Un sac sur le dos
Amandine

À la suite de l’annonce de notre projet d’année sabbatique de voyage à travers les Amériques (« Back To America »), les réactions ont été assez variées. Mais beaucoup m’ont répondu :

« Mais vous n’avez pas déjà fait ça ? »

Derrière cette question se cache l’incompréhension face à ce besoin de « repartir » en voyage et de retourner en Amérique latine.

Back To America : retour au voyage

Oui, je suis déjà partie en voyage. J’ai fait des voyages de toutes sortes : en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud (pas encore en Afrique ni en Amérique centrale ou en Océanie : j’espère réparer « ce mal » … Mais le monde est vaste, soyez indulgents !). J’ai déjà voyagé en avion, en bus, en train, en voiture, en voilier, en vélo, en scooter …

Mais de voyage au long cours, je n’en ai vécu qu’un seul jusqu’à présent …

Du désir de partir au besoin de repartir

Pourquoi repartir pour un long voyage ?

Notre dernier voyage au long cours (j’entends par là plusieurs mois) date de 2009. Cela fait donc 5 ans.

Oui, entre-temps, nous avons continué à voyager par des escapades de quelques jours voire d’un mois, mais ce n’est définitivement pas la même chose.

Cinq années se sont écoulées … Certains avaient oublié les paroles que nous répétions au retour de ce premier grand voyage : « nous repartirons dans 5 ans ». Nos fréquentes évasions n’étaient que des hors-d’oeuvre pour nous faire patienter, alors que nous construisions peu à peu notre projet de retour sur les routes. Pourquoi attendre 5 ans ? Pour économiser, se lancer dans le monde du travail et, surtout, correspondre aux critères d’accession au « crédit temps » (pause carrière en Belgique). Oui, notre départ était prémédité, et de longue date.

Je repars parce que !

Je ne m’attends pas à ce que tout le monde me comprenne. Je n’en ai pas besoin. Certains m’encouragent, d’autres même me félicitent pour mon courage (ce qui me surprend et m’amuse toujours un petit peu) … et beaucoup me regardent comme une bête curieuse qui pourra les distraire cinq minutes, mais qui les lassera rapidement, à force de parler de tous ces pays visités (voire attisera leur jalousie).

Je pars parce que c’est mon choix. J’ai souvent du mal à prendre des choix : choisir, c’est renoncer. Pourtant il y a certains choix, aussi importants qu’ils puissent être à l’échelle d’une vie, que je prends sans aucune difficulté. Et partir pour cette année sabbatique en fait partie.

Dans moins de 90 jours, nous sommes de retour :

America, nous voilà !

Et vous, avez-vous déjà vécu un retour de voyage au long cours ? Quel était votre état d’esprit ?

Pour aller plus loin et suivre notre année sabbatique (en 2015) :

47 réponses à “Pourquoi je repars”

  1. Bonjour,

    C’est drôle de « tomber » sur cet article pour moi aujourd’hui.

    Ce week end je regardais des reportages sur l’Amérique du sud. Des endroits que j’ai visité avec ma femme durant notre road trip et d’autres que nous n’avons pas visité…et je me suis retrouvé comme un âne, en larmes, submergé par une envie profonde de reprendre la route et de découvrir encore cet incroyable partie du globe.

    Je sais pourtant que nous allons repartir en voyage, je sais même que nous allons vivre au Chili dans un avenir pas si lointain…je me sens donc comme un voyageur du quotidien en France. Je suis « chez moi » d’une certaine façon et pourtant mon chez moi intérieur est resté là bas, quelques part…un peu en Equateur dans la forêt amazonienne, un peu dans le désert chilien, aussi sur les routes de Colombie.

    Mon projet de vie n’est plus en France…et il est vrai qu’il est parfois difficile d’expliquer cet espèce de « saut » intérieur qui fait qu’au retour, même si les mois passent, je suis en décalage (léger) avec mon environnement.

    Ma vie est nettement plus confortable que lorsque j’étais sur la route, dormant dans un 4X4 sur l’altiplano…mais je m’y sens…moins présent, moins dans l’instant.

    Je te souhaite un excellent voyage, et par avance, je te remercie de me permettre de garder le contact avec l’autre côté de l’atlantique 🙂

    Joselito

    • Salut Joselito, merci pour ton partage de vécu.
      Les hasards de la vie … Je vois que ton voyage en Amérique latine t’a profondément marqué … les symptomes de manque sont criant !

      Voyageur quotidien, cela me parle comme formulation !
      Je te souhaite de réaliser tes beaux projets de voyage et d’expatriation au Chili 🙂
      … Et d’ici là, j’espère pouvoir te donner un avant goût de ton futur voyage, à travers nos écrits et photos de « Back To America » 😉

  2. Au diable les critiques ! Quelle bonne idée de repartir longtemps et en amérique du Sud.
    Nous revenons de 10 mois à travers l’amérique centrale et du sud mais il y a tellement à découvrir qu’une vie ne suffirait pas.
    Au plaisir de vous lire, de notre côté, il nous reste quelques articles à écrire pour terminer de raconter notre voyage et s’ils peuvent vous être aussi utile, on en sera heureux.
    Et si vous pouvez, allez en colombie !!! Notre coup de coeur absolu.

    • Bonjour Laura, je suis bien d’accord avec toi, 10 mois – 1 an pour se balader en Amérique latine (centrale et Sud), ce n’est pas suffisant !

      Nous ne sommes encore jamais allés en Colombie, mais tu n’es pas la première à nous faire ce genre de retour, ce pays nous intrigue beaucoup du coup ! Il est sur notre liste (comme beaucoup d’autres … ^^

      Au plaisir de te lire

  3. Ton article nous touche particulièrement car en rentrant de notre voyage en Am du Sud nous avons vécu ce sentiment de décalage avec la vie réelle. Et c’est bien vrai que depuis ce retour (maintenant un peu plus d’un an), on ne rêve que d’une chose c’est repartir loin et longtemps. Donc bravo de concrétiser tes envie et on pense que nous aussi on va bientôt sauter le pas 🙂

    • Bonjour Manue et merci pour ton témoignage.

      Le retour de voyage est une vraie difficulté : l’adaptation à la vie nomade se fait plus facilement que le retour à la vie sédentaire ! (Un comble ?)

      Courage à vous, je vous souhaite de concrétiser vos nouvelles envies de voyage !

  4. Wahouuu quel résumé et quel article qui, on en est sur, doit parler à pas mal de gens (voyageurs) 🙂

    Nous partageons votre idée : »Le voyage est devenu un projet de couple, une philosophie et une façon de penser. » … ce qui nous a poussé, 2 ans après notre retour d’une année Down Under, à refaire notre sac à dos.

    Cette fois, nous partons pour 2 ans à arpenter les routes du monde. Amusez-vous bien et faites nous rêver !

    • Bonjour Romain et Tatiana 🙂

      Deux ans à parcourir le monde ? Superbe projet !
      Je vous souhaite de magnifiques découvertes.

      J’ai découvert votre blog tout récemment, je pense que vous allez en faire rêver beaucoup également ! 😉

  5. Comme je te comprends! Je repars également à la rentrée, en Amérique du Sud que je ne connais pas! (d’ailleurs on pourrait se croiser 🙂 )

    Je suis 100% d’accord avec ta réflexion sur « Check, ça c’est fait ! Retournons à la « vraie vie » à présent ? ». Voyager c’est une passion, et si c’est ça qu’on aime, pourquoi se priver? Qui a dit qu’il fallait faire comme tout le monde »

    Je prépare moi aussi quelques articles sur le retour et ce virus du voyage. Pour ma part, je sens de plus en plus le besoin de me stabiliser, car j’aime être proche des miens et leur dire au revoir est chaque fois plus dur. Mais ce n’est pas pour autant qu’après mon nouveau périple je ne partirai plus jamais. 🙂

    • Merci pour ton commentaire Emma, et ton partage de vécu.
      Ton approche est encore différente de la mienne, dans ta perspective future de te poser. Dire au revoir aux proches est en effet une des parties difficiles du voyage …

      Bon voyage à toi, et peut-être à bientôt sur les routes en Amérique latine ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *