager au féminin », n’hésitez pas à la poser dans les commentaires, j’y répondrai avec plaisir !

Voyageuse et épilation

Sujet épineux (si l’on peut dire !). J’ai à peu près tout essayé… Depuis le rasoir, la cire, la crème dépilatoire, la pince à épiler jusqu’à l’épilateur électrique et, disons-le, le laissez-allez au naturel. Chacune de ces solutions a ses avantages et désavantages, et pour le moment, j’oscille plutôt entre les deux dernières solutions.

Personnellement, j’ai choisi le Braun Silk-épil 7, et a voir les commentaires sur les groupes de voyageuses, je pense que je ne suis pas la seule à m’être décidée pour ce modèle. Il a l’avantage d’être assez petit, compact et sans fil. Il doit être d’abord chargé puis ne peut être utilisé que s’il n’est plus branché, et, étant waterproof, il peut même être utilisé sous la douche. N’hésitez pas à comparer les modèles pour trouver celui qui vous convient le mieux.

Ici aussi, le mieux est de partir de votre mode de fonctionnement habituel et de vous poser les questions : en suis-je satisfaite, quelles pourraient en être les limites en voyage ? À priori, il n’y a pas de mauvaise réponse !

Et, même si personnellement je n’ai jamais tenté l’expérience, il y a également toujours la possibilité d’aller dans un institut de beauté local, voire de tenter l’épilation définitive au laser.

Ne pas s’épiler en voyage

L’épilation est lui aussi un sujet de polémique : vous trouverez beaucoup d’articles qui vous expliquent, d’une part, les effets négatifs sur la santé et, d’autre part, les implications de l’épilation dans l’image de la femme et sa liberté. Si vous voulez creuser ce sujet, je vous invite à lire cet article, qui détaille bien cela, et à regarder cette vidéo de Marinette : « Des poils et des femmes ».

Voyageuse et soutien-gorge

Quel soutien emporter pour voyager ? Une question que je ne me suis que vaguement posée lors de mon premier voyage au long cours, ma garde-robe de l’époque étant très limitée !

Quel modèle de soutien-gorge pour voyager ?

Choisissez un modèle dans lequel vous vous sentez bien, c’est le plus important ! Vous pouvez emporter, à côté de vos soutiens classiques, un soutien-gorge de sport pour les activités un peu plus mouvementées (équitation, vélo tout terrain, boxe thaïe…). Évitez de partir avec votre soutien-gorge préféré si vous avez peur de l’abimer : sur le voyage au long cours, avec le passage dans les salons-lavoirs locaux, il risque de revenir avec des couleurs et une forme qui prouveront qu’il a vu du pays !

Au-delà de l’aspect confort du modèle, vous pouvez également être attentive aux matières de votre soutien : certaines matières seront plus irritantes, ou réagiront moins bien face à la transpiration.

Porter ou ne pas porter de soutien-gorge ?

Peut-être êtes-vous passés à côté de cette polémique, mais il existe beaucoup d’articles sur ce sujet (comme celui-ci) : porter un soutien-gorge serait mauvais pour la santé. Non seulement cela favorise l’apparition de kystes, mais aussi du cancer du sein. Ne pas en porter, à l’inverse, est bon pour le tonus de la poitrine et pour le dos, contrairement aux idées reçues.

Après, une femme (et une poitrine) n’est pas l’autre : certaines seront gênées sans soutien-gorge, même avec une petite poitrine. Personnellement, j’ai testé l’expérience lors de notre dernier voyage au long cours : je suis tombée sur un de ces articles contre les soutiens-gorge alors que nous étions sur les routes depuis un mois, et je me suis dit que c’était un bon moment pour faire le test et arrêter d’en porter. Je m’étais fixé le délai d’un mois pour faire un réel test, dépasser la gêne psychologique due à l’absence de soutien (cette sensation d’être nue sans lui) et physique (dans les mouvements du quotidien, mais aussi les sensations de douleurs et de lourdeur). J’ai dû m’accrocher, car les débuts n’étaient pas évidents, mais une fois passé un certain cap, porter un soutien-gorge ne me semblait plus naturel : j’avais l’impression d’être revenue à l’époque du corset, d’être coincée de partout, limitée dans mon corps et ma liberté. À présent, je n’en mets jamais quand je reste chez moi ou quand je voyage, mais j’en porte de temps en temps quand j’en ressens le besoin ou l’envie : par rapport à une situation ou, souvent, par rapport aux vêtements que je souhaite porter, tous les vêtements ne s’adaptant pas forcément à la poitrine sans soutien-gorge, surtout si on ne souhaite pas attirer les regards. Mais après, cette gestion du regard et du corps est profondément marquée culturellement parlant : dans certaines régions du monde, voir des femmes sans soutien-gorge est courant, n’attire pas les regards et ne semble choquer personne. Cela fait plaisir !

Thaïlande, Asie, voyage,
Souvenirs bleus de Thaïlande

Voyageuse, hygiène et beauté

Si c’est vrai que souvent, en voyage, l’hygiène n’atteint pas le même degré de réalisation et d’importance que dans la vie sédentaire, cela ne veut pas dire pour autant que l’on devient négligée et pouilleuse une fois que l’on revêt son sac à dos !

Je n’avais pas l’intention de vous parler de ce sujet, ne pensant pas avoir de conseils particuliers à vous partager… Mais voici quelques petits conseils qui parleront peut-être aux voyageuses moins expérimentées.

Hygiène et santé

Côté hygiène : glissez dans votre sac du gel ou des lingettes désinfectants, pour vous nettoyer les mains avant de manger.

Côté pratique : il existe des shampoings solides qui, en plus d’être très efficaces, ne risquent pas d’éclater ni de couler dans le sac et qui prennent moins de place. Gagnant sur tous les tableaux ! J’en ai déjà testé plusieurs, en variant les marques et les styles, dont ces deux-ci : Fleur de Shampoing pulpe de cédrat et Shampoing solide pour cheveux normaux à l’argile jaune. Il existe également des dentifrices solides et même des déodorants solides !

Côté écolo : il existe des savons (et shampoings, dentifrices, déodorants…) solides faits à partir de composants naturels, sans produits chimiques toxiques tant pour vous que pour l’environnement. Un geste facile à adopter et particulièrement important dans les régions reculées du monde où vous ferez du camping et où vous eaux usées seront directement reversées dans la nature.

Et pour ceux qui aiment mettre la main à la pâte, il est possible également de se créer des produits de soin soi-même, que ce soit le shampoing, la crème hydratante ou même encore le déodorant. Vous trouverez plusieurs idées de recettes sur le site de Générations Cobayes.

Beauté et maquillage

Sur ce point, je suis sans doute la plus mauvaise personne pour vous donner des conseils, car je ne me maquille jamais, ni en voyage ni dans la vie quotidienne. Un choix que j’ai fait petit à petit, déjà parce que, à la base, je ne suis pas douée pour me maquiller (ça n’aide pas !), ensuite parce que ça prend du temps et coute de l’argent (et que ce n’est pas une priorité pour moi), aussi parce que les maquillages sont souvent testés et fabriqués dans des conditions peu éthiques, et finalement surtout parce que beaucoup d’études prouvent que le maquillage n’est pas bon pour la santé.

Après, pour les deux derniers points, il est tout à fait possible de trouver des produits éthiques et bio (et zéro déchet, tant qu’à faire !). N’hésitez pas à chercher plus d’informations sur le sujet si vous aimez vous maquiller au quotidien.

Je ne suis pas contre le maquillage en soi : chacun fait ce qu’il veut de son corps ! Mais posez-vous la question de si vous désirez vraiment vous maquiller. Réappropriez-vous ce choix, plutôt que de le prendre comme un automatisme ou une pression de la société. Faites le test de temps à autre de sortir sans vous maquiller : pour certaines femmes, la sensation d’être nue sera tout aussi forte que lorsqu’elles testent une journée sans soutien-gorge (allez-y progressivement et ne testez peut-être pas tout en même temps !).

Par contre, si je ne me maquille pas, depuis quelques années, j’emporte toujours avec moi une crème hydratante, soit globale, soit pour les mains et/ou pour le visage. J’aime particulièrement celles à base d’argan, comme celle-ci pour le visage et celle-là pour les mains. Je reparlerai du sujet de l’hydratation de la peau dans un futur article dédié aux conseils pour voyager dans le froid.

Crème solaire

J’ai hésité avant d’en parler ici, car la crème solaire ne concerne pas plus les femmes que les hommes… mais tant qu’à parler santé en voyage et bonnes pratiques, autant continuer sur ma lancée ! Pour ceux qui ne le savent pas, petits rappels rapides :

  1. le soleil en trop grande quantité, c’est dangereux (cancer de la peau et autres joyeusetés),
  2. les crèmes solaires traditionnelles sont composées de substances mauvaises pour nous, entre autres des perturbateurs endocriniens et substances cancérigènes,
  3. et c’est aussi mauvais pour la planète : des tonnes de résidus de crèmes solaires finissent au fond de l’eau, avec des effets catastrophiques, entre autres, sur les coraux.

Alors, si se protéger du soleil reste un geste important, quelles sont les alternatives ? Il en existe deux : passer au bio ou au « Do It Yourself » (faire soi-même sa crème solaire).

Il existe des crèmes solaires bio et éthiques, comme l’explique ce comparatif entre crèmes solaires classique versus bio. Claire (blogueuse de The Green geekette) tire les mêmes conclusions : tout aussi efficace, et surtout n’est ni mauvais pour notre santé ni pour l’environnement, mais texture plus grasse et difficile à appliquer… et un prix plus élevé. Mais, comme souvent, mieux vaut mettre quelques euros de plus pour un produit de qualité et sain ! Attention toutefois, même certains produits labilités bio utilisent des substances nocives, comme le dioxyde de titane et les nanoparticules.

Voici quelques suggestions de marques de crèmes solaires bio : EQUV BIOPhyt’sLaveraGamardeBiosolis. Quelques idées aussi de crèmes solaires bios au format visage : le gel visage transparent de UV BIO ou la crème visage peaux sensibles de Biosolis. Et, bien sûr, il en existe aussi pour les enfants, comme celle de Lovea. N’hésitez pas également à prolonger la démarche jusque dans l’après-soleil, par exemple avec celui de Lovea.

À côté des crèmes solaires bios, il y a aussi la possibilité de créer soi-même sa crème… et ce n’est pas si difficile à faire : il suffit de se procurer tous les ingrédients et de suivre la recette. Il existe bien sûr plusieurs recettes possibles, je vous conseille d’aller voir celles proposées par Emma de Planetaddict et Générations Cobayes.

Voyageuses : encore d’autres questions ?

J’espère que ce partage d’expériences pourra vous aider à trouver les solutions qui vous conviennent. N’hésitez jamais à tester différentes options, en vous y prenant plusieurs mois avant le départ, ni à consulter votre médecin pour avoir un avis médical. Mieux vaut partir l’esprit serein et évacuer les petits doutes qui s’installent dans votre esprit. Être zen en voyage, cela commence par un départ bien préparé !

Si vous avez encore des questions ou d’autres conseils à partager, les commentaires n’attendent que vous !

voyage, voyageuse
Ivresse du voyage

Auteur: Amandine

Voyageuse passionnée, Amandine part découvrir le monde accompagnée de François, l'esprit et les yeux grands ouverts ! Elle est également psychologue et coach de vie, proposant à ceux qui le souhaitent de les accompagner dans leur projet personnel et leur cheminement vers l'épanouissement (voir page "qui sommes-nous" et contact).

8 commentaires

  1. Ah nan l’épilation ça me perturbe, les autres font ce qu’elles veulent (c’est la liberté hein) mais moi faut que je les enlève les poils 😀 je peux faire une fixette sur un petit centimètre oublié ! Chacun ses problèmes mdr
    Par contre les soutien gorge l’avantage d’avoir ma corpulence c’est que quand on n’en porte pas, ça se voit pas 🙂
    Et pour la crème solaire, tu m’as appris quelques trucs, donc je vais me pencher sur la question ! Merci 🙂

    Répondre
    • Merci Stéphanie pour ton commentaire et ton retour d’expérience de voyageuse 🙂

      Ahah, les poils, c’est un sujet qui ne laisse jamais indifférent ! 😉 Le plus important, c’est de se sentir bien dans son corps et dans sa tête, et d’agir pour être le plus en harmonie avec soi, ses valeurs, ses idées… et éviter les « perturbations » 😉 Je peux comprendre que les poils te perturbent, perso je suis un peu en train d’y travailler, sur ma conception de la pilosité (en général, et selon le sexe) : pourquoi est-ce beau/normal sur un homme et pas une femme ? Grand question de petite fille qui trouvais (et trouve toujours) les pratiques de beauté féminine trop cruelles !

      La crème solaire, cela fait quelques années que je me suis intéressée à la question, mais j’avoue que je n’ai pas encore sauter le pas de faire ma crème moi-même, même si cela fait des années que j’ai enregistré les liens avec des recettes… un jour ! 😉
      Mais la démarche générale de se renseigner sur les produits bons et ceux néfastes pour notre santé au quotidien, ça j’y suis de plus en plus attachée 🙂

      Répondre
  2. Nous sommes en voyage depuis deux mois et ma plus grande difficulté avant le départ fut de trouver un soutien-gorge qui allie maintien et look féminin. J’ai écumé tous les sites et boutiques possibles et finalement je suis tombée sur le modèle Siren Bra en laine de merinos de chez Icebreaker. Il est tout simplement top : il ne me gêne pas, peut se porter plusieurs jours grâce à la laine de merinos et il sèche très vite ! Et en plus il est très féminin !

    Je suis toutefois de ton avis pour le port du soutien-gorge : je n’en porte pas tout le temps même en voyage et dès que je peux m’en débarrasser, je suis ravie !

    Répondre
    • Bonjour Marion, merci beaucoup pour ton message et ton retour d’expérience. J’avais regardé, avant de partir pour notre second voyage au long cours, le soutien-gorge chez Icebreaker, sans être passée à l’action : je suis contente d’avoir ton retour dessus !

      Répondre
  3. Merci Amandine pour cet excellente deuxième partie pour nous les nanas qui sommes parfois bien ennuyées en voyage pour gérer notre époustouflante beauté naturelle (héhé 🙂 )

    Les centres de beauté / coiffure / esthétisme locaux c’est une bonne idée, en plus ce sera beaucoup moins cher. Je me suis fait faireune couleur en Bolivie, je me rappelle, ils faisaient les cheveux mèche par mèche, avec ce truc en caoutchouc qui ressemble à un bonnet de piscine de bain (bonjour le glamour ^^) et qui avait plein de trous, pour les mèches justement. J’en suis ressortie ravie, sans cheveux roses ni coupe de punkette ;)) Le tout pour un prix ridicule…

    Les poils, bah laisser aller, parfois, je le fais aussi, et comme je suis blonde j’avoue que c’est plus facile parce que ça se voit beaucoup moins que pour les brunes… Chez toi aussi ça ne doit pas vraiment se voir ? 🙂

    C’est vrai que l’épilation définitive, j’y réfléchis de plus en plus, mais cela a un coût…

    Le soutif c’est pour moi celui en coton, basique, qui me permet de faire ce que je veux et qui ne gratte ni ne m’embête pas trop. Celles qui ont une petite poitrine sont ici avantagées : elles peuvent se permettre de ne pas en porter. Moi quand ça balance à droite à gauche, j’aime pas trop ça (oui je suis assez descriptive : mon côté écrivain ^^’’’’’’)

    En tout cas, c’est plaisant d’avoir ton retour d’expérience là-dessus et tu me donnes envie d’essayer parce que je vois bien que toi tu t’es sentie mieux ensuite, même si les premiers jours n’ont pas été faciles… À voir !

    Génial pour tes références de shampoings et autres produits solides, merci de tous tes tuyaux ^^ Je suis aussi tentée par m’en créer moi-même, j’étudie la question avant de repartir sur les routes d’ici 3 mois…

    Haha ! Le maquillage ! Moi non plus ce n’est pas vraiment mon truc… Parfois un peu les yeux mais franchement, ça me gave, et en plus, je suis du même avis que toi pour les tests ainsi que pour la nuisance pour notre santé. Je suppose aussi qu’avec l’âge, certaines s’en fichent un peu… Parce qu’elles savent que la beauté réelle n’émane jamais du superficiel. En tout cas c’est ma façon de voir les choses.

    Pour les crèmes solaires, là aussi rien de tel que le DIY.

    Bref, voilà mes petites réflexions pour alimenter ton article, et peut-être donner envie à d’autres de raconter leur propre expérience à leur tour ?

    Merci Amandine 🙂

    Répondre
    • Merci AnnaJo, ravie que la deuxième partie de ce volet spécial voyage au féminin te plaise également 🙂

      Je ne me suis pas (encore) lancée dans l’aventure de créer moi-même mes produits beauté/santé, mais j’aime voir que c’est possible, sain… et pas si compliqué ! Là je suis en pleine démarche de recherche d’info et solutions pour des alternatives écolo et santé, mais un jour je passerai peut-être le cap DIY 😉

      Répondre
  4. Salut Amandine,

    Sympa cet article qui donne dans le glamour (enfin pas à chaque ligne 😉 )
    Effectivement, chaque femme place son niveau d’exigence à un niveau différent. Pour moi, l’épilation, je peux tenir sans pendant quelques temps, mais le stade yéti me reste tout de même dur à supporter l’été (l’hiver, sans problème 😀 )

    Le soutif : je fais parfois sans à la maison, mais en public, sauf tenue qui l’exige (dos nu), j’évite. Et puis, depuis que bébé est passé par là, j’ai un peu plus besoin de soutien qu’à 20 ans… (classe hein ?!)

    le maquillage : je fais déjà léger la semaine, et au naturel le week end. En voyage, je me contente généralement d’un mascara et d’un peu de poudre visage. Pour me démaquiller, j’utilise un lapiglove. C’est un gant de démaquillage qui s’utilise juste avec de l’eau et qu’on nettoie ensuite au savon. Comme ça, je n’utilise plus de cotons, tellement gourmands en eau pour leur culture et qui font beaucoup de déchets. Et j’économise même le démaquillant (je suis allergique à beaucoup d’entre eux). Et c’est plus léger en voyage.

    Pour la crème solaire, j’avoue ne pas encore avoir testé les marque bio, mais avant j’utilisait le site Notéo (qui n’existe malheureusement plus) et qui donnait une note santé à un grand nombre de produits. Une des mieux notées était la crème solaire enfant Cien de chez Lidl, qui battait à plate couture les Aven, Clarens et autre grandes marques hors de prix.

    Merci pour cet article très intéressant.
    Bises et à bientôt

    Répondre
    • Salut Charlotte, merci pour ton commentaire et le partage de ton expérience de voyageuse !
      J’aime qu’on puisse parler sans tabou et sans jugement de ces sujets qui restent encore si difficiles à aborder librement : merci d’avoir joué le jeu 🙂
      Et merci pour ton complément d’info concernant le maquillage : comme je ne me maquille jamais, c’est difficile pour moi de donner des conseils et retours d’expérience à ce sujet !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest