Top des pires compagnons de voyage

Un petit top des personnalités (sous forme de personnages fictifs) lauréates des pires compagnons de voyage !

L’âne (Shrek)

On est bientôt arrivé ?… Et maintenant ?

Envahissant, incapable de tenir en place ou de se taire, vous n’aurez jamais la moindre minute de quiétude !

Cela vaut aussi pour Russel, le petit garçon de Là-haut.

Oubliez les séances de yoga et de méditation du matin, vous n’aurez plus un instant à vous ! Vous pourrez toujours proposer le jeu « le premier qui parle a perdu », mais vous gagnerez à tous les coups sans avoir pu profiter d’une vraie accalmie !

Dr Jekyll et Mister Hide

Cet ami avec qui vous vous entendiez si bien se dévoile sous un autre jour pendant le voyage. Si sympathique habituellement, ses petites manies que vous découvrez à force de vivre ensemble 24 h/24 finissent par vous énerver, voire vous effrayer !

La belle au bois dormant

dormeur
©Disney

Vous voilà prêt à partir en exploration ? C’était sans compter sur votre amie la Belle au bois dormant (ou votre bon pote Dormeur), qui passe sa journée à roupiller et se lève à pas d’heure.

Mais à la nuit tombée, il a le culot de vous empêcher d’aller vous coucher, car quand même « il faut profiter des vacances ! »

Hulk

La moindre contrariété en voyage l’indispose, et vous avez beau prendre les choses avec philosophie et lui dire

Ça fait partie du voyage, ça fera des souvenirs, on en rira plus tard…

Rien à faire, il s’impatiente, il s’énerve et ruine votre séjour en dégageant de mauvaises ondes en permanence.

Il n’a rien a envié à son cousin, le Schtroumpf grognon, qui n’est jamais partant pour rien.

L’homme invisible

Trop indépendant, vous ne le voyez jamais. Il monte des projets dans son coin et ne vous tient jamais au courant de rien : vous passez votre temps à chasser une ombre. Après coup, vous vous dites « autant partir seul ».

Dans le même genre, vous avez aussi Charlie, qui se paume systématiquement dans les endroits bondés et qu’il faut passer des heures à retrouver !

Le petit chaperon rouge

Naïve, elle dit oui à tout ce qu’on lui propose et suit même les inconnus dans les quartiers malfâmés au beau milieu de la nuit… Mais qu’est-ce que vous foutez là ?

Superman

Vous pensez Superman parfait ? Superman est toujours d’humeur égale, il n’a jamais trop chaud, ni la moindre goutte de sueur perlant sur son front – alors que vous êtes en nage sous un soleil de plomb, il n’est jamais essoufflé alors que vous en êtes au stade ou parler n’est même plus envisageable… Bref, il est trop parfait ! Sa perfection commence à vous taper sur le système : vous aimeriez qu’il s’énerve aussi de temps en temps, qu’il râle ou s’extasie bêtement, mais non !

Dans la même idée, là où Superman irrite par ses côtés « trop parfait », Simplet énerve par sa tendance à être trop toujours d’accord (« c’est comme tu veux ») et d’humeur égale… Cela manque de passion et de caractère !

Schtroumpf à lunette

lunettes
©Peyo

Il sait tout sur tout : il a étudié les encyclopédies, livres d’histoire et guides touristiques avant le départ et n’a plus rien à découvrir des lieux que vous visitez.
Il devient d’ailleurs votre guide attitré (autopromotion ?) et votre voyage se transforme en visite guidée permanente.

Comme quelqu’un qui voit un film après avoir lu le roman, il compare, critique, vous fait part de ses nombreux commentaires et de ses déceptions.

Merlin (Kaamelott)

Merlin« Rendez-vous compte de la magnificence de ces colonnades ! L’imposant ne le dispute dit-il pas à la majesté ? »

Toujours en extase devant le moindre détail, il vous est absolument impossible d’avancer et vous passerez des heures à observer chaque temple, chaque mur, chaque caillou, chaque stand de saucisson : tout est magnifique, tout est émouvant.

Son discours et son engouement répétitif vous séduiront peut-être au début, mais vous risquerez vite de vouloir l’attraper par la barbe pour voir autre chose et changer de disque.

Sherlock Homes

sherlock

Quel que soit le lieu que vous visitez avec Sherlock, il aura toujours besoin de fouiller et fouiner à la recherche de ce qui n’est pas directement visible.

Si vous faites un tour pour observer des animaux dans leur environnement naturel, vous risquez de passer des heures à la recherche du paresseux caché dans les arbres ! Prévoyez donc la journée pour une visite qui dure normalement 2 à 3 h.. De quoi voir les choses « en profondeur » !

Barbie

Barbie en voyage aime chiner et visiter les boutiques : shoppiiiing ! Peu importe l’endroit où vous êtes, elle parviendra, comme mue par un 6e sens, à trouver la moindre échoppe où assouvir son désir de fouiller, comparer, négocier, hésiter… Pendant des heures (pour parfois ne rien acheter).
Non, vous ne parviendrez jamais au coin de la rue pour vous installer au café et enfin avaler quelque chose, comptez encore deux bonnes heures : quelle idée aussi d’avoir emprunté l’avenue principale pleine de boutiques !

Amonbofis (Astérix Mission Cléopâtre)

amonbofils
©Uderzo

Pourquoi faire autrement puisqu’on a toujours fait comme ça ?!

Difficile de tester de nouvelles choses et de faire de nouvelles expériences avec un compagnon qui aime sa routine au point de voir tout ce qui s’en diffère comme anormal et sans intérêt. S’il a le choix entre un MacDo ou un restaurant typique, il choisira le MacDo, car il sait à quoi s’attendre.

Sonic

Voir tout au pas de course et collectionner les miles : voilà la philosophie de voyage de Sonic ! Ce pays-ci : check ! Sonic pourra alors présenter fièrement de retour au bercail la liste des pays qu’il a « faits ». Pas le temps de rencontrer les communautés locales, de vous laisser imprégner par la culture du pays, juste la liste des grands monuments touristiques qu’il vous faudra voir au pas de course.

©Sega
©Sega

En bonus (commentaire d’un lecteur) : Vomito

vomito
©Glénat

Vos bonnes idées prolongent la liste… à croire que nous avons tous en tête des exemples vécus de compagnons de voyage horribles ! Ici, c’est Parci Parlà qui est mis à l’honneur avec Vomito.

Vomito a l’estomac fragile, le pauvre, le poussant à suivre un régime très strict composé exclusivement de fast-food. Partout où il voyage, il est à l’affût d’une de ses enseignes préférées : il ne plaisante pas avec sa santé et veille à ingurgiter sa ration quotidienne de viande.

En bonus (commentaire d’un lecteur) : Highlander

Merci à Laurent de One Chaï et Renaud pour leur idée : Highlander, le voyageur qui a déjà tout vu, tout vécu.

Il étale son CV dès la première seconde, tentant en même temps de sonder l’autre afin de répondre à la question cruciale : « suis-je le plus grand voyageur de nous deux ? » (Miroir oh miroir !).

Et son côté homme expérimenté lui donne un air blasé : « mwai, ça passe, c’est beau, mais bon, j’ai déjà vu mieux ».

Le super voyageur : tout vu, tout fait
©Highlander Productions Limited

Et vous, quels sont vos pires personnages pour vous accompagner en voyage ?

Auteur: Amandine

Voyageuse passionnée, Amandine part découvrir le monde accompagnée de François, l'esprit et les yeux grands ouverts ! Elle est également psychologue et coach de vie, proposant à ceux qui le souhaitent de les accompagner dans leur projet personnel et leur cheminement vers l'épanouissement (voir page "qui sommes-nous" et contact).

19 commentaires

  1. Je je je, trop ceci, pas assez cela, j’ai faim, je suis fatigué, je ne sais pas ce que je fais là mais je m’émerveille devant tout pour le principe, je pense à mon image avant tout, je collectionne les pays et les rencontres, je me vente dès que l’occasion se présente… Bref, je suis un égoïste en puissance en recherche de reconnaissance.

    Voilà approximativement le profil type que je ne souhaite pas rencontrer en voyage, ni hors voyage d’ailleurs. Je te laisse lui trouver un personnage de fiction 🙂

    Répondre
    • Le personnage que tu décris me fais penser à Narcisse, tout simplement, mais aussi à la chanson de Louis Chedid « Egomane ».
      Comme personnage de fiction, ça pourrait coller avec le prince Charmant, de Shrek, qui se préoccupe plus de sa coupe de cheveux que de ce qui se passe autour de lui.
      Un profil que je préfère effectivement éviter moi aussi, et comme tu le dis, pas qu’en voyage 😉

      Répondre
  2. Voyageant quasiment toujours seul, je n’ai pas à trainer ce genre de personnage. Évidemment, il m’arrive d’en croiser, mais c’est plus facile de s’en débarrasser !!
    Ce qui me saoule un peu, ce sont ceux qui essayent de dérouler leur CV de voyageur dans les deux premières minutes de la conversation. Comme si j’étais juge-arbitre !

    Répondre
    • Merci Laurent pour ton commentaire. On tombe inévitablement un moment où l’autre sur des voyageurs dont on préfère ne pas éterniser le contact … Celui qui souffre de logorrhée est en effet pénible ! Savoir quitter la place de juge dans laquelle ce voyageur essaye de nous mettre n’est pas chose facile. C’est sans doute un manque de confiance qui pousse ce voyageur à une recherche effrénée de reconnaissance. Peut-être que le rassurer quelque peu lui permettra de passer à autre chose … Si on en a la patience 😉

      Répondre
    • Si on à la patience … tout est là 🙂 Autant je pense être plutôt du genre patient d’une manière générale et encore plus en voyage, mais je dois bien avouer ne pas toujours savoir garder cette patience avec mes coreligionnaires (si tant est que le voyage puisse être une religion !). En fait, j’ai toujours tellement à coeur de ne surtout pas tomber dans la catégorie « voyageur Indiana Jones » que je fuis quiconque essaye de m’y faire tomber 🙁

      Répondre
      • Oui, tout est possible quand on a la patience … « Y a qu’à … », mais je comprends très bien que cette patience ait des limites !
        Souvent, cette patience ou cette tolérance fonctionne comme un système de quota : si tu croises un personnage de voyage énervant, passe encore, mais plusieurs sur la même journée, le dernier risque de « payer » pour tous les autres avec lesquels on aura laisser passer les traits de caractères difficilement supportables.

  3. Hahaha j’adore! On en a tous rencontré un lors de ses voyages! Pour ma part, j’ai droit aux Schtroumpf à lunettes ou aux Barbie lors de mes rencontres dans les auberges, mais comme Laurent, j’arrive à m’en débarrasser vite fait!
    Mais parfois on rencontre le/la bon(ne) compagnon de voyage et on partage de bons moments 🙂

    Répondre
    • Je dépeins ici des portraits assez satiriques et peu engageants de compagnons de voyage ; mais comme tu le dis Margot, toutes les rencontres de voyage ne sont pas comme ça (loin de là d’ailleurs) … et heureusement !

      Quand je repense à mes voyages, les moments partagés avec des voyageurs croisés sur la route sont souvent dans mes meilleurs souvenirs. En plus, ce genre d’amitié perdure (souvent) dans le temps : on garde contacte par mail, … et on finit (parfois) par se revoir.
      Comme lors de mes vacances en Sicile, dont je viens de rentrer (retour difficile !), où nous avons été retrouver deux amis rencontrés au Pérou en janvier. Et nous les reverrons sûrement encore …

      Répondre
  4. Je crois avoir voyagé une fois avec une personne qui regroupait les 8 premiers symptômes à lui tout seul, dur ! Bon sauf le petit chaperon rouge, c’est plutôt moi ça … (Mais quand je les suis, personne n’est obligé de me suivre !)

    Répondre
    • Ouf, huit d’un coup ?! Spécial Combo ! ça a du être particulièrement lourd et pénible !
      Je suis aussi un peu chaperon rouge, François essaye de me « dé-naïviser », le processus est en marche, mais ça prend du temps 😉
      Et puis comme tu le dis, personne n’oblige à suivre 😉

      Répondre
  5. Les gros parleurs ! Les pires ! Dès la première seconde, il te raconte toute sa vie… Et le plus chiant c’est si tu connais déjà son histoire, je crois que je n’arrive plus à me contrôler dans cette situation.

    Et alors le schtroumpf à lunette… celui-là qui connaît tout sur tout, mais qui te donne toujours de mauvais conseils… c’est grave d’être comme ça !

    J’ai un peu tendance à être en mode Hulk si le schtroumpf à lunette est aussi un gros parleur…

    Répondre
    • Merci Manu pour ton commentaire, ça sent le vécu ! 😉

      Face aux Schtroumpf à lunette, perso, je laisse couler et ne perds pas mon énergie pour cela : sinon c’est rapidement l’escalade symétrique à qui connait le mieux, qui a « le plus raison », … Je dis « oui oui » et je m’en vais ! Rester zen en (presque !) toutes circonstances 😉

      Répondre
  6. C’est du vécu on dirait, lol. Il y a aussi highlander, celui ou celle qui a fait 20 fois le tour du monde : tout fait tout vu, mieux que toi et surtout avant toi et qui te fait c… tout le long du voyage a faire le blazé et Le bourlingeur habitué.troooo naze

    Répondre
    • Bonne idée ça, le Highlander, cela rejoins un peu celui qui expose son CV de super-voyageur dont parle Laurent.

      Le bourlingueur habitué, je trouve cela navrant : blasé de tout, plus rien qui ne l’émotionne, « tout vu, tout vécu » : triste d’avoir une mentalité pareille … surtout pour voyager !

      Répondre
  7. ha trop fort! j’adore!!!

    j’en propose deux autres :
    Simplet (des 7 nains ) qui rejoint un peu super man : toujours de bonne humeur, souriant, prévenant… par ce que OUI on peut être de mauvais poil même en vacances ! (si c’est pas trop souvent bien sûr!)
    Vomito : celui qui est toujours malade et qui cherche de la bouffe européenne partout ou il passe, voir des Mc do par ce que « au moins je mange e la viande »!. Il faut découvrir la nourriture pour appréhender un pays!!!
    Et pour la Barbie je rajoute : celle qui doit ABSOLUMENT se faire un Brush’ a 8 h du mat même si on va a la plage 5 minutes plus tard, et qui ne peut ABSOLUMENT pas se passer d’une salle de bain privée plus de 24h… celles là faut mieux pas les emmener à l’aventure!!!!

    Répondre
    • Très bonnes idées ça, Simplet et Vomito ! Merci Par-ci 😉 (ou Par-là ?!)

      Simplet qui énerve, là où Super man est trop parfait, Simplet est trop toujours d’accord et d’humeur égale … Oui, j’ai des exemples qui me viennent en tête 😉 ça manque de passion et de caractère tout ça !

      Vomito, c’est bien trouvé aussi ! Des « pro-fast food » convaincus, j’en ai croisé quelques uns, mais rarement tout de même (peut-être pcq je rentre moins en contact avec ce genre de voyageurs, ou qu’ils sont plus rares en voyage type débrouille sac à dos – ou je suis naïve ! 😉 ).

      Ha, et le brushing – maquillage de Barbie, pas trop mon genre (peut-être aussi pcq je suis pas douée pour ce genre de choses, du coup je préfère le naturel !).

      Merci pour tes idées et bonne fin de semaine 🙂

      Répondre
      • merci à toi d’avoir mis mon personnage! ce qui est marrant c’est que je faisait référence à quelqu’un que je connais!
        Mais chut, il risque de se véxer! lol
        Au fait moi c’est Palà ou Maé de mon vrai nom!
        pas mal aussi l’idée de Highlander!

  8. J’ai eu affaire à « Picsou » pas pauvre du tout mais terriblement radin et croyez moi ça rend dingue.
    Celui qui ne veut pas faire caisse commune car il ne boit que du café et ne veut pas payer pour le coca des autres!!! celui qui va vous faire dormir dans les pires endroits car ailleurs c’est trop cher, celui qui va aux toilettes quand arrive la note de restaurant, celui qui va marchander des heures pour quelques roupies.

    Je peux dire que j’ai bien ri avec la description de vos personnages

    Répondre
    • Ah ah, merci Laetitia pour ton message; oui, la radinerie est un vilain défaut difficile à supporter, surtout en voyage en groupe ! Heureusement, avec le recul, on peut rire de (presque ?) tout (et tous) ! ^^

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest