Un sac sur le dos
Amandine

Miyajima : un de nos lieux préférés du Japon ! Cette petite ile de la baie d’Hiroshima a bien mérité sa place dans le classement des 3 plus beaux paysages nippons. Ile sacrée connue pour son grand torii les pieds dans l’eau, Miyajima est l’un des lieux les plus touristiques du pays. Et pourtant, elle n’a rien perdu en charme ni en beauté. On vous partage notre expérience et nos conseils après deux voyages sur cette ile, afin de visiter Miyajima en un ou deux jours.

Visiter Miyajima… pour la deuxième fois !

Miyajima (ou Itsukushima), nous y étions déjà allés lors de notre premier voyage, il y a un an et demi déjà. C’est d’ailleurs là que nous avons passé notre première nuit dans un hôtel ryokan. J’en garde un magnifique souvenir : c’est un de mes lieux préférés du Japon. C’est dire si j’adore cette ile !

Si je ne vous en avais pas encore parlé sur le blog, c’est parce que je ne trouvais pas les mots. Mais aussi parce que nous n’avions pas réalisé une des activités principales de l’ile… Mais je vais y revenir plus tard.

Miyajima, deuxième séjour donc, à l’occasion de ce troisième voyage au Japon. Et cette fois, les parents de François nous accompagnent. L’occasion de leur partager notre coup de cœur pour ce petit bijou insulaire.

Tomber amoureuse de Miyajima

Pourquoi je suis tombée amoureuse de Miyajima

Je pourrais sans doute vous lister cent raisons qui m’ont fait tomber amoureuse de cette ile… au point de vouloir y rester le temps de quelques mois, ou quelques années… (dans une de mes vies parallèles !).

J’aime…

Les couleurs de son torii accueillant les visiteurs.
L’aura spéciale de cette ile, son caractère sacré empêchant quiconque d’y naitre, d’y mourir, d’y tuer un animal et d’y abattre un de ses arbres.
L’odeur de la mer et le bruit des vagues qui viennent heurter l’ile à la marée haute.
Ses ruelles bordées de petites maisons de bois.
Regarder le soleil se coucher derrière les montagnes de la baie, envoyant ses derniers rayons orangés sur le torii du même ton.
Ses 500 daims se promenant en liberté totale sur l’ile, chapardant un biscuit ou un papier aux voyageurs distraits, et acceptant tendrement les caresses d’enfants pas plus grands qu’eux.
Le sourire de ses habitants, leur légèreté apparente lorsqu’ils marchent dans les ruelles ou roulent sur leurs bicyclettes, toujours abrités sous une ombrelle.
L’odeur des pins et des cèdres dans les parcs et les forêts de l’ile.

Miyajima, je l’aime pour toutes ces raisons… et bien plus encore !

Daims en liberté à Miyajima
Combinaison parfaite : torii, coucher de soleil et daim !

Que voir à Miyajima : 6 idées de visites

Miyajima est un lieu d’ambiance : à mes yeux, cette ile est un endroit à vivre et ressentir tout autant qu’à voir et visiter. L’ile n’est pas très grande : à peine 9 km de long pour 4 de large.

Voici 6 conseils de lieux à découvrir et d’activités à faire pour visiter Miyajima.

Admirer le torii flottant

Ce torii, comme ceux de Fushimi Inari, est un portail Shinto séparant le monde profane du monde sacré. Situé à quelques centaines de mètres du sanctuaire principal de l’ile, du haut de ses 16 mètres il prévient les voyageurs qu’ils arrivent sur une ile spéciale, une ile sacrée. Construit en bois de cèdre et de cyprès, sa couleur vermillon éloigne les mauvais esprits. Construit pour la première fois en 1168, le torii que nous pouvons apercevoir aujourd’hui est en réalité la huitième version, réalisée en 1875.

Une grande question que l’on se pose une fois devant le torii : mais comment résiste-t-il aux marées et surtout aux catastrophes naturelles, comme les typhons ou les séismes ? Grâce à son ingénieuse construction ! Son poids de 60 tonnes l’aide à maintenir sa position contre vents et marées. Tomme comme sa configuration : reposant sur 6 pieds, pour une grande stabilité, il est figé par le poids de la poutre supérieure, remplie de galets pour alourdir la structure de 7 tonnes !

En pratique : où et quand admirer le torii ?

Le torii prend toute sa dimension de protecteur de l’ile quand la marée est haute et qu’elle baigne ses pieds. À marée basse, il est possible de descendre sur la plage délaissée par la mer et de marcher jusqu’au torii pour l’admirer de plus près.

Et, selon moi, le plus beau moment de la journée pour l’admirer est au coucher de soleil. Et si la marée est haute, c’est encore mieux : les reflets dorés n’en seront que plus grandioses ! Pour vérifier les cycles des marées, allez voir sur le site de l’Office de Tourisme de Miyajima.

Paysage de rêve : le torii dans l’eau (Miyajima)
Coucher de soleil sur le torii flottant de Miyajima

Traverser le Sanctuaire d’Itsukushima

Inscrit au Patrimoine Culturel Mondial, ce sanctuaire shinto sur pilotis est un vrai régal pour les yeux (et les photographes !), particulièrement à la marée haute. Pour comprendre l’origine du sanctuaire d’Itsukushima, il faut remonter quelque 1400 ans en arrière !

Mais plus que pour son histoire, c’est surtout pour sa beauté et la magnifique vue qu’il offre sur le torii flottant que les voyageurs viennent le visiter. Et si je dis traverser le sanctuaire, c’est parce qu’il n’est pas très grand et qu’on le visite d’un bout à l’autre, toujours en admirant le torii flottant et sans revenir sur ses pas. Une fois de l’autre côté, revenu sur la terre ferme, un petit musée attend les voyageurs plus curieux.

En pratique

Tarifs : 300 yens, 500 yens pour accéder également au musée

Horaire : ouvert à partir de 6 h 30 jusqu’à 17 h ou 18 h selon la saison.

Remarque : comme c’est l’un des lieux les plus visités du Japon, mieux vaut éviter les périodes de forte affluence, comme les weekends où les touristes japonais s’ajoutent aux touristes étrangers.

Vue sur le torii flottant depuis le sanctuaire d’Itsukushima
Moine en prière au sanctuaire d’Itsukushima
Chercher le traditionnel dans les temples (Miyajima)

Gravir le Mont Misen

La fameuse activité que nous n’avions pas faite lors de notre premier voyage, faute de temps, et que nous attendions de vivre avant de vous confier nos impressions sur Miyajima. Car il y a un dicton qui dit qu’on ne connait pas vraiment Miyajima tant qu’on n’a pas gravi le Mont Misen ! Et on confirme que cette randonnée nous a permis de découvrir un pan nouveau de l’ile.

Il existe 4 façons de rejoindre le sommet du Mont Misen : une en téléférique, et trois à pied.

Le chemin Momiji

Le Momiji est réputé le plus facile. Il se parcourt en 1 h 1/2 à 2 h, en remontant la rivière, et fait 2,5 km. C’est également par ce chemin que l’on peut emprunter la navette gratuite et le téléférique.

Pont du parc Momijidani

Le chemin Daisho-in

Du nom du temple dont je vous parle au point suivant, ce chemin est de difficulté moyenne… malgré ses 2000 marches. Il faut à peu près le même temps que pour le premier chemin afin d’arriver au sommet, et il s’étend sur 3 km.

Statues du temple Daisho-in

Le chemin Omoto

L’Omoto est le plus difficile et le plus long des trois parcours, et donc celui que nous avons choisi ! Il fait 3,5 km et il faut compter 2 h à 2 h 30 de randonnée. Vu que c’est le chemin le plus accidenté, les guides conseillent de se munir de bonnes chaussures tout spécialement pour ce parcours-ci. Il a la bonne idée de passer par le sommet d’un autre mont avant d’arriver au Mont Misen.

Randonnée Omoto au Mont Misen

Nous avons adoré notre randonnée par le chemin Omoto, ainsi que la descente en téléférique. Une très belle aventure dont je vous reparle plus en détail dans un article. J’ai trop à en dire pour tout vous raconter ici ! Pour les curieux, cliquez ici : Gravir le Mont Misen à Miyajima : toute une aventure !

Visiter le temple Daisho-in

Moins iconique que le sanctuaire d’Itsukushima, ce temple souvent ignoré des touristes étrangers est pourtant l’un de nos préférés de tous ceux que nous avons visités jusqu’ici au Japon ! Situé à la frontière de la ville, au pied du Mont Misen, ce temple doit beaucoup de son charme à son cadre verdoyant. Entre poupée russe et labyrinthe, ce temple bouddhiste de la secte Shingon est composé de nombreux pavillons et plus nombreuses encore statues et statuettes.

Le temple a une aura à la fois paisible et familiale. On y écoute le ruissèlement de l’eau tout autant que les rires des petits et plus grands enfants. Particulièrement ceux qui s’essayent à faire sonner la grosse cloche ou à lancer les trois boules de terre glaise dans un panier afin de s’attirer la bonne fortune.

Tradition et culture : une histoire vivante (Daisho-in à Miyajima)
La grotte Henjokutsu du Daisho-in
Prières au Daisho-in

Se promener dans un parc

Après son torii et ses temples, la nature est un des principaux attraits de l’ile de l’ile. Pour visiter Miyajima côté nature, il existe quatre sentiers de promenade :

Pour nous être baladé dans le parc Momijidani et celui d’Omoto, je peux vous dire que prévoir une balade, à défaut de monter le Mont Misen, vaut la peine. Chaque parc et chaque parcours ont vraiment leurs attraits et spécificités.

Les forêts bordant le Mont Misen sont par ailleurs réputées pour leurs splendides couleurs rougeoyantes à l’automne. C’est ce que les Japonais appellent la saison des Momiji. On s’est promis de retourner sur cette ile à la saison rouge… Car au fond, jamais deux sans trois !

Parfum d’été à Miyajima

Se balader en bord de mer

Miyajima possède 7 plages, la plus réputée étant celle de Tsutsumigaura. Et on comprend pourquoi avec ses 700 mètres de plage de sable blanc bordés par une nature luxuriante. Cette plage possède un camping et des bungalows pour passer la nuit au son des vagues. Une option de logement plus économique !

Et pour ceux qui veulent pousser l’aventure un peu plus loin, nous avons vu qu’il était possible de faire du kayak et du paddle à côté du torii. Des activités qu’on garde en tête pour une prochaine fois !

Admirer le torii de Miyajima en bateau

Mais encore…

Pagode Goju-no-to de Miyajima
Grand papillon de Miyajima

Visiter Miyajima en pratique

Combien de temps pour visiter Miyajima ?

Une demi-journée permettra au voyageur plus pressé d’aller voir le torii et le sanctuaire d’Itsukushima, et pas beaucoup plus. À mon sens, il faut au moins une grande journée sur l’ile pour visiter un peu plus et effleurer l’ambiance de l’ile. Si possible, passez au moins une nuit à Miyajima.

L’idéal, selon moi, serait de rester deux nuits sur place, afin de pouvoir coupler visites, randonnées et flâneries.

Comment se rendre à Miyajima ?

Pour aller à Miyajima, il faut d’abord passer par Hiroshima. Depuis la gare JR d’Hiroshima, prendre un train JR Sanyo Line jusqu’à la station Miyajima -guchi.

À 5 minutes à pieds se trouve le terminal des ferrys. Le trajet est compris dans le JR Pass et dure une dizaine de minutes.

Il existe également un bateau qui relie directement Hiroshima à Miyajima en 50 minutes de navigation, mais il n’est pas compris dans le JR Pass et coute 2000 yens.

Prendre le ferry vers Miyajima grâce au JR Pass

Comment circuler à Miyajima ?

À pieds ! L’ile n’est pas très grande, et la partie habitée encore moins. Marcher est le meilleur moyen pour s’imprégner de l’ambiance de Miyajima, tant de ses ruelles que de ses promenades en bord de mer ou de ses sentiers de promenade dans les parcs et forêts.

Il existe un système de taxis collectifs : Maple Liner. Il permet de relier le centre à la plage de Tsutsumigaura, ou de l’autre côté, l’aquarium et le parc Omoto. Les horaires se trouvent au débarcadère, compter 300 yens par personne.

Il y a très peu de taxis « classiques » sur l’ile.

Où se loger à Miyajima ?

Lors de notre premier séjour sur l’ile, les horaires de ferry ne permettaient pas de regarder le coucher de soleil : il fallait rester dormir sur l’ile. Maintenant, les horaires de ferry que nous avons vus commencent avant 6 h du matin et terminent après 22 h. Le voyageur a donc le choix de rester dormir à Miyajima ou de retourner sur l’ile principale, par exemple à Hiroshima qui est une solution souvent moins onéreuse.

Personnellement, je trouve que ce serait dommage de se passer de l’expérience de passer la nuit sur l’ile. L’ambiance, une fois les derniers bateaux partis, est vraiment différente. Et lors de chacun de nos séjours, nous avons dormi dans des hôtels type ryokan, et les avons adorés !

Voici les deux hôtels que nous avons testés et que nous recommandons les yeux fermés.

Yamaichi Bekkan

Lors de notre premier voyage à Miyajima, nous avons séjourné dans cet hôtel ryokan et avons été ravis tant de l’expérience que de l’accueil chaleureux et d’une douce gentillesse… si habituelle au Japon et dont on ne se lasse pas !

Et nous avons découvert lors de ce voyage-ci que l’hôtel, qui fait également restaurant, propose des plats végétariens et véganes.

L’hôtel sur Booking et sur Agoda.

Livemax Resort Aki Miyahama-Onsen

Pour ce second séjour sur l’ile de Miyajima, nous avons choisi le Livemax, car c’est un des seuls hôtels de l’ile qui propose des lits classiques et non des futons au sol ou des lits superposés en dortoir, des options moins évidentes pour les parents de François qui nous accompagnaient. Nous avons vraiment beaucoup aimé cet hôtel qui allie la tradition des ryokans (avec certaines chambres avec des futons, et des sources chaudes) et la modernité.

L’hôtel sur Booking (MAJ novembre 2018 : n’est plus dispo sur Agoda).

Où manger à Miyajima ?

Les spécialités culinaires locales sont le momiji-manju, un gâteau en forme de feuille d’érable, traditionnellement fourré à la pâte de haricots rouges dans la version sucrée, et crevette ou autre farce dans la version salée, les huitres chaudes, le beignet frit à l’huitre, et l’anguille de mer sur riz.

Si le cœur et l’estomac vous en disent, tester un tout petit restaurant, de ceux où l’on fait la file dehors pour pouvoir ensuite s’assoir en tailleur derrière une table basse, les fesses sur un tatami. Nous l’avons fait lors de notre premier voyage, en inscrivant nos noms sur la liste d’attente sans savoir à quoi nous attendre et sommes tombés sur un restaurant qui préparait uniquement un plat à base d’anguille. Nous avons partagé notre table avec un couple de Japonais, servis par des femmes ne parlant pratiquement pas un mot d’anglais : une expérience mémorable.

À côté de ces spécialités parfois trop spéciales pour les palais non aguerris, d’autres restaurants proposent de la cuisine japonaise plus variée, avec entre autres les éternels ramen et soba, ou encore le riz au curry.

Café Lente

Ce café a tout pour plaire : une magnifique vue dégagée sur le torii, peu de monde, une ambiance douce et paisible, une déco décalée… et des plats savoureux, principalement orientés végétarien et végane. Nous avons beaucoup aimé le risotto végane.

Découvrir Miyajima… et vouloir y rester encore et encore !

J’espère, à travers cet article bien plus long que prévu, avoir réussi à vous transmettre mon coup de cœur pour Miyajima et suffisamment d’informations pour préparer votre prochain voyage au Japon. Joliment surnommée « l’ile où cohabitent les Hommes et les Dieux » (il manque d’après moi « et les daims » !), cette ile a tout pour plaire. De fortes attaches au passé avec un patrimoine culturel magnifique. Une image emblématique du pays avec le célèbre torii dans l’eau. Une situation spéciale, avec son caractère insulaire sacré. Et une nature riche et splendide.

N’hésitez vraiment pas à pousser votre itinéraire jusque là lors de votre voyage au Japon : Miyajima est si belle ! Après nos deux séjours sur l’ile, une chose est sure : nous y retournerons encore !

C’est le cœur léger que j’embarque sur le bateau qui me ramène à Hiroshima. Miyajima, ce n’est qu’un au revoir…

Couleurs orangées sur le torii de Miyajima

Je vous invite à aller jeter un œil aux sites web en français de l’Office de Tourisme de Miyajima et de l’Office de Tourisme d’Hiroshima. Ils sont vraiment bien faits et agréables d’utilisation. Vous y trouverez plein d’informations pour prévoir votre séjour, dont des suggestions de programme pour visiter Miyajima en un ou deux jours.

, ,

Commentaires

  1. Ah, Miyajima. Ca a été aussi pour nous le meilleur moment de notre voyage. On a effectivement pu observer le torii sous l’eau au coucher du soleil lors du retour du Mont Misen (via téléférique, c’est pas si facile, surtout quand il fait bien chaud). On y serait bien passé un jour de plus.
    Par contre, la nuit coute cher à Miyajima, même si les ryokan sont de qualité.

    • Merci Pierric pour ce commentaire et partage d’expérience de voyage 🙂

      Effectivement, la nuit sur l’ile coute cher. Mais nous n’avons pas regretté, ni au 1er ni au second voyage ! Quel plaisir de rester profiter de l’ambiance de cette ile et de l’avoir « pour soi tout seul » une fois les ferry partis. Et l’expérience du ryokan est à mes yeux une expérience à vivre au moins une fois lors d’un voyage au Japon !

  2. Je n’avais pas pu y aller lors de mon premier voyage mais je vais vite y remédier ! Ça a l’air vraiment paisible et agréable pour s’y poser le temps de quelques jours.
    On sent ton amour pour cet endroit ! et tes photos sont très belles =)
    Hâte de découvrir ce lieu !

    • On te le souhaite ! 😀
      En journée (surtout en weekend et lors des hautes périodes touristiques, comme en avril), il y’a beaucoup de monde autour du sanctuaire et du torii… mais c’est toujours très calme dans le village et du côté du Mont Misen. Si tu en as l’occasion, n’hésite pas à rester au moins une nuit sur place !

      Merci pour ton gentil message, ravie d’avoir pu partager mon coup de coeur ! Et je transmets le compliment pour les photos à François ! 😉

  3. C’est un endroit magique, hors du temps… mais malheureusement pas hors des chemins touristiques !
    Là comme à beaucoup d’endroits au Japon, le tourisme des voisins chinois est en forte expansion et, malheureusement, leurs mauvaises habitudes avec.

    Par contre, aller au Mont Misen, c’est en dehors de leur circuit standard sur Miyajima, donc on peut profiter sans aucune bousculade de la merveilleuse vue qui récompense la longue (et chaude au mois d’août) montée jusqu’au sommet de l’île.

    • Effectivement, il y a beaucoup de touristes… vu que c’est l’un des 3 sites les plus touristiques (et qualifiés les plus beaux) du Japon.
      Mais dès que l’on quitte le sanctuaire et le torii géant, il y a vraiment moins de monde… voir presque personne ! La randonnée par exemple a été un vrai plaisir pour nous 🙂

  4. Salut,
    J’ai été très souvent pour l’instant surtout en Asie du Sud-Est mais j’aime profondémment le Japon depuis mon enfance dans de nombreux domaines.
    La facon dont tu parle de ton amour réel pour Miyajima me certifie totalement de ne pas renoncer à aller au Japon.
    Miyajima, présentée ici par de très belle photos est magnifique.

    • Merci pour ton commentaire et ravie d’avoir pu te partager mon amour pour ce beau pays et cette ile que j’adore ! Je te souhaite de pouvoir y aller un jour à ton tour !

  5. Merci pour toutes ces recommandations. J’y vais en septembre et j’ai hâte de découvrir ce petit coin de paradis.

    • Avec plaisir ! Merci Marie pour ce gentil message, ravie de pouvoir être utile 🙂
      Je te souhaite déjà un super beau voyage au Japon ! Nous on prépare déjà notre prochain (et 5e !) voyage là-bas, pour 2019… ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.