Pourquoi l’époque des Moaïs s’est-elle arrêtée ? Pourquoi la civilisation de Rapa Nui a-t-elle décliné ? Pourquoi restait-il si peu d’habitants sur l’île à la fin du XIXe siècle ?

Tant de mystères planent autour de l’effondrement ou l’extinction de la culture de l’île de Pâques !

Naissance, apogée et effondrement : 3 théories

Selon les théories admises actuellement, la culture Rapa Nui connut son apogée entre les années 1200 et 1500. Fin du XVe siècle, on estime qu’il y avait entre 6000 et 10 000 habitants (certains vont jusqu’à dire 30 000) vivant sur l’île. Le jour de sa découverte par le reste du monde, le dimanche de Pâques de l’an 1722, l’on recensa entre 2000 et 3000 habitants. Et fin XIXe, certains chiffres mentionnent entre 150 et 300 habitants.

Que s’est-il donc passé sur cette île ?

Il existe 3 théories principales pour expliquer cette dramatique évolution :

  • la théorie de l’écocide
  • la théorie climatique
  • et la théorie des rats
  1. La fable écologique

    Selon Jared Diamond, le déclin de l’île est dû à l’action dévastatrice de l’homme sur son environnement. Ce géographe est l’auteur d’un livre mondialement connu : « Effondrement », dans lequel il affirme que les habitants de l’île ont commis un « écocide » involontaire.

    Tout le monde connait cette théorie selon laquelle la civilisation de l’île de Pâques a signé son arrêt de mort en coupant son dernier arbre. Quel symbole fort ! Quelle image poignante ! La surexploitation de la nature « jusqu’au-boutiste » causant la fin d’une époque, la fin d’un peuple…

    Depuis lors, l’on reprend souvent l’île de Pâques comme exemple emblématique des effets néfastes de l’Homme sur son environnement…

    Rapa Nui, île de Pâques, Chili
    Moaï solitaire : vestige d’une civilisation dévastatrice pour son environnement ?

    Pour défendre ses idées, il se base entre autres sur les études du biogéographe néo-zélandais John Flenley, selon lesquelles l’île de Pâques a un jour été recouverte de forêts luxuriantes. Ces forêts auraient laissé la place à des prairies après l’arrivée des Polynésiens vers l’an 800. La plus grande malchance des habitants de l’île serait ainsi de s’être installés sur une terre extrêmement fragile (aride, froide, isolée et donc peu encline à être fertilisée par les vents porteurs de pollen).

    Nécessitant beaucoup de bois pour la construction de leurs habitats et de bateaux de pêche, la vie quotidienne et surtout le déplacement des moaïs, les Rapa Nuis auraient décimé des forêts entières. Peu à peu, le bois devenant rare, ils auraient cessé de construire des maïs et des bateaux de pêche, se nourrissant de la chasse aux oiseaux. L’érosion des sols s’accéléra vu la disparition des arbres, réduisant encore le faible rendement des récoltes. Face à cette situation précaire, le culte des moaïs fut abandonné et la guerre civile fit rage, les habitants mourant de faim se mettant à pratiquer le cannibalisme.

    Ainsi, selon Jared Diamond, l’effondrement de cette civilisation isolée est l’exemple le plus frappant d’une société qui s’autodétruit par la surexploitation de ses propres ressources.

    Thèses réfutant la théorie de l’effondrement

    Bien que je comprenne la philosophie écologique derrière la théorie de Jared Diamond, je n’en perds pas pour autant mon esprit critique !

    Des théories plus récentes rejettent cette théorie ou l’englobent cette crise écologique dans un tableau plus complet : avec l’évolution sociale, la guerre des clans et la transition à de nouvelles croyances représentée par le passage du moaï à celui de l’homme oiseau (voir l’article « Voyager à l’île de Pâques : tout ce qu’il faut savoir » et la rubrique dédiée à Orongo).

    Rapa Nui, île de Pâques, Chili
    Les îles Motu Nui, lieu essentiel du culte de l’Homme Oiseau

    Ainsi, si la thèse écologique séduit le grand public, elle ne fait pas l’unanimité auprès de la communauté scientifique. De nombreux fondements de cette thèse sont remis en question, comme l’interprétation des résultats des fouilles archéologiques et les fondements moraux et politiques soutenant cette thèse.

    5 arguments contre la théorie de l’effondrement

    • Dans les grandes antithèses à la théorie de l’écocide, on retrouve en 2005 l’anthropologue anglais Benny Peiser, qui démontre l’autosuffisance des habitants de l’île avant l’arrivée des Européens. Selon lui, certains petits arbres (comme le sophora toromiro) se trouvaient encore en abondance sur l’île.
    • L’on retrouve, dans les récits d’un officier, un passage détaillant d’une part la coutume d’offrir des branches de palmier en guise d’offrande de paix et, d’autre part, les maisons des Pascuans, bâties sur pilotis et recouvertes de feuilles de palmier.
    • D’autres récits de l’époque parlent d’une terre extrêmement fertile, produisant en abondance bananes, cannes à sucre et patates douces.
    • L’anthropologue Terry Hunt et l’archéologue Carl Lipo s’opposèrent également la théorie de Jared Diamond. En 2006, ils étudièrent les causes multifactorielles du déboisement (rat, climat, culture…), les opposant à la thèse de la déforestation complète en seulement 500 ans que défend Diamond. Dans leur argumentation, la théorie du déplacement du moaï prend une place de premier ordre : selon leur idée, pas besoin de bois pour « faire marcher » ces monolithes… Mais nous en reparlerons dans l’article suivant (à suivre !).
    • Ces recherches dépeignent un tout autre portait des insulaires : ce n’étaient pas des consommateurs de ressources irréfléchis, mais bien des pionniers de l’agriculture durable. Selon eux, ces habitants ont créé un système ingénieux pour développer la culture sur leur île et contrer les conditions climatiques rudes : ils utilisaient les pierres pour construire des milliers de brise-vent circulaires à l’intérieur desquels ils installaient leur cultures. Ils utilisaient également des éclats de roche pour conserver l’humidité des sols et les fertiliser.

    « Plus qu’un cas d’échec abject, Rapa Nui est l’histoire d’un improbable succès »

    (Terry Hunt et Carl Lipo, 2011 – The Statues That Walked)

    Rapa Nui, Ile de Paques, mystere, archeologie, Chili
    Bateau d’explorateurs arrivant à l’île de Pâques
  2. Théorie climatique

    À côté de la théorie de l’écocide, d’autres chercheurs soutiennent la théorie climatique. 

    Les habitants de l’île de Pâques auraient, à un moment donné de leur histoire, dû affronter une longue période de sécheresse, poussant la société à se tourner avec désespoir vers la religion et le culte des moaïs pour adresser des prières afin que la pluie revienne. Ce désespoir croissant expliquerait la frénésie des habitants à construire des monolithes… ainsi que le déclin de cette pratique : les moaïs restant impuissants à faire revenir la pluie, les habitants se seraient révoltés et tournés vers un autre culte (l’homme oiseau).

    Dans la même idée, certains lient la sécheresse extrême avec le phénomène El Niño, qui peut être extrêmement fort et destructeur.

  3. Théorie des rats

    La dernière théorie connue pour expliquer le déclin de la civilisation Rapa Nui est celle des rats polynésiens : ces animaux, importés par bateau par les premiers habitants, seraient à la base de la déforestation de l’île. Si la cause diffère, le résultat de cette thèse rejoint la théorie de l’écocide, avec une civilisation qui périclite face à l’amenuisement de ses ressources naturelles.

    Rapa Nui, Ile de Paques, mystere, archeologie, Chili
    Rats polynésiens (ou rats du Pacifique)

    Ainsi, l’anthropologue Terry Hunt et l’archéologue Carl Lipo (encore eux !) admettent que l’île de Pâques a connu une catastrophe écologique, mais pas que les habitants en sont la cause. Ces deux chercheurs ont analysé les vestiges des noix de palmiers (disparus de l’île) et y ont observé des traces de dents de rongeurs.

    Néanmoins, ces chercheurs précisent bien rien n’indique que cette civilisation ait disparu à cause la déforestation de l’île.

L’île de Pâques : des origines au déclin…

Après avoir parlé des origines dans le premier chapitre dédié aux mystères de Rapa Nui, nous fermons ici le petit chapitre sur les théories principales autour de « l’extinction » de ce peuple… ou mieux dit, du déclin de cette civilisation.

Car, précision importante, la culture Rapa Nui même si elle a beaucoup souffert au cours de l’histoire (nous n’avons fait ici qu’effleurer une partie de leur histoire et n’avons pas parlé d’autres périodes douloureuses pour ce peuple, comme celle l’esclavage…) n’a jamais disparu !

Bien sûr, il n’existe sans doute plus de « pur » habitant d’origine 100 % Rapa Nui (vu les migrations et couples mixtes, principalement avec des Chiliens continentaux), et bien sûr, une partie de leur culture a bel et bien été perdue. Ainsi, plus aucun habitant n’est capable aujourd’hui de déchiffrer les glyphes marqués sur les pierres et au dos des moaïs… Mais leurs danses, par exemple, témoignent de la richesse du patrimoine de leur culture, transmis encore de nous jours par les habitants de l’île.

Aux prochains rendez-vous : cap sur les moaïs avec les mystères qui planent encore autour de leur construction et déplacement et, finalement, sur la théorie de l’hypothétique contact inca.

Rapa Nui, Ile de Paques, mystere, archeologie, Chili
Mystère de l’extinction du peuple de l’île de Pâques ©Evafrench

Et vous, quel est votre mystère préféré de l’île de Pâques ? Quelle théorie avez-vous envie de défendre ? 

12 commentaires

  1. Article au top, comme le premier ! Très intéressant et très bien construit. Rare sur la blogosphère de voyage… J’attends la suite avec impatience !

    Ça me replonge un peu dans l’ambiance de cette île mystique qui m’a tant plu 🙂

    Répondre
    • Merci Sophie ! Ravie de voir que l’enthousiasme du 1er article est toujours présent pour le second volet 🙂

      Répondre
  2. Toujours aussi passionnant ! Merci !

    J’adore Rapa Nui et son histoire, et tes textes sont superbes, magnifiquement documentés, un vrai plaisir à lire !

    Répondre
    • Merci beaucoup Tsuma pour ton enthousiasme ! Très touchée par ton message 🙂

      Répondre
  3. Hello Amandine !

    Chouette article en effet qui nous plonge dans un des mystères de civilisation les plus prenants de ces 2 derniers siècles. Entre leur disparition et leurs immenses statues (c’est fou de se dire que certaines ont un corps sous leur tête), on n’a pas fini de s’interroger sur eux !

    Au plaisir 😉

    Répondre
    • Merci Jérémy pour ton commentaire. C’est sûr, cette civilisation n’a pas fini de faire parler d’elle !

      Et concernant le mystère de ces grandes statues, les moaïs : c’est le sujet du prochain article sur les mystères de l’île de Pâques… Donc rendez-vous au prochain numéro 😉

      Répondre
  4. Bonjour,
    Je ne retrouve pas l’expression correcte dans votre explication de la thèse de Jared Diamond, du livre « Effondrement », que j’ai bien entendu lu.
    En effet, la qualité de Jared Diamond est de revenir aux sources des conséquences, et donc aux causes primaires, et ceci, pour souvenir sa thèse « Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie ».
    De mémoire, l’origine de l’effondrement soutenue par Jared Diamond concernant l’Ile de Pâques est développée ainsi :
    – Le phénomène El Nino, provoquant un climat sec,
    – L’insularité et les vents de l’Ile perdue dans un océan, est un facteur aggravant,
    – Le choix idéologique des élites choisissant d’ériger des Moaïs, avec une concurrence entre clans, décime la forêt de Palmier géant, source de nourriture (pêcheurs, chauffage,…)
    – Un effondrement dû effectivement à la rudesse du climat aggravé par le Nino, mais aussi par les choix des élites politique et religieuse, de se lancer dans une course aux Moaïs, a provoqué une fragilité de la petite civilisation, et la frustration de la base. Et l’effondrement.

    Donc si on reprend dans l’ordre du développement de Jared Diamond, la cause primaire est le phénomène El Nino, le contexte fragile de l’Ile, mais aussi les choix des élites dominantes en réponse. Les choix que de mettre toute l’énergie d’un peuple à ériger des Moaïs pour « faire pleuvoir » sont en effet très critiquables.
    Je rappelle que Jared Diamond se base sur l’étude des « poubelles » humaines (révélant la nourriture des humains strates par strates), l’analyse des pollens des petits étangs (strate par strates), et d’autres facteurs assez déterminants pour en sortir l’histoire de cette ile dans le temps (ses points de ruptures, ses évolutions, les réactions des humains).
    Jared Diamond n’écarte donc pas la thèse climatique, puisqu’il la met à l’origine du temps, mais est bien entendu très critique sur les choix des élites de l’époque de l’Ile, transformant un écosystème probablement durable en une société religieuse dérivant vers un effondrement rapide.
    Ce qui est troublant si on le transpose à notre civilisation occidentale dominante et peu durable et à la réaction des autres civilisations (sous prétexte de religion).

    Répondre
    • En d’autres termes, les Moaïs sont l’expression même des choix malheureux d’une élite religieuse, ayant précipité une ile où la vie était déjà dure.
      Certes, cela nous semble magnifique, mais c’est aussi un désastre écologique et humain.
      Un peu comme on peut aujourd’hui admirer nos cathédrales, mais qui n’ont pas été synonymes de développement harmonieux dans un moyen âge agité par les croisades, les famines et les guerres.

      Répondre
  5. Bonsoir,

    Cela donne envie d’y aller… Encore un endroit qui fait partie du patrimoine de rêve. Un jour peut-être.

    Répondre
    • On te le souhaite ! Une superbe voyage et une destination qui continue de nous faire rêver ! 🙂

      Répondre
  6. Un truc me gène un peu « bananes, cannes à sucre et patates douces » ont du être importés par les européens. Vu qu’il s’agit de plantes qui ne sont pas originaire de l’île. En conséquence, comment cela peut être une preuve contre la théorie de l’écocide ?

    Personnellement, peut importe la théorie, on en arrive toujours globalement à une tragédie des communs. Même si les rats en sont l’unique cause. Enfin bon, c’est surement au travers de mes yeux de spécialiste du comportement animal et de l’écologie !

    Super intéressant en tout cas. C’est toujours cool de voir d’autres passionné partager leur savoir. C’est tellement rare de nos jours !
    J’aurai appris plein de choses, merci.

    Répondre
    • Bonjour Ruben, merci pour votre message et le partage de vos interrogations avec votre point de vue de spécialiste du comportement animal et de l’écologie : c’est très intéressant !

      Et oui, nous aimons nous poser des questions et nous intéresser aux cultures du monde… et comment ne pas succomber devant les mystères qui entourent l’ile de Pâques ! Je voulais à la base écrire un article sur le sujet, mais je me suis vite rendue compte qu’il me fallait scinder le sujet en différents articles. N’hésitez pas à jeter un œil aux autres articles du dossier spécial « Mystères de l’ile de Pâques » et à nous partager votre point de vue en fin d’article (L’origineLes MoaïsLe contact Inca).

      Au plaisir d’échanger encore dans les commentaires…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest