Un sac sur le dos
Amandine

Pétra, belle Pétra. J’ai rêvé de toi. Et enfin te voilà.

Lorsque l’occasion s’est présentée de voyager en Jordanie, mon cœur n’a fait qu’on bond : « Oui, je le veux ! ». Le soir même, nous regardions un grand classique du cinéma : « Indiana Jones et la dernière croisade », histoire de nous mettre dans l’ambiance…

Vers la mystérieuse Pétra

Comme un air de déjà vu

On ne découvre pas Pétra : on la connait déjà. Décor de tant de films, livres, bandes dessinées … Tout le monde a déjà vu des images de cette (nouvelle) merveille du monde.

Pétra, ma vieille amie, je viens fêter nos retrouvailles.

Pétra ou Pétra ?

Communément, lorsque l’on parle de Pétra, on pense à ce célèbre bâtiment creusé dans la paroi d’une montagne.

Mais Pétra (signifiant « rocher » en grec ancien) désigne la cité nabatéenne tout entière.

Le palais que l’on voit sur les cartes postales se nomme, quant à lui, Al Khazneh ou Al Khazna (« trésor du pharaon » en arabe) et est aussi connu sous le nom de « Trésor de Pétra ».

  1. Le croissant de Lune

    Pétra … Je marche vers toi en quête de ton Trésor, et pourtant tu as tellement plus à offrir à mes yeux de novice.

    Je ne pensais pas pouvoir être surprise par ce site, tant les images sur cette merveille pullulent sur le net. Et pourtant … Dès le premier pas dans le canyon, j’ai le souffle coupé. Surprise… d’être surprise ! Ce labyrinthe de pierre en plein désert semble surréaliste : impossible qu’il soit l’œuvre hasardeuse de la Nature. C’est un décor de cinéma dans lequel je progresse.

    • C’est alors que commence ma quête …

      Car pour atteindre les célèbres ruines, le pèlerin doit se rendre aux portes du désert du Wadi Rum et emprunter un gouffre (« siq ») d’un kilomètre de long. En marchant dans ce chemin tout tracé, aux parois pouvant atteindre jusqu’à 200 mètres de hauteur, je me sens envoutée par les parois rocheuses : leurs couleurs, leurs textures…

      Ces pierres semblent vivantes, en mouvement. Elles me guident, elles me parlent. Je ne résiste pas à l’envie de les toucher et de les photographier, pour immortaliser leur beauté et leur puissance.

      Couleurs et textures

      Les touristes autour de moi semblent cheminer d’un pas pesant. Sans doute est-ce dû à la chaleur et à la longueur du parcours.

      Tout à mon émerveillement, je ne veux pas avancer. Mais je me sens emportée…  Peut-être est-ce par un des torrents qui ont envahi ce gouffre, modelant la pierre et lui donnant cette impression de mouvement fluide.

      Mouvement fluide de la pierre

    • Il y a très très longtemps …

      Impossible de visiter Pétra sans se laisser happer par le passé, emporté dans un voyage dans le temps. C’est plus de 2.000 ans en arrière que je vous propose de nous rendre, à la rencontre des Nabatéens.

      Une fois de plus, je déplore le manque d’ouverture culturelle à l’Histoire des autres continents durant mon éducation : je ne connais rien ou presque de cette civilisation qui captive pourtant mon imagination. C’est l’esprit porté par l’aura mystérieuses des pierres et l’histoire de la civilisation nabatéenne que je progresse dans le canyon, jusqu’à ce que …

      Raconte-nous une histoire

      Cette civilisation arabe, les Nabatéens, installée il y a plus de 2.000 ans dans la pointe méridionale de la Jordanie, a fait prospérer cette région de la Jordanie. Sa position stratégique a fait d’elle un passage obligé pour les caravanes transportant des épices, véritable carrefour des routes du commerce entre le golfe Persique, l’Arabie de l’Ouest et la mer Rouge.

      Ainsi, au cours de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. jusqu’à l’année 63 A.C., l’histoire de la Jordanie était étroitement liée à celle des Nabatéens, qui avaient élu Pétra comme capitale.

      Cette route commerciale a eu une importance capitale sur le développement de cette cité … et son déclin : vers le VIIe siècle P.C., la modification de cette route, ainsi que de nombreux séismes, plongent peu à peu Pétra dans l’oubli … Jusqu’en 1812, où elle est redécouverte par l’Occident.

      Caravane gravée dans la roche

    • Une merveille à désirer

      Notre guide nous arrête pour un jeu de devinette :

      À quel animal ressemble cette pierre que nous apercevons tout en haut des parois ?

      Un singe ? Un puma ? Un chien ? Un éléphant ?

      Chacun y va de son interprétation, notre guide nous invitant à chaque fois à reculer tout en fixant soigneusement le rocher au loin.

      Reculez, reculez encore … Vous voyez mieux ? Non ?

      Alors, maintenant retournez-vous !

      Souffle coupé, sourire incontrôlé : nous sommes à l’entrée de la dernière ligne droite avant le Trésor de Pétra ! Nous rions, tant de la blague du guide que de notre bêtise. Nous rions tout simplement de bonheur. Enfin, après cette marche torride, notre quête touche à son but.

      Découverte du Trésor de Pétra

      Les derniers rochers nous font jouer à cache-cache avec la façade de la bâtisse. Elle se fait encore désirer, la belle Pétra. Je progresse, mesurant mon allure pour ces derniers mètres, prolongeant le plaisir…

      Et enfin j’y suis, éblouie tant par l’éclat du soleil que par la beauté d’Al Khazneh.

      La belle Pétra cachée dans les rochers

  2. Pétra la rose

    Ensorcelée. Je suis ensorcelée. Le guide essaye de me parler, d’attirer mon attention, mais je ne l’entends pas.

    Amandine est absente pour le moment, veuillez laisser un message.

    Comme après toute longue séparation, revoir un être cher se fait dans l’émotion.

    Émue, sans mot, je reste figée devant toi. Le monde autour de moi n’existe plus. Rien que toi et moi … Et ce chapeau d’Indiana Jones sur pattes (alias François) qui vient te rendre un hommage spécial.

    François me pousse gentiment pour que je continue à avancer, je me laisse guider, les yeux toujours rivés sur cette impressionnante façade. Tout me plait chez elle. Son allure, ses couleurs rose-orangé, ses formes, la finesse de ses traits, son aura mystérieuse … Je suis amoureuse.

    Indiana Jones was here… et nous aussi !

    Un parfum d’ailleurs

    Le Trésor de Pétra a une architecture très particulière. Son harmonie ressentie au premier coup d’oeil empêche de percevoir la mixité d’influences qui se cachent sur sa façade. Pourtant, en la détaillant, le style oriental et hellénique émergent à travers les colonnes, sculptures et détails.

    • Un palais issu des profondeurs de la montagne

      Cette impressionnante demeure a été directement sculptée dans le roc, creusée dans la montagne. L’on se sent tout petit devant l’imposante façade de 43 mètres de haut et face à la qualité du travail accompli il y a plusieurs milliers d’années.

      Mais comment faisaient-ils ?

      Les Nabatéens commençaient par creuser une sorte d’escalier jusqu’au sommet de la future construction, tout en sondant la qualité de la roche. Ensuite, ils creusaient et sculptaient la pierre, commençant ainsi par le haut du bâtiment.

      Pour prouver cette théorie, l’on retrouve plusieurs façades inachevées, où le sommet de l’édifice semble flotter sur la paroi de la montagne.

    • Une multiplication de prouesses

      Il n’y a pas que Al Khazneh sur ce site de l’UNESCO : c’est toute une cité qui s’offre aux curieux qui ont la force de laisser le Trésor pour poursuivre leur route. Ruines romaines, tombaux royaux, grottes, places gigantesques ornées de colonnes … C’est, pour moi, une véritable découverte que d’admirer cette ancienne cité troglodyte, peu mise en avant sous l’ombre du glorieux Trésor.

      Les Nabatéens étaient un peuple ingénieux, capable de survivre dans cette contrée désertique. Et même plus que survivre, ils ont développé une cité resplendissante, devenue un lieu incontournable pour les caravanes.

      • Pourquoi Pétra ?

        Mais pourquoi la route des caravanes passait-elle par Pétra ?

        Les Nabatéens ont fait preuve d’un grand génie, dont témoignent encore aujourd’hui leurs constructions. Au-delà de la beauté de leurs œuvres architecturales, ce peuple a également acquis la maîtrise de l’eau. La canalisant, créant des citernes, ils n’en manquaient jamais, faisant de Pétra une véritable oasis, avec un bassin gigantesque et des jardins aux ombres rafraîchissantes …

        Ainsi, tout le long du gouffre, l’on suit les rigoles creusées dans la paroi jusqu’à Al Khazneh. À côté de cette partie visible, il y a également un ensemble de canaux d’alimentation et de retenue d’eau, avec des tuyaux de bronze et de plomb, capables de mettre l’eau sous pression pour alimenter des fontaines.

        Pétra continue d’intriguer : il faudrait encore des dizaines d’années (et des sommes considérables) pour fouiller entièrement le site. De première importance pour l’histoire la Jordanie, Pétra est également un lieu particulier pour les pays arabes et toute l’Humanité, car l’alphabet arabe y serait né.

      Un dernier regard au majestueux Trésor

  3. Pétra de nuit

    Après l’avoir vue sous un soleil brûlant, avec des températures dépassant les 40° à l’ombre, nous revenons traverser le canyon dans la fraîcheur de la nuit, à la lueur de centaines de bougies.

    Des portes du site, mes pas reprennent la route du « siq ». J’aimerais me laisser envouter par le charme de l’éclairage intimiste, mais je n’y arrive pas. Trop de monde, trop de bruit, trop de lumières de smartphones viennent casser le mythe. La cerise sur le gâteau : le garde posté à mis parcours qui rappelle discrètement « SILENCE PLEASE !». Toute une ambiance !

    Nous arrivons finalement, emportés par le flot de touristes, à la fin du parcours : le Trésor. Des tapis sont disposés à même le sol et l’on nous invite à y prendre place. Surprise, j’accepte avec plaisir le délicieux thé proposé avant le début du spectacle, tout en admirant Al Khazneh à la lueur des bougies.

    Une musique s’élève alors, envoutante. Ce premier musicien est suivi par un second… L’impatience palpable du public, et les coups de feu répétés (j’apprendrai par la suite que plusieurs mariages étaient célébrés ce jour-là) me sortent de mes rêveries, les flammes ne dansent plus. Heureusement, mon précieux Trésor, tu restes fidèle à toi-même, éblouissant même sous un ciel étoilé.

    Pétra by night (© Bart Lapers)

Pour découvrir Pétra

Depuis la ville de Pétra, il faut marcher 2 kilomètres pour atteindre la cité troglodyte. Pour le restaurant situé au bout du site archéologique, il faut compter 2h30.

Une journée n’est pas suffisante à mon goût pour prendre le temps de découvrir Pétra, vu l’immensité du site d’une part, mais aussi en raison des fortes chaleurs d’autre part, qui ralentit le rythme de la marche.

Dans l’idéal, je pourrais passer 4 jours pour (tenter d’) explorer entièrement cette cité aux centaines de tombeaux creusés dans la roche… Mais je pense que pour la majorité des visiteurs, à moins d’être passionné par l’Histoire et les vieilles pierres, 2 jours sont suffisants.

Pétra peut se visiter en voyageur indépendant ou accompagné d’un des guides qui attendent à l’entrée du site. Pour ceux qui seraient découragés par la marche, il est possible de faire la route à dos d’âne, à cheval, en dromadaire ou en calèche (pas de véhicules motorisés).

Une fois dans le « siq », celui-ci mène directement au Trésor. Ensuite il existe de nombreux sentiers grimpant le long des parois pour explorer le site.

Pétra à dos d’âne

En pratique

Informations pratiques

Prix : Il existe différents tickets :

1 jour : 50 JD ; 2 jours : 55 JD ; 3 jours : 60 JD.

Si vous ne restez pas en Jordanie (touristes en excursion à la journée depuis l’Égypte par exemple) : 90 JD

Remarque : le paiement des tickets à l’entrée du site peut se faire par cash en Dinars jordaniens.

Horaire : de 6h à 18h en été, de 6h à 16h en hiver

Pétra de nuit : Uniquement le lundi, mercredi et vendredi à partir de 20h30 ; 12 JD l’entrée.

Mes conseils

Conseils pratiques

– Se munir de chaussures confortables, d’un chapeau (ou foulard) pour se protéger du soleil, de crème solaire et ne pas oublier de prendre de l’eau.

– Les meilleurs moments pour visiter Pétra et prendre de belles photos sont : en milieu de matinée ou tard dans l’après-midi. Éviter le soleil tapant de milieu de journée au profit des rayons rasants du soleil, qui ravivent les couleurs la roche.

Pour plus d’informations pratiques pour préparer un voyage en Jordanie, je publierai prochainement un article « Jordanie : informations pratiques ».

Un rêve d’enfant devenu réalité

Pétra, j’en ai rêvé au point de l’ajouter à ma Bucket List. Si mes retrouvailles avec cette vieille amie ont été intenses, elles furent pourtant bien trop brèves. Une journée et une nuit ne sont pas suffisantes pour parcourir cette ancienne cité troglodyte comme je le voudrais.

Une chose est sûre, Pétra, ma belle : nous nous reverrons !

Un palais gravé dans la pierre

En partenariat avec l’Office du Tourisme de Jordanie.

, , , , ,

Commentaires

  1. Superbe article, qui donne tellement envie de venir à la rencontre de ce lieu mythique (car c’est bien de rencontre qu’il s’agit, n’est-ce pas ?). Vos photographies sont magiques, merci de nous les faire partager (et de nous faire rêver) !

    • Merci Little Girl pour ton commentaire. Oui, il s’agit bien d’une rencontre … ou de retrouvailles même 😉

      Contente que nos photos te plaisent. Nous venons d’acquérir un nouvel appareil et en testions également un autre par la même occasion : challenge de débuter avec de nouveaux boitiers devant l’une des nouvelle merveille du monde ! Et beau terrain de jeu photographique en même temps 😉

  2. J’avais moi aussi était conquis par Petra et son trésor. Pour moi Petra fait partie des rares lieux dans le monde qui ont su préserver leur côté mystique et leur authenticité malgré le nombre de touriste.
    Je conseille à ceux qui y iront de s’y perdre. Je ne me souviens plus comment ni d’ou mais un long escalier m’avait emmené tout en haut de la falaise. Je surplombais le trésor. J’étais resté assis des heures à le contempler.

    • Salut Julien, merci pour ton retour d’expérience.
      Effectivement, pas l’ombre d’une déception au tableau de ma rencontre avec Petra : grande différence d’ambiance avec d’autres sites très touristiques (comme Angkor). Si paisible ! Un vrai plaisir.

      Je suis aussi restée assise devant Pétra bêtement. Je n’ai pu enregistré de ce que le guide à dit à ce moment-là (merci François d’avoir écouté pour 2 !).
      A refaire, nous passerions plusieurs jours sur ce site immense, et nous prendrions le temps de nous perdre davantage ! Comme je le disais dans un autre commentaire, François étant pas bien ce jour-là, nous y avons été molo, afin qu’il tienne jusqu’au « Petra by night ».

  3. Très bel article,ça me rappelle des souvenirs encore récents. Une journée est effectivement trop court. Vous n’avez pas pu faire le Monastère du coup ?

    • Salut Thomas

      Non, effectivement, nous n’avons pas été jusqu’au Monastère … Une journée vite passée associée à la chaleur et à l’estomac fragile de François … le tout a eu raison de nos ambitions de découvertes ! Raison de plus pour y retourner 😉

  4. Superbe article pour une bien sublime destination !

    Notre TDM y avait débuté également ; le site constitue une délicieuse mise en bouche … C’ était il y a un an, quasi jour pour jour.

    Effectivement, mieux vaut-il y consacrer 2 jours, voire 3 en lui associant la visite de « Little Petra » .

    • Commencer son tour du monde à Pétra, la classe ! 😉

      Bien d’accord avec toi pour l’estimation de temps ; c’est d’ailleurs prévu pour notre prochain passage ^^
      Et Little Petra qu’on se fera un plaisir de découvrir !

      … C’est bête, je viens d’y aller et j’ai vraiment envie de repartir directement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.