Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


Notre voyage au Mexique est passé du rêve à la réalité lorsque nous avons traversé la frontière du Belize et sommes arrivés à Tulum. La péninsule du Yucatan nous ouvrait grand ses bras.

Ruines et archéologie. Grottes et cénotes. Tortilla et tequila. Plages et mer turquoise.

Et c’est justement ces deux derniers qui sont à l’honneur aujourd’hui, à travers trois iles du Yucatan : Cozumel, Isla Mujeres et Holbox. Trois iles pour trois ambiances très différentes !

Voyager au Yucatan, d’une ile à l’autre

De Tulum à Mérida, la péninsule du Yucatan nous aura retenus un mois. Et nous n’en serions pas partis si vite si d’autres projets ne nous attendaient pas de l’autre côté de l’océan.

Notre amour de la mer et des iles nous a poussés à poser le pied sur les trois iles qui se sont succédé le long de notre route. Loin de vouloir émettre un jugement de valeur ou un classement, je vous livre ici mes impressions, expériences et coups de cœur…

  1. Cozumel

    Notre première ile mexicaine : Cozumel. Faisant face à Playa del Carmen (le cœur de notre seconde lune de miel), l’ile m’attirait pour deux raisons :

    1. sa réputation mondiale auprès des passionnés de plongée
    2. une rencontre à concrétiser, avec Emma,blogueuse de Planet Addict, et sa sœur Laura

    Résultat ? Cozumel ne m’a déçue sur aucun de ces deux tableaux !

    • Cozumel, une ile, deux ambiances

      En descendant du ferry (après une traversée mouvementée), je me suis dit que Cozumel ne semblait pas bien différente de Playa del Carmen que je venais de laisser sur le rivage d’en face. Beaucoup de monde, des magasins de luxe partout, des vendeurs rameutant les passants dans la rue…

      Le tourisme et l’argent embaumaient l’air.

      … Et ce parfum-là commençait à me lasser !

      Mexique, impressions, voyage, plage
      Eaux turquoise de Playa del Carmen… avec son monde et ses buildings

      Heureusement, une fois quittée la rue du front de mer, la ville a commencé à prendre un autre visage : celui d’un village populaire. Quel plaisir de retrouver des petites maisons colorées, à taille humaine, à moitié envahies par la végétation ! Un peu de désordre dans ce monde de béton et de luxe !

      Mais notre bonheur ne s’arrêta pas là. En rencontrant Emma et Laura, nous avons fini par ne plus sentir le parfum touristique de l’ile pour humer celui, plus authentique, de la vie quotidienne. Ces voyageuses parties pour découvrir l’Amérique latine se sont retrouvées littéralement happées par Cozumel. Plus moyen d’en partir. Et, à ce moment-là, cela faisait déjà 7 mois que cela durait !

      Sur place, nous avons exploré l’ile en louant des vélos et une voiture, afin de traverser Cozumel sur sa largeur et de parcourir la route qui borde la côte sud de l’ile.

      Quelques belles plages sur le chemin, mais surtout beaucoup de complexes hôteliers et de loisirs, avec leur entrée privée et leur accès à la mer.

      Cozumel, Mexique, plage
      Plage déserte de l’ile de Cozumel

    • Plonger à Cozumel

      Après deux magnifiques plongées au cénote Dos Ojos, nous avions hâte de remettre la tête sous l’eau. Or Cozumel, réputé pour ses récifs riches en faunes et en flores, était l’occasion parfaite !

      Et, au cas où nous aurions quelques réserves, Emma et Laura, leur brevet de dive master en poche, étaient là pour finir de nous convaincre !

      Résultat ? Nous n’avions jamais plongé avec tant de courant. Et le maître de plongée qui nous encadrait, quant à lui, n’avait jamais eu de plongée « si moche », avec une si faible visibilité (ce qui n’est pas peu dire vue sa longue carrière).

      Mais, malgré tout cela, nous avons beaucoup apprécié ces deux plongées. Après un temps d’adaptation au courant et les préoccupations que cela implique (« Attention, je vais trop vite, je dépasse le maître de plongée ! Elle est ou la marche arrière ? » ou « Oh, elle est belle la tortue, j’aimerais la regarder encore et encore et… C’est fini, je suis déjà 3 mètres plus loin emportée par le courant ! »), ces immersions ont été un vrai délice. L’occasion également de se jouer du courant et de se laisser paisiblement glisser (ou voler, tel un superhéros se jouant de la gravité !).

      Pour voir des séquences de ces plongées à Cozumel, jetez un œil à notre vidéo de voyage compilant les plongées au Mexique et au Belize : Sous les eaux du Yucatan.

      Cozumel en pratique :

      – Comment y aller : prendre le ferry depuis Playa del Carmen (environ 10 € le trajet)

      – Comment se déplacer : possibilité de louer des voitures (par exemple une coccinelle relookée décapotable, pleine de charme… mais sans coffre ni aucun espace de rangement fermé)

      – Que voir/que faire : plongée et snorkeling (par exemple à la plage Cielo pour observer les étoiles de mer ), tour de l’ile en voiture, excursions a la Isla de la Pasion

    • Bonnes adresses à Cozumel

      • Los Otates

        Une bonne adresse découverte grâce à Emma, où l’on mange, pour un bon rapport qualité-prix, de la gastronomie typique dans un cadre convivial.

        Adresse : au croisement de la 15 avenue Sur – 3e avenue Sur

      • Bar de plage

        Boire un verre face à la mer, voir prendre le temps de se baigner ou de travailler (avec des prises accessibles… contrairement au WIFI, qui est catastrophique !) le tout en s’écartant des endroits très touristiques : c’est possible ! Il suffit de pousser un peu vers le nord de l’ile…

        Adresse : je vous conseille l’un des premiers bars de plage sur l’avenue du bord de mer (vers le nord de l’ile)

      • El Coffee Cozumel

        LA bonne adresse pour un super petit déjeuner et le meilleur WiFi de l’ile ! Un service « un peu » lent, mais très sympathique !

        Adresse : au tout début de la rue 3 Sur (entre les rues Rafael Melgar et la 5e Avenue, à côté d’un Pizza Hut)

      • Pirate

        Dernière adresse et pas la moindre : le bateau de pirate ! François, amoureux tant des grands et vieux bateaux que de l’ambiance « Pirates des Caraïbes » a succombé à la tentation. Une soirée très originale, avec un équipage survolté et bien dans son rôle, des animations déjantées et un repas au homard : la classe à la pirate !

        Adresse : réservation en ligne ou au point de rendez-vous : devant le restaurant « Fat tuesday »
        Site web : Caballito del Caribe

      Je pourrai encore vous parler de Cozumel, de son histoire et de son importance dans la culture maya (lieu de pèlerinage et de culte spécial pour les femmes et tout ce qui touche à la fertilité, comme l’explique Emma dans cet article), mais je vous emmène à présent vers notre seconde ile yucatane : Isla Mujueres.

  2. Isla Mujeres

    Après Playa del Càrmen et Cozumel, cap sur Cancún et son ile voisine : Isla Mujeres.

    • Encore une histoire de femme ?

      Pourquoi ce nom « Isla Mujeres » ? (Ile des femmes)

      Isla Mujeres, Mexique, Yucatan
      Isla Mujeres : une histoire de femme ?

      Une question que tout le monde se pose… et qui remonte à la découverte de l’ile, par les conquistadors espagnols en 1517. En y débarquant, les colons trouvèrent de nombreux autels sur lesquels se trouvaient des offrandes aux formes féminines… En réalité, ces offrandes étaient adressées à la déesse maya Ixchel, déesse de la lune, de l’amour et de la fertilité.

      Je n’attendais rien de cette ile. Ou peut être si. Retrouver un parfum de village pour fuir « la grandeur » de Cancún.

    • Isla Mujeres, un résultat mitigé

      Une première impression, c’est important… Et disons qu’avec Isla Mujeres, nous ne sommes pas partis du bon pied ! Nous avons eu le pire accueil possible (tous voyages confondus) : à peine arrivés, un vendeur nous hèle sans élégance ni sympathie et nous crie, en anglais :

      Eh, riches personnes, venez acheter ici !

      Dois-je préciser que nous nous sommes empressés de presser le pas ?

      Heureusement, une fois de plus, nous éloigner du centre nous a permis de découvrir le « bon côté » d’Isla Mujeres. C’est assez impressionnant : l’ile ne mesure que quelques mètres de large, mais une fois arrivé sur l’autre rive, rien ! Il n’y a plus rien ni personne. Pas de commerce, pas de vendeurs ambulants, pas de touristes. Rien. Que la mer et sa plage de rochers. Ouf ! On respire !

      Isla Mujeres, Mexique, Yucatan, plage
      Plage déserte d’Isla Mujeres

      Malheureusement, qui dit « rien » dit également absence d’ombre. Or le soleil tape fort sous ces latitudes. Impossible de rester bien longtemps sans se métamorphoser en crevette, à moins que l’on ne fonde avant… Et pour trouver de l’ombre, il faut passer par les plages touristiques, ou l’emplacement d’un transat à l’ombre se négocie contre une consommation au bar de l’hôtel. Par contre depuis nous avons entendu parler du Garrafon Natural Reef Park, et très franchement si on retourne dans cette zone du Mexique on se laissera certainement tenter par l’expérience !

      Isla Mujeres, Mexique, Yucatan, plage
      Plage bondée d’Isla Mujeres
      Isla Mujeres en pratique :

      – Comment y aller : prendre le ferry depuis Cancún (environ 17 € l’aller-retour)

      – Comment se déplacer : possibilité de louer des voiturettes de golf, à un prix supérieur à celui pratiqué à Cozumel pour de « vraies voitures » !

      – Que voir/que faire : outre faire le tour de l’ile en voiturette, quelques excursions sont possibles, beaucoup proposant du snorkeling avec divers animaux

      Isla Mujeres, Mexique, Yucatan, plage
      Isla Mujeres : luxe et paresse
      Attention : sensibilisation !

      Les agences touristiques montrent souvent des photos de touristes tenant des petits requins dans les bras : essayons de ne pas encourager ce genre de pratiques en refusant de prendre part à ces excursions et sensibilisant tant les agences que les touristes !

      Isla Mujeres est la seule ile où nous ne sommes pas restés loger… Et ce n’est nous doute pas un hasard. Direction maintenant sur notre petite dernière : l’ile de Holbox.

  3. Holbox

    Avant de parler de cette jolie petite ile, il vous faut d’abord apprendre à prononcer son nom !

    Comme dans beaucoup de noms mayas (par exemple les belles ruines d’Uxmal), le « X » est à prononcer comme un « CH » en français. Vous voilà prévenu pour éviter les déconvenues !

    • Holbox et l’IPAF : une ambiance colorée

      Nous avons décidé de nous rendre sur cette ile en entendant parler du festival de l’IPAF (International Public Art Festival) pendant lequel les maisons de la ville se retrouvent recouvertes de peinture en mode « Street Art ».

      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      Peinture sur le dôme de la place principale

      Le but de ce festival est de rassembler des artistes des quatre coins du monde pour réaliser des œuvres inspirées par les rêves des habitants de l’ile Holbox. (…) Nous pensons que la première étape pour réaliser des rêves est d’identifier et d’exprimer les désirs du peuple pour envisager, ensemble, l’avenir de l’ile.

      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      Ma maison préférée d’Holbox !

      Quel plaisir alors de poser le pied sur une ile si tranquille… alors qu’elle accueillait un régiment de Québécois à l’occasion du festival ! Une ambiance colorée, à l’image de ses petites maisons. Une douce nonchalance et, surtout, une sympathie palpable. Accueil irréprochable, l’on se sent le bienvenu… et pas (uniquement) pour son porte-monnaie ! Coup de cœur spécial pour ce petit café sur la place principale, qui m’a accueillie tant de fois avec gentillesse et générosité (même lorsqu’il était fermé ! -voir les bonnes adresses-).

      Avec ses 35 km de long et 1 km de large, très peu de l’ile occupée, préservant son côté vierge et sauvage. Holbox nous a tant plu que nous avons même envisagé d’y acheter un bout de terrain… Qui sait, un jour peut-être !

      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      Maison typique d’Holbox

    • Balade sur une ile de mangrove

      Toute l’ile et les eaux environnantes sont classées réserve naturelle. L’attraction n° 1 de l’ile est la plongée en apnée avec les requins-baleines (un de mes rêves), mais nous n’y étions pas à la bonne saison (de juin à mi-septembre) : une raison supplémentaire pour y retourner !

      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      Le seul requin-baleine que nous avons vu à Holbox !

      Malgré cette déception, nous en avons profité pour découvrir le « tour classique » d’Holbox : celui des 3 iles, à savoir :

      • Isla Pajaros (l’ile des oiseaux) : pour observer les oiseaux endémiques et migrateurs dans leur habitat naturel, dont des pélicans bruns et blancs, cormorans…
      • L’ile de la lagune de Yalahau (surnommée « l’œil d’eau ») : pour nager dans une eau cristalline et rafraichissante provenant d’une source naturelle (source qui était utilisée par les pirates)
      • et Isla Pasión (ile de la Passion) : pour se promener sur les plages d’une toute petite ile des caraïbes et monter à sa tour d’observation.
      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      La première des 3 iles : l’ile des oiseaux
      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      Pélican majestueux en plein vol
      En pratique :

      Tarif du tour : environ 12 € par personne

      Durée : environ 3 heures

      Depuis le « centre-ville » vers l’Est, une belle balade en bord de plage à vélo est possible. Mais l’on est rapidement arrêté par le bras de mer qui coupe l’ile en deux (et que l’on peut parcourir en kayak). L’endroit est sauvage (et boueux !) : idéal pour observer les oiseaux.

      Nous sommes également allés nous balader à l’ouest en vélo, jusqu’au bout de l’ile (cela se fait très facilement en environ 20 minutes). Une promenade très agréable où l’on se retrouve seul au monde, surtout si l’on y va tôt le matin.

      Il parait qu’il y a des « tabanos » (des taons) voraces à l’intérieur des terres, mais nous n’avons pas été embêtés.

      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      Plage de l’est de l’ile
       Holbox en pratique :

      – Comment y aller : prendre le bus depuis Cancún vers Chiquilla (environ 2 heures en transport privé, 3 à 4 en bus) puis le ferry (environ 30 minutes et 4 €)

      – Comment se déplacer : possibilité de louer des vélos et des voiturettes de golf

      – Que voir/que faire : quelques excursions sont possibles : tour classique aux petites iles proches ; snorkeling ; pêche 

      Attention aux arnaques :

      Bateaux de pêcheurs VS ferry :

      À peine arrivés à l’embarcadère pour traverser depuis le village de Chiquilla, le touriste est harcelé par une horde de pêcheurs, l’un prétendant que le ferry est parti, l’autre qu’il EST le ferry ou mieux encore… Et, au premier abord, rien n’est fait pour faciliter l’orientation du touriste. Nous avons fini par comprendre assez rapidement que ces pêcheurs court-circuitaient l’entrée sur l’embarcadère des « vrais ferries », qui nous attendaient au bout du quai !

      Le trajet est plus sûr et plus confortable sur les ferries, donc n’hésitez pas à poursuivre votre route lorsque les pêcheurs tenteront de mettre le grappin sur vous !

      Deux compagnies de ferry :

      Une fois passée l’épreuve de pêcheurs, vous aurez droit à celle de la guerre entre les deux compagnies de ferry : deux bateaux (un rouge et un bleu) qui partent exactement à la même heure (se calquant sur les horaires des bus) et proposent un tarif similaire. Finalement, nous avons appris que la compagnie rouge était la plus récente des deux… et aussi la plus lente (mais la différence, au final, est minime).

      Holbox, île, Mexique, Yucatan
      Les enfants jouent dans les rues de sable

    • Bonnes adresses à Holbox :

      • Mama Rana

        Un restaurant/café que nous conseillons chaleureusement. L’accueil y est parfait, le service super et, si les prix de la carte sont un peu chers pour les plats, les boissons sont proposées à des tarifs tout à fait classiques. Lorsque nous avons quitté l’ile et que j’ai dit au revoir au serveur de ce restaurant (qui nous a accueillis presque tous les jours, même quand c’était censé être fermé !), j’avais les larmes aux yeux pour avoir reçu tant de pure gentillesse.

        Adresse : sur la place principale

      • Illa Mar

        Restaurant de bord de plage où l’on mange bien, pour un prix correct, et, surtout, les pieds dans le sable avec vue sur la mer !

        Adresse : perpendiculaire à la plage (depuis la place principale), en face du restaurant chic « A Maite »

      • Hôtel Los Arcos

        Situé au centre du village, cet hôtel propose un très bon rapport qualité-prix, avec des chambres (salle de bain privative) propres et possibilité de choisir ventilateur ou air conditionné. Jolie petite cour intérieure, où l’on peut ranger son vélo de location facilement, hôtel calme et personnel très aimable. L’hôtel est sur Booking et sur Agoda.

Trois iles, trois ambiances, trois histoires

Cozumel, Isla Mujeres et Holbox : trois iles mexicaines pour découvrir autrement la péninsule du Yucatan. Trois ambiances et trois expériences très différentes que nous ne sommes pas près d’oublier…

Et vous, avez-vous déjà voyagé au Yucatan ? Avez-vous été sur l’une de ces iles ? Des conseils ou expériences à partager ?



31 commentaires

  1. Génial… Les 3 îles sont plus tentantes les unes que les autres… Vraiment, ça donne envie !

    Répondre
    • Oui, de très jolies petites îles, de quoi changer du continent et prendre un bon bol d’air marin ^^
      Ravie en tout cas d’avoir pu poser les pieds sur ces 3 îles aux ambiances si différentes.

      Répondre
  2. J’adore Cozumel pour la plongée, j’adore Isla Mujeres pour le marché et la plage, mais j’adore et ne changerai pour rien au monde ces moments de bonheur ensablés, sans voiture et au soleil, auprès des requins baleines à Holbox.

    Répondre
    • Merci Julie pour ton message. Cozumel a énormément de succès auprès des plongeurs, et je comprends bien pourquoi !
      Et Holbox… Aaaah, Holbox ! <3 😀

      Répondre
  3. Quelques bons conseils que je vais noter car je vais rester un mois à playa del carmen et je m’en servirai comme point de départ pour ces destinations. Je me laisserai bien tenter car les requins baleines. Est ce des requins baleines sauvages ou qui sont nourris?

    J’ai été aux Philippines en début d’année pour en voir et j’ai évité l’endroit où il les nourrissait. Je préfère payer et en voir dans la nature.

    Répondre
    • Salut Stefan, les requins-baleines sont bien sauvages et suivent un rythme de migration : ils ne sont pas là en permanence (d’ailleurs nous n’étions pas là à la bonne période pour les voir !). S’ils les nourrissent… par contre je ne sais pas répondre, car je n’ai pas vécu cette expérience.

      Lors de notre séjour au Belize sur l’île de Cye Caulker, nous avons vu beaucoup d’agences qui nourrissaient les requins et les poissons afin de les attirer… mais malgré tout, il existait une agence qui se voulait « eco friendly » et refusait que l’on nourrisse ou que l’on touche les animaux. Une philosophie que nous avons tout de suite appréciée. Parfois il faut un peu chercher…

      Répondre
  4. Aaahhhh je l’avais pas vu celui là!! C’était un vrai plaisir de vous rencontrer et de partager ces quelques moments avec vous!
    C’est vrai que la plongée était un peu hard, moi aussi j’étais surprise et un peu frustrée de la visite en mode accélérée! Mais bon, c’était cool quand même 😉
    Je suis contente que l’île vous ai plu!

    A bientôt quelque part dans le monde !

    Répondre
    • Coucou Emma 😀 Ravie de te lire ici ^^
      Pour nous aussi, un vrai plaisir de vous rencontrer, toi et ta soeur. On garde de très bons souvenirs ^^

      D’ailleurs, lors de notre dernier repas, nous nous sommes regardés et on a vraiment hésité à rester aussi un peu plus longtemps sur l’île ou à poursuivre notre route… Cela ne s’est pas joué à grand-chose ! Mais j’avoue que j’avais trop envie de découvrir encore un peu du Mexique, sachant que nous rentrions bientôt en Europe pour le Salon des Blogueurs (désolée d’avoir dû garder le secret jusque là : nous ne l’avions vraiment dit à personne pour garantir l’effet de surprise à nos proches et nos amis – y compris amis blogueurs – 🙂 ).

      À bientôt quelque part dans le monde 😉

      Répondre
  5. Merci pour toutes ces infos ! Je retourne au Mexique en novembre et l’idée était de passer 3 jours à Holbox puis 2 jours à Isla Mujeres. En te lisant, j’hésite à zapper Isla Mujeres pour rester plus longtemps à Holbox… Que me conseillerais-tu ?

    Répondre
    • Bonjour Pauline, merci pour ton message. Super projets !

      Personnellement, j’ai eu un coup de coeur pour Holbox et son ambiance particulière, son côté village et ses zones désertées… Mais j’avoue ne pas avoir suffisamment laissé sa chance à Isla Mujeres de nous séduire. Peut-être que si nous avions fait le tour de l’île, passé une nuit sur place… nous aurions eu un autre vécu.

      Difficile de te donner donc un conseil dans l’absolu, vu que nous n’avons pas passé le même temps sur chaque île, qu’Holbox était en plein festival de street art… et qu’un voyageur n’est pas l’autre ! De façon générale, si tu as l’occasion d’aller à Holbox, c’est super ; et peut-être que de passer à Mujeres te permettra d’avoir une perception plus contrastée et complète sur les îles du Yucatan 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *