Un sac sur le dos
Amandine

Il y a de ces contrées lointaines qui excitent l’imagination au point de sembler irréelles et hors d’atteinte. Un sentiment que nous avions pour le Japon et l’ile de Pâques, que nous avons pour ces iles perdues d’Océanie… et l’Islande. Toutes des iles. Coïncidence ? Sans doute non. Seules les iles peuvent incarner ces images de bout du monde, d’isolement, d’univers parallèle, de pays imaginaire…

Les articles suivant sont sortis : retrouvez le détail de notre roadtrip de 3 jours et tous nos conseils pour préparer votre voyage en Islande.

Le pays imaginaire

L’Islande, ce pays qui n’existe que dans les livres d’aventure, perdu tout en haut de la carte, si près du pôle… Plus proche du Groenland, il semble perdu au milieu de l’océan à mi-distance entre l’Ancien et le Nouveau Continent : une plaque tournante, lieu de scission des continents, zone neutre.

Pays imaginaire, pays de Grand Nord où se côtoient surement les elfes et la Reine des Neiges (peut-être dans une garde alternée de l’ile, l’été et le printemps pour eux, l’hiver et l‘automne pour elle). Gardiens des lieux, ils règnent à tour de rôle sur une nature puissante, faite de geyser, de cascades, de montagnes, volcans et sable de cendres ; et une nature douce, faite de couleurs pastel, la neige blanche reflétant les couleurs irréelles du ciel rosé puis bleu encre, parfois teinté de vert dansant.

Les aurores boréales !

Comment croire à ce phénomène sans l’avoir vu soi-même ? Si Internet et la photographie n’existaient pas, croiriez-vous réellement les récits exaltés des voyageurs témoignant avoir vu des rayons verts onduler dans le ciel ?

Réel ou pas, ce pays a tout d’un pays imaginaire…

Geyser Strokkur à Geysir, Cercle d’Or

Le pays improbable

Combien de fois ne nous sommes-nous pas arrêté sur le bord de la route, pas pour faire des photos, mais juste pour regarder, bouche bée, puis murmurer : « non, mais ce n’est pas possible, ce n’est pas réel ! ». Des lumières divines, des tons uniformes, des voiles de brume faisant disparaitre des montagnes entières…

Non, ce pays n’est pas possible.
Ou peu probable du moins.

Comment se peut-il que sur cette ile du bout du monde nous reviennent des souvenirs d’autres paysages, de l’autre bout du monde ?

L’immensité de la Patagonie, le sauvage des côtes irlandaises, le sentiment de bout du monde de l’ile de Pâques. Un mélange unique, puissant et doux tout à la fois.

Coup de cœur pour l’Islande

Les couleurs uniques

L’Islande, en hiver, ce n’est pas qu’une couleur. Mais c’est une couleur à la fois ! Comme si la palette du peintre était limitée par région, chaque lieu à sa couleur dominante ou unique : ici la montagne blanche et en contre bas le glacier bleu, là les rochers gris et là-bas la plage noire, plus loin la plaine aux arbustes rouges, après la vallée de rochers recouverts de mousse verte, donnant enfin sur la vallée ondulante jaune paille aux airs de dunes.

S’il n’avait qu’une couleur à la fois, ce peintre a fait de véritables toiles de maitre ! Des bijoux qui se succèdent à chaque virage sur la route, arrivant à nous surprendre encore et encore, à nous donner l’envie de nous arrêter encore et encore pour l’admirer et de redémarrer pour l’explorer encore et encore…

L’Islande et ses routes noires
Les doux sommets des montagnes blanches
Le bleu brillant des glaciers

Premier voyage, premier coup de cœur

De l’Islande, durant cette escale de trois nuits, nous n’avons vu qu’une toute petite partie, dans la région sud de l’ile… Et avec ce tout petit coin du voile levé, nous sommes déjà amoureux fous ! Que ces paysages sont apaisants ! Cette présence de force et de tranquillité, ces espaces infinis parsemés de sommets enneigés : cela fait du bien à l’âme !

Et il n’y a pas que les paysages qui nous ont séduits : ça a été un plaisir pour tous les sens, avec des repas succulents, des sources chaudes relaxantes et des rencontres chaleureuses.

Une chose est sure, cette histoire d’amour n’en restera pas là ! Nous la poursuivrons un moment à distance… avant de la reprendre là où nous l’avions laissé. Tant encore à explorer, en hiver et en été !

Roadtrip sur les routes enneigées d’Islande

Ceci est un premier article sur mes premières impressions en Islande : deux autres articles suivent avec plus d’informations concernant notre roadtrip, le « Stopover » avec Icelandair et nos informations pratiques pour vous aider à préparer votre voyage en Islande.

Et pour prolonger le plaisir, on vous offre une immersion dans les paysages islandais dans notre vidéo de 2 minutes.

Commentaires

  1. Ce pays a l’air absolument somptueux, les grands espaces et ce côté sauvage… Wouah ! En tout cas c’est toujours un plaisir de te lire. Maintenant je dois ajouter l’Islande à la longue liste d’endroits à voir 🙂

    • Merci Jessica 🙂 ça me fait plaisir de voir que mon coup de coeur est contagieux ! 😉 Je te souhaite de découvrir ces terres sauvages à ton tour, nous en tout cas on rêve d’y retourner !!!

  2. On part dans 3 jours pour 4 nuits ! Merci pour ce texte et ces photos qui donnent hâte d’y être 🙂 Très curieuse du coup de découvrir votre itinéraire : si vous avez des préconisations d’urgence en attendant le détail, ce sera avec grand plaisir 😀
    (d’ailleurs, joli glacier ! êtes vous allé jusqu’au Jokularson?)

    • Merci Mareva ! 🙂
      Pour le glacier, c’est pas loin, c’est Kálfafell.
      Et pour les détails, là on est encore en road trip au Canada, avec peu de temps pour écrire ce second article pour le moment ^^ Mais je peux déjà te dire qu’en gros, on a préféré ne pas étendre notre zone d’expédition de trop, pour ne pas trop courir vu que nous avions 3-4 jours sur place. Nous sommes partis de Reykjavik vers la région du sud, avec Vik et Kálfafell comme points les plus distants.
      Je te souhaite un superbe voyage !

  3. Alors que je m’apprête à m’envoler pour la Patagonie, 5 ans après avoir passé tout un été en Islande, je ne peux qu’approuver tout ce que tu as écrit, en rêvant au nouveau bout du monde que je vais bientôt découvrir ! 🙂

    • Merci Aurore pour le compliment sur les photos : je transmets à François, ça lui fait toujours très plaisir 🙂
      Même si le froid ne m’attire pas, les paysages glacés, paradoxalement, m’appellent de plus en plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.