Un sac sur le dos
François

Lorsque l’on est de retour de voyage, il arrive fréquemment qu’une dépression s’installe… Quelles en sont les raisons et, surtout, quelles solutions apporter à ce « syndrome postreturnum » ?

François vous répond avec humour pour que cette maladie incomprise ne fasse plus autant de ravages !

À chaque stade sa folie !

Le voyageur traverse bien des épreuves émotionnelles : après le syndrome prédepartum, frappant juste avant un grand départ en voyage, voici le syndrome de dépression postreturnum !

La dépression du retour de voyage

Après 6 mois de voyage en Amérique latine pour notre projet Back to America, changement de programme : nous voici de retour en Europe.

Or rentrer, quitter le mouvement et renoncer à l’appel de la route… cela ne se fait pas sans douleur ! À côté des joies de retrouver ses proches, une douche chaude et une bonne connexion à internet, le voyageur de retour résiste difficilement aux affres de la déprime postvoyage !

Grâce à cette vidéo, vous saurez tout ce qu’il y a à savoir sur la dépression post-returnum :

Si vous avez aimé cette vidéo…

N’oubliez pas de mettre un pouce vert ! Et abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour être prévenu des prochaines sorties vidéo !

Remerciements

Un tout grand merci aux blogueurs-voyageurs-youtubeurs, tout aussi fous que nous, qui ont répondu à notre appel et participé à cette vidéo !

Voici les sites et chaînes YouTube des invités de cette vidéo :

Pour aller plus loin…

Avez-vous déjà vécu la dépression postreturnum ? Vous êtes-vous reconnus dans certains de ces signes et solutions de guérison ? Et en connaissez-vous d’autres ? N’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

, , , , ,

Commentaires

  1. Excellent ! et la partie des autres blogueurs dépressifs est parfaite !
    Vous m’avez bien fait rire, mais mine de rien ce que vous dites, c’est vrai dans le fond, le retour c’est dur, on ne veut voir personne, mais en même temps si, on est perdus, on ne sait plus quoi faire… Bref un sujet pas drôle traité avec humour !

    • Merci Gaelle pour ton retour : ravie que la vidéo te plaise ! 😀 On y a beaucoup travaillé ces 2 dernières semaines, dans le script, l’écriture des textes, le tournage, le montage, la coordination, la recherche de perruques (!)… Bref, on est vraiment contents qu’elle fasse rire d’autres voyageurs (et pas que nous ! ^^).

      Oui, le retour, même si c’est souvent banalisé et même si on en parle ici avec légèreté, c’est un moment très difficile (sans doute un des plus difficiles d’ailleurs) pour le voyageur. Comme je le dis dans l’article, j’en parlerai plus sérieusement (toujours avec ma double casquette de voyageuse et de psychologue) dans un prochain article.

  2. C’est bien fait la video! Elle m’a fait rigoler 🙂 Moi j’ai plutôt l’inverse… Avant de partir je suis tellement occupé à faire la recherche de ce que je vais visiter que j’ai plutôt le syndrome pre-discessum

    • Merci pour ton message Stefaan 🙂 Plutôt touché par le « syndrome prédepartum » que le « syndrome dépression post-returnum » ?
      Tu as de la chance… Nous, c’est les deux ! 😀

      En tout cas, on est super content que la vidéo t’ait amusé ; merci de nous suivre avec tant d’enthousiasme et de partager toujours sur les réseaux sociaux, cela nous touche beaucoup 🙂 🙂 🙂

    • Un tout grand merci Jean-Jacques pour ce message plein d’enthousiasme ! Ravis de savoir que la vidéo plait, car elle nous a demandé un certain investissement (matériel et temps) et pas mal de travail (le plus difficile étant sans doute de réussir à stopper mes fous rires lors du tournage !) 🙂

  3. Je veux bien rejoindre le collectif ahahah :p
    Et sinon plus sérieusement, perso’, ça me touche à chaque fois que je fais un voyage qui me dépayse beaucoup. Genre là, le retour de Corse, c’était dur de se remettre dans le bain, pour le voyage vécu, mais aussi et surtout pour les rencontres et le fait d’avoir passé une semaine à ne faire que des choses géniales avec des gens géniaux, bref que du génial !! 🙂

    • Ça ne m’étonne pas Malicyel 😀

      Les rencontres sont pour beaucoup dans l’intensité d’un voyage et la difficulté à partir, quitter et rentrer… J’en parle d’ailleurs dans mon article sorti il y a quelques jours « Les pays où j’ai pleuré en partant » (sans le faire exprès, je suis restée dans des thématiques très proches ! Faut croire que c’est la semaine larmes et déprime ^^ :p ).

  4. Je suis actuellement dans cette phase de dépression de retour alors merci de m’avoir fait rire (surtout le coup de vouloir rester dans le tram)! Personnellement, c’est aussi un manque total de motivation comme si elle n’avait pas pris l’avion avec moi pour le retour. Je trouve aussi difficile de se refaire une place dans le quotidien de son entourage. Good luck pour la suite ^^

    • Courage Ines ! Le manque de motivation, c’est aussi un de mes troubles principaux lors des retours : plus motivée, plus rien n’a de sens… Le mieux, c’est de se retrouver de nouveaux projets, de trouver comment donner du sens à sa vie.
      Et oui, l’entourage qui te voit rentré pense souvent que « maintenant c’est fini de gambader, retour enfin à la « vraie vie », au boulot… ». Bref, de quoi me déprimer plus encore ! Les mots ne suffisent pas pour nommer ce décalage total de perception et de vécu qui peut se produire au moment du retour. Passager ou permanent, à nous de trouver comment le surmonter, avec créativité et sa personnalité. … Courage !

      Pour nous, ce n’est pas qu’un « mini-retour » car nous repartons demain et les projets s’enchaînent jusque fin octobre : bref, pas encore de grosse dépression de retour de voyage pour le moment ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.