Les mystères de l’île de Pâques – Le contact inca (4/4)

L’île de Pâques n’a pas fini de faire parler d’elle… Enfin… Sur le blog, si ! Car cet article est le dernier de son genre : il vient clore la saga des mystères de l’île de Pâques ! Après vous avoir parlé des fameux Moaïs, des premiers habitants et de la chute du peuple Rapa Nui… il me reste encore un mystère à vous raconter. Et pas le moindre !  Au programme d’aujourd’hui, pour ce dernier chapitre : l’hypothèse du contact inca.

Cette grande civilisation a-t-elle un jour posé le pied sur l’île de Pâques ?

Les Incas sur l’île de Pâques ?

Oui, vous avez bien lu ! Deux emblèmes mythiques de l’archéologie réunis sous une même hypothèse. Nous avons ouvert des yeux ronds la première fois que nous en avons entendu parler. Et puis, et puis… nous avions eu envie de nous dire :

Pourquoi pas ?

Nous avons découvert cette théorie lors de notre troisième voyage au Pérou, grâce à une belle rencontre à Lima avec Guy, un guide belge passionné d’histoire péruvienne (de l’agence Aventura Latino America). Depuis la première fois que cette hypothèse a été formulée, par l’explorateur espagnol Pedro Sarmiento de Gamboa au XVIe siècle, plusieurs chercheurs ont étudié la possibilité de contacts entre les habitants de l’île de Pâques et ceux du continent sud-américain. Mais les plus connus sont sans doute l’historien José Antonio del Busto et l’ethnologue Thor Heyerdahl (dont nous avons déjà parlé dans le volet sur les Moaïs), qui pensent que les Incas auraient bien posé les pieds sur cette île

Comment, pourquoi : je vous raconte toute l’histoire (ou presque) !

île de Pâques, Chili, inca, Pérou
Tupac Yupanqui (par Guaman Poma de Ayala)

Il était une fois…

Il était une fois, au XVe siècle, le fils l’héritier du Grand Inca : Tupac Yupanqui.

L’histoire, telle qu’elle nous est rapportée par les chroniques des Espagnols (dont Pedro Sarmiento de Gamboa), raconte que Tupac Yupanqui, lors d’une campagne dans le nord de l’Empire inca, entendit parler d’îles lointaines au milieu de la mer.

Intrigué, il décida d’aller les conquérir et ainsi, d’étendre le territoire inca au-delà de l’horizon bleu. Il partit avec ses guerriers sur des radeaux à voile et, après des semaines de navigation, arriva sur deux îles appelées à l’époque Ninachumbi et Auachumbi, qui seraient les actuelles Mangareva (en Polynésie Française) et l’île de Pâques.

Les dessous de l’histoire

Quelles preuves avons-nous, hormis cette histoire, pour étayer la théorie du contact inca ?

L’historien péruvien José Antonio del Busto avance plus d’une trentaine de preuves pour appuyer son idée. Entre autres :

  • Il existe à Mangareva (ainsi que sur les îles Marquises) une légende intéressante, parlant d’un roi nommé Tupa, qui arriva de l’est sur des radeaux à voile, apportant l’orfèvrerie, la céramique et le textile.
  • Le fils du Grand Inca, sur l’île de Pâques, se serait fait appeler « Mahuna-te Ra’a », qui signifie « fils du soleil »… Ce qui rejoint les appellations classiques propres aux Incas et leurs croyances selon lesquelles les chefs incas sont les descendants du dieu soleil.
  • L’on raconte également qu’à son retour au Pérou, Tupac Yupanqui rapporta des personnes à la peau noire et des objets inconnus conservés ensuite dans la forteresse de Sacsayhuaman.
  • Un mythe Rapa Nui raconte qu’un jour, des navigateurs d’origine et de culture inconnues arrivèrent sur l’île de Pâques. Ceux-ci étaient physiquement très différents : plus corpulents et plus robustes, ils avaient également des lobes d’oreilles plus étirés… Ce dernier trait physique les rapprochant des Incas de haute société.
  • Poussant cette légende un peu plus loin, l’on pourrait considérer les derniers Moaïs comme des représentations des Incas : nez effilé, lèvres minces, menton proéminent… des traits typiques des Incas ! Le pukao représenterait le llautu inca : un turban que seuls l’Inca et sa garde peuvent porter, signe d’élite au même titre que les les oreilles allongées.
  • Selon l’historien Français Jean Hervé Daude, les plateformes (ahu) de Vinapu sont construites selon le même modèle que les « Chullpas de Sillustani » du lac Titicaca au Pérou et que les murs de Cuzco.
    Malheureusement, le mur de l’ahu Tahira a été endommagé à coup de dynamite par l’équipage de l’USS Mohican en 1886, à la recherche d’or et matières précieuses (pour ne trouver finalement que quelques ossements…).
  • Pour l’archéologue Sergio Rapu, les yeux des Moaïs constituent un lien entre les cultures Rapa Nui et Inca :  la technique derrière ces yeux d’obsidienne et de corail se retrouverait également chez les Mochicas.
  • Des études génétiques, menées par Jean Dausset, soutiendraient que les anciens Rapa Nuis ont le même ADN que les indigènes sud-américains.
    Mais cette étude génétique a été controversée : des études d’ADN plus récentes relient les Pascuans avec les Polynésiens. Et, génétiquement parlant, ces derniers sont plus proches des Asiatiques que des Sud-Américains.

Contact Inca ou pas contact inca ?

À l’heure actuelle, cette théorie reste très marginalisée et n’est, comme toutes les tentatives d’études de notre histoire, qu’une hypothèse.

Mais personnellement, je l’aime bien, cette histoire !

J’aime l’idée de balayer les idées reçues, de revoir les choses sous un angle neuf et, surtout, de ne pas considérer nos ancêtres comme des gens « incapables », mais bien plein de ressources.

J’aime aussi découvrir l’enthousiasme et la soif de découverte de certains êtres humains, prêts à tout pour faire avancer nos connaissances sur le monde. Comme cet anthropologue norvégien, Thor Heyerdahl, et son projet « Kon Tiki » : cet homme décida ainsi, en 1947, de partir sur un radeau rudimentaire pour parcourir quelque 8000 km en plein océan Pacifique afin de prouver que sa théorie (des Péruviens navigateurs arrivant jusqu’en Polynésie) était crédible.

Et j’aime également m’imaginer le choc entre la culture insulaire Rapa Nui et les explorateurs Incas : imaginez-vous un instant la surprise de part et d’autre et le choc culturel à leur arrivée sur l’île !

Rapa Nui, Ile de Paques, mystere, archeologie, Chili
L’île de Pâques restera mystère © Evafrench

Et vous, que pensez-vous de cette théorie autour des mystères de l’île de Pâques ? 

Pour aller plus loin et poursuivre la lecture :

Auteur: Amandine

Voyageuse passionnée, Amandine part découvrir le monde accompagnée de François, l'esprit et les yeux grands ouverts ! Elle est également psychologue et coach de vie, proposant à ceux qui le souhaitent de les accompagner dans leur projet personnel et leur cheminement vers l'épanouissement (voir page "qui sommes-nous" et contact).

4 commentaires

  1. Halala, moi aussi j’aime bien ces histoires où l’imagination peut vagabonder faute de preuves pour les confirmer ou les réfuter.
    L’expédition du Kon Tiki est quand même une sacrée aventure ! Risquer sa vie pour prouver qu’une théorie est valable, si ça c’est pas du courage… Ces mecs là me font rêver 🙂
    Tiens, si je ne t’en ai pas déjà parlé, et si tu aimes mixer rêves et archéologie, je te recommande ce documentaire fantastique sur les relations entre les pyramides égyptiennes et le nombre Phi, censé avoir été découvert plusieurs siècles après leur édification : « La révélation des Pyramides ».

    Répondre
    • Merci Mathieu pour ton message 🙂 Je vois que je ne suis pas la seule à rêver devant la détermination de certains explorateurs et scientifiques ?

      Et merci pour la recommandation : on a déjà vu ce reportage, un grand classique pour les amateurs d’archéologie et de mystères 😉

      Répondre
  2. C’est littéralement passionnant ! L’archéologie est le meilleur outil pour émettre des hypothèses très probables… J’aime bien aussi cette histoire!

    Dans le même registre (archéologie et île de Pâques), connais-tu les travaux de Jared Diamond ?
    Il y parle de l’histoire plus contemporaine de l’île, et expliquent, à partir d’indices archéologiques et anthropologiques, les raisons probables pour lesquelles la civilisation s’est effondrée. Captivant également!

    Répondre
    • Bonjour Gaël, oui, je connais (bien !) : j’en parle également sur le site. Comme tu as pu le voir en fin d’article, cet article fait partie d’un dossier « Mystères de l’île de Pâques » en 4 volets. Le volet 2 parlant des théories autour de extinction de ce peuple.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current ye@r *

Pin It on Pinterest