Un sac sur le dos
Amandine

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.

Le Grand Sud du Chili fait rêver : de vastes étendues, des montagnes, des lacs, de la neige, de la glace… La Patagonie en fait fantasmer plus d’un. Mais ce n’est rien de tout cela que je m’apprête à vous dévoiler ici !

C’est un autre sud, un sud insulaire : l’île de Chiloé.

Chiloé : une grande île pour de grandes histoires

Voyager d’île en île, un de nos plus grands rêves (voir notre Bucket List) ! Nous ne manquons jamais une occasion de débarquer sur des petits bouts de terres insulaires… et au Chili, il y a le choix.

La plus connue des îles chiliennes est l’île de Pâques (alias Rapa Nui). Mais il y en a deux autres qui se détachent également du lot : l’île de Robinson Crusoé (alias l’île Mas a Tierra, de l’archipel Juan Fernandez) et l’île de Chiloé.

Paysage insulaire de Patagonie

Chiloé la Grande

Ce que l’on ne dit pas, c’est que Chiloé est en réalité un archipel, composé de plus d’une trentaine d’îles, dont la Grande Île de Chiloé (Isla Grande Chiloé), la seconde plus grande île de l’Amérique du Sud après la Terre de Feu.

Et Chiloé séduit : difficile de résister. Rusée, elle possède de puissantes armes pour vous faire succomber : charme pittoresque, maisons colorées, vastes étendues de nature…

Chiloé naturelle

Pas besoin de maquillage, Chiloé est belle. Ses forêts denses ont des airs féériques de conte de fées. Sa mer est remplie d’histoire de pêcheurs et d’êtres mythologiques. Ses camps offrent un paysage qui semble créé pour les roadtrip, avec un petit air d’Irlande du Nord…

Roadtrip en Patagonie

Je vous réserve pour bientôt un article sur les légendes chilotes, plein de personnages mythologiques abracadabrants !

Chiloé folklorique

Cette île possède un héritage culturel et folklorique riche : gastronomie, artisanat et légendes colorent Chiloé autant que ses maisons sur pilotis.

Artisanat local

Chiloé historique

Dernier bastion de la résistance des colons espagnols, Chiloé est aussi marquée par une histoire unique au Chili : rébellion mapuche, assaut de Castro par les corsaires hollandais (1600)…

Chiloé et ses Chilotes

Les Chilotes, habitants de Chiloé, correspondent aux clichés véhiculés sur « les gens du froid » : durs et justes.

« Il parle peu et pense beaucoup; rarement il s’ouvre spontanément aux autres et même avec ses propres paysans il est peu communicatif. (Francisco Cadava, 1914)

Le Chilote représenté sur les murs de Castro

Chiloé en bâtiments

Deux constructions sortent du lot à Chiloé, au point d’être devenues emblèmatiques : ses maisons et ses églises.

Les maisons de Chiloé

Les maisons de Chiloé, c’est toute une histoire ! Une histoire faite de bois, de couleur et d’écailles.

Une maison typique en tuile, à Curaco de VelezMaison colorée de Chiloé aux tuiles pixelisées Maison colorée de Chiloé aux tuiles simplesMaison colorée de Chiloé aux tuiles arrondies Maison colorée de Chiloé aux tuiles piquantes

Légende ou réalité, certains affirment en avoir vu de leurs propres yeux : une minga !

La minga, c’est un déménagement… quelque peu radical. Pas question d’emballer ses affaires dans des cartons : c’est la maison tout entière que l’on déplace !

Les églises chilotes

Après les maisons colorées de Chiloé, une autre construction typique frappe le visiteur dès ses premiers pas : les églises.

À partir du XVIIe siècle, différents ordres religieux sillonnèrent l’île pour prêcher la bonne parole, faisant pousser sur leur passage des églises. Bravant le temps et le rude climat de Chiloé pendant près de 300 ans, il nous reste aujourd’hui plus de 70 églises.

L’église verte de Curaco de Velez

Construites par les Chilotes, les églises possèdent toutes un plan commun, avec une grande tour servant souvent de repère pour les pêcheurs, et sont construites avec un matériau commun : le bois.

Certaines églises, comme notre préférée (celle de Castro), ont même un style inspiré du monde marin, avec un air de coque de navire renversée.

Que voir à Chiloé

Chiloé est traversée du Nord au sud par la Route n°5, reliant Ancud à Quellon en passant par Castro. Cette île regorge d’intérêts touristiques : impossible d’être exhaustif !

Voici donc un petit aperçu des merveilles à découvrir à Chiloé, en commençant par les circuits des églises, et en poursuivant avec les villes principales de l’île.

La route des églises

L’attraction touristique numéro 1 de l’île ! Parcourir l’île à la recherche de ses églises est une belle façon de découvrir les paysages de Chiloé et d’approcher sa culture. Même si c’est ainsi qu’en parlent les agences touristiques locales, il ne s’agit pas en réalité « d’une route des églises » mais « des » routes, car il y a tant d’églises qu’il ne serait pas humainement possible de les visiter toutes en une journée !

Sur la flopée d’églises, qui peuplent le paysage chilote, 16 ont été déclarées Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. Ce sont celles de : Detif, Ichuac, Aldachildo,  San Francisco de Castro, Chonchi, Colo, Chelin, Caguach et Dalcahue.

Beaucoup d’agences locales proposent de faire « le tour des églises », avec plusieurs parcours possibles :

L’église de bois de Quinchao
Les colonnes de l'église de Quinchao prenent de l'avance !Avant, chacun ramènait sa chaise à l'église de Quinchao

Pour notre part, nous avons opté pour le premier circuit (de Dalcahue à l’île de Quinchao). Une belle promenade commençant avec la visite de Curaco de Velez, et poursuit avec le petit village pittoresque d’Achao et son église Santa Maria de Loreto, la plus vieille de l’île. Un joli tour alliant culture et nature, avec l’observation d’oiseaux migrateurs le long de la rive.

Promenade en bord de mer à Quinchao
Observer les oiseaux migrateurs à Chiloé

Ancud

Ancud est l’une des deux villes touristiques principales de l’île (avec Castro). C’est également la porte d’entrée à Chiloé pour ceux arrivent depuis le continent.

Petit pêle-mêle, voici les principaux attraits d’Ancud :

En pratique : musée régional d’Ancud

Horaire : fermé le lundi, en semaine : 10 h – 17 h 30/19 h 30 en été, le week-end : 10 h – 15 h/19 h 30 en été.

Tarif : 600 $

Adresse : calle Libertad 370 (face à la Plaza de Armas)

 En pratique : le Centre de visiteurs de la Route des Eglises (l’Immaculée Conception)

Horaire : ouvert tous les jours de 9 h 30 à 19 h

Adresse : calle Federico Errazuriz 227

Un autre musée a retenu mon attention, même si nous n’avons pas pu aller jusque là lors de ce voyage-ci : le parc Ecologique Mythologique de Chiloé (Parque Ecologico Mitologico de Chiloe). Ce parc, orienté pour un jeune public, propose de découvrir dans un même temps la richesse de la flore locale et les légendes qui peuplent les forêts de Chiloé.

Point négatif : il est loin du centre d’Ancud ! Pour s’y rendre, il faut monter dans un bus pour Puerto Montt et demander au chauffeur de nous laisser sur la route (entre Chacao et Ancud).

 En pratique : le parc écologique mythologique de Chiloé

Horaire : ouvert tous les jours de 9 h à 20 h en été, de 1à à 13 h et de 14 h à 17 h en hiver (appeler avant !)

Adresse : au kilomètre 1092 de la Route Sud, secteur Chacao – pont Huicha, commune d’Ancud

 En pratique : se déplacer depuis Ancud

Adresse des deux terminaux de bus principaux (seule la compagnie Cruz del Sur relie Ancud et Castro depuis le centre d’Ancud) :

Terminal municipal d’Ancud : Anibal Pinto 1200

Terminal Cruz del Sur : los Carreras 850

Castro

Ville centrale de Chiloé, Castro fut notre base pour explorer l’île (et contrairement à la majorité des voyageurs, nous sommes arrivés à Chiloé en ferry depuis Chalten directement à Castro).

Entre deux maisons sur pilotis
Sous les paflafitosDepuis les rives de Castro

Nous avons beaucoup apprécié cette ville. C’est l’une des seules où l’on peut facilement observer des palafitos (maisons sur pilotis) colorés. Et nous avons eu un coup de coeur pour son église aux couleurs criardes, San Francisco.

La plus belle de toutes : l’église de Castro
L'église de Castro, en forme de coque de bateauLa statue du coeur de Castro

En pratique : les palafitos de Castro

Deux points de vue pour admirer les palafitos de Castro :

  • Enrique Square, sur les hauteurs de la ville
  • dans le prolongement de la rue Montt, en bord de mer, vers le Nord
Vue sur les palafitos à marée hauteVue sur les palafitos à marée basse

Castro est aussi une ville chargée d’histoire, car c’est la troisième plus ancienne ville du Chili (1567). Ainsi, il y a plus de 440 ans, le capitaine Martin Ruiz de Gamboa fonda cette ville, appelée alors Santiago de Castro.

Castro a survécu aux pillages de pirates tout comme aux catastrophes naturelles et aux affres du temps, faisant d’elle une ville au coeur historique très agréable pour se balader.

Outre son église, Castro possède plusieurs lieux intéressants à visiter, dont deux musées :

Le musée d’histoire locale

Le musée public d’histoire locale permet de se replonger dans l’histoire de Castro, vieilles photographies et maquettes à l’appui. Un tout petit musée un peu bordélique et sympathique.

Le MAM

Pour les curieux désireux de sortir des sentiers battus, je vous conseille d’aller visiter le centre d’art moderne de Castro, le MAM (Museo de Arte Moderno Chiloé). Situé en dehors de la ville, dans le Parc Municipal de Castro, il est assez peu visité et présente pourtant plusieurs pièces intéressantes. Nous y avons d’ailleurs retrouvé des fresques de Street Art d’un auteur découvert à Valparaiso.

Le musée MAM, un musée à partA l'entrée du MAM : musée d'art moderne de Castro

En pratique : le MAM

Tarif : entrée libre (donation spontanée)

Adresse : Parque Municipal de Castro s/n, Chiloé – X Región de los Lagos – Chile

Horaire : tous les jours de 10 – 17 h et 18 h en été, ouvert du 10 janvier au 15 mars

Comment s’y rendre : prendre un taxi collectif depuis le centre de Castro (ligne 2) et demander d’être déposé au Parc Municipal de Castro (Parque Municipal de Castro), ou prendre un micro (petit bus) avec la ligne qui va vers Salvador Allende. Possible également de s’y rendre en taxi privé (mais c’est plus cher).

Depuis Castro

Depuis Castro nous avons exploré Delcahue, port situé un peu plus au nord de la ville. Réputée pour son marché et son artisanat, cette ville est connue également pour son église Nuestra Señora de los Dolores… Mais l’église était en travaux lorsque nous y étions, et le marché dominical ne nous a pas convaincus.

Depuis Dalcahue, des bateaux traversent pour emmener touristes et locaux sur les petites îles avoisinantes, comme celle de Quinchao.

Sur les quais de DalcahueFerry de Dalcahué, sur l'île de Chiloé

Au départ de Castro, nous avons également réalisé le tour des églises, et sommes partis à la découverte de Cucao et du parc national de Chiloé.

En pratique pour bouger dans la région de Castro :

Adresse des deux terminaux de bus principaux :

Terminal municipal : San Martin 667

Terminal Cruz del Sur : San Martin 486

Cucao

Cucao est mon second coup de coeur chilote avec Castro. Une ambiance tout à fait différente néanmoins. Ici, à l’inverse de Castro, c’est le mot « nature » qui prime sur celui « culture », le principal attrait de la région étant la réserve naturelle de Chiloé.

Nous avons découvert la région de Castro à cheval, en kayak et à pied… une magnifique journée passée bien trop vite.

Je vous en parlerai plus en détail dans un prochain article (à suivre… ).

Promenade aménagée au parc de Cucao
Faire du cheval à Cucao : moment de bonheur en pleine nature

Quellon

Quellon, située à l’extrême sud de Chiloé, est l’aboutissement de cette fameuse route qui parcourt les Amériques du nord au sud depuis l’Alaska : la panaméricaine. Pourtant Quellon n’est pas une ville très importante. De petite taille, elle ne possède pas à proprement parlé de grands attraits touristiques.

Ses principaux atouts sont liés à sa situation sur cette île riche en nature :

Depuis Quellon, plusieurs petites îles sont à visiter, comme Laitec, où le temps semble s’être arrêté, accentuant par la force des traditions chilotes. Pour nous, ce sera pour un prochain voyage…

La gastronomie chilote

Chiloé est une île de pêcheurs : autant en profiter pour manger du poisson et des fruits de mer. Et notre préféré : le saumon !

Connue pour son poisson, cette île est également réputée pour ses pommes de terre et posséde quelques délicieuses spécialités…

Le saumon

Ah, le saumon à Chiloé : une belle histoire d’amour que mon palais se refuse à oublier !

Le saumon en Patagonie Nord est généralement excellent… Même si l’élevage des saumons devient de plus en plus un problème écolo-socio-économique pour les Chilotes.

Le saumon, on en mange sous toutes les formes et à toutes les sauces ! Mention spéciale pour le saumon à la chilote et celui à la sauce moutarde.

Au menu à Chiloé : du saumon !

Le concato

Quand je vous disais que le saumon se mange sous toutes les formes, le concato est un bon exemple ! Il s’agit d’une sorte de sandwich de saumon – où le saumon joue le rôle du pain !

Entre deux tranches de saumon sont intercalés des tomates et des rondelles de chorizo, le tout étant recouvert d’une sauce au fromage et servi avec du riz ou des pommes de terre. Si cette idée gastronomique peut sembler étrange au premier regard, le résultat est étonnement bon !

Le concato : une spécialité chilote à ne pas manquer

Le curanto

Le curanto est le plat emblématique de l’île : un mélange de fruits de mer, de viandes et de légumes cuits sur des pierres chaudes posées dans un trous creusé dans la terre, recouvert de feuilles gigantesques.

Enfin… cela, c’est la théorie. Malheureusement, dans la majorité des restaurants touristiques, le curanto qui vous sera servi aura la même apparence que le curanto traditionnel… mais aura été préparé dans un four tristement ordinaire (et le tout pour un prix spécialement touristique !). Attention donc aux arnaques à ce niveau-là : n’hésitez pas à demander à voir leur four creusé dans la terre !

Nos bonnes adresses à Chiloé

Agences de voyages

Chiloétnico

C’est l’agence que nous avons choisie pour faire le tour des églises, sur l’île de Quinchao.  Nous avons apprécié le style décontracté du guide, l’ambiance bon enfant du tour et sa variété, avec, derrière la thématique des églises, des moments orientés faune et flore, pour d’admirer de beaux paysages ou observer les oiseaux migrateurs aux jumelles depuis une plage.

Adresse : Ernesto Riquelme #1228, « Palafitos de Gamboa », Castro – Nouvelle adresse : Los carreros, 435

Palafito tour

Avec cette agence, nous avons vécu une super journée à Cucao. Le personnel est charmant, l’ambiance familiale et détendue tout en gardant un niveau de prestation très professionnel. Une journée que nous ne sommes pas près d’oublier !

Adresse : Camino al Parque Nacional, Cucao, Chiloé

Site web : Palafito trip

Restaurants à Castro

Sacho

Très bonne adresse à Castro pour manger… du saumon ! Le cadre, avec la salle à l’étage donnant sur l’eau, est très beau également. Le service est chic avec une touche familiale décontractée, et les trois femmes qui tiennent le restaurant sont très chaleureuses.

Adresse : Thompson 213, Castro, Isla de Chiloé

Mercadito

Encore une bonne adresse à Castro, avec un cadre tout à fait différent : plus artistique, détendu et coloré ! On a adoré dessiné sur notre table en attendant nos plats… et on s’est régalés !

Adresse : Pedro Montt 210, Castro

Picanteria le long du port

Nous n’avons plus le nom de ce petit restaurant-picanteria, mais vous le trouverez facilement, car c’est le premier depuis le marché de Castro. L’on y mange bien, local et pour un budget raisonnable.

Adresse : Eusebio Lillo

Bateau

Naviera Austral : pour se déplacer jusque Chiloé et en partir, nous avons voyagé avec les ferries de Naviera Austral. Une belle expérience que nous recommandons chaleureusement : se retrouver au milieu de fjords.Site web : Naviera Austral
Voyager : tout quitter et recommencer à zéro ?

Chiloé en pratique

Climat

Chiloé possède un climat maritime pluvieux, avec une température annuelle moyenne de 11°, et des températures plus chaudes entre octobre et avril. L’hiver sur l’île est très rude.

Mieux vaut emporter dans son sac de quoi résister à la pluie et être prêt pour toutes les températures, car le climat est très variable, passant facilement du chaud au froid dans la même journée.

Quand aller à Chiloé

La haute période touristique se situe entre novembre et mars.

La troisième semaine de février celle du festival des coutumes de Chiloé, avec des présentations du folklore et de la gastronomie de l’île : mieux vaut réserver pour cette période-là de l’année.

Attention au mois de janvier : les taons « scaptia lata » (ou « tábano negro » en espagnol et « horse fly » en anglais) envahissent la Patagonie Nord, y compris l’île de Chiloé. Et si vous vous obstinez à partir à cette période-là de l’année (comme nous !), voici deux bons conseils :

  1. évitez de gesticuler dans tous les sens, cela les excite
  2. portez des couleurs claires (surtout pas de noir ou de bleu !)

Chiloé, une autre image du Chili

Le Chili est un pays plein de variété et, si l’on pense souvent d’abord à Santiago, Valparaiso, l’île de Pâques, San Pedro d’Atacama, la Patagonie avec la Route Australe ou l’emblématique Torres del Paine… le Chili possède de nombreux autres atouts et Chiloé en fait partie.

Cette petite perle insulaire est un bon bol d’air marin, de légendes, de gastronomie et d’ambiance photogénique : entre ses routes appelant au roadtrip, ses habitants à forte personnalité… Chiloé est un beau condensé de Patagonie. Je garde précieusement en moi des images de cette île riche en nature, avec ses étendues vertes et bleues…

Et pour rêver un peu plus, je vous invite à regarder la vidéo que nous avons tournée en Patagonie, avec beaucoup d’images de Chiloé : Vidéo 13 : La Patagonie Nord.

Sur les plages de Quinchao, les oiseaux migrateurs se reposent

33 réponses à “L’île de Chiloé, une autre Patagonie”

    • Merci Sabrina pour ton commentaire. Oui, Chiloé est une petite île que je conseille aux voyageurs partant à la découverte du Sud du Chili !
      Nous nous sommes amusés à « collectionner » les tuiles des maisons : il y en a de tous les styles ! Je ne vous ai pas mis toutes les photos dans l’article, car nous en avons tellement ! 😉

  1. Effectivement, Chiloé ne semble manquer ni d’attrait ni de caractère : la nature, l’architecture, la gastronomie…

    • Tout à fait ! Et la tranquillité de l’île mêlée au caractère bien trempé de ses habitants crée une ambiance particulière.

      Et à cela s’ajoutent les mythes et légendes de Chiloé : un monde à découvrir… dont je vous parlerai dans un prochain article 😉

  2. Whoua, l’église de Castro est magnifique !
    J’ai hâte de lire ton article sur les légendes Chilotes, j’adore les légendes 🙂
    Merci pour la découverte !

    • Merci Stéphanie pour ton commentaire. Oui l’église de Castro est trop belle : c’est un plaisir de la voir égayer la ville avec ses couleurs flash !

      Pour ce qui est des légendes, j’adore cela moi aussi 😉 Un peu de patience, je ne sais pas encore quand l’article sortira, mais il est en cours d’écriture… À suivre !

  3. A nouveau, quel bel article plein de couleurs et de saveurs! J’ai envie d’aller y faire un tour, moi, à Chiloé! Toutes ces magnifiques églises n’ont rien à voir avec nos bâtisses gothiques! Ca donne vraiment envie de les découvrir et puis, elles sont tellement photogéniques! Une mention spéciale pour le saumon qui me fait baver rien que sur les photos!

    • Merci Julie, j’apprécie toujours tes retours sur mes écrits 🙂

      Je comprends que tu aies envie de découvrir cette petite île contrastée, je t’y verrais bien manger un bon saumon ! 😉 (On en bave aussi rien qu’au souvenir – avec, en compétition dans les meilleurs souvenirs gastronomiques, le carpaccio de thon de l’île de Pâques ! :p 😀 ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *