Notre voyage d’un mois au Sri Lanka a été une expérience très particulière. Sans doute parce que nous n’avons pas l’habitude de voyager en Asie. Sûrement aussi parce que c’est un pays encore peu touristique. Et sans doute également parce que je suis une femme…

Retour sur mes expériences, bonnes comme mauvaises, et mon vécu de voyageuse au Sri Lanka.

Sri Lanka, notre second voyage en Asie

Si j’ai déjà quelques belles expériences de voyages derrière moi, je suis encore novice sur le continent asiatique. Le Cambodge était mon grand baptême, et me voici un an plus tard, au Sri Lanka. Sans doute pas un des premiers pays que l’on visite en Asie, mais nous suivons rarement un plan établi de nos pérégrinations à travers le monde, et une opportunité s’est offerte à nous suite au Trophée que nous avons remporté au Salon des Blogueurs Voyage.

Sri Lanka, Asie, voyage, randonnée, Terdav
Cueilleuse de thé dans des plantations du Sri Lanka

Premières impressions

Le Sri Lanka nous accueille avec une chaleur humide étouffante, une écriture indéchiffrable et une langue inconnue. Dépaysement assuré ! Nous tentons de prendre nos marques et de trouver des repères dans ce pays dont nous ignorons tout ou presque. Nous nous amusons de certains détails, attendus et inattendus, du paysage srilankais :

  • On roule à gauche.
  • La circulation routière est infernale.
  • Il fait chaud et lourd !
  • Tous les hommes portent des chemises et certains portent une jupe à carreaux (le sarong, à ne pas confondre avec le kilt !)
  • Beaucoup de femmes portent le sari et certaines sont voilées.
  • Beaucoup de personnes marchent pieds nus.
  • Tous les enfants nous regardent avec curiosité.
  • Il y a des écureuils partout.
  • Tous (vraiment tous) leurs plats piquent.
  • Il fait (vraiment) très chaud, avec un taux d’humidité constamment supérieur à 80 %.
  • Leurs trains paraissent sortis d’un autre siècle.
  • Les gens hochent tous bizarrement la tête, que ce soit pour dire oui, non ou peut-être !

Mais au-delà de ces petites impressions, le contact humain est l’une des choses les plus importantes à mes yeux, la couleur principale qui déterminera la teinte et le ton de ma toile. Et ce contact ne fut pas toujours facile…

Vécus de voyageurs au Sri Lanka

Avant de commencer, une petite précision s’impose : mon retour de voyageuse est absolument subjectif (sinon ce ne seraient pas des impressions, mais des faits à la « Wikipedia »).

Alors mon ressenti, quel est-il ?

  • Sécurité au Sri Lanka

    Il y a un grand paradoxe dans la perception que j’ai pu avoir en tant que touriste concernant mon bien-être et ma sécurité.

    D’un côté, j’observe des gens laisser leurs sacs sans surveillance dans les trains, descendre sur le quai et remonter quelques minutes plus tard sans que cela ne pose le moindre souci. On se dit alors que la criminalité et le vol doivent être pratiquement inexistants. Rassurant.

    Et puis à côté de cela, on se fait interpeller en permanence. Et toujours pour la même chose : notre portefeuille. Si la mendicité directe est rare (quelques mendiants et enfants qui réclament à la vue du touriste), le harcèlement pour « aider » et « conseiller » le touriste est presque incessant.

    Note

    Malgré nos représentations occidentales et l’histoire houleuse de ce pays, il n’y a aucun risque à y voyager, ni en tours organisés ni en voyageurs indépendants (et ce y compris dans le nord de l’île qui est souvent vue comme moins sûr, à cause du passé lié à cette région).

  • Harcèlement de rue

    Dès la porte de son logement franchie, il faut s’attendre à se faire aborder par des inconnus dans la rue.

    – Tuk-tuk sir ?

    – Où allez-vous ? Avez-vous un hôtel ? Je connais un bon hôtel pour vous ! (Le tout en une traite sans que l’on ait l’occasion de répondre à la première partie de la question)

    – Vous cherchez quoi (lorsque l’on se promène dans la rue) : un restaurant ? Un magasin à souvenir ? Un logement ? Une excursion ? Je connais, je peux vous aider ! Pas cher !

    – Mon ami, tu veux, tu veux, tu veux ?

    Pire qu’une armée d’enfants de 5 ans capricieux dans un supermarché, beaucoup de Cinghalais se jetaient littéralement sur nous pour nous accoster et nous demander quelque chose. Certains nous repéraient de loin, traversant des carrefours pour venir jusqu’à nous ; d’autres ralentissant leur voiture ou tuk-tuk pour nous faire une proposition et continuer à rouler à notre hauteur pendant 3 minutes, peu importe le nombre de refus que nous leur opposions.

    Soyons francs : c’est fatigant !

    Si en début de journée nous pouvons en rire, imiter les gestes d’appel d’attention des chauffeurs, leur répondre gentiment avec le sourire tout en faisant le jeu de compter le nombre de fois qu’on nous interpelle sur quelques centaines de mètres… En fin de journée, harassés par la chaleur humide, on n’a juste plus envie de jouer. Plus envie de répondre. Plus envie de se battre.

    Ce harcèlement constant à permis à François de comprendre « par le vécu » ce que doivent vivre certaines femmes avec le harcèlement de rue et à quel point c’est insupportable.

    Peut-on parler de harcèlement quand il ne s’agit pas de la même personne qui demande à répétition, mais de plusieurs qui se succèdent ? Je ne sais pas. Il faut peut-être trouver un nouveau terme pour cela…

    Note

    Ce phénomène de harcèlement est surtout présent dans les villes, moins dans les villages et à la campagne.

  • Arnaques à répétition

    Jamais nous n’avons vécu autant de tentatives d’arnaque en voyage (dont certaines ont réussi) qu’au Sri Lanka ! Jamais !

    Cela en devenait juste incroyable. Bien sûr les tentatives de nos « amis » qui nous conseillent dans la rue étaient faciles à voir venir et déjouer. Mais à côté de cela, nous avons vécu de nombreuses autres techniques d’arnaques, à des lieux ou venant de personnes dont nous n’aurions jamais soupçonné une seconde qu’ils pourraient ne pas être honnête.

    L’exemple le plus criant est l’arnaque que nous avons vécue à l’entrée du musée de Polonnaruwa. La dame du comptoir à qui nous achetions nos deux billets a réussi, par un tour de passe-passe dans son tiroir (tout en comptant des tickets de l’autre main sur le comptoir, le tout en ne nous adressant ni un regard ni un mot), à échanger l’un des deux billets de 5000 que nous lui avons tendu contre un billet de 1000. François, pourtant sûr de lui, est tellement surpris par l’affirmation de la femme qu’il manque de l’argent et qu’on ne lui a pas donné le bon billet, qu’il finit par lui tendre un billet pour compléter la somme. Dans l’après-coup, vérifiant l’argent qu’il lui reste en poche, il n’a aucun doute : elle a bien interverti nos billets et nous a volé au total 4000 roupies (l’équivalent de 27 €).

    Et tout cela dans un site archéologique officiel du pays ! Nous avons sans doute mal réagi en ne réagissant pas… Mais nous avions tellement du mal à croire ce que nous venions de vivre, que nous sommes restés sidérés.

    Et les exemples ne manquent pas : retour de monnaie incorrect dans un bus, taux de change erroné dans un magasin, taxes mal indiquées dans un hôtel, retour de notre monnaie oubliée par une vendeuse ambulante dans un train, chauffeur de tuk-tuk qui essaye de changer son prix en cours de route parce que la rue est en pente forte…

    Je ne veux pas vous alarmer pour rien ni vous faire croire que tout le monde ne cherche qu’à voler les touristes au Sri Lanka. Bien sûr que non. Mais les tentatives sont nombreuses (nous en avons vécu presque quotidiennement tout au long du séjour). Il faut rester sur ses gardes : un sentiment de « risque » désagréable que nous n’avions jamais vécu à cette intensité dans aucun de nos voyages antérieurs.

Voyager en tant que femme au Sri Lanka

Je ne voyage pas seule : je suis toujours avec François à mes côtés. Ce n’est donc pas un retour de voyageuse solo que je vais vous livrer. Et, petite précision supplémentaire, mon vécu est celui d’une femme blanche et blonde (cela peut jouer beaucoup sur le regard des autres).

Mais malgré tout, je tenais à partager mon ressenti de femme voyageuse, ce que je n’ai jamais eu besoin de faire pour aucun autre pays jusqu’ici.

Jamais jusqu’à présent je n’avais senti une si grande différence de traitement entre homme et femme. Dans la manière dont on se comporte envers François par rapport à moi. Et dans la manière dont les hommes ou les femmes interagissent avec moi.

Les différences sont si marquées qu’elles m’ont fait me poser beaucoup de questions sur la place de la femme dans la culture cinghalaise et dans le monde, questions avec lesquelles je repartirai sans réelles réponses.

Sri Lanka, voyageuse, impressions
Voyager en tant que femme au Sri Lanka
  • Être un homme en voyage au Sri Lanka

    Les exemples sont nombreux, pour certain basés sur des détails et des ressentis assez fins sur lesquels il est parfois difficile de mettre des mots. Je parle ici de différences de traitement sans y mettre de notion de valeur morale, de bien ou de mal.

    Par exemple, il me vient en tête des adieux touchants avec le gérant de la guesthouse où nous avons séjourné à Sigiriya. Le vieil homme, voulant nous remercier d’avoir choisi sa maison, nous salue plusieurs fois puis, à notre grande surprise, prend François dans ses bras et lui fait trois gros câlins (interminables pour François qui n’est pas habitué à de telles démonstrations physiques !). Puis l’homme se tourne vers moi, me salue également et me tend la main en me souriant.

    Différence de traitement donc, mais culturellement cohérente avec leurs us et coutumes. Les hommes et les femmes ne font pas de démonstrations d’affection en public. On ne se tient pas par la main, sauf entre hommes et entre femmes. Lors des fêtes, les hommes dansent d’un côté et les femmes de l’autre. Dans les gares, il existe des salles d’attente séparées pour chaque sexe (plus une pour les prêtres). Dans les bus, les femmes ne peuvent pas s’asseoir à côté des moines…

    Bref, ces différences de traitement de genre sont fortement marquées au Sri Lanka, il est donc logique que les Cinghalais interagissent différemment avec François et avec moi.

  • Être une femme en voyage au Sri Lanka

    Lorsque je voyage, j’aime regarder autour de moi : les paysages, les animaux, mais aussi (et surtout) les gens. M’imaginer la vie qu’ils mènent, voir comment ils s’habillent, bougent, mangent, communiquent, rient… Et j’aime regarder leur visage et tout particulièrement leur regard : ne dit-on pas que les yeux sont une fenêtre sur l’âme ?

    Et en tant que voyageuse, j’ai pu sentir une grande différence dans mon contact avec les Cinghalais, ne fût-ce qu’en marchant en les croisant et leur adressant un sourire, selon que je sois face à un homme, une femme ou un enfant.

    1. Face aux hommes

      Peu d’hommes me rendaient mon sourire dans la rue. Beaucoup me regardaient avec une curiosité teintée d’un sentiment d’étrangeté : « Pourquoi cette étrangère me regarde-t-elle et me sourit-elle ? ».

      Mais plus dérangeant que cela, certains hommes me regardaient comme s’ils avaient le pouvoir de me déshabiller du regard. Un regard très intrusif. Salissant. Un regard que rien n’arrête, ni mon air gêné ni ma volonté de couper le contact et m’extraire de leur champ de vision. Certains de ces hommes n’hésitent pas à me suivre dans la rue, repasser plusieurs fois pour me croiser, voire m’interpeller depuis leurs voitures en riant et me faisant des signes. D’autres dans les bus s’amusent à tenter de me prendre en photo par au-dessus de ma tête pour faire un effet de décolleté.

      Pleine de doutes, je me suis remise en question. Quelle image de moi est-ce que je projetais ? Quel est le message que je leur envoyais bien malgré moi ? Ma tenue était pourtant tout à fait correcte (épaules et jambes couvertes, pas de décolleté).

      J’ai voulu questionner d’autres voyageuses, voir quels étaient leurs ressentis. Il se trouve que je suis loin d’être la seule à avoir vécu ce genre de choses (voire pire). Toutes m’ont parlé de harcèlement, regards appuyés de la part des hommes… Je suis tombée également sur un article d’une blogueuse voyageuse (Tongs et Sri Lanka) qui déplore l’évolution de la situation et va même jusqu’à déconseiller aux femmes de voyager dans ce pays.

      Sri Lanka, voyageuse, impressions
      Être une femme en voyage au Sri Lanka : un contact particulier avec les hommes
    2. Face aux femmes

      À l’opposé total de mon expérience avec certains hommes du Sri Lanka, mon rapport aux femmes a été un grand réconfort durant ce voyage !

      Toutes (ou presque) répondaient à mon regard par un regard bienveillant et à mon sourire par un autre encore plus chaleureux. Dans leurs yeux je lisais de l’affection, de la douceur, de l’amusement et de la gentillesse.

      Je n’ai pas ou peu de photos de ces regards souriants et de ces sourires accueillants. Je les ai gravés dans ma tête et dans mon cœur tant ils m’ont fait du bien. Je n’ai pas voulu qu’un appareil photo s’interpose entre nos regards, coupant ces échanges fugaces. J’ai préféré vivre ces petits instants de bonheur, tout simplement.

      Cette expérience de voyage au Sri Lanka m’a fait sentir, pour la première fois, appartenir à la communauté des femmes : une communauté discrète, mais présente pour toutes et soutenante envers toutes, quelle que soit la couleur de sa peau et les origines.

      Sri Lanka, voyageuse, impressions
      Être une femme en voyage au Sri Lanka : un contact merveilleux avec les femmes

      Sri Lanka, voyageuse, impressions
      Rires et sourires des femmes du Sri Lanka : mon rayon de soleil
    3. Face aux enfants

      Le rapport aux enfants est encore un monde à part dans celui des relations au Sri Lanka. Les enfants sont souvent de véritables électrons libres, gambadant gaiement, explorant leur environnement…

      Et si leur regard tombe sur une curiosité, comme des étrangers, ils prennent plaisir à vivre une nouvelle expérience avec lui : en le saluant, lui souriant, lui faisant un signe de la main. Les salutations deviennent un jeu et leur rire est vite communicatif. Quelle belle bouffée d’air frais !

      Sri Lanka, Asie, voyage, randonnée, Terdav
      Enfants souriants

Voyage et rencontres au Sri Lanka : un bilan mitigé

Vous l’aurez compris, mes impressions sur ce voyage au Sri Lanka sont multiples et extrêmes. Du beau, du bon… et du (vraiment) moins bon, voire horrible. Sensibles aux échanges humains, nous avons eu quelques déconvenues, mais également de très beaux moments.

Est-ce que je déconseille pour autant d’y aller ? Non ! Ceci n’est qu’un retour parmi d’autres, la meilleure solution pour se faire un avis étant encore et toujours de se forger son opinion en s’y rendant soi-même.

Esala Perahera, Sri Lanka, Kandy,
Voyager en tant que femme au Sri Lanka : une expérience particulière

Et vous, avez-vous déjà voyagé au Sri Lanka ? Quelles ont été vos impressions ?

130 commentaires

  1. Je suis plutôt surprise de ton vécu en tant que femme au Sri Lanka, j’avoue ne pas avoir ressenti ça, mais à l’époque je vivais en Inde et était donc peut-être « habituée » sans m’en rendre compte à cette différence homme/femme. Différence que j’ai plutôt sentie en Inde qu’au Sri Lanka au final.
    Idem pour les « arnaques », on n’a eu aucun souci au Sri Lanka à ce sujet. Mais encore une fois, ça dépend des gens, des rencontres, du voyage. Il n’y a pas comme tu dis de « règles » et le Sri Lanka est un très beau pays à découvrir malgré tout !

    Répondre
    • Merci Gaëlle pour ton message. Je ne suis pas trop étonnée de lire que nous avons eu des expériences différentes au Sri Lanka.
      Plusieurs raisons sont sans doute derrière ces perceptions différentes (un voyage -et une voyageuse- n’est pas l’autre).

      Mais je pense surtout que la grande différence vient de nos expériences antérieures : tu venais d’Inde et je n’y suis encore jamais allée.
      Je pense que ça joue pour beaucoup sur nos perceptions (ce qui est nouveau ou habituel) et, surtout, sur notre « seuil de sensibilité », le tien étant sans doute plus « bas » (vu que tout le monde me répète sans cesse « en Inde, c’est pire »).

      Merci de venir transmettre ton expérience et apporter un autre éclairage de voyageuse au Sri Lanka.

      Répondre
      • C’est probablement ça, le seuil de sensibilité qui change selon les personnes et selon l' »expérience ».
        J’espère quand même que ça n’a pas trop pesé sur votre voyage et que vous en avez profité malgré tout 🙂

      • Bonjour, je suis partie 2 mois au Sri Lanka, toute seule avec mon sac a dos, et j’avoue que je reconnais, dans ton article, les manières des cinghalais qui sont souvent déconcertantes vis a vis de nous les femmes mais je ne l’ai pas du tout vécu pareil…Au début, c’était dur, les hommes qui te fixent pendant tout le trajet du bus, tous se retournent et se figent quand tu arrives quelque part, les quotidiennes demandes en mariage…! Et puis j’ai compris leur vision des choses, nous sommes de belles occidentales riches et libérées, au mœurs légères et aimant profiter de la vie, venant d’un pays ou tout est possible bref c’est la vision du touriste qu’ils ont de nous! Et pourtant, dans mon voyage en Asie, je n’ai jamais autant ressenti la chaleur humaine qu’au Sri Lanka, une fois passé le « test du touriste », les hommes m’ont toujours soutenu, protéger de certains, invité a prendre le thé, rencontrer leur famille, découvrir des écoles, des temples, une mine, une usine a the, des ballades en bateau….. sans jamais tenir compte de mon mauvais anglais ou me demander quoi que ce soir en retour. Grace a eux, j’ai vraiment pu découvrir le « vrai » et que leur envie d’aider est sincère et prime sur tout. Cela reste mon plus beau voyage, pour l’instant…

    • Bonjour, avez-vous des conseils à me donner pour partir au Sri Lanka.
      Nous sommes partis l’année dernière à Bali, avec seulement les Hôtels de réserver, l’organisation pour les 14 jours de faire. Pas de voyage organisé.
      Ce que j’ai aimé à Bali, la gentillesse des gens, le très bon pouvoir d’achat, la liberté, la sécurité, les paysages et la plongée.
      Pourrions-nous espérer la même chose du Sri Lanka ?
      Quoi faire et où partir ?
      Nous serrions parti vers fin janvier est ce une bonne période ?
      Cordialement

      Répondre
      • Bonjour Loir, merci pour votre message. Je pense que cet article est assez parlant sur l’expérience sue nous avons eue dans le contact avec les gens… Les commentaires des autres voyageurs vous donneront également une idée sur la question.

        Beaucoup de choses à faire et voir au Sri Lanka ; en plus des sites classiques (Sigirya, Kandy, Pic d’Adam, parcs nationaux, Polonnaruwa…) je vous conseille de faire aussi de la randonnée (voir cet article).

        Pour ce qui est de la période, n’hésitez pas à chercher directement dans Google « Quand partir à … » ; pour le Sri Lanka, on voit que janvier et un mois favorable pour voyager.

        Bons préparatifs et beau voyage à vous 🙂

      • Bonjour Loir,
        Je suis allée 3 fois au Sri Lanka seule, mais j’avais un chauffeur et je n’ai fait que de merveilleuses expériences. J’avais réservé moi-même mes guesthouses et avait prévu un circuit chaque fois différent. La première fois c’était les Sites à ne pas louper comme Sigirya, Kandy et les autres mentionnés par Amandine avec une petite semaine de plage dans le sud avant de repartir. La 2e fois c’était le nord dont le paysage et les habitants sont tout aussi charmants et très à l’écoute pour répondre à tes souhaits… avec en finale, quelques jours de plage à Trincomalee et la 3e fois j’ai mieux découvert le Sud-Est en passant à nouveau par le centre vers Ella (lieu magique où je réserve toujours pour une nuit …. !) pour découvrir Batticaloa et la côte Sud-Est en descendant vers Arugambay pour un peu de plage. Je sais que je vais y retourner car je me sens très bien avec l’énergie des gens, leur gentillesse et le respect qu’ils nous portent. Bien sûr, nous sommes des touristes et avons un pouvoir d’achat qu’ils n’ont pas mais j’ai vu bien d’autres belles choses dans leurs yeux, la clarté de leur regard (même s’ils ont les yeux noirs !!! :-))) Pour la plongée et le kite, c’est surtout la côte Est-Sud-Est, Trincomalee et arugambay avec ses petites îles. Partir fin janvier est excellent comme période.
        Je suis également allée seule en Inde 2 fois et j’avais choisi le même mode de transport : un chauffeur. Ce sont des gens qui connaissent très bien leur pays et vous conseillent judicieusement pour éviter les arnaques. Ils sont soit indépendants, donc ont tout à gagner à ce que vous soyez satisfaits, soit recommandés par des petites Agences locales.
        Le Sri Lanka est une merveilleuse île, elle foisonne d’endroits qui font briller les yeux et leurs habitants sont heureux de vous la faire découvrir. Je peux vous recommander un chauffeur si vous le voulez.
        En tous cas, je vous souhaite une magnifique expérience si vous allez là-bas.

      • Bonjour Elisabeth je serrais intéressée par le nom de ton chauffeur, pourrais-tu me dire à peu près combien tu as payé ? 🙂 Merci

  2. Mince cet article ne me rassure pas. Je suis allée en Inde l’année dernière et nous avons vécu un enfer concernant les arnaques et le harcèlement quotidien et le dédain qu’on a montré envers moi en tant que femme. Je ne retournerai jamais en Inde à cause de ça mais je rêve de découvir le Sri Lanka, de voir des éléphants sauvages. Ça va être dur de convaincre mon homme de repartir dans une épopée de harcèlement.

    Répondre
    • Merci Estelle pour ton commentaire. Mon but avec cette transmission d’expérience n’est pas d’effrayer ni de décourager les voyageuses de découvrir le Sri Lanka. Mais je voulais apporter mon témoignage, car à force de croiser d’autres voyageuses sur place (et par la suite en Asie) partager certains de mes ressentis, et de ne trouver presque aucun retour sur le web, je me disais qu’il manquait ce regard particulier.

      Après, comme j’insiste à différents moments de cet article, ce n’est que mon expérience, mon regard et mon ressenti. Tu trouveras dans les commentaires d’autres vécus d’autres voyageuses qui ont adoré ce pays (et qui, pour beaucoup, avaient déjà voyagé en Inde avant et trouvaient que le Sri Lanka était, en comparaison, un pays très facile pour voyager).

      Répondre
    • Bonjour Elisabeth!

      Je pars 1 mois seule au Sri Lanka cet été, et au vu des différents commentaires, je me laisse le choix de prendre un chauffeur si j’angoisse trop… Ce serait une première, mais sincèrement, je commence déjà à me demander si le choix du pays était vraiment le bon… Peux-tu me parler des tarifs ainsi que peut-être donner un nom? une agence?
      Merci!

      Répondre
      • Bonjour Myriam, quand pars-tu ?

  3. Hello Amandine,
    Nous sommes actuellement au Sri Lanka et j’ai été très étonnée de lire ton article. Nous sommes là depuis moins d’une semaine mais ne ressentons absolument pas la même chose. Nous avons été en Inde juste avant pendant 3 semaines, et là bas le regard des hommes étaient bien plus présents et pesant qu’ici mais une fois que l’on est au courant on y fait abstraction. Il nous reste encore 2 semaines au Sri Lanka donc peut être que je changerai d’avis à la fin du voyage mais pour le moment je trouve les gens très souriants et accueillants et les arnaques bien moins présentes qu’en Inde. En tout cas aucun problème pour le moment. Nous trouvons ce pays très beau et très propre et avons hâte d’en découvrir plus.

    Répondre
    • Hello Mathilde, ravie de savoir que votre voyage au Sri Lanka se passe bien.

      Comme nous en discutions dans les commentaires avec Gaëlle, je remarque que la plupart des retours très positifs sur le Sri Lanka viennent de voyageuses qui ont déjà voyagé en Inde. Comme si cette première expérience venait donner une échelle de comparaison (beaucoup me disent « ce que tu as vécu au Sri Lanka, ce n’est rien par rapport à l’Inde : l’Inde c’est pire ! ») et en même une certaine habitude/expérience, et un seuil de sensibilité moins grand.

      Pour nuancer un peu, concernant mes impressions dans le contact au Cinghalais, je ressentais beaucoup moins (voire pas du tout) les tensions et problèmes dont je parle dans l’article lorsque nous étions dans les montagnes et zones moins touristiques. ET je suis d’accord avec toi, ce pays est très beau et très propre.

      Bon voyage à vous deux !

      Répondre
  4. C’est un fabuleux témoignage je trouve !

    Répondre
    • Merci pour ce témoignage Amandine. Je ne suis jamais allée au Sri Lanka mais en Inde. Et en lisant ton témoignage je m’y suis retrouvée dans ce que j’ai pu vivre en Inde. Ca a été une belle « claque » culturelle, tant les différences sont grandes (surtout dans les relations hommes/femmes). La seule solution pour moi a été un lâcher prise totale sur la situation, et surtout l’acceptation de la situation. Ce qui m’a permis de revenir d’Inde des étoiles pleins les yeux d’Inde. Merci pour ton partage en tout cas 🙂

      Répondre
      • Merci Ingrid pour ton partage d’expérience en Inde. Je n’y suis jamais allée (encore), mais beaucoup de personnes, lorsque je parle de mon expérience au Sri Lanka, me disent que cela leur rappelle l’Inde « mais en moins pire ».

        Le lâcher-prise comme tu le dis est sans doute une bonne attitude. Appréhender les différences culturelles ne se fiât pas en quelques jours/semaines… et parfois le choc est trop grand pour être approché comme il le devrait. Si certains aspects « difficiles » pouvaient être mis de côté pour profiter de la beauté des paysages, d’autres étaient juste trop prégnants par moment ; mais c’est avant tout une question de sensibilité et d’affinité (et pour moi, l’ambiance d’un lieu, et donc les regards et le contact aux habitants, est très importante pour me sentir bien dans un nouvel endroit).

  5. Ton article m’a étonnée car tout ce que tu décris concernant les relations et ton vécu de la femme, je l’ai vécu en Inde et quand, juste après, on est arrivés au Sri Lanka, j’ai trouvé que c’était plus soft. Le regard des hommes en particulier m’a paru beaucoup moins pénible. On est bien-sûr cantonnées à notre place de femme (qui vit dans un monde parallèle vis à vis des hommes) et ce n’est pas toujours agréable, c’est vrai! Concernant les tentatives d’arnarques ou l’insistance pour proposer des trucs, on ne l’a pas vécu au Sri Lanka. Chaque expérience est vraiment unique et subjective!

    Répondre
    • Bonjour Nathalie, merci pour ton message. Tu rejoins les témoignages de voyageuses qui ont eu une bonne expérience au Sri Lanka… après avoir voyagé en Inde. Je pense que cela donne une autre perspective et sans doute un autre seuil de sensibilité.

      Mais à chacun son expérience et son ressenti. C’est ce qui est bien avec les blogs et les communautés sur le web : chacun peut exprimer son point de vue et échanger ! 🙂

      Répondre
  6. Bonjour Amandine,

    Je viens tout juste d’aboutir sur ton blogue grâce au partage de La Fille Voyage sur Facebook. Il est tout simplement génial, je l’adore !!! Super article sur le Sri Lanka, je n’avais pas beaucoup entendu parler de cette destination de voyage. Tes photos sont superbes 🙂

    Répondre
    • Merci Audrey pour ton message. J’adore le travail d’Aude de La Fille Voyage, et je suis super touchée qu’elle ait partagé notre blog 🙂

      Ravie que notre travail te plaise également ; nous y travaillons à deux : moi pour l’écriture et François pour les photos et vidéos (quasiment toutes les photos sont de lui, donc je lui transmettrai le compliment !).

      Le Sri Lanka est une destination peu connue encore, lui conférant les attraits des endroits ignorés par le tourisme de masse; et je pense que le vécu des voyageurs (voyageuses surtout) est très différent selon qu’ils ont déjà ou pas voyagé en Inde (les « expériences négatives » étant apparemment du même style, mais beaucoup moins fortes qu’en Inde).

      Répondre
  7. Bonjour ! Merci pour ce bel article où je me suis malheureusement retrouvée… J’ai voyagé seule avec mon fils de 15 ans au Sri Lanka, il y a trois ans… j’ai vécu ton même ressenti et subi la même arnaque du billet dans le musée ! 🙂 Nous devions rester un mois dans ce pays pourtant magnifique mais ce harcèlement, ce rapport étrange homme-femme, ces regards insistants trop pesants m’ont fait changer mes plans… J’ai pris le premier vol pour la Thaïlande, écourtant ainsi notre périple. Même si j’ai beaucoup aimé les paysages et la cuisine, j’ai eu beaucoup moins de chance avec les femmes qui elles aussi ont souvent cherché à nous arnaquer… Pas de regrets mais une grosse déception. ça fait partie du voyage aussi ! 😉

    Répondre
    • Merci pour ton retour et ton partage d’expérience. Sans me faire plaisir de lire un vécu similaire au mien (je ne souhaite à personne de vivre « une mauvaise expérience » ^^), cela a un côté soulageant de voir que l’on est pas seul à vivre ce genre de chose.

      Lorsque nous sommes arrivés en Thaïlande juste après (nous avions prévu 32 jours au Sri Lanka et 32 en Thaïlande), nous avons éprouvé un immense soulagement et nous sommes sentis directement bien, détendus… Parfois, quand cela ne se passe pas comme espéré et que cela devient vraiment difficile, il vaut parfois mieux avoir le courage de reconnaitre ses difficultés et changer de plan, comme tu l’as fait.

Nous avons eu un vrai coup de coeur pour la Thaïlande, si ça t’intéresse, je t’invite à lire l’article de mes premières impressions.

      Répondre
  8. J’ai été également surprise à la lecture de ton article mais d’un autre côté je te rejoins à propos du vécu en tant que femme. J’y suis allée seule en juin 2013, du côté des arnaques je n’ai rencontré aucun problème en revanche ça été plus difficile en tant que voyageuse solo sourde ET noire. Venant directement de l’Asie, le contraste a été saisissant. Les regards pesant des hommes parce que je suis une femme seule et noire, à la longue c’est très très lourd comme tu dis. Pour la première fois, la condition de la femme m’avais sauté au yeux et choquée je dirais même. De la discrimination, si l’on puisse dire j’en ai des anecdotes a raconter. Celle qui m’a le plus marqué c’est un homme qui était surpris de voir une femme sourde sachant lire et écrire et qui n’est pas s’empresser de me rabaisser… Malheureusement pour le couronner le tout, j’ai aussi été victime d’agression mais qui ne m’a pas empêcher d’aimer ce beau pays. Ce fût tout de même un voyage qui m’a beaucoup marqué de manière générale et positive.

    Répondre
    • Merci Stéphanie pour ton commentaire et ton partage d’expérience si unique et intéressant.
      Ton expérience semble avoir été encore plus riche en contraste que la mienne, avec des moments merveilleux et d’autres, fort difficiles. Un voyage marquant, ça je peux aisément le croire; c’est le cas pour moi aussi. Cela m’a permis aussi de prendre du recul par rapport à certaines choses, et à remettre en perspective mon expérience de voyageuse et tout simplement de femme.

      Répondre
  9. Bonjour, je reviens du sri lanka.
    Mon ressenti est identique au tiens. C’est un pays avec des paysages sublime, mes en tant que femme je me suis sentie mal à l’aise, déshabillée du regard par les hommes, sentie comme un morceau de viande. J’ai l’habitude de voyager en asie et je n’ai jamais ressenti ça. Voyageant avec mon compagnon, je n’aurais jamais osé me promener toute seul. Il paraît qu’en Inde c’est pire… Malheureusement je n’irai plus là bas.

    Répondre
    • Merci Gaëlle pour ton témoignage. Cela fait du bien de savoir que d’autres voyageurs/euses ont eu un vécu similaire (pas que l’on souhaite de mauvaises expériences aux autres, mais l’on se sent moins seul !). 

Si les hommes dans certaines régions d’Amérique latine ont « le sens chaud », leur approche est très différente de celle des hommes au Sri Lanka : ici, aucune place à la séduction. La femme n’est pas un « challenge », un « oui » à obtenir… mais un objet, un bout de viande comme tu le dis. Aucune relation n’est possible sur ce mode de fonctionnement là. 

J’ai comme toi été touchée par ces regards et l’ambiance que cela donnait. Bien sûr, tous les hommes n’étaient pas comme cela. Bien sûr, par moment tout se passait bien… Mais il suffit d’un homme dans la rue/le bus/le train… pour pourrir l’ambiance générale et procurer un sentiment de malaise.

      Certaines voyageuses me disent que « ce n’est pas si horrible que cela », que « c’est pire en Inde » ou « ce n’est pas pire qu’en France », mais ces phrases consolatrices me font peur : à quoi sont habituées ces femmes dans le quotidien, et à quoi faut-il s’attendre en tant que femme (avec une sensibilité comme la mienne) en Inde… Des questions qui me laissent songeuse.

      Répondre
  10. Très bon article, merci du partage ! Ton témoignage me fait penser à ce que j’ai pu vivre en Inde. J’ai souvent pensé à écrire sur ce sujet sur mon blog mais mon article est encore en « brouillon » ! Malgré tout, après 2 mois et demi en Inde en 2012 j’ai envie d’y retourner pour découvrir l’extrême Nord que je n’avais pas eu le temps de voir. Sur le moment, je m’étais dit « plus jamais » mais avec le recul j’ai maintenant envie d’y retourner. Tu as bien raison de ne pas déconseiller ce voyage au Sri Lanka !

    Répondre
    • Merci Dainaj pour ton commentaire enthousiaste. Tu n’es pas la première à faire le lien avec le vécu de voyageuse en Inde. Difficile de partager ce genre de vécu. Il faut pouvoir digérer les émotions et ressentis dans un premier temps avant de pouvoir les partager. Prendre du recul. Après, à chacun de faire ses choix et prendre position. Je ne souhaite pas déconseiller un pays sur base de ma seule expérience; mais je pense que ce genre de retour subjectif permet d’avoir une première approche nuancée d’un pays lorsqu’on se prépare à s’y rendre, et une aide pour justement digérer et prendre du recul lorsque l’on rentre de ce genre de voyage. Se rappeler aussi que l’on est pas seul avec ses émotions et que d’autres ont vécus des expériences similaires, cela fait toujours du sen ! 😉

      Répondre
  11. C’est sur qu’il y a déjà un choc de culture et un rapport hommes femmes différent de chez nous, mais en plus, le pays étant ouvert depuis peu n’est pas DU TOUT habitué à voir des Occidentaux. J’imagine, étant rousse aussi la réaction haha. C’est toujours délicat quand on ouvre un pays au Tourisme, la faute déjà aux médias qui projettent toutes les lumières sur le pays, séduisant le grand public et pas forcément les plus avertis à s’y rendre. Je pense à des tribus, comme les Mentawai, où depuis qu’ils ont été médiatisé, dans un but très honorable d’abord, où on a fini par amener tous ce qu’il y a de plus négatif chez nous, c’est-à-dire le rapport à l’argent et à la possession. Mais aussi les maux comme la drogue, alcool …
    Je pense aussi aux Inuits, qui étaient un peuple très fermé, et depuis leur « médiatisation » et l’occidentalisation, il y a un taux énormes de jeunes alcooliques, ou les jeunes veulent fuir le pays et se retrouvent catapulter en pleine ville livré à eux-mêmes.
    Enfin je m’étale un peu, et je ne suis peut-être pas très claire (toujours difficile de s’exprimer à l’écrit comme çà, alors qu’il y a un vrai débat, très important à notre époque !) Mais voilà pour résumer, surtout par rapport aux tentatives de vols etc que tu énumères, je pense qu’au lieu de vouloir « consommer » un nouveau pays, une nouvelle culture … il faut d’abord le préparer à, l’aider à affronter l’inconnu et les chocs culturels auxquels ils vont devoir faire face .. Mais tout ça ne dépend pas QUE de nous.
    Aparté, mais, j’ai toujours dis que je n’irais jamais en Inde, de part la situation des femmes justement, et pourtant depuis quelques mois, ma vision a totalement changé, et j’ai très envie d’y aller, de me confronter à çà, de le vivre au lieu de juste dire je sais, et peut-être faire quelque chose je ne sais pas … en tout cas, j’aimerais énormément aller au Sri Lanka aussi et peut-être en 2016, en tout cas j’espère !
    Merci pour ton article en tout cas et à bientôt pour échanger 😉

    Répondre
    • Merci Amélie pour ton commentaire. Comme tu le soulignes, le souci souvent lorsque l’on prépare un voyage, c’est qu’on trouvera uniquement des images qui font rêver. Il faut « vendre » la destination. Les blogs de voyage ont cet avantage de ne rien vendre du tout : tout ce que l’on partage, on l’écrit, car on en a envie. Envie de partager une découverte, un coup de coeur, une surprise, une déception… L’éventail des émotions possibles en voyage est large, tout comme la liberté avec laquelle nous pouvons nous permettre d’écrire.

      J’aime beaucoup dans ton message l’esprit « débat à coeur ouvert » : on sent la discussion qui se construit dans ta tête, ne manque que les réponses au fur et à mesure pour construire une véritable discussion 😉

      Ton point de vue sur ce sujet est très intéressant et rejoint une discussion que nous avons eue, François et moi : le Sri Lanka n’est pas « préparé » pour le monde du tourisme. D’une part, très peu de choses sont faites pour aider/accueillir le touriste (indépendant) ; et d’autre part, il manque d’une certaine éducation à l’accueil du touriste et à l’ouverture au tourisme de manière générale. Rien n’est vu sur le long terme, tout est immédiat. Par exemple : « mieux vaut arnaquer et avoir un maximum d’argent tout de suite » que de construire une relation de confiance avec le touriste, qui serait plus profitable sur le long terme.

      Vouloir vivre les choses et les découvrir par soi-même plutôt que se faire un avis théorique et apriori sur le monde. Bonne chance à toi dans cette belle démarche et au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires 🙂

      Répondre
    • J’ai passé 3 mois au Sri Lanka en tant que prof effectivement le rapport aux hommes est difficile .Mais j’ai vu des horreurs au niveau du tourisme sexuel homosexuel chose nouvelle pour eux je pense,on m’a aussi proposé de payer pour coucher parce que cet homme se faisait payer par une pharmacienne hollandaise.
      Comme je suis restée longtemps,j’ai pu avoir une vie quasi normale avec commerçants,et gens du quartier.la bas les relations sexuelles hors mariage sont interdites,l’occidentale, c’est la fille qui fume quiboit des bières et qui couche facilement,
      Ils m’ont dit les sri lankaises sont vieux jeu. J’avoue que cela a été lourd pour moi aussi.

      Répondre
  12. Hello, je suis allée 2 semaines au Sri Lanka en août 2011. Mon expérience est sûrement différente de la tienne car j’étais en famille avec mes parents et mon frère, et nous avions un chauffeur/guide pour tout le voyage donc nous n’avons pas eu d’autre vrai contact avec la population locale.
    Cependant, dès mon arrivée dans l’aéroport de Columbo je me suis sentie oppressée, et cette sensation ne m’a pas quittée du voyage. Dans ma famille nous sommes tous bien blanc, avec des taches de rousseur et ma mère est rousse carotte, donc autant dire qu’on attire les regards. Et c’est justement ces regards omniprésents qui m’ont fait me sentir mal à l’aise.

    Je me rappelle encore d’une piscine d’hôtel au bord d’une plage dans le sud, avec des hommes sri lankais accoudés au bord de la piscine, reluquant les touristes blanches en maillot sans se cacher le moins du monde. Assez gênant…

    Résultat : Si les paysages sont magnifiques, j’avais envie de rentrer chez moi pour ne plus me sentir mal à l’aise et oppressée constamment.

    Répondre
    • Merci Leslie pour ton partage d’expérience. Oui, notre mode de voyage était assez différent, car nous voyagions à deux par nos propres moyens (quoique, pendant 4 jours, nous avons intégré un groupe de Terdav, voyageant en camionnette privée avec chauffeur et guide).

      Ce qui tu racontes de ton expérience face à ces regards « sans gêne » et sans limites au bord de la piscine ne m’étonne pas : il rejoint le témoignage d’autres voyageuses à la plage. Si certaines femmes semblent pouvoir passer au-dessus (« ils ne font que regarder » m’ont déjà dit certaines), d’autres se sentent mal à l’aise, voire oppressées, comme toi ou moi. Personne n’a tort ou raison dans sa manière de réagir, et je pense que c’est cela le plus important finalement dans le message à faire passer à travers cet article et ces échanges dans les commentaires. À chacun son expérience, son vécu et ses limites. Ton envie de partir et quitter le pays, j’avoue l’avoir ressentie également par moment. Et une fois arrivée à Bangkok, je me suis sentie soulagée : j’avais l’impression que tout le monde était gentil à mon égard, quel changement !

      Répondre
  13. J’ai écrit un commentaire puis je l’ai effacé, car je m’étais mal exprimée. Mais voilà, et en mieux mon avis sur la chose : Ce que tu racontes, représente mon quotidien au Maroc, le harcèlement dans la rue, l’anarchie totale dans la circulation, les arnaques, les mouches qui te rodent dessus au « restau » etc. ça ne m’a pas choquée, car je suis habituée à tout ça.. Du coup, au Sri Lanka, je me suis sentie comme chez moi. J’ai honte de dire ça, mais tu sais, je reviens du Portugal, et un soir j’ai pleuré une fois rentrée, car je ne me suis jamais sentie autant trop bien d’être une femme seule dans la rue à une heure tardive qu’au Portugal ( c’était ma première fois en Europe), vers minuit j’ai marché seule jusqu’à mon hôtel, sans subir de regards méchants ou d’insultes. J’étais en petit short et super contente de pouvoir marcher seule tranquillement. J’ai même dansé en marchant. Tellement je ne peux pas faire ça ici. J’ai fait du Yoga en maillot à la plage publique en me tortillant le corps sans que j’entende ne serait-ce que le soupçon d’un souffle pervers. C’était trop bien. Toute cette tranquillité me manque. Mais en même temps je me dis que ma vie au Maroc me prépare au pire, du coup, je suis facilement adaptable partout.

    Répondre
    • Merci Risa pour ton partage d’expérience. Ton message me touche beaucoup, car il rejoint une réflexion que je me suis faite en parlant avec d’autres voyageuses. Si toutes rapportaient les mêmes difficultés lors du voyage au Sri Lanka, certaines n’y apportaient pas la même importance « ils ne font que regarder, ça va » – sous-entendu, « aucun ne nous a sautés dessus, il n’y a pas à se plaindre ». Cela m’a fait mal d’entendre ça, me demandant « mais qu’est-ce que ces femmes endurent dans leur quotidien pour banaliser ce genre d’expérience ». À chacun son seuil de sensibilité et à chacun ses expériences… mais considérer certaines de ces difficultés comme normales me fait me poser beaucoup de questions sur la place de la femme dans le monde (y compris en Europe, car la femme à laquelle je pense habite à Paris).

      Répondre
  14. Article très intéressant. Merci pour tes impressions, c’est important de partager aussi ses expériences difficiles.

    Répondre
    • Merci Alice pour ton commentaire. Oui, je pense que c’est important d’écrire avec honnêteté et sincérité, et partager ses impressions, bonnes comme mauvaises, cela fait partie à mes yeux de l’aventure du blogging voyage ! Merci en tout cas pour ton message de soutien 🙂

      Répondre
  15. Je ne peux qu’acquiescer… y ayant moi-même passé plusieurs semaines cet été… Au moins ça me rassure, j’ai l’impression de ne pas être un cas isolé !!!

    Répondre
    • Merci Emma pour ton message. J’ai eu le même soulagement que toi en discutant avec d’autres voyageuses au Sri Lanka : « je ne suis pas la seule à vivre ça ».

      Toutes les voyageuses n’ont pas le même vécu : à chacun son histoire/expérience/sensibilité… et c’est tant mieux ! Mais tout de même, c’est rassurant de se savoir moins seule dans ce genre d’expérience.

      Répondre
  16. Hello Amandine,

    Aïe… alors il ne faudra pas voyager en Inde! Héhé! Ton témoignage me surprend, oui et non. Je n’ai pas du tout vécu la même expérience que toi au Sri Lanka, mais cela s’explique facilement : cela faisait déjà plusieurs mois que nous étions en Asie, et plusieurs choses, comme les arnaques, sont plutôt courantes d’une façon générale en Asie.
    L’impression d’être un portefeuille ambulant, idem, c’est plutôt commun pour l’Asie, tandis que ça reste rare en Amérique du Sud. Du coup, en arrivant au Sri Lanka, on était déjà bien rodés! En tant que femme, j’ai eu assez peu de souci, il faut dire que Julien me talonnait de près, et les personnes que nous avons rencontrées sur place nous conseillaient d’ailleurs d’agir ainsi. Mais je sais aussi que le pays a plutôt mal évolué de ce côté là, j’avais lu le billet du blog Des Tongs au Sri Lanka sur ce sujet…
    Enfin, globalement, je garde un très beau souvenir du Sri Lanka, d’autant plus qu’ensuite, nous sommes partis en Inde, et c’est plutôt là que j’ai dégusté en tant que femme et x1000 par rapport à ce que tu décris!!
    Au moins, si tu décides de voyager un jour en Inde, tu sauras à peu près à quoi t’attendre.
    J’ai bien dit « à peu près », haha!
    A bientôt!

    Répondre
    • Merci Lydia pour ton message. C’est intéressant d’avoir les retours d’autres voyageuses, certaines retrouvant leur vécu dans mes mots, et d’autres pas du tout… et c’est ce qui est si riche avec le principe même du blog et des commentaires ! 🙂
      
Comme je le dis dans l’introduction, mon expérience en Asie est assez limitée. Au total, nous avons voyagé 3 mois en Asie, avec un mois dans chacun des pays visités : Cambodge, Sri Lanka et Thaïlande. Et sur ces pays, jamais je n’ai ressenti les tensions/regards ni les arnaques comme au Sri Lanka.

      Nous n’avons pas encore été en Inde… et j’avoue qu’entre les aprioris que j’en avais avant de voyager en Asie, mon expérience au Sri Lanka et les retours comme le tien (« c’est pire en Inde ! », je suis quelque peu réticente ! Un jour sans doute j’irai… mais ce n’est pas dans le top de ma liste de voyages rêvés pour le moment 😉

      Répondre
  17. Les photos des femmes et des enfants souriants sont superbes. Malheureusement, ça ne donne pas trop envie d’y aller quand on est une femme je trouve :/

    Répondre
    • Merci Florian pour ton commentaire, ravie que les photos te plaisent (je transmets le compliment à François qui a capturé ces moments ^^).

      Les réactions sur cet article sont assez multiples : si cela décourage certaines femmes, d’autres au contraire sont intriguées et souhaitent aller découvrir cela par elle-même.

      Certaines ont déjà été dans ce pays et là aussi, les retours sont très nuancés, depuis l’adhésion totale à l’article (« j’ai vécu exactement la même chose ») à la surprise la plus totale (« on ne dirait pas qu’on a vu le même pays ») en passant par la compréhension (« je peux comprendre ton expérience, mais j’ai déjà été en Inde et c’est pire là-bas »).

      Un voyage (et un voyageur) n’est pas l’autre…

      Répondre
  18. Hello! J’avoue avoir eu à certains moments les mêmes sentiments que toi (rien que le « hello sir! » adressé plutôt à mon compagnon me mettais hors de moi!, youhou je suis pas un « sir » moi!) mais au fond je garde plutôt des souvenirs agréables de mon voyage notamment grâce à tous les visages souriants que j’ai pu croiser et qui m’ont fait oublier les quelques mauvaises expériences vécues. La Thaïlande a été mon premier vrai voyage en Asie en tant que « voyageur indépendant » et j’ai trouvé le rapport au tourisme, « l’agressivité » des chauffeurs de tuk-tuk beaucoup plus gênante. Du coup, nous connaissions mieux les pièges à éviter, et je n’y ai pas ressenti le même malaise. Je suis complètement d’accord avec toi en ce qui concerne le harcèlement plus présent en ville. Nous avons commencé par le centre de l’île peut être moins touristique, plus calme, en juillet et cela a, je pense, beaucoup joué dans notre « bonne impression » du pays. Le dernier jour à Colombo, où nous étions toujours sollicités, où il y avait sans arrêt du bruit, a été beaucoup plus éprouvant.
    En tout cas, c’est encore un très bel article, bravo ! Je regrette de ne pas avoir osé prendre de photos de ces sourires comme toi (même si tu dis ne pas l’avoir fait beaucoup, les photos présentées sont magnifiques!)

    Répondre
    • Merci Gaia pour ton commentaire. Je me reconnais dans certaines de tes expériences : cette sensation parfois d’être transparente, pas digne qu’on lui adresse la parole… était pour moi assez pesante. Mieux vaut être un homme pour s’adresser à un homme dans la rue, du coup, François était en charge de demander notre chemin lorsque nous étions perdus (alors que spontanément, c’est plutôt moi qui m’en charge habituellement).

      C’est marrant de lire les expériences si nuancées des autres voyageurs. Lorsque nous sommes arrivés à Bangkok, nous étions soulagés de quitter l’ambiance par moment oppressante du Sri Lanka, et même les chauffeurs de taxi et de tuk-tuk nous semblaient amiables à notre arrivée en Thaïlande !

      Nous avons tout de même une petite expérience de voyage derrière nous (plusieurs mois/années cumulés, principalement en Amérique latine) et connaissons assez bien la « théorie » sur les arnaques… Mais j’avoue être une grande naïve : j’aime faire confiance aux gens, ne pas soupçonner tout le monde en permanence. Mais même si nous étions vigilants (car l’accumulation de mauvaises expériences dès le début du voyage nous y a poussés), certaines arnaques n’étaient juste pas évitables (comme celle que je raconte dans l’article, au musée du site de Polonnaruwa).

      Merci encore pour ton retour et ton commentaire, un plaisir d’échanger avec toi 🙂 (et je transmets le compliment pour les photos à François, plus rapide à capter les rencontres avec son appareil ^^).

      Répondre
  19. Je ne suis jamais allée au Sri Lanka (mon copain y est allé 18 jours cet été et il a adoré, mais ils étaient deux hommes), mais j’ai ressenti le même sentiment de « harcèlement » (d’un point de vue argent) au Bénin… (Ce qui ne signifie pas que je déconseille de visiter ce pays, au contraire!) Bref, tout ça pour dire que je comprends, mais que je ne pense pas que ce soit un cas isolé, surtout en Afrique et en Asie, même si c’est la première fois que tu l’expérimentes. Je pense qu’il faut le savoir et s’y préparer et rester zen même si c’est vraiment pénible. Avec les gens qu’on voit plus souvent, on peut en discuter pour essayer de faire relativiser et de changer cette image du « blanc plein d’argent », leur expliquer la différence de niveau de vie, etc. Mais c’est compliqué parce qu’ils ont une image de l’Europe tellement idéalisée. Et quoi que tu dises, tu es toujours plus riche qu’eux et tu vis avec plus de confort. Après, est-ce que cela signifie qu’on est plus heureux. Je ne pense pas, mais c’est un autre débat. Au Bénin, un « truc » qu’on utilisait c’est qu’à chaque fois qu’on se faisait interpeller dans la rue « Yovo » ( = blanc en langue locale), on répondait Mèwiwi ( =noir, mais j’ai oublié l’orthographe correcte) et ça les faisait rire. Et aux gens qui nous demandaient de l’argent ou quelque chose, on disait gentiment  » toi, donne-moi quelque chose! » pour inverser la situation et les faire réfléchir.. Et avec les enfants, tu peux jouer, faire semblant de donner quelque chose et demander en retour. Bref, ça crée un lien tout en retournant la situation et en l’interrogeant. Mais ça reste une situation difficile à gérer qui peut parfois assombrir le voyage. Il faut s’y faire et passer au-dessus! On reste des touristes blancs, quoi qu’on fasse! (Même si on est en mode « backpack », « recherche d’authenticité » et blabla). Et pour ce qui est d’être une fille, j’ai déjà ressenti ce machisme aussi. Là aussi, c’est compliqué parce que les mentalités doivent changer, mais dans des pays où les femmes sont sous-représentées, ont moins de droits, etc.

    Répondre
    • Merci Charlotte pour ton témoignage plein de sensibilité et d’humour. Car oui, l’humour est sans doute la plus belle réponse.

      Ton histoire me fait pensé à 2 voyageurs à vélo que l’on a croisé au Cambodge et qui, à tous ces enfants qui réclamaient « one dollar », ils répondaient « one riel » (la monnaie locale), ce qui faisait rire les enfants et permettaient de changer la relation.

      Répondre
    • Ah et, rien à voir, mais j’aime beaucoup ton blog! 😉

      Répondre
      • Merci beaucoup Charlotte ! 😀

  20. C’est un joli témoignage je trouve, plein de vérité même si comme tu le dis, c’est ta vérité. Certains voyages sont plus faciles que d’autres et il faut arrêter de tout idéaliser, ce n’est pas parce que l’on va à l’autre bout du monde que l’on est obligés de tout apprécier. Parfois, la fatigue, ou simplement a un moment de notre vie, on est plus touchés par les choses, les réactions et on est moins aptes à « apprécier » une telle différence culturelle…
    Effectivement ces gens-là font ça pour manger, mais de là à pardonner le vol ou tout du moins à l’accepter comme étant une normalité, il ne faut pas exagérer !

    Répondre
    • Merci Van pour ton message qui m’a fait beaucoup de bien à lire. C’est aussi simple que cela : ce n’est pas parce qu’on va loin que l’on doit tout aimer. Un peu comme dans ces situations désespérées où l’on continue à s’entêter, car l’on a déjà tellement investi que l’on ne peut plus faire marche arrière, ni même critiquer l’idée de départ sans perdre la face. Non, un voyage est une expérience unique, pour mille et une raisons : le voyageur, le pays, les rencontres, le contexte géopolitique du moment, le contexte de vie du voyageur… 

Comme tu le rappelles si bien également, la sensibilité du voyageur peut être affectée par la fatigue, l’accumulation… Clairement, cela a joué pour nous. Mais même lorsque l’on se « regonflait à bloc » en mettant toutes les chances de notre côté de passer une bonne journée et de prendre les contrariétés avec humour et détachement… nous ne parvenions pas toujours à finir la journée sur une touche positive.

      J’aime beaucoup également ta réflexion sur les arnaques face aux réactions de justification « ils font ça pour manger ». Tenter de comprendre est une chose… Mais expliquer n’est pas excuser. Normaliser et banaliser le vol n’est sans doute pas une bonne attitude sur le long terme, si l’on veut espérer un changement d’attitude face au touriste. Et puis, pour moi, ce genre d’arnaque vient briser la relation et même empêcher toute tentative de relation : nous ne sommes pas des êtres humains venus à la rencontre d’autres humains, nous sommes des portefeuilles sur pattes. Cette dynamique crée une ambiance dans laquelle je me sens mal à l’aise et qui, surmontée de la barrière de la langue, vient creuser le fossé du choc culturel.

      Répondre
  21. Bonjour Amandine, je suis aussi assez étonné de votre ressenti en voyage au Sri Lanka… Le harcèlement dont vous parlez au début de l’article est une pratique courante dans tous les pays d’Asie du Sud Est, et on le ressent plus ou moins fort selon sa personnalité effectivement. Mais je trouve la pratique beaucoup plus insistante dans un pays comme la Thaïlande où le tourisme est beaucoup plus développé.
    Sur le question du regard des hommes sur les femmes, je comprends un peu votre gêne, bien que je ne l’ai jamais vécu directement étant un homme. Mais encore une fois ce n’est pas spécifique au Sri Lanka. Je garde un souvenir d’un voyage en Malaisie où plusieurs hommes d’origine indienne regardaient avec une insistance très dérangeante l’une de mes amies. J’ai même du intervenir en lassant un regard noir aux hommes, qui pour le coup se sont calmés (enfin pour un instant seulement).
    J’ai également lu l’article de Caroline sur ce sujet, et je ne pensais pas que la situation était si complexe pour les femmes aujourd’hui, en tout cas lors de mon voyage en 2013 je n’ai vraiment pas eu ce type de ressenti.
    Quant aux arnaques, effectivement elles sont nombreuses mais là encore, c’est comme cela dans toute l’Asie du Sud Est, ça fait partie du jeu j’ai envie de dire ! Enfin en écrivant ces lignes je me souviens de quelques échanges virulents avec des chauffeurs de Tuk-tuk; notamment à Galle, où un mec a essayé de nous arnaquer, mais je pense que pour le coup il doit s’en souvenir !

    J’espère que ces mésaventures ne vous ont pas enlever toute envie de revenir dans ce pays qui sur bien d’autres points est magnifique !

    Répondre
    • Merci Paul pour votre message et votre partage d’expérience. Comme je l’annonce dans l’introduction, nous n’avons qu’une petite expérience de voyage en Asie (notre terrain de prédilection étant l’Amérique latine), avec 3 mois au total (1 mois dans 3 pays différents : Cambodge, Sri Lanka, Thaïlande). Et sur notre petite expérience, nous n’avons jamais ressenti aussi fort les points négatifs présentés dans l’article, y compris dans les zones touristiques de Thaïlande.

      Nous gardons un goût un peu amer de ce voyage au Sri Lanka, mais l’envie de poursuivre notre exploration du continent asiatique est bien intacte ! 🙂

      Répondre
  22. Ton témoignage est très intéressant. Je suis allée au Sri Lanka en janvier et le comportement des hommes m’a beaucoup dérangé.

    Répondre
    • Merci Betty pour ton message; beaucoup de personnes me contactent suite à cet article pour me dire qu’elles vécus le même genre d’expérience, alors que souvent, sur le moment, on se sent seul(e) face à ce genre de difficultés…

      Répondre
  23. Et bien ! Quelle aventure ! Moi qui avait cette image du Sri Lanka, comme une destination « facile », très adapté à notre culture du tourisme, je crois que je me suis fait une mauvaise idée de cette destination. On oublie surement que le Sri Lanka n’est pas si loin de l’Inde, elle même une destination très particulière. Je comprends cela dit ton sentiment et la gène que le regard des autres doit procurer, surtout lorsque cela est insistant et heureusement que ces constats ont pu être contre balancer par d’autres rencontres et souvenirs. Pour aller plus loin, on essaie de s’imaginer ce que certaines femmes locales doivent vivre au quotidien, car il doit probablement y avoir aussi de « drôle » de comportement, peut-être accepté cela dit dans une culture qui nous est étrangère, je ne sais pas ?
    J’aime beaucoup dans tous les cas ce genre d’article Amandine, c’est ça le rôle des blogs, montrer la réalité d’une expérience, pas seulement le « tout est parfait ».
    PS : un mois de nourriture sur-épicée, il y en a un qui à dû se régaler …

    Répondre
    • Merci Tugdual pour ton commentaire, ça me fait plaisir de te lire 🙂
      Pour nous, le Sri Lanka n’est pas une destination « facile » sur le plan touristique… Mais à nouveau, comme je le dis dans les autres réponses aux commentaires, ce n’est que notre avis. Beaucoup de personnes ont un vécu beaucoup plus positif du pays (et souvent ces mêmes personnes ont voyagé en Inde avant…).

      J’ai eu la même réflexion que toi, sur le vécu de ces femmes au quotidien, qu’elle devait être leur vie, leurs représentations du monde, leur place dans la société…

      Merci en tout cas pour ton retour ; même si parfois parler de ses voyages cela comporte un volet de témoignage d’expériences plus délicates, je pense comme toi que cela fait partie de la « mission » des blogs, là où se situe aussi leur voie d’expression à côté des guides et des médias « classiques ». Une liberté d’expression à saisir, même si ça ne plait pas à tout le monde 🙂

      Répondre
  24. C’est quand même fou comme d’une personne à l’autre les expériences sont différentes! J’ai commencé mon tour du monde en solo par le Sri Lanka, je n’avais jamais voyagé en Asie ni en Inde donc j’appréhendais un peu, mais j’ai trouvé les gens tellement merveilleux là-bas ! En tant que femme seule je ne me baladais jamais en short, préférant 1 pantalon et je n’ai jamais eu aucun problème ! Tout le monde m’aidait (certes certains faisaient cela pour mon argent, mais ce n’était pas la majorité!) Je me suis retrouvée dans des bus bondés la nuit et des hommes me laissaient leur place assise parce que j’étais une femme, tout le monde me souriait, ils me prenaient tout le temps en photo, bref j’ai adoré mon séjour dans ce magnifique pays !

    Répondre
    • Je suis bien d’accord avec toi Marine, le Sri Lanka a été mon premier voyage hors d’Europe, nous étions 3 copines et avons passé 2 semaines merveilleuses.
      Les gens, hommes et femmes, étaient tellement touchants, délicats, chaleureux et attentionnés que notre séjour c’est transformé en aventure humaine inoubliable !

      Répondre
    • Merci Marine et Claire pour vos témoignages. C’est intéressant de lire vos retours.

      Comme tu le dis bien Marine, un voyageur (et un voyage) n’est pas l’autre. Aussi, comme on peut le lire dans l’article du blog « Des Tongs au Sri Lanka », la situation a beaucoup évolué ces dernières années (et en mal), cette blogueuse, pourtant amoureuse du pays, allant jusqu’à déconseiller aux femmes d’y voyager. Je ne sais pas de quand datent vos voyages, mais peut-être que la situation n’est plus la même aujourd’hui…

      Pour rebondir sur ta remarque concernant la tenue vestimentaire (que je trouve très à propos), j’étais constamment « bien habillée » : avec une jupe longue et un haut couvrant les épaules et le décolleté. Rien d’indécent donc selon les us et coutumes locales… et cela n’a pourtant pas empêché les regards déplaisants dont je parle dans l’article.

      Et les gens qui se proposaient de nous aider le faisaient dans la majorité des cas pour nous demander ensuite de l’argent.

      Comme quoi, une expérience n’est (vraiment) pas l’autre !

      Répondre
  25. Bravo pour cet article ! 🙂
    Aujourd’hui, on dirait qu’il est anormal d’avoir peur dans certains pays. De s’y sentir mal !
    Si c’est le cas, on nous dit « tu n’es pas un vrai voyageur » « tu n’as pas l’esprit ouvert » « tu as des préjugés » ou pire « tu es raciste » !!
    Et bien NON ! Nous sommes de vrais voyageurs dans l’âme, nous aimons les autres ! Mais OUI dans certains pays il est difficile de s’y sentir à l’aise … Et ce n’est pas une critique ! Mais nous, Occidentaux, avec notre démocratie, notre égalité homme/femme … C’est parfois difficile de gérer !
    En Indonésie, le harcèlement de rue était très pénible pour moi. Heureusement que j’étais avec mon mari, car effectivement parfois les regards des hommes font peur. Et oui, je suis un être humain ! Regardez ce qu’il se passe en Inde pour les femmes … C’est tout simplement un enfer !!!
    Mais bien heureusement 95% du temps, le voyage nous rappelle que les rencontres sont merveilleuses ! Que Mère Nature est incroyable ! Et que tout cela redonne foi en l’humanité

    Répondre
    • Merci beaucoup Mélody pour ton retour enthousiaste. Cela me touche d’autant plus que cet article n’est pas « bien reçu » par tout le monde (ce que je peux concevoir). Ne pas aimer à 100% un voyage et, de facto, un pays, est souvent mal vu : « quel est le problème chez toi ? », « tu n’avais pas préparé ton voyage ? « , « tu n’étais pas assez ouverte d’esprit ? », « tu n’as pas réussi à comprendre leur culture »…
      Les jugements fusent sur ceux qui sont soupçonnés de juger trop vite (ou l’arroseur arrosé ?). Pourtant, à chacun son expérience et son vécu.
      C’est la beauté des paysages et la gentillesse sans limites des femmes qui m’ont permis de passer à travers certains moments difficiles et, comme tu le dis si bien, garder foi en l’humanité 🙂

      Répondre
  26. Coucou Amandine,
    C’est bien de partager tes expériences, bonnes ou mauvaises. Je n’ai pas voyagé en Inde et pourtant tout se passe bien pour moi au Sri Lanka pour le moment.
    Après, je voyage en famille, donc je suis souvent avec mes enfants et je pense que le regard des hommes ici n’est pas le même face à une « mère ».
    Je n’ai jamais vécu ce que tu décris en voyage (sauf peut-être un peu, en version light tout de même, au Maroc) et j’avoue que c’est pile ce que j’appréhende en Inde, notre prochaine étape.
    Je trouve ça très dur de découvrir un pays dans ces conditions, aussi magnifique peut il être.

    Répondre
    • Merci Alice pour ton commentaire et ton partage d’expérience. Ravie d’apprendre que tout se passe bien pour toi au Sri Lanka. Un voyage (et un voyageur) n’est pas l’autre, et j’ai voulu ici transmettre mon expérience en prennent soin de la nuancer au maximum et de ne pas créer de généralisations… Alors voir l’article se compléter par autant de commentaires et de retours d’expérience me fait très plaisir.

      Tu n’es pas la première à me faire ce genre de retour en tant que mère voyageant avec ses enfants (j’ai eu plusieurs témoignages de mamans voyageuses sur Facebook). J’en suis venue à faire la même hypothèse que toi : le regard des hommes est sans doute différent face à une maman…

      J’espère que tout se passera bien pour votre voyage en Inde ! Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires 🙂

      Répondre
  27. Je suis un peu surpris et triste de voir votre expérience. J’ai voyagé en famille avec des enfants jeunes en 2010 au Sri Lanka. Je n’en garde que des souvenirs de douceur, de gentilesse, de sourire,… Et zero arnaque, ou tellement efficasse que je ne m’en suis pas rendu compte !
    j’espère que votre billet ne découragera pas les voyageurs de découvrir ce merveilleux pays.
    Merci pour votre blog, je rentre du Machupicchu et vos conseils m’ont bien aidé à préparer notre séjour magnifique.

    Répondre
    • Merci Pierre pour votre partage d’expérience. Vous rejoignez d’autres voyageurs qui ont eu une expérience très différente de la nôtre (et c’est tant mieux !).

      Comme nous en parlions avec Alice dans le commentaire précédent, peut-être que le regard des hommes est différent selon que la femme qu’ils regardent voyage seule ou en famille.

      Par ailleurs, d’après ce que j’ai pu trouver comme informations (comme le témoignage dans le blog « Des Tongs au Sri Lanka »), la situation face aux femmes a beaucoup évolué depuis 2010… et en mal (la blogueuse en question allant jusqu’à déconseiller ce pays aux voyageuses).

      Merci beaucoup pour votre retour sur l’article du Machu Picchu : cela me fait très plaisir de savoir que nos articles sont utiles (beaucoup de gens lisent, mais peu prennent le temps de laisser un commentaire ^^). Ravie que votre voyage se soit bien passé; le Pérou est un pays que l’on adore, dans lequel nous sommes déjà allés 3 fois… et où l’on espère retourner encore dans les années à venir !

      Répondre
  28. Un témoignage intéressant. Ce que tu as éprouvé est-il spécifique à ce pays ? Ou retrouves-tu des comportements analogues dans d’autres pays, peut-être à des degrés moindres ?

    Répondre
    • Merci Alain pour ton message, ravie que mon témoignage t’intéresse.

      Comme je le dis en introduction, je suis plus habituée à voyager en Amérique latine qu’en Asie. Pour le moment, nous avons passé à chaque fois 1 mois dans 3 pays différents : Cambodge, Sri Lanka et Thaïlande.

      Et de tous ces voyages, celui au Sri Lanka est le seul où j’ai ressenti ces vécus si contrastés dont je témoigne dans l’article. Oui, le harcèlement des tuk-tuk est aussi présent au Cambodge. Oui, les tentatives d’arnaque du touriste sont courantes dans les zones très touristiques de Thaïlande. 

Mais jamais, tous voyages confondus, nous n’avons été autant arnaqué. 
Et jamais nous n’avons vécu ces sentiments de malaise et d’oppression dans nos contacts aux autres. 

Beaucoup de voyageurs répondent à cet article en me disant « en Inde c’est pire ». Sans doute, mais je n’y suis encore jamais allée et ne peux donc pas en témoigner personnellement.

      Répondre
  29. Bonjour Amandine !

    Ce que j’aime beaucoup sur ton blog c’est que

    1/ Tu décris les choses telles que tu les as vécues, mais en y mettant toujours l’art et la manière de l’écrire, et
    2/ Les commentaires que laissent les lecteurs à la suite de tes articles étoffent vraiment la réflexion parce que ceux-ci y ajoutent leurs opinions, leurs expériences, leurs pistes de réflexion dans le respect de l’autre. Il y a une belle interaction. C’est quelque-chose que l’on ne retrouve pas si souvent et c’est la raison pour laquelle on aime tellement te lire, partager avec toi et avec les autres lecteurs.

    Je suis une femme blanche, blonde aux yeux bleus et je voyage seule. L’expérience que je peux avoir de certains voyages n’est évidemment pas la même que si je voyageais en groupe ou encore en couple (peut-être qu’un jour ? ;)). Par ailleurs, je voyage toujours au long cours (au minimum un mois, et encore c’est très court pour moi ^^), donc là aussi, ça change la donne.

    Je souhaitais relater pour ma part mon expérience en Birmanie. J’y ai vécu, j’ai eu un logement à Yangon pendant plusieurs mois, et j’y ai travaillé, dans une agence de voyage locale à Yangon. De plus, j’y ai pris des cours de birman et je pouvais parler (basique, mais quand même, la langue birmane étant extrêmement complexe et difficile à apprendre pour un occidental), lire et écrire. Ce qui enrichissait donc mon expérience avec les locaux et changeait énormément leur façon de me percevoir.

    Mais quand même.

    À la fin de certaines journées à rallonge, entre cours de birman, boulot, le marché à côté de chez moi pour ramener de quoi faire la cuisine, et surtout, les innombrables interjections et regards soutenus, je rentrais souvent exténuée.

    Parce que, au milieu de « hello ! », des « hla » ou « hla deh » (« jolie » en birman), et des sourires à foison, on ne cessait aussi de me héler « boh ma ! » (« étrangère ») avec un regard aussi lourd qu’une enclume. Certains enfants couraient vers moi en répétant, comme un mantra, « money ! money ! money ! » en me tendant leurs petites mains, unique mot que leurs parents leur avaient appris en anglais. Je répondais toujours en birman, ce qui avait comme effet un gros choc (« mais elle parle notre langue ?! ») et suscitait parfois, un « revers » de réaction. Mais à la longue, cela m’épuisait et, au fur et à mesure que le temps passait et que je redoublais d’efforts pour m’intégrer, ou du moins être acceptée, je voyais que ces efforts étaient disproportionnés par rapport à toutes les marques de rejet que je me prenais en pleine poire. J’ai fini par quitter le pays malade, affaiblie et désillusionnée.

    Alors oui, l’hospitalité des Birmans est merveilleuse, je n’ai jamais vu autant de gens me sourire, jamais, dans aucun autre pays du monde, leur générosité reste souvent complètement désintéressée et inconditionnelle, mais vivant dans le « coeur » même de leur vie, dans un quartier où aucun autre « étranger » ne résidait, j’ai du essuyer nombre de déconvenues, d’illusions et d’irrespect, que ce soit parce que j’étais une femme ou parce que j’étais une occidentale. J’ai souvent, moi aussi, retrouvé ce regard « intrusif, salissant » dont tu parles.

    Gaëlle et toi, et nombre d’autres lectrices du reste, ont raison sur ce point : il s’agit avant tout du ressenti, de ce que tu as pu vivre avant de faire un tel voyage, ta sensibilité aussi joue beaucoup, et la façon dont tu voyages dans le pays. Mais nous sommes avant tout des êtres humains, des voyageurs qui ont soif de découvrir d’autres cultures, et qui ont soif d’amour et de respect, tout simplement. Alors, souvent, je me suis retrouvée seule face à mes illusions et il m’est arrivé de pleurer parce que, ne cherchant pas autre chose que de partager avec d’autres cultures, je me suis souvent retrouvée face à l’hostilité, l’incompréhension.

    Je rejoins tout à fait Amélie lorsqu’elle dit « C’est toujours délicat quand on ouvre un pays au tourisme, la faute déjà aux médias qui projettent toutes les lumières sur le pays, séduisant le grand public et pas forcément les plus avertis à s’y rendre. »
    La Birmanie s’est déjà refermée au monde extérieur par le passé et cela ne fait que quelques années qu’elle commence à s’ouvrir à nouveau. Mais cela reste fragile et, au vue des tensions « politiques » dans ce pays ainsi que les affrontements inter-religieux (ça aussi, un gros choc pour moi: des moines Bouddhistes (!) qui prenaient ouvertement part à ces sanguinaires affrontements), elle peut se refermer très vite.

    Pardon pour mon « roman » (déformation professionnelle ^^), mais je souhaitais vivement réagir avec l’expérience que j’avais eue dans ce pays, la Birmanie/Myanmar, duquel je suis tombée par ailleurs éperdument amoureuse. J’en suis tellement tombée amoureuse que je l’ai désormais dans la peau 🙂

    Mon prochain livre parlera justement de l’immersion que j’ai eue dans le pays, au travers d’un récit que j’ai rédigé là-bas, au jour le jour, sous forme de journal. J’espère qu’il apportera des éclaircissements sur ce pays qui a tant à donner et où il y a tant à découvrir.

    Merci pour cet article franc et honnête, Amandine. Comme toujours, tu écris avec « tes tripes » et ça se sent.

    Répondre
    • Merci Joanna pour ton message. J’ai pris plaisir à le lire, du premier mot au dernier point, comme tu as dû prendre plaisir à l’écrire. J’aime moi aussi beaucoup cette dimension interactive du blogging : je trouve cela tellement enrichissant d’échanger nos expériences et nos idées, avec respect et ouverture…

      J’ai particulièrement aimé ta phrase : « Mais nous sommes avant tout des êtres humains, des voyageurs qui ont soif de découvrir d’autres cultures, et qui ont soif d’amour et de respect, tout simplement. » C’est tellement vrai.

      Merci en tout cas pour ton partage d’expérience en Birmanie. Tu n’es pas la seule, en réaction à cet article, à faire le lien avec une expérience dans ce pays. Je retrouve dans ces commentaires à la fois l’amour du pays et la désillusion/déception quant aux difficultés d’intégration…

      Répondre
  30. Bonjour Amandine, nous venons de commencer notre tour du monde et il nous reste une dernière semaine dans notre premier pays qui est le Sri lanka. Si j’étais plutot d’accord avec ton début d’article sur le « harcèlement » de rue de la part des tuktuks ou autres, je suis surprise par ton ressenti en tant que femme. Je n’ai moi-même jamais voyagé en Asie ni même en Inde (un pays que je refuse de visiter pour ces mêmes raisons d’harcèlement et de regard vis-a-vis des femmes) mais si parfois je me sens observée au Sri Lanka pour ma part les regards restent brefs et ne se veulent pas insistants. Je n’ai pas réellement eu cette impression de différence entre les hommes et les femmes. Par contre je suis d’accord avec toi, les femmes sont très souriantes. En ce qui concerne les enfants, je les trouve plus moqueurs que curieux… Enfin apres chacun a son ressenti et dans la globalité sur les trois semaines vécus ici j’avoue être un peu mitigé sur mon ressenti…

    Répondre
    • Bonjour Sylvie, superbe projet que vous commencez là ! C’est marrant, vous n’aimes pas les seuls voyageurs que je connaisse qui commencent leur tour du monde par le Sri Lanka 🙂

      Je suis contente de lire que ton voyage se passe bien et que ton vécu est différent du mieux. J’ai envie de dire tant mieux ! Concernant les hommes (et les interactions avec les Cinghalais de façon générale), les contacts sont assez différents lorsque l’on est en ville ou à la campagne. Par exemple, dans les hauteurs du côté de Nuwara Eliya, nous n’avons pas eu de souci. Donc tout dépend aussi de la zone et de la façon de voyager.

      Quoi qu’il en soit, comme tu le dis et comme je l’ai précisé dans l’article (et les nombreux commentaires !) : à chacun son ressenti; c’est ce qui fait la richesse tant du voyage que du blogging.

      Je rejoins ton bilan mitigé sur ce pays et je serais curieuse d’en savoir plus sur les raisons qui se trouvent derrière.

      Répondre
  31. Première fois que je lis un article mitigé sur la destination, mais au moins ça me permettra de ne pas trop « idéaliser » quand nous y serons ! Départ dans 3 semaines pour Colombo pour découvrir le Sri Lanka avec mon homme et notre fils de 2 ans. J’ai toujours lu que la destination était facile à aborder, idéale avec des enfants, et que les locaux étaient très accueillants.
    Niveau arnaques, on a du vécu en Afrique et en Indonésie, on en a subit et déjoués de très belles, donc je pense qu’on est prêts à affronter ça (même si ça reste désagréable sur la durée) Pour le regard sur les femmes, ton expérience me fait penser à mes séjours à Sumatra, ou même à l’Egypte. J’espère que mon vécu me permettra de relativiser dans cette destination, en tous cas j’ai hâte de me faire ma propre opinion.
    Merci pour ton retour d’expérience !

    Répondre
    • Merci Claire pour ton commentaire nuancé. Tu résumes très bien le but (à mes yeux) du partage de son expérience mitigée/négative : réduire le risque de déception suite à une trop grande « idéalisation » (ce qui m’est arrivé à Angkor).

      Tu dois être sur le départ pour le Sri Lanka à présent ! (désolée pour le délai de réponse, cette fin d’année sabbatique à filé, et les mails et commentaires à répondre se sont accumulés… surtout avec les nombreuses réactions à cet article !)

      J’ai vu beaucoup de jeunes parents voyager avec des jeunes enfants, et cela avait l’air de très bien se passer pour eux ! Une jeune maman m’a fait remarqué que, peut-être, les hommes Cinghalais n’ont pas le même regard sur une « femme » que sur une « mère »… Je pense d’ailleurs n’avoir pas lu de retours négatifs de maman voyageant avec de jeunes enfants.

      J’aime beaucoup ton état d’esprit et ta hâte de te faire ta propre opinion : c’est une très belle attitude de voyageur !

      Bon voyage à toute ta petite famille (et n’hésite pas à revenir poster ton vécu en réponse du commentaire, ça m’intéresse de savoir comment cela se sera passé pour toi !) 🙂

      Répondre
  32. Bonjour Amandine, pour y être allée 3 semaines cet été entre filles, j’ai lu ton article avec intérêt et curiosité ! Je connaissais déjà le Sri Lanka par une 1ère visite en 2007 (période à laquelle la guerre civile n’était pas encore terminée) et je dois dire que le pays est devenu beaucoup plus touristique en quelques années ! Disons que c’est une bonne chose pour l’économie du pays et une moins bonne pour le contact local. D’une manière générale, j’ai beaucoup aimé mon voyage dans ce pays qui est magnifique par sa nature, sa diversité et la gentillesse de sa population. C’est un vrai dépaysement et personnellement c’est ce que je recherche en autres en vacances. Je me retrouve néanmoins dans certains points négatifs que tu évoques : regard des hommes parfois trop insistants notamment dans les transports en commun (j’avais l’impression d’être soit un morceau de viande soit un portefeuille) et harcèlement par les tuk-tuk. Les touristes étant de plus en plus nombreux, je pense aussi que le pays doit améliorer l’efficacité des services à la clientèle tant en restauration qu’en hôtellerie. Le fait qu’il fasse très chaud et humide et que la nourriture soit épicée, je dirais que cela fait partie de l’expérience sri lankaise et je pense qu’on décide d’aller au Sri Lanka en connaissance de cause, il faut juste d’adapter 🙂 À ma connaissance, j’ai eu la chance d’échapper aux arnaques, mais peut-être que je ne m’en suis pas rendu compte… Quoi qu’il en soit, je n’ai pas ressenti plus d’insécurité que dans certains quartiers de Paris. J’ai rencontré des couples et des familles locaux d’une gentillesse extrême et c’est ce qu’il faut retenir ! C’est aussi un très bon point de départ pour découvrir les Maldives !

    Répondre
    • Bonjour Olivia, merci pour ton commentaire et ton partage d’expérience. C’est très intéressant de lire ton vécu et l’évolution que tu as pu percevoir lors de tes différents voyages.

      Je me retrouves aussi pas mal dans ce que tu écris (et la chaleur humide, c’était juste pour dresser le décor : bien sûr, cela fait partie du dépaysement, de l’expérience… mais quand on est fatigué, à bout, ce sont des petits détails qui viennent ajouter au sentiment de « trop plein » et « d’usure » en voyage).

      Répondre
  33. Bonjour ! A la lecture de ton article, je te conseille de ne jamais aller en Inde. J’y étais 4 mois seule, femme blonde aux yeux bleus. Pas facile tous les jours mais la plus belle expérience de ma vie !
    Mais ne te décourage pas pour l’Asie : l’Inde et le Sri Lanka sont des pays très particuliers. Vas en Thaïlande ou au Vietnam, tu ne ressentiras pas la même chose !

    Répondre
    • Bonjour Alexandra, merci pour ton message et ton conseil 😉
      Ravie d’entendre que ce voyage en Inde a été l’une des plus belles expériences de ta vie. Je pense qu’un voyage en Inde, c’est toujours une expérience assez extrême : souvent on lit des vécus hyper-positifs ou hyper-négatifs, rarement d’entre-deux.

      J’ai plus d’expérience de voyage en Amérique latine, mais j’ai déjà, au total, voyagé 3 mois en Asie, chaque fois 1 mois dans ces 3 pays : Cambodge, Sri Lanka et Thaïlande. Et effectivement, je n’ai jamais eu ce genre de vécu ailleurs qu’au Sri Lanka (pour le moment ^^).

      Répondre
  34. Ça a l’air très beau mais… usant!
    Il ne faut parfois pas aller si loin pour être harcelé en rue ou dévisagé telle une sorcière… malheureusement…

    Répondre
    • Oui, les paysages sont très beaux Mélissa… mais effectivement, de mon expérience, ce voyage a été littéralement usant (et non, il ne faut pas partir forcément loin pour vivre ce genre d’expérience, c’est vrai).
      Nous sommes arrivés vidés d’énergie en Thaïlande, et nous nous sommes réellement ressourcés au contact positif et facile des Thaïs. Mais à nouveau, ce n’est que notre expérience : à chacun son voyage et à chacun de se forger son opinion 🙂

      Répondre
  35. Bonjour Amandine,

    Mon copain et moi sommes actuellement en Indonésie depuis 1 mois (Bali et Java), et ce dont tu parles dans ton article à propos du harcèlement et des arnaques font totalement écho sur ce qu’on vit ici… Les arnaques ne sont pas du même genre, mais tout aussi déplaisantes. Les véhicules t’emmènent devant une agence qui propose des tours au lieu de la destination demandée, on t’oblige à louer des masques pour descendre dans un cratère de volcan, en t’empêchant de passer et te maintenant que c’est interdit sans, etc. On a même eu droit à un faux tour où tout le groupe s’est fait voler des choses dans les sacs pendant qu’on faisait notre trek… Je dois avouer que ça fait plaisir de voir ce genre d’article, on se sent moins seuls à avoir ce genre de ressenti, même si nous ne l’avons pas vécu dans le même pays !

    Répondre
    • Bonjour Jessica, merci pour ton message. Tu n’es pas la première à faire le lien avec Bali (n’y étant jamais allée, je ne peux pas comparer les expériences/lieux ^^).

      Ton retour me conforte dans le fait d’avoir partagé ces vécus pas toujours faciles en voyage. Tout n’est pas toujours parfait, et cela fait du bien aussi d’en parler, de voir que d’autres vivent les mêmes choses. Sinon, parfois, on en viendrait à culpabiliser de ne pas aimer à 100% un voyage…

      Répondre
  36. Merci Amandine (quel joli prénom ?) de m’avoir fait découvrir ton article et tous les commentaires qui vont avec. En fait, surtout les commentaires disant que l’Inde c’est pire. J’y suis depuis un moi maintenant, et oui j’ai rencontré des gens pot de colle, surtout un en fait, mais je fait avec et je le vis plutôt bien, alors… Enjoy Sri Lanka! Je te fais un petit retour dans quelques semaines 🙂

    Répondre
    • Merci Amandine (je te retourne le compliment 😉 ) et ravie que l’article et les commentaires t’aient intéressée. J’ai pensé à toi quand tu disais que tu étais en Inde et tu te demandais, en comparaison, comment était le Sri Lanka; je ne peux pas parler d’expérience, mais beaucoup de femmes se sont livrées dans ces commentaires, et c’est très instructif. Ravie que cela te conforte et t’encourage pour ton futur voyage.
      Je te souhaite un très beau voyage au Sri Lanka (j’ai particulièrement aimé découvrir les zones moins touristiques dans les hauteurs du sud de l’île), et au plaisir de te lire avec ton vécu de voyageuse au Sri Lanka 🙂

      Répondre
  37. Bonjour Amandine,

    Merci pour ton retour très intéressant. Je souhaite partir pour 4-6 semaines au Sri Lanka en juin prochain. Je t’avoue que ton article m’a quand même bien refroidi.
    J’ai fait un séjour de 5 mois en Asie du sud est en début d’année, en couple (Myanmar, Laos, Thaïlande, Laos, Vietnam, Indonésie (Sulawesi, Java))J’ai adoré ! Et jamais je ne me suis sentie en insécurité ou regardée avec insistance comme tu le décris.
    Ce sera ma première expérience seule alors j’aimerais quand même me sentir un minimum en sécurité. Du coup j’hésite !
    Je n’ai pas l’impression qu’il y ait beaucoup de femmes

    Répondre
    • Bonjour Marjorie, merci pour ton message. Je suis désolée d’avoir refroidi à ton enthousiasme à partir en voyage au Sri Lanka. Tu te doutes que ce n’est vraiment pas dans mes habitudes ! Néanmoins, je trouvais cela important de partager mon expérience. Et c’est bien de cela qu’il s’agit : mon ressenti. Pas une vérité absolue.

      Niveau sécurité en tant que tel (agression, vol), je pense que tu n’as pas vraiment à t’en faire. Les problèmes que j’ai vécus sont plus d’ordre « ambiance », relationnel et arnaque. Donc rien qui ne mette mes besoins primaires en danger… mais plutôt comme un voile qui viendrait teinter le tableau de mon voyage. Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire.

      Des femmes qui voyagent au Sri Lanka, ne t’inquiète pas, il y en a (peut-être même plus que des hommes), et pas mal de famille avec des enfants en bas âge.

      D’ailleurs, si tu ne l’as pas encore fait, je t’invite à lire les nombreux commentaires de cet article : ils sont très instructifs et apportent l’éclairage de nombreuses femmes ayant voyagé au Sri Lanka, avec des profils différents (seules, en couple, avec une amie) et des vécus différents (particulièrement les voyageuses ayant déjà été en Inde, qui ont un ressenti plus positif que les autres).

      Répondre
  38. Bonjour! Je reviens tout juste du Sri Lanka et j’ai très mal vécu le harcèlement de rue. Pourtant je voyage beaucoup, pas mal de pays « pauvres », mais je n’avais jamais vécu cela. Les hommes te sifflent, te regardent grossièrement, te collent…à longueur de journée. Pourtant je me couvrait les jambes et les épaules. L’impression d’être un chien, et tout ça avec mon homme à côté de moi ! Cela ajouté aux tentatives d’arnaques quotidiennes à complètement gâché le voyage, je suis passée à côté de ce pays qui m’attirait tant !

    Répondre
    • Bonjour Marine, merci pour ton message et ton témoignage. Je comprends ce que tu as vécu et la déception que cela peut engendrer, surtout si ce voyage était tant attendu… L’ascenseur émotionnel n’en est que plus grand !

      Comme toi, j’étais habillée de manière très décente (épaules, décolleté, jambes… couverts) et accompagnée de mon mari… et comme toi ça n’a pas suffit à m’épargner certaines mésaventures dont je me serais bien passée. Cet impression d’être destituée de son « statut d’être humain » pour ne devenir qu’un objet est extrêmement désagréable, voire violent comme ressenti.

      Après, à chacun sa sensibilité, son expérience, ses attentes… et son voyage. Mais comme toi, je suis repartie du Sri Lanka avec un arrière goût amère (même si tout n’était pas négatif pour autant). Mais témoigner d’une expérience négative/difficile en voyage n’est pas toujours facile car on nous en laisse très peu la possibilité. Cela demande un certain courage je pense…

      Répondre
  39. Bonjour Amandine,

    Ton article m’a rassuré et confirmé ce que j’ai ressenti à mon arrivée au Sri Lanka où je suis toujours pour un autre mois.
    Je suis sur la route en solo depuis maintenant 5 mois et j’étais auparavant à Bali et au Cambodge. Je comprends tout à fait ta difficulté à mettre des mots sur les émotions et ressentis face aux regards intenses des hommes (qui te déshabillent des yeux) dans les villes de Negombo, Colombo et Kandy). En effet, je n’ai pas senti autant cette intensité en région et là je suis basée en banlieue de Colombo et le regard est plutôt amical tout en restant curieux bien sûr, il n’y a pas de touristes dans ce coin.

    Oui, le pays est machiste et c’est aussi la première chose qui m’a sautée aux yeux. J’ai aussi questionné mon comportement, mes sourires amicaux. Je suis du genre à vouloir engager la conversation avec les locaux tout en m’habillant convenablement et en respectant les coutumes. Comme toi, je n’ai jamais mis les pieds en Inde.

    Les couples voyageurs et voyageuses rencontrés sur la route m’ont tous avoué avoir ressenti cette espèce d’inconfort dans les rapports humains à un moment ou un autre. Certains couples me disaient même, « ah, je ne sais pas comment tu fais seule puisque même en couple c’est difficile »! Comme tu le dis si bien, chacun vit une expérience unique sur la route en fonction de son état d’esprit, énergie et expériences de voyage précédentes. Merci pour ton témoignage et je te souhaite de véritables coups de coeur pour tes prochains voyages!

    Répondre
    • Bonjour Nathalie pour ton commentaire, tu n’es pas la seule à avoir vécu ce soulagement en lisant cet article et les commentaires : ne pas se sentir seule avec ce vécu particulier de voyage au Sri Lanka.

      Je te souhaite le meilleur pour la suite de ton voyage !
      Au plaisir d’échanger encore dans les commentaires 🙂

      Répondre
  40. Je suis allée au Sri Lanka en 2011 en couple. C’était un voyage extraordinaire. La fin de la guerre civile si récente, un peuple généreux et encore peu marqué du tourisme. Nous n’avions pas de guide avec d’édition récente et l’année d’après les guides du Sri Lanka étaient en première loge, nouvelle édition, nouvelle destination à la mode.
    C’était aussi mon premier voyage en Asie.

    Alors oui, le « harcèlement » de rue est fatiguant surtout les tuk tuk (mais ça dans nombreux d’autres pays). Pour négocier, ils s’adressaient bien sûr à mon compagnon ne lâchant rien. Mais dès que je commençais à oser le ton, fin de la discussion. Ils sont tellement peu habitués que cela les déstabilisait et finissaient par céder. Une redoutable tactique 🙂
    Par contre pas vécu d’arnaque.

    J’ai remarqué aussi les hommes très tactiles avec Thomas et avec moi pas du tout. Et bien sûr peu d’hommes s’adressaient à moi pour parler ( sauf dans les guesthouses)

    J’ai également senti aussi quelquefois ce regard très insistant. C’est exactement ce que tu décris se sentir déshabillé du regard. Une fois un homme est passé plusieurs fois devant le bus, m’a très mal parlé ( je ne comprenais rien bien sûr, mais vu son ton cela devait être des insultes ou obscénité.) Tous les gens dans le bus me regardaient…j’ai ressenti de la honte.
    Ces regards je les ai parfois très mal vécus, mais en discutant avec Thomas qui avait voyagé en Inde m’a dit que c’était leur façon de regarder, une autre culture…au fil du voyage ( 1 mois) je m’en suis accommodée. Mais je suis toujours demandée : quel regard porte-t-il sur la femme blanche ?

    Bref, malgré ces quelques inconvénients, c’est un voyage avec un souvenir si particulier pour nous. Un voyage que je recommande même si pas forcément accessible à tout le monde. Mais j’ai véritablement ouvert mon esprit vers une culture si différente de la nôtre. Je n’ai pas été déçue, car je ne m’attendais à rien, personne autour ne moi ne connaissait cette destination et peu de gens en parlaient. Un voyage et son ressenti c’est également tout un contexte.

    Répondre
    • Bonjour Laetitia, merci pour ton message et ton partage d’expérience. Ce voyage a l’air de t’avoir beaucoup marquée, cela fait plaisir à lire 🙂

      Tes observations raccordent pour la plupart avec les miennes et celles des autres commentaires. Et comme tu le dis si bien, face à une même réalité, chacun se positionne et vit les choses à sa façon. Selon sa personnalité, ses attentes, le contexte de son voyage, les expériences antérieures…

      Répondre
  41. J’ai lu l’article sur votre voyage au Sri Lanka ainsi que la plupart des commentaires avec beaucoup d’intérêt. Evidemment, je ne suis pas en mesure de porter un jugement sur vos impressions et vos ressentis. Cependant, je voudrais savoir pourquoi vous avez tendu deux billets de 5,000 roupies au guichet du musée. Le montant total des deux billets d’entrée avoisinait-il 10,000 roupies ? Cela me parait invraisemblable. Il se peut que j’aie mal compris la situation.
    Avez-vous porté plainte ou du moins écrit à l’office du tourisme à Colombo ?
    Il est difficile de porter une appréciation objective sur les impressions et les ressentis. Mais, l’arnaque des touristes dans un site historique géré par l’État est tout autre chose. Il n’y a aucune excuse.

    Répondre
    • Bonjour Bandula, merci pour votre commentaire tout en nuance et en respect du vécu de chacun, cela fait plaisir à lire.
      J’avoue que non, nous n’avons pas porté plainte à l’OT de Colombo… Nous n’y avons pas pensé, sans doute est-ce lié à notre « état moral » du moment, dans la résignation face à ce genre d’événement (qui n’est qu’un exemple parmi d’autres expériences vécues). Mais vous avez totalement raison, ce sont des comportements à dénoncer, ne fut-ce que pour sensibiliser les autorités responsables.

      Répondre
      • Merci de votre réponse. J’apprécie beaucoup votre franchise. C’est peut-être la seule façon de faire avancer les choses. Je vais signaler aux autorités cette pratique inacceptable au musée archéologique de Polonnaruwa.
        En ce qui concerne le statut de la femme au sein de la société sri lankaise, il est vrai que le comportement des hommes vis-à-vis des femmes laisse quelquefois beaucoup à désirer. Néanmoins, il faut se rappeler que les femmes au Sri Lanka ont eu le droit de vote – suffrage universel, à partir de 1931, 13 ans avant que les Françaises n’aient eu accès à ce droit fondamental. En plus, Sri Lanka a choisi une femme comme chef de gouvernement en 1960 pour la première fois en temps modernes.

      • Ravie que ma franchise vous plaise ; c’est une qualité importante pour moi et que j’ai à cœur de pratiquer sur mon blog.
        Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires…

  42. Je suis tellement d’accord avec vous !!! Nous avons voyagé au Sri Lanka, 2 filles dont une blonde … et bien cela a beaucoup terni notre voyage ce rapport que les hommes ont aux femmes, énormément même. Quel dommage, car c’est vraiment un beau pays avec une palette de paysages incroyables !
    Enfin, je vois que ce rapport n’a pas changé avec les années…

    Répondre
    • Bonjour Gwendoline, merci pour votre message et ce partage d’expérience. Les voyages ne sont pas toujours tout rose ! Oui le pays est magnifique, oui on peut y faire de magnifiques rencontres et le rapport de femme à femme est souvent très doux et très intense à la fois… Mais certains aspects de notre voyage dans ce pays nous laissent un petit goût amer. Et je pense que si, ce rapport aux (femmes) touristes à changer avec les années, depuis les témoignages que j’ai pu avoir à travers des rencontres et des sites webs (entre autres Des Tongs au Sri Lanka dont je parle dans l’article), mais en mal !

      Répondre
      • Pas rassurant… et tellement dommage pour eux !

  43. Je dois avouer que moi aussi je n’ai pas été à l’aise. J’avais 15 ans, mais j’en faisais facilement 20 et c’est la première fois dans tous les voyages d’Asie qu’on a fait qu’on a eu affaire à ça : l’exhibitionnisme ! Plusieurs fois ma mère ou moi avons surpris des hommes en train de « remettre leur sari » avec leurs mains en dessous. Une touriste allemande nous a même expliqué qu’un homme s’est masturbé au-dessus d’elle pendant qu’elle était sur la plage de l’hôtel.
    J’ai plutôt aimé le Sri Lanka, mais c’est le seul pays où je me méfiais vraiment des hommes.

    Répondre
    • Merci Elisa pour ton message et le partage de ton expérience de voyage au Sri Lanka.
      J’ai eu la chance de ne pas être témoin de ce genre de comportement, mais j’imagine à quel point cela peut donner un sentiment d’insécurité et d’inconfort… Souvent l’expérience qu’on aura d’un pays visité se fera à travers l’aura qu’on en percevra, aura souvent liée aux rencontres faites sur les routes, regards et sourires échangés… et ce genre d’expérience vient mettre une barrière dans cette envie de rencontre; le besoin de se protéger passe avant celui de rencontrer, venant nuire à l’aura du pays tout entier et à notre expérience dans le pays… Et c’est bien dommage 🙁

      Répondre
  44. J’ai lu deux articles sur ce blog. Je trouve vraiment dommage de voir la vie de cette façon. On n’y lit pour ainsi dire que du négatif et on y voit un verre à moitié vide… Évidemment, je n’ai lu que les articles sur le Sri Lanka et sur Anghor. Et franchement, je me suis arrêté là, car sinon, j’allais finir par me surprendre à me dire que voyager est vraiment pénible.

    Des articles bien écrits cela dit, mais quel dommage que le contenu ne soit pas plus joyeux. C’est bien simple, une autre personne, qui a visité les mêmes endroits le même jour que vous, auraient pris la peine de mettre en avant tous les aspects positifs et les magnifiques souvenirs emmagasinés.

    Bref, c’est votre droit de voir le côté négatif des choses, mais je trouve ça bien dommage… Je suis allé dans ces pays « en tant qu’homme ». Je ne peux donc porter le même regard que vous, je le reconnais. Cependant, à chacun de mes voyages à l’autre bout du monde, j’ai systématiquement séjourné chez l’habitant. Pourquoi ? Simplement pour être en immersion avec la culture locale. Ce qui n’est pas votre cas.

    Le but de mon commentaire n’est pas de lancer un débat sur la position de la femme au Sri Lanka. C’est juste que vos propos négatifs à outrance font penser aux propos d’une personne âgée aigrie. Dommage…

    Répondre
    • Bonjour Corentin,

      nous sommes à la fois ravis de ton commentaire et étonnés. En effet, sur plus de 300 articles publiés, seuls 3 sont négatifs !
      Enfin, apparemment tu n’as pas assez lu les autres articles, nous séjournons régulièrement chez l’habitant, mais ce n’est pas du par défaut. Nous l’avons fait au Chili, en Equateur, au Pérou, en Argentine, au Salvador, au Mexique, au Sri Lanka (!)… a peu près dans chaque pays visité en fait. 😀

      Tu peux avoir l’opinion que tu veux (heureusement), mais de là à nous trouver aigris pour 1% de négativité, je te trouve un peu dur.
      Enfin, il faut savoir que malheureusement ce sont les articles négatifs qui ont le plus de succès, avec des avis très tranchés comme tu peux le remarquer dans les commentaires. C’est sans doute pour cela que tu es tombés en premier sur ces articles depuis notre page d’accueil qui met en avant les articles les plus lus !

      Répondre
      • Bonjour François

        En effet, et je l’ai bien spécifié dans mon commentaire, je n’ai lu que deux articles. Mon idée était plutôt d’exprimer que dans du négatif, il est toujours possible d’y inclure du positif. Ce n’est pas noir ou blanc, ça doit systématiquement être nuancé. Et c’est ce que je déplore dans ces deux articles.

        Même s’ils se veulent exprimer une certaine vérité, ça ne peut pas être négatif à ce point. C’est pourquoi je me suis permis de le suggérer. Après, il vous appartient de narrer vos voyages comme bon vous semble bien entendu

    • Bonjour Corentin, merci pour ton message, François a été plus rapide que moi pour y répondre !

      J’apprécie le ton de ton message, agréable à lire. J’entends bien que tu n’as lu que deux articles, et j’avoue que cela m’a fait sourire en découvrant ton message : quelle était la probabilité que tu ne tombes que sur nos articles négatifs ?!

      Autant je te rejoins en partie pour l’article sur Angkor, écrit sous le coup de l’émotion (mais malgré tout très documenté et en fait, même si le ton est piquant, rien n’est exagéré par rapport à l’expérience que j’ai vécue) ; autant pour cet article sur le Sri Lanka, je me permets de te dire que je suis très nuancée et que j’ai pris le temps de ne pas écrire directement et de digérer l’expérience. Si la tonalité principale est négative, c’est malheureusement au reflet de mon expérience sur le sujet de « voyage en tant que femme » – un sujet sensible comme tu pourras le voir dans les nombreux commentaires (à moins que nous ne soyons toutes des voyageuses âgées et aigries… qui sait ?). Mais apparemment, là n’est pas le débat.

      Si tu cherches du « happy ever after », je te conseille… tout le reste du site ! 😉 Plus sérieusement, je partage énormément de coup de coeur, de sujets qui me passionnent (comme l’archéologie, les échanges culturels… etc.).

      Sur mon blog, mon espace de liberté, j’aime partager les beaux visages du monde et rappeler que notre Terre vaut la peine d’être découverte et préservée… Mais j’aime aussi être honnête : je ne suis pas la pour « vendre une destination » ou un produit. Pour cela, mieux vaut lire le Lonely Planet et autres guides ou agences de voyage. Je pense que l’authenticité dans mes propos font la richesse de ce blog. Comme dans la vie quotidienne, tout n’est pas toujours rose et parfait (on s’embêterait vite je pense).

      Pour ce qui est du jugement de valeur sur loger chez l’habitant et ton verdict « Ce qui n’est pas votre cas » : je suis très étonnée de lire ce passage dans ton message. Je trouve qu’il manque énormément de nuances et ne s’appuie sur rien (d’ailleurs, nous avons logé chez l’habitant au Sri Lanka 😉 et le faisons régulièrement, comme le souligne François dans sa réponse). Avant d’affirmer des faits sur les autres, je t’invite à soit te montrer plus curieux dans tes recherches et analyses, soit plus modéré dans tes propos. Cela leur donnera plus de poids…

      Voilà pour ma réponse ! Après, si cela t’intéresse, je t’invite à creuser un peu plus et aller piocher d’autres articles sur le site… Belle journée à toi et au plaisir d’échanger dans d’autres commentaires 🙂

      Répondre
  45. Salut Amandine,
    Je lis ton article un peu tardivement et je n’ai pas pris le temps de lire tous les échanges dans les commentaires. J’avoue être tombée sur ton blog en faisant une recherche spécifique car j’ai l’impression que ce type de harcèlement est presque un sujet tabou parmi les voyageurs, dont certains abondent en excuses au profit des hommes qui adoptent ces comportements, ce que je trouve très condescendant au fond (« ces pauvres indigènes ne contrôlent pas leurs pulsions », c’est en général l’idée de fond, comme si le respect était le privilège d’une élite blanche chrétienne) et très misogyne également. Je voyage en solo depuis un an, et je suis USÉE par ce harcèlement. « What Country », « where you staying », « are you married » en 1ère question! « Whats your job », « gimme me money ». Et je passe les photos volées, les vidéos… Cela a gâché mes meilleurs souvenirs. Je ne sais plus comment réagir, j’essaye d’y prêter une moindre importance mais cela pollue mes oreilles toute la journée et m’empêche parfois d’aller à la rencontre des gens, il m’arrive d’avoir peur de nouer contact… Personnellement, je ne réponds plus, mais du coup ils répètent la question indéfiniment.
    On sent à travers ce harcèlement tout le poids des préjugés, du racisme et de la misogynie… Je précise que je voyage quasiment toujours hors des lieux touristiques, donc je ne parle pas des arnaques aux touristes classiques. Bien sur, il s’agit toujours d’une minorité de personnes qui va Laisser une mauvaise impression, mais ça gâche l’expérience du voyage, et me fait beaucoup de peine pour les femmes sur place. J’ai eu des avances « physiques » alors que rien dans mon comportement n’invitait à cela, y compris par un médecin que je consultais. Certaines invitations sur couchsurfing ne laissent pas de place au doute non plus. Alors non ce n’est pas de l’aigreur, je trouve ça un peu facile de remettre encore la faute sur la victime, c’est une réalité, et elle est très pesante, et elle est à mon avis révélatrice de choses bien plus graves. Cela fait 20 ans que je voyage seule et je vois les choses s’aggraver, je ne parlais pas de racisme avant.
    Je pense aussi que les voyageurs devraient se comporter de manière responsable en ne prenant pas les choses à la légère et en cessant de trouver ca « mignon » ou « sympa », encore une fois je trouve ça très condescendant, en arrêtant de distribuer des bonbons aux enfants, c’est inutile, c’est un acte égoïste au fond, au Sri Lanka j’ai vu des touristes jeter des bonbons depuis le train avec des gros rires gras en voyant les enfants se ruer dessus…
    Bref, ca m’a fait du bien de lire ton article, je me sens moins seule… Je continue de voyager, j’essaye de m’adapter, et je développe de plus en plus la solidarité féminine, car nous vivons vraiment comme une classe à part dans un monde de mâles dominants, c’est ce que j’ai appris durant cette année.

    Répondre
    • Bonjour Sarah, tu ne sais pas comme cela me fait plaisir de lire ton commentaire. Il est arrivé en même temps qu’un autre chouette message sur l’article « Comment le voyage m’a rendue féministe », et de lire vos retours de femme et votre point de vue sur le sujet, cela m’a fait très plaisir. Merci donc d’avoir pris le temps de partager tes idées avec moi dans ce commentaire !

      Ton vécu, tu n’es certainement pas la seule à l’avoir ; mais je trouve comme toi que très peu de personnes en parlent. Je me suis posée la question (suite à un précédent article) : « peux-ton ne pas aimer »… et surtout peut-on le dire et l’écrire ? Pas si sûre parfois… Mais comme je le répond au commentaire précédent : mon blog est mon espace de liberté, j’y partage mes idées et mon vécu, avec honnêteté et transparence, dans les bonnes comme les moins bonnes (voire mauvaises) expériences de voyage.

      Le sexisme n’est pas un phénomène à prendre à la légère. Tu parles de racisme : ce sont deux formes d’exclusion, mais le féminisme est souvent marginalisé, banalisé voire pris « avec humour » ou dédain (genre « vieille aigrie » 😉 ). Non, réagir, dire qu’on ne cautionne pas, qu’on ne trouve pas cela normal… c’est une position citoyenne, une position humaine importante à mes yeux, pour quelque injustice que ce soit.

      Et j’aime beaucoup ta réflexion autour de la banalisation du comportement des habitants du pays visité. Je pense que s’il faut être ouvert à d’autres coutumes, d’autres manières de vivre et de concevoir les choses, il ne faut pas cependant tomber dans l’excès inverse; garder toujours comme fil rouge le respect (de soi comme de l’autre) et donc réagir aussi bien au manque de respect envers soi (harcèlement, attouchement etc.) qu’envers l’autre (sorte d’infantilisation dont tu parles bien).

      Bref, non, tu n’es pas seule 😉 Merci encore pour ton message, au plaisir d’échanger encore dans les commentaires, je te souhaite de très beaux prochains voyages !

      Répondre
  46. Bonjour Amandine,
    J’ai trouvé ton article très vrai et très bien écrit. Mon mari et moi avons passé 3 semaines au Sri Lanka en sac à dos, et je dois dire que nous avons été plus que mitigé sur ce pays ! Si cela ne te dérange pas, je t’ai cité dans un de mes articles, sur mon blog, dans lequel je fais le bilan de ce voyage.
    Je trouve que trop peu de personnes encore osent dire qu’ils n’ont pas apprécié plus que ça un pays, « ça ne se fait pas » à écouter la plupart des gens, alors bravo à toi pour le dire !

    Répondre
    • Bonjour Amandine (cela fait toujours drôle ! ^^), merci pour ton commentaire et pour la mention dans ton article.
      Je pense que c’est important de partager ses impressions avec honnêteté et transparence… et sans doute aussi un peu de recul (surtout quand les émotions sont teintées négativement). Je pense aussi que trop peu de personnes osent dire quand elles n’aiment pas (même partiellement) quelque chose (je parle de cela dans cet article, cela devrait t’intéresser) : une sorte de tabou autour du voyage dont je ne vois pas l’utilité… encore moins sur un blog qui, par essence, partage une expérience personnelle !

      Répondre
  47. Bonjour, j’ai aimé ton récit honnête . Enfin quelqu’un qui décrit le Sri Lanka tel qu’il est! C’est un beau pays mais les relations avec les gens sont parfois complexes. Il a une grande différence d’appréciation de ce pays entre les gens qui voyagent en groupe ou tout est tracé et où on vous sort d’un hotel pour aller d’un temple à un autre en passant par les restaurants Buffets pour touristes et les touristes qui voyagent solo. Pour les uns, c’est plutôt édulcoré et la gêne est minime, pour les autres, vous vous retrouvez dans le récit d’Amandine. (Je comprend toutefois qu’on puisse voyager organisé et apprécier). Les Sri Lankais aurai vraiment à gagner à préserver ses touristes car c’est un beau pays luxuriant mais pas si facile qu’on le décrit souvent.

    Répondre
    • Bonjour Erik, merci pour ton commentaire et partage d’expérience.

      Répondre
  48. Bonjour Amandine,
    J’ai beaucoup apprécié ton article et ton honnêteté vis à vis de ton voyage.
    J’ai passé 4 mois au Sri Lanka, en tant que bénévole dans un pensionnat, perdu dans un petit village absolument pas touristique.
    Autant je suis unanime sur les relations femmes occidentales – sri lankaises et femmes occidentales – enfants sri lankais, autant mon avis sur la relation avec les hommes sri lankais est mitigé.

    Les femmes ont toujours été adorables, souriantes et pleines de bonnes intentions à mon égard. Les enfants étaient surtout curieux et souhaitaient rentrer en contact avec moi (que ce soit par un simple regard, sourire ou quelques mots échangés).

    La plupart des hommes ont eu un comportement tout à fait correct avec moi (parfois quelques regards curieux), mais certains sont vraiment complètement intéressés que ce soit par le sexe ou l’argent et ont des attitudes très déplacées.
    Je n’ai pas subi beaucoup d’arnaques, mais certains hommes ont, en effet, essayé de mentir sur les tarifs (que je finissais par connaître à force d’y vivre). Les situations les plus dérangeantes, pour moi, étaient lorsque je prenais le bus. Il faut vraiment faire attention à ceux qui essaient de nous tripoter (souvent bras, poitrine et cuisses). Ils ont tous les mêmes techniques : poser leur main entre leur cuisse et la votre, croiser leurs bras sur leur poitrine en laissant dépasser leur main sur le côté (pile à hauteur de votre poitrine) ou ceux qui sont sur le siège derrière vous passent leur main dans l’espace entre les sièges ! Encore une fois, je n’ai pas subi ce genre de désagréments à chaque déplacement, cela arrivait de temps en temps.
    En discutant avec certaines femmes locales, j’ai appris que c’était surtout les hommes âgés qui avaient recours à ce genre de chose, et j’ai pu le vérifier ! La plupart des « jeunes » sont encore assez romantique, mais les plus âgés peuvent avoir des instincts plus bestiaux !
    J’ai aussi été gênée lorsque je me baignais sur les plages non touristiques. Même habillée (short et tee shirt), les hommes se rapprochaient souvent de moi pour me regarder ou me parler (et bien sûr en maillot c’est pire!).

    Quand au harcèlement des commerçants, celui-ci peut être vraiment insupportable dans certains lieux, mais heureusement on peut trouver des coins où marcher tranquillement sans être accostée par un tuk tuk tous les 50 mètres !

    Si je décris ces aspects « négatifs » ce n’est pas du tout pour faire peur aux femmes qui veulent voyager seules, mais plutôt pour avertir des risques. Le Sri Lanka n’est pas, selon moi, un pays dangereux pour les femmes, mêmes seules. Je pourrai y retourner sans aucun problème. Je pense qu’il faut juste faire attention pour ne pas se retrouver dans des situations délicates.
    J’ai aussi rencontré des gens adorables qui m’ont bien aidé quand j’en avais besoin et sans contre partie financière.

    Globalement, mon expérience était très positive, je recommande ce pays qui n’est pas encore trop touristique, même si celui-ci se développe rapidement.

    Répondre
    • Bonjour Marine, merci pour ton message et ton partage d’expérience.

      Concernant mes expériences de « désagrément » dans les bus, j’ai de mauvais souvenirs avec de jeunes hommes qui, alors qu’ils étaient debout près du siège où j’étais assise, tentaient de prendre des photos de mon décolleté (même si je n’avais pas un t-shirt décolleté du tout) par en haut… On va dire que c’est impossible de faire des généralités, comme partout. Mais tu fais bien de nuancer tes propos, pour rester au plus proche de ce que tu as vécu sans faire d’amalgame.

      Répondre
  49. Bonjour Amandine,

    Merci pour ce poste et merci aussi aux Internautes qui ont commenté ! J’ai vécu des expériences similaires au Sri Lanka et cela fait du bien de partager… Car je deviens un peu dingo ici.

    Je suis en ce moment même dans le pays, depuis deux mois et pour un mois encore. Mon compagnon a une mission ici et je suis journaliste indépendante donc j’ai pu venir travailler également. Mais du coup, je voyage beaucoup seule dans le pays pour des reportages ou pour visiter.
    En deux semaines d’intervalle, j’ai eu à faire à deux exhibitionnistes, dont un qui m’a traité de pute à plusieurs reprises… À la seconde fois, j’ai voulu porter plainte et faire un « mini scandale » dans le village où je me trouve pour que cela fasse du bruit et ne recommence pas (je devais alors passer encore deux mois sur place). Les Sri Lankais m’ont aidé dans ma démarche, on a retrouvé le type et je suis allée porter plainte au commissariat pour que les faits soient notifiés. Mais je pense que ma déclaration n’a pas été enregistrée. Clairement, les forces de l’ordre comme les villageois eux-mêmes ne voulaient pas nuire à la réputation touristique du lieu…
    À mes yeux, c’est une raison supplémentaire d’en parler, et de renforcer la solidarité féminine comme le suggère Sarah dans un post précédant.

    Néanmoins, je ne dirai pas non plus que c’est un pays dangereux pour les femmes, mais c’est juste pénible. Et en effet, impossible de voyage seule (même quand on est accompagné parfois) sans un « where are you from », etc., etc.

    D’un point de vue financier, des vendeurs d’encas dans les trains m’ont proposé des sortes de beignets à 400 roupies alors que le prix normal est de 40… Et les tuk-tuk essaient par tous les moyens de nous apitoyer pour obtenir plus d’argent si l’on a été dur en affaire pour les négociations : « Mon frère est à l’hôpital », « Je suis un vieux monsieur », l’un d’eux a même enlevé son tee-shirt pour montrer une cicatrice qu’il avait sur le cœur, alors que j’avais payé 300 roupies une course qui en valait 100 selon mes hôtes.

    Bien sûr, il y a aussi de belles rencontres, sans qu’il y ait échange financier ou intention plus ou moins sexuelle derrière. Malheureusement, ce n’est pas la majorité des cas (dans mon expérience en tout cas). Il y a de très beaux paysages et des sites très intéressants à visiter, mais le Sri Lanka n’est pas pour moi un pays coup de cœur, loin de là, et le comportement des gens liés au secteur du tourisme ne fait qu’accentuer ce sentiment…

    Répondre
    • Bonjour,
      Je connais très bien le pays j’y vais 2 fois par an avec ma femme et ma fille et je suis très surpris par ce que je lis
      Avec nous les srilankais se comportent très bien et c’est immense plaisir que d’y retourner à chaque fois.
      Est-ce que les srilankais essaie de profiter de nous pour gonfler les tarifs ou profiter de la situation pour gagner plus ?
      Certains oui, mais c’est vrai qu’en France ça n’existe pas le français est droit ou peut-être quelques picpocket qui essaient de vous tirer le porte feuille chaque jours dans le métro parisien ou le restaurateur qui arnaque des chinois à longueur de journée pour leurs soutirer leur argent.
      Et puis en ce qui concerne les femmes c’est vrai qu’en France on a un profond respect pour les femmes surtout quand elles ont des mini jupes ou des hauts talons , celles-ci se font accoster 1000 fois dans la rue pour leur numéro et quand elles le donnent pas elles se font insulter par tous les noms et bah pour un srilankais c’est pareil quand ils voient une occidentale habillée différemment ca les interpelles et ils prennent ces femmes pour des femmes faciles ou peut etre un peu plus volages que les srilankaise ce qui n’est pas complètement faux non plus.
      Alors je vous en supplie comme vous avez une ouverture d’esprit assez petite restez chez vous comme ca vous ne serez choqués par rien et ne décourager pas les autres à aller découvrir ce qui pour moi est l’un des plus beaux pays du monde

      Répondre
      • Bonjour Gaëtan,

        je vois invite à lire les commentaires de cet articles, les témoignages et aussi à, lorsque vous avez un avis différent, à respecter celui des autres et à ne pas les insulter et ne pas tomber dans les insultes raciales inutiles et très limites.

        Bonne journée

    • Bonjour Maya, merci beaucoup pour ton commentaire et ton partage de vécu. Pour nous aussi, globalement, le Sri Lanka n’a pas été un coup de coeur, même si nous avons eu de bons moments là-bas. Comme tu le vois, beaucoup de femmes ont vécu des expériences mitigées voire négatives au Sri Lanka (sans vouloir dire pour autant que le voyage tout entier était « mauvais »), et je pense que c’est important d’avoir un espace pour poser ça. Car ce n’est pas toujours facile de reconnaitre qu’on a eu des difficultés en voyage, des choses qu’on n’a pas aimées… sans subir de jugement de la part d’autres personnes (typiquement la culpabilisation de la victime).

      Reconnaitre ces expériences négatives, cela ne veut pas dire qu’on n’a pas aimé le voyage dans son ensemble, que l’entièreté de l’expérience était mauvaise ou encore que le Sri Lanka est un pays « mauvais ». Mais je trouve qu’il ne faut pas tomber dans l’excès inverse, de ne pas pouvoir s’exprimer sur les « mauvaises choses » en voyage. Laisser un espace de dialogue, de libre échange d’expériences, quelles qu’elles soient, sans jugement.

      Répondre
  50. Bonjour Amandine et François, je suis tombée sur votre article un peu par hasard, grâce au lien que vous avez mis sur celui consacré à la Thaïlande (nous partons là-bas dans un mois). Je l’ai trouvé vraiment intéressant. Justement parce qu’il est à l’opposé de ce que j’ai vécu. Et parce qu’il répond en partie à une interrogation que j’avais eu en quittant le pays il y des années. Je suis allée au Sri Lanka début 2011, et j’ne garde un souvenir merveilleux. Je me souviens avoir été notamment marquée par la qualité de l’accueil et la gentillesse des gens. Mais j’avoue que lorsque je suis repartie, je me demandais comment le pays évoluerait dans le temps. Est-ce que l’arrivée massive de touristes n’allait pas tout dénaturer ? Est-ce que les belles plages n’allaient pas se retrouver recouvertes de gros buildings tout moches ? Et surtout est-ce que tout cela n’allait pas altérer cet accueil si fantastique que nous avions reçu ? Quand je m’y suis rendue, le Sri Lanka se remettait à peine de la guerre civile et du tsunami de 2004, du coup, je crois que l’arrivée des touristes étaient un peu vécue comme une bouffée d’oxygène, le signe que des jours meilleurs pouvaient revenir. Du coup, tout le monde était vraiment adorable avec nous. Alors que c’était ma première expérience en Asie, je n’ai à aucun moment été importunée par des gens qui cherchaient à me soutirer de l’argent (contrairement à d’autres pays comme la Tunisie) ni par des regards désagréables. J’étais pourtant blonde et en short et débardeur la plupart du temps. Et nous étions plusieurs nanas. Après, c’était peut-être dû au fait que nous étions en groupe et accompagnées par un guide sri lankais (un garçon totalement adorable au passage). Et puis, le pays était alors encore très peu fréquenté par les touristes internationaux. Nous étions donc accueillies comme des reines partout où nous allions, les gens semblaient si content de nous voir à chaque fois, il y avait bien quelques regards interrogatifs sur notre passage, mais ça nous semblait davantage être un mélange de curiosité et de timidité qu’autre chose, et cela se terminait souvent par un sourire bienveillant. Nous nous sommes baignées en maillot de bain dans les rivières, nous avons pris des trains bondé avec plein d’hommes autour de nous, et à aucun moment, nous ne sommes senties « observées » ou « harcelées ». Bref, une expérience de rêve ! Mais à lire ton article, je commence à me demander si en fait, je ne suis pas tout simplement allée là-bas « au bon moment ». Tout ça ne changera pas fondamentalement ma vision de ce pays, qui restera pour moi un mélange idéal entre culture, nature et plages et un super souvenir. Je pense d’ailleurs y retourner un jour avec Damien, qui ne connais pas du tout ce coin du monde. Mais je crois que je serai juste un peu plus attentive lorsque je recommanderai la destination autour de moi. Surtout quand il s’agira de femmes voulant voyager seule.

    Répondre
    • Bonjour Delphine, merci pour ton message, ton retour d’expérience et cette ouverture d’esprit bienveillante et sans jugement, cela fait plaisir à lire !

      Ravie de lire quelle belle expérience tu as vécue au Sri Lanka lors de ton voyage. Je ne peux pas comparer pour parler de l’évolution, vu que je n’y suis allée qu’une seule fois ; mais comme je l’explique dans l’article, d’autres voyageurs/voyageuses parlent de leur vécu à leurs voyages successifs (comme la blogueuse de « Des tongs au Sri Lanka » qui en venait à déconseiller aux femmes d’y voyager).

      Je pense qu’il est, malgré tout ce que j’ai pu dire et écrire, possible d’avoir une très belle expérience dans ce pays même en tant que femme voyageuse ; et particulièrement pour celles qui ont déjà voyagé en Inde (par exemple) et celles qui voyagent avec mari et enfant (la femme ne semblant plus être vue comme un objet de désir mais comme une mère).

      Merci encore pour ton partage d’expérience et ton commentaire tout en nuances 🙂 
Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires !

      Répondre
  51. Bonjour Amandine,

    je suis tombé un peu par hasard sur ton article sur le Sri Lanka et je suis un peu surpris par ton ressenti. J’ai également eu l’opportunité de voyager dans le pays en 2015, et au niveau de la sécurité, jamais nous ne sommes sentis en danger. Certains peuvent avoir un regard insistant, perturbant, mais c’est de la curiosité avant tout. Les gens ont toujours était adorables avec nous et le contact avec la population très aisé (nous parlons un peu le tamoul, une des langues du Sri Lanka, ce qui a pu faciliter le contact), Dès que nous avions besoin d’aide, ils étaient de bons conseils (une seule mésaventure avec un bijoutier véreux car nous n’avons pas été vigilant du tout, mais cela à bien finit). Je ne suis pas encore allé lire l’article qui déconseille aux femmes d’aller là-bas (peur de faire des bonds sur mon siège !). Alors certes, ma vision est peut-être biaisée car j’ai vécu en Inde quelques mois dans une université et ais pu expérimenter leur quotidien (mais même à mon arrivée en Inde, je n’ai jamais ressenti ce que tu as ressenti). Pour moi le Sri Lanka reste un très beau pays avec des gens très bons, où je me suis senti beaucoup plus en sécurité que lors de mon voyage au Brésil/Paraguay, où il était hors de question de se promener seuls la nuit.
    Au plaisir.

    Répondre
    • Bonjour Clément, merci pour ton commentaire et ton partage d’expérience.
      Je n’ai pas la prétention de prôner une vérité unique ; c’est ce qui est intéressant avec les blogs et avec les voyages de manière générale : chacun est unique, chaque voyageur à son expérience et son point de vue.
      Je ne souhaite pas non plus déconseiller d’y aller ; juste partager mon expérience et ne pas me taire sur certains aspects plus négatifs que je suis loin d’être la seule à avoir vécu – comme tu peux le voir dans d’autres commentaires.
      Bien sûr, le facteur expérience et précédent voyage en Inde change pour beaucoup le contact et le ressenti, au vu des autres personnes qui ont commenté cet article.
      Et, comme je l’ai dit, malgré certains aspects plus difficiles, je garde en tête de très beaux souvenirs, de magnifiques paysages, de beaux sourires… (et nous sommes allés au Paraguay il y a 8 ans, notre premier voyage hors Occident, et n’avons ressenti aucun souci d’aucune sorte… comme quoi, les expériences sont toutes uniques !).

      Répondre
  52. Article décevant et peu en rapport avec ce que nous avons vu et ressenti au Sri Lanka, ma femme comme moi-même. Nous y avons été il y a quelques années alors que le pays était en pleine crise politique et au milieu d’attentats contre des hauts-fonctionnaires et militaires sri-lankais perpétrés par les tigres tamouls. Bref, la tension et la nervosité des militaires étaient palpables à Colombo. Malgré tout, je ne suis toujours senti en sécurité et entouré de gens extrêmement adorables, quel que soit l’endroit qu’on a visité. C’est vrai qu’ils te proposent régulièrement des services (tuk-tuk, pierres précieuses, visites guidées, etc.). Mais il suffit de dire non et ils n’insistent pas. Aucun rapport avec le Maroc, par exemple. Sortis de Colombo, la visite du triangle culturel ou de la région de production du thé étaient proprement incroyables. J’ai trouvé les gens super honnêtes, malgré un dénuement criant. Beaucoup nous offraient des fruits (en particulier le fruit du jacquier) ou nous invitaient à partager leur repas sans rien demander en retour. Bref, une de mes plus belles expériences de voyage (et je voyage beaucoup). Je tenais à écrire ce commentaire parce que vous donnez une idée radicalement différente de ce que j’ai ressenti et j’aimerais que les gens n’aient pas peur d’y aller. C’est une destination fabuleuse que je recommande chaudement.

    Répondre
    • Bonjour Lorenzo, merci pour votre commentaire et partage d’expérience.
      Je suis contente de lire votre témoignage et savoir que votre voyage a été magnifique.
      Mon but avec cet article n’est pas de dire que tel pays ou telle région est « mauvaise » et à ne pas voir, mais bien de partager mon vécu et mon expérience, avec le plus de sincérité possible… et comme vous pouvez le voir dans les commentaires (et sur d’autres sites), je ne suis pas la seule à avoir eu ce genre de vécu en tant que femme. Je trouve que trop souvent les femmes ont honte et se culpabilisent d’événements malheureux qui peuvent survenir sur les routes, et je suis heureuse si en lisant cet article quelques femmes ont pu se retrouver dans mes mots et arrêter de penser que c’est « de leur faute » ou quoique ce soit dans le genre.

      J’ai aussi de magnifiques souvenirs du Sri Lanka, particulièrement lors des treks entre les plantations de thé, dont je parle dans cet article.

      Merci encore pour votre commentaire, j’espère qu’il permettra à d’autres futurs voyageurs de se faire une idée nuancée du Sri Lanka.

      Répondre
  53. Je me suis déjà rendue en Inde, et j’ai même essayé le sud du pays. Par contre, je n’ai pas eu l’occasion de me rendre au Sri Lanka. Vos photos me donnent envie de faire ce voyage !

    Répondre
    • Bonjour Sarah, merci pour votre message ; ravie de lire que malgré certains aspects négatifs relatés dans cet article, certaines voyageuses gardent intact leur désir de découvrir la destination par elles-mêmes.

      Répondre
  54. Bonjour,

    habitant au Sri Lanka depuis 4 mois, je confirme tout à fait l’expérience d’Amandine. Dans l’imaginaire occidental, le Sri Lanka représente une vie exotique, un dépaysement, mais lorsqu’on est au Sri Lanka dans le cadre d’une expatriation professionnelle) pour plusieurs années,comme c’est mon cas… eh bien je peux dire c’est l’enfer au paradis, mais ça ne regarde que moi.
    Effectivement, les gens simples au Sri Lanka sont très touchants et gentils, en revanche, les « nouveaux riches » sri lankais ne sont pas tendres avec leur entourage. C’est un pays fait de paradoxes ou il y aurait tellement de choses à développer. Mais…………

    On aime ou on n’aime pas. Il faut que chacun fasse sa propre expérience. Mais le dépaysement est assuré. Pour un voyage de quelques semaines, c’est une destination agréable pour les touristes en recherche d’exotisme.

    Répondre
    • Bonjour Corinne, merci beaucoup pour ce témoignage. Ce n’est pas toujours évident de partager un vécu sur un voyage : c’est tellement personnel… cela fait plaisir de lire que d’autres voyageurs s’y retrouvent, et encore plus les expatriés, qui connaissent souvent le pays plus en profondeur.

      Répondre
  55. Bonjour,

    Je suis actuellement au Sri Lanka en voyageuse solo pour un mois. Je prends les bus locaux, je mange dans les restaurants locaux. Je suis déjà partie en Inde aussi (5 mois au total). Je ne me reconnais pas dans cet article. Le seul harcélement de la rue, vient des gens dont c’est le métier. Des tuk tuk, des restaux, des taxis qui veulent des clients. Il faut juste être ferme, et décidée, montrer que l’on a confiance en soit, que l’on sait ce que l’on veut, où l’on va, et comment on y va ! En effet, je trouve les hommes du sri lanka toujours prêts à m’aider dans n’importe qu’elle situation. Rien à voir avec l’Inde !

    Répondre
    • Bonjour Justine, merci pour ton message et ton retour d’expérience ; c’est toujours très intéressant de lire les vécus de différents voyageurs et voyageuses.

      Comme tu peux le voir dans les commentaires, on pourrait ranger les expériences de voyage au féminin au Sri Lanka en 3 grandes catégories : celles qui, comme moi, ont vécu des expériences difficiles (intrusives, attouchements, vol, harcèlement…), celles qui comme toi, ont eu une superbe expérience sans rien ressentir des difficultés vécues par les premières voyageuses (et qui, souvent, ont été en Inde avant – sans doute qu’elles sont plus rodées) ; et encore une troisième catégorie, les femmes qui voyagent avec leur(s) enfant(s) et ont généralement toutes une très bonne expérience (apparemment une femme avec enfant ne serait pas regardée de la même façon par les hommes).

      Je ne pense pas qu’une de ces « catégories de femmes » ait plus raison qu’une autre : chacune de ces femmes a vécu une expérience qui leur est propre.

      Je pense que l’expérience et le style de la voyageuse jouent sur son ressenti et son attitude. Par contre, en poussant à l’extrême la logique de « c’est à cause de ce qu’elles dégagent/ou ne dégagent pas » (pas l’air assez ferme, décidé… – ce qui n’est pas mon cas, de mon point de vue toujours), est dangereux. C’est un peu la même logique dernière de victimisation des femmes qui se font agressées et violées : c’est à cause de la manière dont elles marchaient, celle dont elles étaient vêtues… Donc oui, dans une certaine mesure, en paraissant apeuré et craintif (ou à l’inverse extrême, trop à l’aise, et exposer ses richesses par exemple), on a plus de chance de se faire repérer comme cible ; mais dans le cadre d’attouchement dans les foules et dans les bus, je ne pense réellement pas qu’il s’agisse de la même logique.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest