Mon rêve (r)attrapé

La décision est tombée comme la lame d’une guillotine. Elle planait, telle l’épée de Damoclès, depuis quelques jours. Depuis ce coup de téléphone du médecin. Résultat sans appel : mononucléose. Encore. Et moi qui pensais que cela n’arrivait qu’une fois dans la vie, voire deux selon certaines légendes urbaines, et seulement aux gens très malchanceux. Je ne suis pas quelqu’un de très malchanceux, me dis-je. Cela n’arrive qu’aux autres. Toujours qu’aux autres.

Mais pas cette fois. La mononucléose, encore. Ce souvenir de voyage, ramené de Bolivie en 2013, revient me hanter 3 ans et demi plus tard. Salut toi, tu ne m’avais pas manqué…

Et dire que c’est un souvenir de voyage qui m’oblige à annuler ce voyage.
Paradoxe.

Un voyage avorté

La décision est tombée, les larmes ont coulé. Il faut être raisonnable, me dit François, ce n’est pas ta faute, me répète-t-il. Tu n’en profiteras pas. Tu n’y arriveras pas. Par bravade, je nie, je conteste, je mens. Je vais mieux, ça va aller, on ne peut pas savoir tant qu’on n’a pas essayé.

Un mal mal tombé et si difficile à saisir. Depuis 4 semaines il embrume mon esprit. La dernière fois, cela avait duré 5 mois… Personne ne peut dire combien de temps cela durera cette fois. 4 jours ? 4 semaines ? 4 mois ?

Je vous écris ces mots depuis la salle d’attente du médecin. J’ai l’impression d’être atteinte d’une maladie grave. Antivoyagite aigüe. Ma tête ballote au-dessus de ma tablette alors que mes doigts pianotent. Ne pas s’endormir. Une porte s’ouvre, c’est à moi.

Ça y est, j’ai mon papier. Celui qui ira dans mon dossier pour annuler mon congé sabbatique et régulariser ma situation. Je passe du statut de voyageuse à celui de malade. Une étiquette que je porte avec moins de grâce.

Je m’endors à nouveau. Somnolence. Réveil brumeux.

Cauchemar éveillé et rêve attrapé…

voyage, voyageuse, malade, annule
Rêve attrapé (© Andreas Wagner)

Voyager en étant malade

Voyager avec une maladie, un sujet dont je ne suis pas totalement étrangère. Mis à part des maladies plus ou moins impressionnantes attrapées sur les routes, je voyage depuis quelques années avec deux maladies : la maladie de Raynaud (trouble de la circulation sanguine impliquant une difficulté à gérer les températures extrêmes) et une gastrite chronique (particulièrement encombrante dans les pays où toutes les spécialités gastronomiques sont piquantes, comme au Sri Lanka).

Voyager avec une maladie (ou un handicap) n’est pas forcément un pari impossible (comme le prouvent Audrey, Blandine et d’autres voyageurs inspirants). Cela dépend pour beaucoup du voyageur et de comment il est affecté, des solutions pour soulager ou prévenir l’inconfort ou la douleur…

Voyager avec une mononucléose, si elle est légère et de courte durée, n’est pas trop invalidant… Mais vu ma réaction à la première apparition de la maladie et la façon dont elle m’atteint actuellement depuis quelques semaines, disons que les pronostics ne sont pas de mon côté.

J’ai donc écouté la raison, incarnée, pour une fois, par les traits de François.
Je capitule. J’annule.

Un rêve attrapé

Dans l’article sorti il y a 11 jours, je vous parlais de notre nouvelle folie, notre dernier rêve : un congé sabbatique de 4 mois autour du monde. Joueuse, je vous faisais deviner nos destinations. Même si cela n’a plus beaucoup de sens aujourd’hui, voici ce que nous vous cachions :

  • un roadtrip nature dans les montagnes d’Allemagne
  • un stopover de 2 jours en Islande
  • un roadtrip de folie au Canada, au Québec et Nouveau-Brunswick
  • un roadtrip en motorhome jusqu’en Norvège
  • un voyage au Japon, où nous avions prévu de louer une voiture dans région de Kansai, et de rejoindre également notre ami Tuni pour l’accompagner marcher quelques jours
  • un voyage en Guadeloupe, avec notre amie Aline de NowMadNow
  • un voyage à Zanzibar pour terminer l’année

De tout ce programme, nous ne préservons que le premier voyage, en Allemagne (de sublimes décors où j’ai fait de beaux et nombreux rêves… et dont vous pouvez voir nos photos sur Instagram), et le dernier, à Zanzibar (en comptant sur le fait que j’irai mieux). Bye bye Islande, Canada, Norvège, Japon, Guadeloupe. J’espère que ce n’est qu’un au revoir et que nous pourrons bientôt nous rattraper…

voyage, voyageuse, malade, annule
Voyageuse (© Meiying Ng)

Auteur: Amandine

Voyageuse passionnée, Amandine part découvrir le monde accompagnée de François, l'esprit et les yeux grands ouverts ! Elle est également psychologue et coach de vie, proposant à ceux qui le souhaitent de les accompagner dans leur projet personnel et leur cheminement vers l'épanouissement (voir page "qui sommes-nous" et contact).

65 commentaires

  1. Arf dur…courage, tu pourras rebondir plus tard !!! C’est bizarre cette maladie quand même, ça a à la fois l’air pas trop grave mais bien chiant aussi…tu repartiras plus forte !!!

    Répondre
    • Merci beaucoup Nicolas !
      C’est vraiment ça : une maladie difficile à saisir… Pour le moment, elle me met bien KO, je passe mes journées (et mes nuits) à dormir, avec peu de moment de réelle conscience… mais je sais qu’avec un peu (beaucoup) de patience, j’arrivera au bout de tout ça.
      En ressortir plus forte, je ne sais pas… mais tout aussi déterminée !

      Répondre
      • Bonjour Amandine,

        Je passe par hasard sur ton blog et suis interpellée par cette mononucléose réactivée et ta description des symptômes, ainsi que cette maladie du sang et ta gastrite chronique… Est ce qu’on t’a déjà parlé de la maladie de lyme ?
        Bon courage en tout cas et je te souhaite de retrouver ton énergie et la santé pour pouvoir partir découvrir le monde.

        Justine

      • Bonjour Justine, merci pour ton message. La maladie de lyme ?… J’en avais vaguement entendu parlé, mais sans jamais l’envisager pour mon cas. Je vais me renseigner, mais je ne pense pas que ce soit ça d’après mes premières recherches rapides sur internet… Tu as toi-même ce genre de maladie/symptôme ?

        Merci beaucoup en tout cas pour ta sollicitude et tes encouragements 🙂

        Je me remets de ma mononucléose (même si je reste vite fatiguable) et on repart demain pour un en Islande et au Canada 🙂
        Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires.

  2. Courage ! On pense beaucoup à vous et à toi en particulier ! Les décisions « raisonnables » sont souvent les plus difficiles à prendre. Mais il faut voir ça comme un contretemps, pas un renoncement ! Si tu as besoin de réconfort, d’une oreille amie, n’oublie pas que tu peux compter sur nous.

    Répondre
    • Merci beaucoup Fred. Vos photos d’Islande nous ont fait rêver de cette ile sur laquelle nous allions enfin poser les pieds… mais ce sera apparemment pour une prochaine fois.
      Oui, les décisions raisonnables, c’est pas trop notre truc ; mais François a été là pour être raisonnable pour deux.
      Merci beaucoup pour ton message et au plaisir de vous revoir un de ces quatre (quand je dormirai peut-être un peu moins !).

      Répondre
  3. Dur dur mais ce n’est que partie remise, pour un départ en forme pour profiter à fond ! En attendant bon courage à toi j’espère que tu te remettras vite 🙂

    Répondre
    • Merci Sabine 🙂 Oui ce n’est que partie remise… Sans doute pas pour le même projet exactement, car de la même manière qu’on ne réécrit pas deux fois un mail après en avoir perdu la première version, nous réinventerons de nouveaux projets…

      Répondre
  4. On partira ensemble très loin! Et en attendant, il nous reste tant de voyages immobiles à faire ensemble, de chansons improbables à siffloter après avoir vu un film indien, d’itinéraires à inventer en engloutissant un repas toujours trop copieux!
    J’ai beaucoup pensé à vous en Thaïlande, en voyant ces paysages brutes défiler.

    <3

    Répondre
  5. Oh! Comme je suis triste pour vous! Pour avoir déjà eu une mononucléose, je peux très bien imaginer comment tu te sens… Perso, j’étais incapable de bouger le petit doigt et je me rappelle encore à quel point j’avais mal partout. Il y a quelques années, j’ai dû annuler un voyage au Vietnam, pays avec lequel j’avais déjà quelques rendez-vous manqués, à cause d’une pneumonie. Le médecin m’avait alors conseillé de ne pas voyager pendant quelques mois. Je ne suis toujours pas allée au Vietnam (ça viendra!), mais j’ai compris qu’il faut que je fasse un peu plus attention à ma santé. Bref, je te souhaite beaucoup de repos. Surtout, il ne faut pas t’en faire: tous ces beaux voyages, tu les feras! À très bientôt au Québec! Bisous!

    Répondre
    • Merci beaucoup Marie-Julie <3
      C'est ma deuxième et je prie secrètement pour que ce soit la dernière, mais apparemment impossible de dire si ce virus se réactivera encore ou non... Surprise !
      Repos forcé... pas trop mon truc ; surtout que c'est une sorte de repos où je n'arrive à rien faire de productif, absolument rien ; et c'est très frustrant ! Mais je sais que ça finira par passer, même si cela prend des semaines ou des mois, ça finira.
      Au plaisir de se revoir au Québec, en Europe ou ailleurs 🙂

      Répondre
  6. Oh, je suis tellement désolée…

    J’ai fait cette superbe mononucléose l’année passée… Tu fais bien de te poser. Même si elle n’est pas « forte », une mononucléose qui ne guérit pas bien par manque de vrai repos peut déraper et atteindre d’autres fonctions. J’avais aussi écrit à ce moment-là, je n’étais pas en voyage, mais en préparation de voyage et je trouvais déjà ça difficile… J’ose imaginer quand est déjà sur les routes.

    Je te fais un gros calin -> xxxx

    Ce n’est que partie remise <3

    Répondre
    • Merci beaucoup Bianca pour ton partage d’expérience ; l’article que tu as publié sur ce sujet reflète pas mal l’état d’esprit dans lequel j’étais lors de la première mononucléose… d’ailleurs, c’est durant cette mononucléose que j’ai décidé d’apprendre les bases pour coder et manipuler WordPress… Bref, l’idée et le travail derrière ce blog, tout a germé pendant la 1ère mononucléose (enfin, surtout sur la fin, parce que les premiers mois, j’étais un vrai légume !).

      Le voyage en Allemagne a été assez compliqué ; je n’ai pas fait tout ce que nous avions prévu, loin de là (en gros, 2 à 4 heures d’activité modérée sur 2 jours, le reste du temps je dormais !). Heureusement que François gérait tout et tient bien la distance !

      Merci pour tes mots d’encouragement et le câlin, ça me va droit au coeur 🙂

      Répondre
  7. Oh ben mince ! De si projets… Je me dis toujours que lorsque quelque chose ne tourne pas comme je l’aurais voulu, c’est pour quelque chose de mieux arrive. Je te souhaite un bon rétablissement et j’espère vraiment que tu vas vite te remettre pour pouvoir recommencer à voyager. Prends soin de toi 🙂

    Répondre
    • Merci Céline pour ton message ; très touchée 🙂
      On essaye de rester positif et de regarder devant nous… Pour une fois, on sait qu’on a quelques mois « calmes » devant nous, c’est assez nouveau comme sensation, on va expérimenter ça du mieux possible !

      Répondre
  8. Navrée pour tout cela Amandine. Bon rétablissement et au plaisir de suivre tes prochaines aventures !

    Répondre
  9. Je pense sincèrement que rien n’arrive par hasard, même si aujourd’hui il est difficile de comprendre le sens de tout ça, le temps viendra ! Et puis cela va vous permettre de mieux rebondir et partir de plus belle !!!
    Je t’envoie un nuage d’énergies positives!

    Répondre
    • Je reste encore mitigée face à l’idée que « rien n’arrive par hasard », trop de déterminisme à mon gout, et cette volonté, très humaine, de vouloir mettre du sens à tout… Par contre, j’aime l’idée que, quoiqu’il arrive, on puisse rebondir, toucher le fond pour mieux remonter, grandir et s’épanouir de façon différente, avec de nouveaux projets…
      La première mononucléose m’a apporté ce blog ; qui sait ce que m’apportera la seconde ?
      Merci pour ce nuage d’énergies positives : c’est tout ce qu’il me faut 🙂

      Répondre
  10. Bonjour,
    Tant que l’on n’a pas réalisé son rêve, cela reste un rêve.
    Le temps pris pour arriver à le réaliser ne compte pas.
    Personnellement, cela fait plus de 30 ans que je veux en réaliser un, et depuis 2 ans j’ai dû le reporter.
    J’y arriverais un jour.
    Je n’en doute pas.
    Bon rétablissement !

    Répondre
    • Bonjour Gautier, merci pour ton commentaire et ton partage d’expérience.

      Je suis bien d’accord, un rêve reste un rêve jusqu’à sa réalisation… tout en passant par le stade « projet », quand on cherche à le concrétiser. Le temps compte si peu quand (ou tant qu’) on avance dans la bonne direction. C’est également ce que j’ai expliqué dans l’article sur « mon premier grand voyage » qu’il m’aura fallu… 6 ans pour le réaliser !

      Je te souhaite de tout coeur de pouvoir réaliser ce beau rêve de voyage, ce grand projet. Et vu ta détermination, je n’en doute pas !

      Répondre
  11. J’en ai les larmes aux yeux… Reculer pour mieux sauter … c’est ce qu’il faut s’efforcer de se dire dans ce moments là.
    Je comprends ce que tu ressens et pense beaucoup à toi. J’espère que ce foutu virus se fera dégommer.
    Bisous

    Répondre
    • Merci Clo pour ton message chargé en émotions, cela me touche beaucoup <3

      Le virus, malheureusement, ne se fera jamais "dégommer" : je l'ai eu une première fois il y a plus de 3 ans, maintenant il se réactive... et peut se réactiver par la suite de manière assez aléatoire. Tout ce que je peux faire, c'est prendre mon mal en patience et, dans le futur, tâcher d'être à l'écoute de mes besoins. Car la mononucléose a tendance à se réactiver quand on accumule une grande fatigue. Donc, leçon du jour : pour ne pas être fatigué, il ne faut pas être fatigué ! 😉

      Répondre
  12. À chaud, je viens de lire ton commentaire… écrit de la salle du médecin.

    Ne t’en fais pas !
    Non, il ne faut pas partir, ce genre de maladie fatigue énormément, je sais de quoi je parle.
    Les Fous furieux de Voyages n’attrapent pas toujours des papillons.
    Amandine, prends le temps de bien te soigner !
    Accepte « TOUT SIMPLEMENT » même si ce n’est pas évident lorsque l’on apprend la nouvelle.
    Je suis revenu de Guyane avec la « Bilharziose », maladie des pieds nus de « Tom Soyer ».
    Dernièrement, retour de Guinée Bissau « Déshydrations forte, perte du goût, de l’odorat, rhume de cerveau, grippe et des douleurs aigües sur le côté gauche… Je ne m’en remets que maintenant 🙂 🙂 🙂
    La force remplace la fatigue.
    Je n’en parlais qu’à ma fille.
    « La trouille »… et maintenant tout est rentré dans l’ordre, je repars le 27 septembre… pour me récompenser ! 🙂
    Je t’écris à chaud, répétition volontaire… J’ai eu la chair de poule immédiate lorsque je suis tombé sur ton annonce.
    Alors BON COURAGE,
    Tranquille,
    Prends le temps,
    La Santé est la plus grande des Fortunes… l’on ne peut jouer avec 🙂

    Amicalement,
    Le bonjour à François

    Répondre
    • Merci pour tes mots Gérard, comme à chaque fois, je perçois ton ressenti à chaud, une belle dose d’empathie et beaucoup d’ondes positives. Tout ce qu’il me faut en ce moment. Merci.

      J’espère que tu ne garderas pas de traces de cette maladie de Guyane ; et bon départ (belle récompense ^^) !

      Répondre
  13. Bonjour Amandine,

    À quelque chose, malheur est toujours bon… Il me semble que ton corps t’envoie un message, c’est peut-être l’occasion d’écouter ce qu’il a à te dire ? J’ai appris à accepter les messages et à essayer de les décoder, ce qui n’est pas toujours facile, que ce soit pour comprendre, et encore plus accepter ! Mais ce n’est pas rien ! Et le symbole que tu as joint à ton article n’est pas anodin ! Je suis sûre que tu vas trouver, après le voyage dans les grands espaces, un petit voyage intérieur en perspective ? Je suis sûre que tu vas découvrir plein de belles choses !

    Plein de courage et de pensées positives !

    Répondre
    • Merci Emmanuelle pour ton message. Tu n’es pas la première à m’offrir ces mots « À quelque chose malheur est bon ». J’avoue, comme je le disais en réponse à Riff, que je suis mitigée face à ces dictons, pansements de l’âme pour tenter de voir le verre à moitié plein… Mitigée parce que ce côté « déterministe » et « causaliste » me fait réfléchir ; mais j’aime sa mentalité de positiver, de chercher le bon et les opportunités là où on ne les attendait pas.
      Comme je l’expliquais dans un autre commentaire, ma première mononucléose m’a emmenée dans l’aventure du blogging voyage… qui sait où elle m’emmènera cette deuxième fois ?
      J’aime beaucoup tout ce qui touche à la psychologie, au développement personnel et à la philosophie (comme les rubriques « Psychologie » et « Réfexions » en témoignent)… oui, quand mon cerveau sera moins embrumé et que je passerai un peu plus de temps de qualité éveillée, je pense que j’aurai de belles occasions du côté voyage intérieur.

      Merci encore pour ce gentil message et les pensées positives qui me vont droit au coeur 🙂

      Répondre
      • Très beau, ce message d’Emmanuelle et Ta réponse 🙂

  14. Oh non!!!! Quelle poisse! 🙁
    Mais dis toi bien que ce n’est que partie remise! La santé faut pas trop déconner avec ça, et si ça peut te rassurer tu n’es pas la seule à l’avoir attrapée 2 fois… Les médecins me disaient également que c’était SUUUUper rare, mais apparemment pas tant que ça… Dis toi bien que même si c’est une vraie saloperie au mois ce n’est rien de grave! Je te souhaite que cette fois ci ça passe en quelques semaines et qu’en fin d’année tu sois au taquet pour repartir à l’aventure!

    Bises

    Répondre
    • Merci Fabienne pour ton message, ça me fait très plaisir de recevoir autant de petits mots d’encouragements. Les commentaires de blog remplacent les cartes de bon rétablissement ! … Et je n’en avais jamais reçu autant ! (du coup, vu le nombre de messages et le peu d’énergie, je mets beaucoup de temps à répondre à tout le monde !)

      Toi aussi tu es passée par là, deux fois la mononucléose ? Aussi une réactivation du virus ? On m’a dit que cela pouvait se réactiver « sans fin »; toi aussi ? Tu étais restée affectée pendant combien de temps ?

      Merci encore pour ton message, et beaux voyages à vous… au plaisir de se recroiser quelque part !

      Répondre
  15. De tout coeur avec toi. Y’en n’aura pas de facile ! 🙁

    Répondre
  16. Aïe,aïe, aïe… après avoir vu ton message sur Facebook, j’avais espéré que ça ne mette pas en jeu vos projets… et voilà…
    Je partage votre déception à tous les deux mais c’est en effet pour le mieux. Je me souviens de mon premier séjour en Thaïlande, effectué après des mois de stress au boulot, deux conférences à des coins opposés du monde en l’espace de 10 jours, couronnée par une semaine de conf’ éreintante du point de vue physique et moral. J’étais comme un zombie, laminée, lessivée… je n’ai pu émerger qu’à la fin de mon séjour, après une semaine à me traîner, à dormir tard,à essayer de faire des siestes… C’est comme si j’avais été dans des limbes. Voyager comme çà, ce n’est vraiment pas drôle et même cauchemardesque. Prends-soin de toi, fais-toi chouchouter par François, si tu as besoin, un message et je saute dans le tram 3.
    Crois-moi, il y aura d’autres rendez-vous !

    Répondre
    • Merci Mélissa.
      Non, voyager dans un grand état de fatigue, ce n’est vraiment pas plaisant ! On a l’impression de passer à côté de tout, de gâcher la découverte et de s’isoler…
      Pour le moment, je joue les ermites chez moi, la fatigue ne faisant que croitre pour le moment… mais quand j’irai mieux, avec plaisir pour se revoir 🙂

      Répondre
  17. C’est sûr que ça doit être difficile de mettre tous ses projets en suspens pendant une période indéterminée, mais l’important c’est ta santé avant tout. Tous ces pays attendront que tu sois guérie, ils ne vont pas bouger 🙂
    Bon courage pour ces prochaines semaines, j’espère que tu guériras le plus vite possible !

    Répondre
    • Merci beaucoup Bertille. Ton message m’a donné le sourire : oui, les pays ne bougeront pas d’ici à ce que je sois sur pied ! 😉
      Merci pour les encouragements, je suis très touchée.

      Répondre
  18. Cela tombe vraiment mal, mais je pense que vous avez pris la bonne décision. Je te souhaite un rapide rétablissement. Je n’ai jamais eu cette maladie mais je comprends ce que tu ressents, je ne supporte pas quand mo corps m’empêche de faire ce que je veux et le clou au lit!
    J’espère que vous pourrez reprogrammer vos beaux projets à l’année prochaine et qu’alors vous e profiterez à fond !
    En attendant repose toi bien !

    Répondre
    • Merci Mathilde pour ton message et tes encouragements. Heureusement que j’avais François pour prendre des décisions raisonnables, je n’en avais pas le courage.
      Oui, nous reprogrammerons d’autres voyages, c’est sûr ! À voir ce que nous réservera 2017…

      Répondre
  19. Que dire de plus sinon…prompt rétablissement! 😉

    Répondre
  20. Je croise donc fort les doigts pour que tu retrouves vite la forme et puisse remettre à plus tard simplement ce voyage qui n’en sera que meilleur. Plein d’encouragements pour les moments pas faciles !

    Répondre
  21. Oh je suis désolé miss, ce n’est pas une décision facile à prendre, mais je comprends la voix de la raison. Ce n’est que partie remise, pour que tu sois plus en forme, plus à même de profiter du voyage. Repose toi bien surtout, je pense très fort à vous.

    Répondre
  22. Je suis tellement triste en lisant cet article… Que votre rêve parte en fumé… Mais avec la santé, c’est sûr qu’il ne faut pas jouer avec… Vous faites ce qu’il faut en annulant… Ce n’est que partie remise 🙂
    Je te souhaite un bon (et rapide!) rétablissement Amandine! Courage!

    Répondre
    • Tes mots mes touchent beaucoup Cécilia, merci ! 🙂

      Répondre
  23. Amandine, c’est courageux de ta part de nous expliquer ça. Non ta vie n’est pas parfaite mais oui vous êtes courageux.
    J’imagine en partie ta frustration de devoir être sage/raisonnable alors que toute ton âme veut partir mais ton corps reste cloué là. C’est sans doute un peu cliché mais ce n’est que partie remise. Car tu sais que la vie est un long voyage et que c’est le chemin qui compte le plus.
    Bon courage à toi, à vous 2, prends soin de toi.

    Répondre
    • Merci Alicia pour ton commentaire. Je ne voyais aucun courage en partageant cela avec vous… À vrai dire, il y a le côté « catharsis », partager ma peine avec d’autres qui peuvent comprendre ce qu’un voyage représente… Et puis je sentais aussi que je devais le faire, sous peine de passer pour un « imposteur », suite à l’article de l’annonce du voyage publié à peine quelques jours plus tôt.

      Merci en tout cas pour ce message plein d’empathie et de soutien, cela me touche beaucoup.

      Répondre
  24. Je suis vraiment triste pour toi en lisant cet article, je peux seulement te dire avec beaucoup d’espoir que ce n’est que partie remise. Malgré cela, tu fais le bon choix. Il est important de prendre soin de soi et de savoir être raisonnable.
    Je t’écris aussi pour savoir si tu avais un organisme à me conseiller pour louer un motorhome car nous souhaitons faire le tour de la Norvège avec mon chéri mais nous sommes un peu perdu avec tous les organismes.
    Merci à toi, bon repos et merci pour votre site, je l’adore.

    Répondre
    • Merci Élodie. Oui, on essaye de se dire qu’on a fait le bon choix, même si je n’ai pas pu m’empêcher de penser, hier soir, que normalement à cette heure nous devrions être en train d’atterrir à Montréal pour débuter notre aventure au Canada…
      Mais oui, ce n’est pas la fin de tout ; d’autres projets renaitront avec mon énergie retrouvée.

      Pour ce qui est du motorhome, nous étions passés par la BCCMA – la Belgian Caravaning-Camping & Motorhome Association, et trouver un loueur en Belgique pas trop loin de chez nous… Pas vraiment plus de conseils à te partager que cela. Après, la majorité des gens sont moins fous que nous (!) et louent le camping-car directement en Norvège ; mais à ce sujet là je n’ai pas d’informations. Désolée de ne pas pouvoir t’aider plus… Je te souhaite déjà de bons préparatifs et un beau voyage ! Des paysages que l’on rêve de découvrir un jour…

      Un ton grand merci encore pour ton gentil message et le compliment sur notre site, cela me fait très plaisir !

      Répondre
  25. Courage Amandine ! Je me doute que tu es extrêmement déçue, mais dis toi que ce n’est que partie remise ! Ce sera bien mieux de faire ces voyages en bonne santé. En attendant, prend bien soin de toi. Parfois la vie nous arrête d’un coup, et il faut faire avec… que faire d’autre ? Peut-être as-tu besoin de cette période de repos.
    Au-delà de te souhaiter de nouveaux futurs départs (je n’en doute pas une seconde), je te souhaite avant tout de bien te remettre de cette maladie, en espérant qu’elle ne te traîne pas trop longtemps.
    Ne t’en fais pas, tu repartiras vite au bout du monde 😉
    Bisous à vous 2 et bon rétablissement !

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ton message Emma, plein d’énergie positive, comme toujours ?

      Répondre
  26. Je comprends ta tristesse de devoir abandonner un si beau projet. Le plus important reste tout de même ta santé. Prends soin de toi pour justement rattraper ton rêve et le réaliser. Bon rétablissement ! 🙂

    Répondre
    • Merci pour ces gentils mots de rétablissement Lolitta 🙂

      Répondre
  27. Je sais à quel point ca peut être tordant une décision comme celle-ci, surtout quand le voyage fait partie de toi. Il vaut mieux que tu te retires un moment du circuit pour te retaper et revenir avec le même désir qui t’a animée. Je suis solidaire de toi. Bise bises de la part d’un nomade dans l’âme. Tiens nous au courant sur la suite. 🙂

    Répondre
    • Merci beaucoup Mickael, tu n’as pas idée à quel point tous ces messages de sympathie me touchent.
      Merci pour ton soutien et ta solidarité ! Oui, ce n’est pas la fin de tout, juste une pause tombée au mauvais moment, mais une pause malgré tout. Promis, je vous tiendrai au courant ! 🙂

      Répondre
  28. Bon courage ! Le prochain voyage n’en sera que plus beau et plus long.

    Répondre
    • Merci Céline 🙂 C’est exactement la mentalité du moment 🙂

      Répondre
  29. Ah put…n je ne peux qu’imaginer à quel point c’est frustrant ! Mais je suis d’accord avec François, est-ce que tu n’aurais pas été plus déçue et plus mal si vous étiez partis quand même sans pouvoir en profiter à fond?
    Comme tu dis ce n’est que repoussé et je suis certaine que ce « faux départ » annonce une prochaine aventure encore meilleure ! Soigne toi bien, repose toi, retape toi et accroche toi 🙂

    Répondre
    • Merci beaucoup Stéphanie pour ton message et ton soutien ; cela me touche beaucoup.

      J’ai passé le cap de la frustration et du « double choc » de la découverte et du choix d’annuler le voyage. Je me sens plus apaisée et j’accepte ce temps d’attente (même si cette période « vaseuse » où je somnole en permanence apporte aussi son lot de frustrations !).

      Et oui, on est vraiment dans cette optique : la route prend un nouveau virage… et beaucoup d’autres routes se dessinent à l’horizon 🙂

      Répondre
  30. Bonjour Amandine,

    J’ai mis longtemps avant de poster un commentaire sur ce texte, tout simplement parce que je ne savais pas quoi dire…j’imagine ta déception, ta frustration, j’essaye de me mettre à ta place, de voir comment j’aurai réagi…
    Je pense que c’est dans ces moments là qu’on se dit qu’on a de la chance quand « tout va bien ».
    Vous tenez à ce projet, donc ce n’est que partie remise, avec encore plus d’envie et de détermination ! J’aime dire qu’on peut mener sa vie là où l’on a envie qu’elle aille 😉

    Répondre
    • Bonjour Aurélie, un tout grand merci pour ton message. Oui, une grande déception, une frustration très forte, de la tristesse aussi, et de la culpabilité, car je me sentais coupable face à François de causer l’annulation de notre projet.

      Mais à présent que le « double choc » de la découverte de la maladie et de l’annulation du projet, je commence à aller mieux au niveau de mon moral. Je prends du recul : ce n’est pas une catastrophe ni une porte qui se ferme, juste un chemin qui se change : travaux sur la route, déviation, prendre le sentier plus lent… Mais le départ n’est que reporté 🙂 On réfléchit déjà à un projet pour 2017 ! 🙂

      Un tout grand merci encore pour ce message touchant, au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires.

      Répondre
  31. Oh! Bon repos à toi, et prends surtout bien soin de toi…
    Ce n’est que partie remise, c’est certain!
    Et si tu souhaites refaire un petit saut à Paris, on a un super canap’ près à accueillir une convalescente 😀
    Je t’envoie plein d’ondes positives…

    Répondre
    • Merci beaucoup Aurélie <3

      Oui, ce n'est que partie remise, le premier mois a été difficile physiquement, mentalement et émotionnellement… mais peu à peu, l'esprit s'est apaisé, et le corps a suivi 🙂 Je suis maintenant presque guérie ! J'arrive à suivre des conversations sans tomber directement en "mode zombie" (hochement de tête sur un rythme aléatoire et cerveau vide), j'arrive à marcher plus que 10 minutes avant de m'essouffler… et, bonheur, j'arrive à nouveau à lire et je recommence doucement à pouvoir écrire : bref, les fonctions vitales reprennent 😉

      Merci encore pour ton gentil message et ton invitation ?

      Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1. Est-ce si grave de ne pas réaliser tous ses rêves de voyage ? - Taxi-Brousse - […] d’autres, c’est une maladie qui cause l’annulation d’un voyage (c’est arrivé récemment à Amandine d’Un sac sur le dos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current ye@r *

Pin It on Pinterest