De tous les sites archéologiques que nous avons pu visiter, celui de Tiwanaku (ou Tihuanacu ou Tiahuanaco), en Bolivie, est sûrement le plus étrange de tous !

Il était une fois…

Tout commence, pour nous autres européens, avec les conquistadors qui débarquèrent dans ce Nouveau Monde et découvrirent la ville de Tiwanaku. Mais étrangement, cette cité était déserte. Qui vivait ici ? Pourquoi les peuples locaux l’ont-ils abandonnée ?

Les paysans de la région à l’époque étaient unanimes : ce ne sont pas eux qui l’ont construite, elle existait déjà depuis longtemps et ils ne l’ont jamais vue habitée.

Panorama de l'Altiplano, Bolivie, Tihuanaco
Panorama de l’Altiplano

Le mystère se renforce et persiste encore de nos jours : les archéologues, après plus de 150 ans de fouilles, ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord pour dater la cité de Tiwanaku. Certains affirment qu’elle date d’il y a 4.000 ans, et d’autres pensent qu’elle est bien plus ancienne : 8.000 ans ou plus !

Tiwanaku : un vent de mystère

Située dans l’Altiplano bolivien, une des plus hautes régions habitées du globe, à 4.000 mètres d’altitude, la cité de Tiwanaku est perdue au beau milieu d’une plaine désertique, balayée par les vents. C’est d’ailleurs non loin de là que les Espagnols avaient décidé de bâtir la capitale ; mais il ne leur fallut que quelques jours pour se raviser et choisir l’emplacement que l’on connait aujourd’hui à La Paz, dans une cuvette protégée du climat rigoureux et du gel nocturne.

Lorsque l’on marche sur ce site millénaire, une ambiance particulière se fait sentir : la richesse du passé et des énigmes qui l’entourent est palpable. Le site archéologique de Tiwanaku est sans doute celui qui nous a le plus marqués jusqu’à présent tant il est énigmatique.

Il ne laisse jamais ses visiteurs indifférents : certains, comme nous, tombent sous le charme de son mystère, d’autres n’y voient qu’un tas de pierres dépareillées. Et je peux comprendre cette seconde réaction, car le site de Tiwanaku en a vu de toutes les couleurs … J’en parlerai dans un prochain article.

Une civilisation précolombienne pas comme les autres

Lors de nos voyages au Pérou, nous avons appris que les Incas n’avaient vécu qu’un siècle. Un siècle … c’est peu finalement ! Surtout si on les compare aux Tiwanaku, qui auraient vécu au minimum 27 siècles !

Mur typique inca, Cuzco, Pérou
Mur typique inca, Cuzco

Mais revenons aux Incas : pour atteindre un tel niveau de maîtrise technique (entre autres en architecture) en si peu de temps, ils ont conquis un immense territoire. Et plutôt que d’exterminer les populations sur leur chemin, ils les ont « englobées ». Les Incas sont ainsi la fusion des savoirs des différentes civilisations de l’époque.
Mais un mystère demeure (un de plus !) : de toutes les civilisations rencontrées au Pérou, aucune n’avait été capable de tailler des pierres comme l’ont fait les Incas. D’où leur vient donc ce savoir ?

Dès les premiers pas sur le site de Tiwanaku, le mystère s’éclaircit : les murs sont conçus comme ceux que nous avons pu voir à Cuzco, à plus de 500 km de là. Ainsi, nous pensons sans réserve que les Tiwanakus figurent parmi les ancêtres des premiers Incas.
Et il y a plus impressionnant encore : certains blocs possèdent des gravures de portes et fenêtres qui ressemblent étrangement au design inca, mais retourné.

L’impressionnante technique de pointe de Tiwanaku

Vous voulez voir ce qu’un peuple primitif, qui n’aurait pas découvert la roue, est capable de faire ? Suivez le guide, vous ne serez pas déçus !

Voici le top 8 des prouesses techniques de ce peuple.

  1. Des charnières … mais toujours pas de roue ?

    Peut-on m’expliquer comment on peut être capable de concevoir des charnières, comme celles que nous retrouvons sur nos portes actuelles, sans connaitre ni inventer la roue ? … Petite question à deux francs (on peut encore dire ça ?!), mais qui m’échappe.
    Cela prouve une fois de plus, selon moi, que nos connaissances sur l’Histoire de l’Humanité ne sont que des théories, et que toute théorie doit être remise à jour et reconsidérée de temps à autre.

    Parce que oui, comme je l’ai dit concernant la Porte du Soleil, les Tiwanakus avaient des charnières. D’ailleurs, nous suspectons les Incas d’avoir inventé un mécanisme pour leurs portes un peu plus sophistiqué qu’un système d’attaches immobiles, imaginé par les archéologues … Mais c’est une autre histoire.

  2. Des pierres solidaires

    J’aime les vieilles pierres, je ne m’en cache pas, et ceux qui suivent mon blog savent que je peux rester pendant des heures à admirer ces vestiges du passé. Mais celles de Tiwanaku ont un petit quelque chose en plus …

    Ces blocs de pierre s’assemblent avec une précision incroyable : ils se juxtaposent sans laisser le moindre espace, on ne pourrait pas y glisser une feuille de papier. De plus, ces pierres ne sont jointes par aucun mortier. Le secret ? Des attaches métalliques intégrées dans les blocs. Et devinez où se retrouve cette technique astucieuse ? … Tout juste : chez les Incas ! Certaines de ces jointures, gravées dans la pierre, intègrent même trois dimensions !

    Ces systèmes d’attache tridimensionnelle sont vraiment impressionnants. François reste impressionné par leurs ronds : ils sont parfaits : parfaitement circulaires, parfaitement lisses…

  3. Les mégaphones de pierre

    En arrivant aux abords des remparts de la place principale de la cité, nous découvrons d’étranges blocs de pierre.

    Pierre, technologie, mégaphone, Tiwanaku, Bolivie
    Un mégaphone en pierre

    – « Vous savez ce que c’est ? », nous demande notre guide.

    Nous restons tout penauds : aucune idée. Il se met alors à parler au travers du bloc, le résultat est impressionnant : pour sûr, à l’autre bout de la cité, nous aurions parfaitement entendu son message. Nous avons devant nos yeux l’ancêtre du mégaphone !

    Ces blocs de pierre, percés dans leur centre, copient la forme de l’oreille humaine, ce qui leur confère leur impressionnante efficacité !

  4. Des maquettes

    Cela peut paraître moins impressionnant en comparaison du reste … mais des maquettes ?!

    Maquette, construction, tiwanaku, Tihuanaco, Bolivie
    Maquette sur le site de Tiwanaku

    Aux abords de la cité se trouve un lieu appelé le « temple des maquettes », où l’on trouve des plans de la cité.

    Jamais je n’avais vu quelque chose de semblable en Amérique du Sud.

    Cette pratique est généralisée dans l’art tiwanaku :
    dans la réalisation de leurs poteries, ils passaient également par des versions miniatures de leurs oeuvres avant de s’attaquer à la taille réelle.

    Petit mystère bonus : le lieu « taille réelle » de cette maquette (photo) n’a pas encore été trouvé… Des amateurs pour creuser ?

  5. Des pierres tranchantes

    Les pierres, et particulièrement celles que l’on trouve sur le site de Puma Punku, dont je reparlerai dans un instant, sont coupées à angle droit : c’est net et précis, et les arrêtes sont encore tranchantes comme le fil d’un rasoir (ou presque).

    Ces pierres, qui gisent au sol depuis des siècles, exhibent encore fièrement leurs angles parfaits : on dirait qu’elles nous narguent ! Nous ne comprenons pas comment elles ont été conçues, et ne sommes pas capables, avec la technologie qu’on leur prête à l’époque, de les reproduire. D’ailleurs lorsque l’on observe les murs reconstitués, composés en partie de pierres d’origine et de pierres modernes, la différence est flagrante !

  6. Des poids surréalistes

    J’ai déjà parlé du poids impressionnant des pierres constituant certains murs de forteresses incas, mais ici aussi, la taille des pierres a de quoi couper le souffle au plus blasé des touristes : certains monolithes pesant plus de 100 tonnes (comme sur la première photo du point 2). Mais comment ont-ils pu déplacer et travailler des blocs d’un poids pareil ? À nouveau, sans la roue et avec les technologies primitives qu’ils sont sensés posséder, cela nous est juste impossible. De plus, la théorie des rondins de bois pour faire glisser les pierres perd toute crédibilité lorsqu’elle est remise dans le contexte de l’Altiplano : aucun arbre ne pousse à cette altitude !

  7. Une précision qui rime avec perfection

    Parce qu’une image vaut mieux qu’un long discours, je vous laisse analyser cette photo.

    Rogole et perforations : un travail de haute précision
    Rigole et perforations

    Qu’y voyez-vous ? Une rigole marquée de petits trous. Banal ?
    Loin de là ! L’ouvrage possède une précision stupéfiante.

    C’est peut-être la pierre qui m’a le plus marquée de toutes : tant de questions me viennent !

    Comment expliquer cet alignement de trous ? À quoi servait-il ? Comment a-t-il été réalisé ?…

    À notre époque, seuls des lasers ou des foreuses à diamant seraient capables de reproduire un tel savoir-faire dans du granit.

    Questionnant, non ?

  8. En bonus : une agriculture à toute épreuve

    Vous avez déjà essayé de faire pousser des tomates sur l’Altiplano, où les vents balayent tout et où il gèle chaque nuit ? Et bien eux oui !

    Les Tiwanakus possédaient une technique efficace et d’une simplicité géniale. En creusant des tranchées, ils ont réussi à éviter la sécheresse (l’eau remontant par capillarité), créer une sorte de serre naturelle (la chaleur du jour étant emmagasinée et redistribué la nuit tombée) et à protéger la récolte des vents violents.

    Mais ce n’est pas tout : ce système génère au bout de quelques années un engrais naturel extrêmement efficace, qui permet à la Bolivie de rester sur ses positions et ainsi de refuser d’utiliser OGM et engrais chimiques, tout en étant compétitive sur le plan mondial (avec même un record mondial de 42 tonnes par hectare sur l’année 2012).

    D’ailleurs les lignes de ces cultures sont visibles en vue aérienne, au nord de Tiwanaku : impressionnant !

Techniques de pointe mystérieuses, mais ce n’est pas tout …

Tiwanaku, au-delà de susciter de vives réactions auprès de ses visiteurs, intrigue a plus d’un titre : il n’y a pas que ces vestiges, preuves d’une technologie de pointe utilisée par une civilisation avancée, qui marque les esprits …

66 commentaires

  1. J’ai lu ton article avec attention, ce genre de site historique un peu mystérieux est tout à fat fascinant je trouve…

    Répondre
    • Merci LadyMilonguera pour ton commentaire ^^
      Contente que les Tiwanakus t’aient intéressés – moi ils me passionnent !
      Ceci n’est que le premier volet d’une série (d’au moins) 3 articles sur le sujet : il y a tellement à en dire ! 😉

      Répondre
      • Très bon article. J’ai visité Tiawanacu tout à fait par hasard il y a quelques années. Je passais par là avec mon sac à dos. J’ai trouvé l’endroit fantastique au même titre que le Machu Picchu.
        D’ailleurs j’aimerais y retourner, car des archéologues mettaient à jour un nouveau site…

      • Merci Julien ! 🙂
        Oui, c’est le genre de site où l’on prendrait plaisir à retourner tous les 5 à 10 ans, voir quelles sont les nouvelles découvertes et théories !

  2. Mais l’explication est évidente voyons, tout ça est l’oeuvre des extra-terrestres !
    Plus sérieusement, j’avoue que cette histoire de ne pas connaître la roue m’a toujours intriguée. Peut-être que certaines choses semblent être une évidence une fois qu’on les a, mais la roue, ça ne semble pas si compliqué. Il suffit de faire rouler un tronc d’arbre pour en comprendre le principe. Mais tu viens peut-être de trouver l’explication qui me manquait Amandine, il n’y a pas d’arbres sur l’altiplano. Eh oui, je n’avais jamais pensé à ça !
    Bien joué en tout cas avec tous ces mystères car je n’en connaissais pas la moitié ! On reconnaît bien là ton expertise sur cette région du monde Amandine 🙂

    Répondre
    • Merci Laurent pour ton commentaire et tes retours flatteurs ^^

      J’ai un article en voie de publication sur les plus belles théories sur les Tiwanakus 😉 – et effectivement, les extra-terrestres sont effectivement avancé très sérieusement par les locaux (y compris notre guide, considéré comme un des meilleurs de la région).

      Je pense que les théories archéologiques doivent revoir sérieusement leur position sur les civilisations passées : ce n’étaient pas des idiots équipés des outils primaires ; et quand on dit que les olmèques, par exemple, n’avaient pas la roue, or ils avaient des jouets pour enfant équipés de petites roulettes … C’est pour ça que j’ai précisé qu’ils « n’auraient » pas la roue, selon les théories … après, va savoir !

      La suite (ou plutôt les suites) au(x) prochain(s) épisodes … 🙂

      Répondre
    • En effet, il avaient des jouets comportant des roues et connaissaient certainement ce principe.
      Je pense que l’absence de la roue pourrait s’expliquer par un choix politique d’organisation différente de la notre. Pour être, efficace la roue nécessite la construction d’un réseau de routes ainsi que son entretien, cela est très contraignant. Nous avons tendance à l’oublier car dans nos civilisations, nous y sommes habitués depuis toujours. Dans un système de production et d’échange local de biens, la roue et les routes ne valent pas la peine.
      Autre hypothèse plus audacieuse : ils disposaient de véhicules volants.

      Répondre
      • Merci Esmeralgan pour ton message et ce nouvel éclairage !

  3. Je reste sidéré voyant ce que pouvaient réaliser ces civilisations. Le mystère persiste comme avec les égyptiens ou les mayas. Je suis sûr qu’astérix est passé par là avec sa potion ! ;D
    Comment et pourquoi s’est éteint le peuple inca ?

    Répondre
    • Tout à fait Mathieu, de nombreux mystères persistent concernant l’histoire de l’Humanité et ces civilisations du passé qui nous ont laissé de magnifiques cités, témoignant de leur grande ingéniosité. Les Mayas, les Olmèques, les Egyptiens, les Incas, … et les Tiwanakus ! Pour beaucoup de penseurs « audacieux » (en marge des théories archéolgiques actuelles), Tiwanakus serait une civilisation bien antérieure aux autres … peut-être renferme-t-elle la clé (ou une clé) pour comprendre l’évolution des autres civilisations et de notre Histoire …

      Personne ne s’est quand, comment, ni pourquoi s’est éteinte la civilisation Tiwanaku.
      Par contre, concernant les Incas, ils auraient en grande partie été décimés suite à l’arrivée des conquistadors, entre autre à cause de virus inconnus sur ce continent.

      Répondre
      • Hello Amandine, très intéressant Tiwanakus… Anunakis… il me semble comme une certaine similitude, venons-nous réellement de cette planète ?

      • Pourquoi attribuons-nous ces constructions qui ne craignent pas le temps à des peuples locaux, et si c’était un seul et même peuple qui est à l’origine de ces édifices… Et si certaines personnes sur Terre gardait les secrets sur les technologies anciennes… Et nous, que recherchons-nous réellement à travers tous ces sites archéologique ?

        En tout cas, Amandine, j’ai aimé tes travaux, c’est clair que ça change de tous ces gens grassement payés à incarner le bien et le politiquement correct… Tu nous as gâté avec de la bonne nourriture, la passion c’est pire q’une fièvre, dommage quelle soit pas contagieuse.

      • Merci Sean pour ce commentaire et ce retour sur mon travail.

        Ravie que la série d’article sur Tiwanaku te plaise. Celle sur l’île de Pâques et ses mystères devrait t’intéresser également ! 😉

        Au plaisir d’échanger dans de prochains commentaires…

  4. Article très intéressant. On connait mal ces civilisations. Merci

    Répondre
    • Merci Nicole ^^
      Cette civilisation oubliée m’a profondément intriguée ! Deux autres articles sur eux sont en préparation et paraîtront prochainement … !

      Répondre
  5. Plus jeune j’étais fasciné par les égyptiens puis avec le temps mon attirance pour ces cultures du passé s’est complètement éteinte ! Tu as fait rejaillir la flamme le temps d’un article, et peut être plus qui sait :). Ça dépendra de la densité de touristes au cm² !

    Du coup je me demande si les égyptiens n’ont pas inconsciemment provoqués mon départ en voyage, en partie !

    Répondre
    • Salut Bertrand, j’ai partagé ta fascination pour l’Egypte antique : je lisais des romans, tentait d’apprendre les hiéroglyphes, m’imaginait découvrant un tombeau … Mais cette passion ne s’est pas éteinte, je dirais même que mon premier voyage en Amérique du Sud, et surtout au Pérou, l’a ravivée ! Avec François, nous avons même regardé pour étudier l’archéologie au Pérou 😉 Un rêve parmi tant d’autres …

      Comme toi, l’invasion des touristes (dont nous faisons partie même si parfois on ne veut pas se l’avouer ! ^^) est un facteur de découragement pour moi … voire de répulsion. C’est un site vierge, mystérieux, empreint d’une âme que je veux voir, pas un parc à la Disney, marchant en file indienne derrière une ligne de sécurité, à faire les photos aux mêmes endroits …

      Triste débat, car qui dit lieu « intéressant » dit bien souvent touristes. Il reste quelques exceptions, comme Tiwanaku qui est assez boudé par le tourisme de masse (pour le moment), et c’est tant mieux ! Mon prochain article parlera justement du rapport des touristes à cette cité mystérieuse … to be continued ! 😉

      Répondre
  6. Tu as l’air intarissable sur le sujet 🙂 Ah les passionnés…
    Tiens si tu aimes les mystères de l’archéologie, tu devrais te régaler avec ce documentaire sur les pyramides d’Egypte et les secrets du nombre d’or.
    C’est vraiment bluffant !

    Répondre
    • Merci Letieou pour la vidéo sur l’Egypte … je l’avais déjà vue, mais c’est l’intention qui compte 😉 Je suis toujours à l’affût de documentaires archéologiques (même si ils exercent malheureusement un terrible pouvoir soporifique sur moi : même si le sujet me passionne, le rythme et surtout la voix monocorde du narrateur en vient à bout de ma détermination et me plonge dans un profond sommeil après 20 minutes grand max ! — Suis-je la seule à souffrir de cette malédiction ?!).

      Oui, tout cela me passionne ! D’ailleurs, cet article n’est que le premier d’une série de (minimum) 3 articles sur Tiwanaku, le prochain sortira fin de cette semaine ^^

      Répondre
  7. il me semble avoir vu un reportage concernant ce site…. celui-ci m’avait fortement troublé. J’ai eu les mêmes interrogations que toi 🙂 En tant que fan de sites archéologiques, bien plus que ,moi, je pense que tu dois connaitre un autre nom qui est tout aussi mystérieux : Göbekli Tepe
    Cela contredit totalement ce que l’on m’a enseigné en primaire, à savoir que l’érection de tout édifice religieux d’envergure est concomitant à la découverte de l’agriculture… or ce temple serait de 11 500 et 10 000 avant notre ère. (estimation) C’est fascinant non ? Encore plus troublant :
    « Toutefois, » selon Klaus Schmidt, « une chose étrange s’est produite vers 8000 ans av. J.-C., pendant la transition vers l’agriculture : Göbekli Tepe a été enterrée délibérément, et non pas par une coulée de boue. Pour des raisons inconnues, les bâtisseurs ont décidé d’enterrer le site. La terre que nous retirons sur les pierres a été placée ici par l’homme. Toutes ces collines sont artificielles. »
    Si avec cela, tu n’ajoutes pas la Turquie quelque part, je ne sais pas quoi ajouter 😉

    Répondre
  8. Merci Piotr pour ta visite et ton commentaire ^^
    Comme tu t’en doutes bien, je connais le site de Göbekli Tepe, mais malheureusement que par articles, images et vidéos interposées. Mais il est sur notre liste des sites à voir absolument ! Tout cela est absolument fascinant ! Je pourrai en parler pendant des heures (ou plutôt que l’on m’en parle pendant des heures, car j’ai encore tellement à en apprendre !).

    Merci pour le lien de la vidéo, je l’ai déjà vue (2 fois :p !) et moi aussi elle m’a marquée. Je pense de plus en plus que l’Histoire et l’Humanité telles qu’on nous les enseigne et telles quelles sont décrites dans les livres sont à revoir en profondeur. Il faut pouvoir accepter que l’Histoire n’est qu’une théorie, et comme toute théorie, elle doit pouvoir être remise en question et évoluer avec les nouveaux éléments, l’évolution des connaissances et des technologies.
    Malheureusement la majorité des archéologues restent dans les rangs, tenus par leur réputation et les budgets qui vont avec … Ceux qui osent innover sont souvent bannis et deviennent la risée de leurs confrères respectés.

    Nous avons dans nos projets (encore sans date pour le moment), de faire une expédition en Turquie, et  » au passage » de faire une halte en Bosnie voir de nos propres yeux ce qui pourrait être la plus grande pyramide au monde ; beaucoup de mystères également (et beaucoup de polémiques). Si tu ne connais pas, je t’invite à creuser la question ; plusieurs documentaires parlent également des pyramides répendues sur la planète (alors qu’on ne parle toujours que des pyramides de Gizeh, voire des pyramides d’Amérique centrale … et qu’il y en a tellement d’autres !).

    Répondre
    • j’adore les mystères et j’ai en effet entendu parler des pyramides disséminées à droite à gauche mais je n’ai pas encore entendu parler de la Bosnie 🙂 je vais checker cela
      la science avance à petits pas et les gens n’aiment pas voir leurs certitudes chamboulées, c’est particulièrement vrai dans certains milieux universitaires car cela ferait tomber certains grands nom et leur théorie. Or ils ne peuvent pas accepter de perdre la face… question d’égo

      L’histoire, la vrai, se fout de nos égos, elle a tant à nous apprendre et heureusement il reste des passionnés qui trouvent des relais dans les émissions plutôt sensationnalistes car il faut bien vendre la chose… mais je pense que cela permet aussi d’intéresser une frange de la population à des concepts difficiles donc c’est un mal pour un bien.

      J’aime beaucoup cet article, on n’en voit pas souvent sur la toile de la sorte et tu l’as traité de facon intéressante 😉 Vivement les prochains !

      Répondre
      • Bonne découverte de LA pyramide Bosniaque alors 😉
        Comme tu le dis, au final, la science est gérée par les hommes et leur égo … à un point tel que perdre la face et accepter de (se) remettre en question est difficile voire impossible, menant la Science à emprunter des airs de religion …

        Trouver des infos qui sortent des sentiers battus, proposent de nouvelles visions, informent des nouvelles découvertes et hypothèses est difficile du coup. Et c’est vrai que cela tourne souvent autour d’émissions sensationnalistes, voire lavage de cerveau (pour le moment, je me suis mise à regarder, tiens-toi bien, des Aliens Theory, tombée dessus par hasard justement concernant Tiwanaku – la honte, ok, je sais !). Ces émissions sont à prendre avec énormément de recul (++ !), mais au moins elles ont l’avantage de présenter de nouvelles « infos » (à vérifier toujours, quand on voit la source parfois … !) et de nouveaux points de vue.
        C’est créatif dans le sens que l’on conscientise que tout ce que nous pensons connaître n’est qu’hypothèses, projections, continuum de logique … Mais si quelque chose ne correspondait pas à cette logique unique, si des éléments manquaient, … alors l’Histoire pourrait être réécrite sous des angles complètement différents. Je trouve cela passionnant !

        Merci en tout cas pour tes retours positifs, venant d’un blogueur confirmé et de qualité, cela me touche tout particulièrement ^^

        Et bonne nouvelle : la suite des Tiwanakus est sortie –> Pourquoi les touristes n’aiment pas Tiwanaku ?
        Un troisième volet suivra … To be continued 😉

  9. Hello Amandine, tu parles de la Pyramide de Bosnie ?
    Ils disent « les » coup de chance pour moi 🙂 Je me suis renseigné, parait-il que ce n’est qu’un canular.
    L’amoncellement géométrique serait le résultat de processus géologiques.
    Je vais lire la suite 🙂

    Répondre
    • Oui c’est cela, une grande pyramide et d’autres plus petites autour. Beaucoup d’infos différentes à ce sujet, pas mal pensent que c’est un canular. Et par moment je les rejoins … mais j’ai quand même quelques points que je voudrais éclaircir et découvrir de mes propres yeux ; des données étranges ou des revirements de positionnement (comme celui de l’expert des pyramides égyptiennes qui a affirmé que c’étaient bien des pyramides, puis s’est ravisé …).
      Si ce ne sont pas des pyramides faites par l’Homme, en tout cas il y a un réseau étrange de galeries en dessous qui méritent plus d’études – mais vu que les pyramides ne sont pas prises au sérieux, aucun fouille digne de ce nom ne peut être lancée. Frustrant !

      Répondre
  10. Bonjour,
    Bravo pour ce travail !
    Le monde Antique est vraiment fascinant !
    C’est vraiment malheureux que notre Histoire soit si contrainte !
    Aurait-on peur de n’être pas si doués ? De ne pas être les premiers ?
    Peut-être… La fierté quand tu nous tiens 😛
    En tous les cas, merci à toi et à tous les autres qui prenez le temps de nous faire découvrir (petit à petit) notre véritable Histoire 🙂

    Je me suis permis de partager ta page sur ma page FB ainsi que quelques photos.

    A bientôt et bons voyages 😉

    Sola

    Répondre
    • Bonjour Sola, merci pour ton commentaire. Je vous que nous partageons le même engouement pour les mystères de l’Histoire !

      En tout cas merci de prendre le temps de commenter, cela fait toujours plaisir ; et merci également pour ton partage 🙂

      Au plaisir …

      Répondre
  11. Pourquoi nier que des êtres venus d’ailleurs ont séjourné sur la terre ?? Et que ce que nous voyons maintenant n’est que le reflet de leurs savoirs mille fois plus avancés que les notres ???

    Répondre
  12. Bonjour

    Je suis un passionné de civilisations antiques, et j’ai bcp apprécié vos articles sur Tiwanako/Tiahuanaco.

    Avez-vous pris des photos de bonne résolution des détails des bas-reliefs. Il parait que des êtres bizarres y apparaissent, mais je n’ai jamais vu de photos de ces détails

    Avez-vous lu des livres sur le sujet? Est-ce que vous pouvez m’en conseiller?

    Je continuerai à suivre vos articles. Quel est votre prochain voyage prévu?

    Bien à vous

    Répondre
    • Bonjour Robert,

      Merci pour votre message et désolée pour le délai de réponse. Actuellement sur les routes pour un voyage au long cours en Amérique latine (actuellement au Belize), nous faisons notre possible pour répondre dans le meilleur délai possible aux nombreux messages que nous recevons.

      Nous sommes ravis que nos articles sur Tiwanako vous plaisent ; c’est une civilisation que nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir. Toutes les photos que nous avons sont déjà toutes publiées sur nos articles sur Un sac sur le dos ; ou sur notre ancien site Sur la route du monde à l’adresse suivante :

      Je n’ai malheureusement plus les noms des reportages, vidéos et textes que j’ai pu lire sur le sujet ; la littérature en espagnol est également intéressante sur ce sujet…

      Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires…

      Répondre
  13. Bonjour Amandine
    j’ai appris à l’école primaire l’ére primaire, secondaire, tertiaire, et notre quaternaire, dans un reportage on nous a expliqué que les jeunes pousses de montagnes, lors d’un bouleversement, poussaient les vieilles vers le haut.et que l’on retrouvait aisément des fossiles au sommet. Qui nous dit qu’avant nous existait une civilisation plus avancée que la nôtre? Et bien sûr aujourd’hui disparue à cause des cataclysmes ? Le temps efface tout (ou presque), peut-être qu’un jour nous allons découvrir quelque chose qui va nous bouleverser.

    Répondre
    • Bonjour René, merci pour votre message. Je rejoins votre curiosité et votre ouverture d’esprit : qu’est-ce qui nous dit qu’une autre civilisation plus avancée n’a pas existé avant ? Rien !

      L’histoire se réécrit tous les jours; il nous reste tant de choses à découvrir, analyser et comprendre sur notre passé.

      Répondre
  14. Bonjour,
    je suis étonné de ne pas voir cité le temple semi-souterrain, dont les murs d’enceinte sont tapissés de têtes incrustées (cabezas clavas), représentant différents groupes ethniques, comme des Africains et des asiatiques, alors que ce site a été construit entre 1580 av. J.-C. et 297 apr. J.-C. ! … C’est là où se trouve la fameuse Puerta Del Sol avec son Hombre-Sol (homme-soleil).
    Malheureusement, toutes les statues et monolithes qui le peuplaient ont été transportés et installés dans une réplique du temple à La Paz !
    Vous pouvez en savoir plus, en lisant le livre de Hugo Boero Rojo : Descubriendo Tiwanaku.

    Répondre
    • Bonjour,

      en fait, le livre que vous citez et ses informations datent de plus de 35 ans. Les monolithes ont retrouvé leur place sur le site ou sont dans un musée adjacent au site de Tiwanaku.

      Pour le temple semi-enterré, nous en parlons dans les 2 autres articles cités à la fin de cet article. Pour moi, de ce que j’ai vu de mes yeux, les têtes étaient soit trop abîmées pour valider des traits non continentaux, soit en assez bon état et ne m’ont pas choqué quand à leur traits ethniques.

      Pour l’homme-soleil, les archéologues ont découvert qu’il s’agit d’une représentation du dieu Virracocha.

      L’archéologie est une science qui évolue, et bien plus vite qu’on ne le croit ! 🙂

      Répondre
    • Bonjour Georges Antoine,
      Les monolithes déplacés n’ont plus aucune signification alors. En effet ils ont été placés en un lieu bien précis. Ce qui leur donne une énergie particulière. Même si on les réinstalle ce ne sera jamais à la même place et n’auront plus de raison d’être. Cordialement.

      Répondre
  15. Bonjour Amandine,
    Depuis peu à été prouvé scientifiquement que les pyramides d’Egypte (les pierres de plusieures tonnes) ont pas été taillées mais faites sur place par moulage (geopolymerisation) par le grand prêtre Imohtep qui aurait trouvé la formule il y a 5000 ans. Une analyse des pierres ont démontré que les pierres etaient bien synthétique et pas naturelles et taillées.
    De plus la formule et l’explication etait sous nos yeux deplus longtemps : car la stèle d’Irtysen est exposée au musée du Louvre prouve que la formule d’Imhotep a existé. Cette technique résoud donc les casse têtes comme la logistique (carrières éloignées, poid …) et des pierres parfaites (comme des vases de pierres tres complexes)

    Il est probable que le site de Tiwanaku ai connu la formule (seul une analyse de la pierre pourra le dire). Ce qui reste une énigme c’est comment à ces époques tres lointaines ils ont pu connaitre une formule complexe connues sur plusieurs continents séparés.

    Répondre
    • Merci Pascal pour votre commentaire et ce nouvel éclairage sur les mystères des grands bâtisseurs de l’Histoire. Je ne connaissais pas cette découverte scientifique.

      Répondre
      • Bonjour,

        Je tiens à apporté une nuance à mon dernier message. Je parlais de Polymérisation pour la fabrication des pyramides d’Egypte. Certes cela a été démontré pour quelques pierres de Gizeh (pyramide de Khéops). Mais il y aurait de nombreuses techniques différente de la conception des pierres. (Pierre taillées, géo-polymérisées …).
        Voila la nuance que je voulais apporter.
        Donc cela reste une vraie énigme !

  16. Je ne connais rien de ces civilisations je vais peut-être dire une imbécilité. J’ai une hypothèse qui ne fait pas appel aux E.T. ou a des technologies mystérieuses. Et si ces construction étaient faites d’un genre de béton inconnu. Il y avait peut-être une recette qui ne nécessitait pas beaucoup d’énergie ?

    Répondre
    • Pourquoi pas ? Tout est imaginable Yannick ! C’est aussi ce qu’il y a de beau avec les mystères…

      Répondre
    • Oui Yannick.

      La recette facile (dont tu parles) de fabriquer du béton avec un mélange de matières premières courantes il y a 5000 ans et que l’on vient tous juste de redécouvrir, c’est la géo-polymérisation.

      Pour former un bloc énorme de plusieurs tonnes, il suffit de planches en bois pour le moule (réutilisables pour les autres blocs) et de rapporter le mélange obtenu au pied de la pyramide, via des paniers en osier.
      Ce qui est beaucoup plus simple que de transporter sur des kilomètres des pierres de plusieurs tonnes à dos d’esclaves et de les tailler sur site, puis de les monter au millimètre près !

      Répondre
  17. Des jouets à roulettes, mais pas de roue car pas d’animaux de trait sur tout le continent américain, tout simplement
    encore aujourd’hui vous ne verrez jamais un lama trainait un charriot, il en est incapable ;O)

    L’utilisation de la roue n’a d’ailleurs été vulgarisée en Asie mineure puis moyen orient et vers l’Egypte qu’avec le commerce des chevaux domestiques depuis l’Asie centrale vers le moyen orient (cf les conquêtes hittites qui l’ont amenée jusqu’en Egypte)

    In fine ce qui m’interloque le plus à Tiwanaku est le temple inférieur avec ses sculptures de têtes humaines et d’animaux, avec quelques unes notamment ayant clairement des traits négroïdes.
    Et quand on sait que des traces de coca ont été trouvées sur des momies égyptiennes d’il y a 3000 ans, et que cette plante n’a toujours poussé que sur le continent américain, il y a de quoi se poser des questions sur les échanges (commerciaux) d’il y a 3000 ans…
    La tête de « E.T. » est quelque peu déroutante également je dois l’avouer, d’autant qu’elle a une position centrale… De quoi laisser fantasmer pas mal de monde ;o)

    Répondre
    • Merci Jeffoss pour ces éclairages.

      Bien des énigmes entourent ce site, mais comme vous le soulignez, ce n’est qu’ue goutte d’eau dans le paysage des mystères archéologiques. Le point que vous soulevez sur la présence de coca en Égypte est aussi une intrigue qui me questionne !

      Poser les pieds sur un lieu aussi invraisemblable que Tiwanaku, par sa nature, ses constructions et les théories qui gravitent autour, vaut sans hésiter le détour !

      Répondre
  18. Salut.
    Je ne suis ni archéologue d’État ni expert en quoi que ce soit, juste un « bon bricoleur » qui aime se poser des questions.
    Petite réflexion au sujet de « la roue » et de son utilisation à Tiwanaku.
    Une roue ce n’est pas une rondelle de bois percée d’un trou, ça c’est bon pour un jouet. Si on a une roue et pas d’axe ça sert à rien 🙂 et si on a 1 seule roue avec axe comme une brouette on ne peut pas transporter grand chose et on s’épuise pour conserver l’équilibre. Il faut donc un « train » de roues c’est à dire au moins 2 roues reliées par 1 axe lui même solidaire d’un plateau (pour pouvoir porter), c’est donc un ensemble mécanique assez complexe. Ensuite une fois que vous avez tout ça, il vous faut soit une énorme main d’œuvre humaine (1 homme c’est 0,6 C.Vapeur au mieux) soit de gros animaux de trait comme des chevaux ou des bœufs pour pouvoir faire bouger cet ensemble, ces deux genres n’existant pas en Amérique à cette époque où le plus puissant animal « de trait » est le lama. Petit souci de plus concernant l’utilisation de la roue sur Tiwanaku, c’est le sol qui est fait de terre qui se transforme très vite en boue dès qu’il pleut, ce qui n’est pas rare là-bas. Il faudrait des roues d’une largeur énorme pour éviter qu’elles s’enfoncent jusqu’au moyeu. Roue énormes + axe énorme pour transporter des pierres énormes = abandon de ce système de transport par manque de force de traction.
    Les civilisations pré-colombiennes connaissaient la roue (on a trouvé des jouets en possédant) mais ne pouvaient pas l’exploiter comme outil (je ne me souviens pas avoir vu une roue ou un char pré-colombien).
    ‘va falloir chercher une autre méthode 🙂

    Répondre
  19. @Yannick et Pascal
    En admettant que Lafarge ait livré le béton 🙂 (j’y crois mais je suis incapable de faire l’analyse d’une roche)reste la question : pourquoi faire des structures aussi massives, complexes et avec une telle précision ?
    Certains blocs semblent « décoratifs », d’autres on vraisemblablement une « utilité » purement technologique -> rigoles avec ou sans trous, perçages incurvés ….. « ils » auraient voulu faire une usine à gaz sans avoir accès au métal qu’ « ils » ne s’y seraient pas pris autrement

    Répondre
  20. Article très intéressant 🙂
    Passionné d’histoire et d’anciennes civilisations, la vision actuelle de l’Histoire de l’humanité me gène, en fait l’espèce homo Sapiens Sapiens (donc l’Homme anatomiquement moderne, j’entends par là avec les mêmes capacités intellectuelles que nous) est apparu sur Terre il y a environ 200 000 ans, tandis que notre histoire ne débute qu’avec l’invention de l’écriture à Sumer en 8000 avant J.C, donc il y a 10 000 ans. Ce qui nous laisse donc avec un écart de 190 000 ans ou l’homme n’aurait rien accompli de remarquable selon l’histoire « admise » par le corps scientifique.
    Tiwanaku est pour moi un exemple parfait sur le fait qu’on ne sait rien de la majorité de notre histoire, et c’est très enthousiasmant, il reste tant à découvrir (pour peu qu’il reste des traces).

    Répondre
    • Merci Mathieu pour ton message. Oui, tout cela est absolument passionnant ! Nous pensons également que l’Histoire telle qu’elle est actuellement écrite dans les livres est à revoir sur bien des points… C’est une réécriture constante en fonction des nouvelles découvertes : une discipline en pleine mouvance malgré ce que peut penser au premier abord !

      Répondre
  21. Hola Amandine,
    Bravo pour ton blog passionnant, j’ai eu la chance de visiter Tiwanaku, c’est effectivement… perturbant ! Tu peux aussi citer les mystères liés au magnétisme (certaines pierres font tourner une boussole dans différentes directions suivant sa position sur la pierre de laquelle tu les approches), leur maîtrise de la culture de plantes (on a obtenu des rendements sur les patates exceptionnels en redéveloppant leur système d’irrigation), pour le transport de pierres colossales a priori ils ont créé un canal (depuis le Titicaca) pour pouvoir y transporter les pierres sur des barques, autre projet « pharaonique »… C’est juste fou à quel point cette civilisation était douée.
    Si certains disent qu’ils « n’ont pas inventé la roue » ça n’a pas trop de sens : leurs ancêtres Chiripas dessinaient déjà des formes en cercle, cette forme n’ayant pas de secret pour eux via leur culte/connaissance avancée de la lune et du soleil, sur le site il y a bien de pierres de forme ronde !
    Surement encore plein de choses à apprendre sur cette civilisation après quelques fouilles…

    Répondre
    • Hola Marc, merci beaucoup pour ton message et les compliments sur le site 🙂 Cela fait toujours plaisir à lire ! 🙂

      Merci aussi pour ton complément d’informations : tant à dire sur cette cité mystérieuse qui nous réserve sûrement encore bien des surprises !

      Répondre
  22. En réalité ces ruines datent probablement de la période glaciaire : elles sont l’oeuvre d’une autre race d’hommes génétiquement différents de nous, comme en témoignent les crânes dépourvus de suture sagittale.

    Répondre
  23. Tout d’abord bravo pour le travail effectué.
    La statue qui figure en tête de votre blog ressemble à un Moai de l’île de Pâques.
    Et il existe sur un île des Marquises (Hiva Oa) un bloc de pierre taillée, baptisée : Tiki couché au pied duquel est sculpté un animal qui ne peut être qu’un lama.
    Encore une fois admiratif de tout le travail effectué et des observations que vous avez pu faire.

    Répondre
    • Merci Renaud pour le compliment 🙂

      Oui, ça m’a demandé pas mal de travail de recherche, mais travailler sur ce dossier Tiwanaku a été passionnant – tout autant que pour le dossier « Mystères de l’ile de Pâques » que je vous invite à découvrir si vous ne l’avez pas encore lu (et de manière générale, la rubrique « Archéologie » dans la page « Thèmes » du blog pourrait vous intéresser 😉 ).

      Bonne lecture et au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires.

      Répondre
  24. J’ai vraiment apprécié tes articles sur Tiwanaku. Le Pérou et la Bolivie sont notre prochaine destination touristique et ce site sera sans aucun doute un arrêt primordial. Tout en laissant planer le mystère sur la description de ces vestiges, je respecte le fait que tu te gardes bien d’affirmer une nécessaire intervention extraterrestre bien que tentant d’en émettre l’hypothèse lorsqu’on se risque d’expliquer les « comment », et « pourquoi » de telles œuvres d’une si lointaine époque. Dans tes recherches sur le sujet, as-tu lu quelque part s’ils ont a trouvé une façon crédible et sans équivoque de dater ces constructions ? Il y a dans ton article « Tiwanaku : les théories les plus folles ! » le truc des possibles alignements célestes que ton guide a expliqué qui nous mènent à -12000 ans mais comme toi je prends cela avec un grain de sel !

    Répondre
    • Merci beaucoup Marcel pour ton retour. Ravie de lire que vous préparez un futur beau voyage et que Tiwanaku vous intéresse !
      Tant de mystères et de théorie… l’occasion de plonger dans l’Histoire, de revoir ses acquis et d’ouvrir son esprit à de nouvelles pistes… tout en gardant son esprit critique 😉

      Répondre
  25. Bonjour Amandine,

    Je rejoins l’avis de Pascal sur la géopolymérisation, la solution la plus simple et évidente pour répondre à la problématique des pyramides de plusieurs tonnes. Le Pr Davidovits a démontré la méthode pour l’Égypte.
    Maintenant il y avait aussi de la pierre taillé, hein ! Les Égyptiens étaient experts dans le domaine. Mais le moulage de pierres donne une réponse pratique à ce casse-tête sans fin.
    Maintenant qu’on est certain que les Égyptiens étaient de fins chimistes – pour le Néolithique ! – reste à savoir comment les peuples pré-incas ont fait leurs découvertes de leur côté : coïncidences ou contacts avec d’autres cultures ? Toujours est-il que le même Davidovits avait dès 1982 proposé que un modèle de dissolution chimique de pierres – par extraits de plantes locales – pour réaliser une espèce de ciment, donc une géopolymérisation, chez les Huacans.
    Cela expliquerait ainsi la réalisation d’agencements quasi parfaits de blocs de pierre aux angles multiples et improbables que l’on retrouve de Cuzco à Sacsayhuaman : il suffisait de « modeler » les pierres sur place avec un « ciment » placé dans des moules !
    Je m’interroge cependant sur l’absence de communications, discussions, expériences à ce sujet ?! Cela fait bientôt 35 ans que ces infos circulent… pourquoi ne pas les mettre en pratique avec l’Égypte ?

    Répondre
    • Bonjour Satoshi, merci pour ton commentaire, ton retour et ces informations complémentaires avec le parallèle avec l’Egypte. Encore tant d’interrogations autour de ce site… et c’est ce qui le rend aussi passionnants !

      Répondre
  26. Oui, que de mystéres !
    Pour les découvertes, l’agriculture, à l’époque faisait vivre 100 000 ans personnes : c’était un savant mélange entre pisciculture et culture et l’une et l’autre étaient liées, puisque les déjections des poissons servaient d’engrais aux plantes et que les canaux à poissons empêchaient les plantes de geler…
    D’autres théories font de Tiwanaku une espece d’Atlantide : disparue lors d’un cataclysme oublié… d’où l’état des ruines !

    Répondre
    • Merci pour ton commentaire enthousiaste ! Cela fait plaisir de voir que ces mystères vieux de … centaines (milliers ?) d’années fascinent toujours ! 🙂

      Répondre
      • Bonjour,
        Dans votre article vous indiquez que ce peuple premier « n’aurait pas découvert » la roue. Effectivement ce serait assez étonnant qu’ils ne l’aient pas découvert …. Ce qui est plus intéressant c’est de comprendre pourquoi ils ne l’ont pas utilisée ? Et là on se rend compte que dans leur manière d’imaginer le monde (pour eux chaque être vivant ou non vivant a une âme comme le soleil, lune, pomme de terre…) qui les entourent, ils refusent d’utiliser la roue pour asservir un animal (cheval de trait) ce qui est fondamentalement différent de notre relation au monde à nous, européens « civilisés » ! L’ouvrage « Les relations homme-nature dans la transition agroécologique » détaille bien ces sujets. De quoi rester humble face à l’immensité de notre ignorance !

    • Bonjour Pakal,
      Je suis bien curieux d’en savoir plus à propos de cette ancienne association pisciculture et culture. Cela semble intéressant. Quelles sont tes sources, lectures ? Merci !

      Répondre
  27. Bonjour,
    Le premier article lu, dont il était question de cette technique, date de 1991 (Conocer y saber, N°32), par la suite, Charles C Mann en parle aussi dans son ouvrage : 1491, nouvelles révélations avant l’arrivée de Colomb. Un livre particulièrement intéressant !
    Bonnes recherches et bon voyage !

    Répondre
    • Merci pour ces informations ; un sujet sur lequel on a jamais fait le tour !

      Répondre
      • Oh oui et chaque jour ou presque amène son lot de découvertes !

  28. Wahou ! On était déjà curieux de voir ce site, on l’est encore plus maintenant !
    Plus que quelques jours à tenir, on est déjà à La Paz 🙂

    Répondre

Trackbacks/Pingbacks

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pin It on Pinterest