Un sac sur le dos
Amandine
Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


Ces derniers jours ont été magiques, riches en découverte et contrastes ! Tout cela grâce à La Grande Odyssée.

J’y ai vécu un panel d’émotions passant par la tension et l’excitation avant les départs des courses, la tendresse touchante des mushers pour leurs chiens, l’admiration devant les efforts et prouesses des athlètes bi- et quadrupèdes … et bien plus encore !

Vous avez dit LGO ?

En Savoie Mont Blanc, tout le monde connait cette course et « I Love LGO » (ou La Grande Odyssée … oui, il faut le savoir !) se retrouve partout. Enfants et adultes se déplacent en masse pour encourager les attelages et participer à cette course maintenant célèbre, qui fête cette année sa 10ème édition. Je ne l’ai pourtant découverte que récemment, alors pour les novices comme je l’étais, voici La Grande Odyssée en quelques lignes.

Voici une petite vidéo réalisée suite aux trois jours passés à suivre La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc.

La course de chiens de traîneau la plus technique au monde

Cette course est unique en Europe et même exceptionnelle dans le paysage des grandes courses. Elle se distingue par :

La Grande Odyssée 2014 en quelques chiffres
  • 12 jours
  • 8 étapes totalisant 1.000 km « effort »
  • 7 étapes « contre la montre »
  • 1 challenge vitesse hors classement général
  • 30 km de dénivelés positifs
  • 400 chiens et plus de 30 mushers parmi les meilleurs du monde, provenant de 9 nations différentes
  • 70% de la course hors des domaines skiables
  • 50% de nuit
  • le gagnant de 2013 a remporté la course avec un temps total de 42 heures (20km/h de moyenne)
  • 22 stations, villages et villes réunies pour l’événement et plus de 50 animations : initiation au chiens de traîneaux, construction d’un igloo … et pour les moins aventureux, dégustation de tartiflettes géantes et vin chaud ! Bref, il y en a pour tous les goûts !
  • entre 80.000 et 100.000 spectateurs.

Une idée d’ivrognes

Mais d’où est née cette course ? J’ai pu poser la question à Henry Kam, président et fondateur de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc. Avec un sourire immense, il m’explique que son premier métier, l’informatique, dans lequel il réussissait brillamment, le lassait. Sa passion ? Les chiens (comme vous vous en doutiez !).

[testimonial company= »Président de LGO » author= »Henry Kam » image= »https://www.unsacsurledos.com/wp-content/uploads/2014/01/DSC07509.jpg »] Et si je créais une course de chien de traîneaux en France ? [/testimonial]

En 2002, Henry reste marqué par une course de chiens de traîneaux : sous le charme de cette pratique peu développée en Europe, des idées commencent à germer. Mais c’est autour de quelques verres avec un amis, Nicolas Vanier, que le challenge est lancé : « Et si je créais une course de chien de traîneaux en France ? ».

Il en rigole aujourd’hui, affirmant que La Grande Odyssée est partie d’une idée d’ivrognes !
Tout est avec lui pour monter ce projet : businessman, il sait comment monter et vendre son projet pour obtenir les subsides et autorisations. Enfant de la région, il connait aussi bien le réseau des différentes stations de ski de Savoie Mont Blanc.

Pourtant, le défi reste de taille, car ce projet enfreint une bonne partie du règlement et va à l’encontre des mentalités de l’époque : les pistes de ski, c’est pour skier, point ! Puis les mushers, ce sont des voisins bourrus et bruyants (une douzaine de chiens, ça ne passe pas inaperçu !). Il lui faudra plus de deux ans pour y arriver. C’est ainsi que la première course a lieu en janvier 2005 à Avoriaz et en Haute Maurienne Vanoise. Mais c’est en 2008 que La Grande Odyssée obtient son nom actuel et devient « La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc ».

Les couacs de La Grande Odyssée

Husky de Sibérie

En plus des chiens, des mushers et des traîneaux, une quatrième donnée est indispensable : la neige ! Cette année par exemple, la neige se faisait exceptionnellement rare par endroits, poussant les organisateurs à adapter les parcours et les horaires en dernière minute.

Heureusement, nous avons eu plus de chance qu’en 2007 : par manque de neige, la course a du être annulée et remplacée par une course de 3 jours en Haute Maurienne (devenue aujourd’hui le Trophée Haute Maurienne).

Les courses dans la course

Parallèlement à la course de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc et sur le même parcours, trois trophée sont organisés :

  1. le Tophée UMES (Unité de Médecine de l’Elevage et du Sport) : 5 jours, du 11 au 15 janvier 2014, depuis Lac aux Dames jusqu’à la station Les Gets,
  2. le Trophée Grande Odyssée : 3 jours, du 17 au 19 janvier 2014, depuis Savoie Grand Revard jusqu’à Val Cenis Lanslevillard,
  3. et le Trophée Haute Maurienne Vanoise : 3 jours, du 20 au 22 janvier 2014, depuis Bessans jusqu’à Val Cenis Lanslebourg.

La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc est également combinée, depuis 2011, avec la Finnmarkslopet en Norvège, formant ainsi l’Artic Alps Cup.

Les dérivés

A côté de la course La Grande Odyssée, deux autres challenges ont été créés : l’Odyssée Pour Tous et l’Odyssée des Enfants.

L’Odyssée Pour Tous

Cette course de chiens de traîneau d’une journée est consacrée aux enfants en situation de handicap. Elle a eu lieu à Morillon et fête cette année 2014 sa deuxième bougie : longue vie à cette belle initiative !

L’Odyssée des Enfants

Pour que les mushers de tous âges puissent trouver leur plaisir, pour la troisième année consécutive, l’Odyssée des Enfants a rassemblé les mushers en herbe à Praz de Lys.

Le Baby Traîneau Park

En dehors de la course pour enfants, La Grande Odyssée propose une initiation au traîneau à chiens pour les enfants de 3 à 7 ans, dans un espace ludique à Praz de Lys … Qu’est-ce que j’aimerais retomber en enfance pour en profiter !

La passion derrière la course

« La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc est l’un des derniers terrains de jeu pour ces navigateurs des mers blanches en quête d’absolu. » (Henry Kam)

Au delà de la compétition sportive, cette course est synonyme pour tous d’Aventure et de respect : respect envers les chiens mais également un grand respect et un beau fair-play entre mushers.

Pour en savoir plus sur cette course, qui se termine le 22 janvier 2014, rendez-vous sur le site de La Grande Odyssée, où vous pouvez suivre la progression des mushers en temps réel grâce au système de balises GPS.

Sous le charme

Après ces trois jours passés à suivre la course, je reviens avec de magnifiques images en tête et un grand coup de coeur. J’ai d’ailleurs encore beaucoup à vous dire sur le sujet … à suivre dans de prochains articles.

L’ambiance, la philosophie et les rencontres humaines et canines ont été autant de bonnes surprises qui font que je suis devenue fan de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc. Et je ne suis pas la seule, car François a prononcé ces quelques mots lors de notre second jour sur place :

« Et si on rajoutait « devenir musher à la Grande Odyssée sur notre Bucket List » ?… »

Commentaires

  1. Merci pour ce partage, on a presque l’impression d’y être (le froid en moins).
    Il n’y a aucune initiation possible pour les adultes ? Pffff, il faut que je retourne en enfance alors!

    • Contente que ça te plaise Julie ^^
      Oui, il faisait plus froid que dans mon plat pays, mais moins que d’autres années à la même période à ce que j’ai compris. Et puis, j’étais bien équipée (j’en parlerai peut-être dans un prochain article, avec des conseils pour la montagne et le froid – je suis une grande frileuse, donc c’est un sujet sensible pour moi !!!).
      Mais on a quand même eu beaucoup de chance niveau météo : première & dernière journée ciel bleu magnifique, et quasi pas de pluie (en ce sens, ça change de la Belgique ! 😉 ).

      Il y a aussi moyen d’expérimenter le chien de traîneau pour les adultes, mais disons que ce n’était pas proposé par défaut. J’aurais bien voulu tenter l’expérience dans les Alpes (la seule fois où j’en ai déjà fait, c’était au Canada : expérience géniale, mais très différente, car c’était tout plat !). Ça n’a pas pu se faire ce coup-ci … mais je ne désespère pas : ce sera pour une prochaine fois ! 😉

      • J’ai plutôt tendance à détester le froid et la neige mais je ferais bien une exception pour ce type d’événements… J’aimerais bien aussi profiter d’une initiation!

      • Moi aussi j’aimerais (re)faire du chien de traîneau ! Je sais que c’est possible d’en faire à la station de Megève et de Savoie Grand Revard. Les sensations que j’avais pu vivre avec ma première expérience de traîneau au Canada étaient juste magnifiques : quelle liberté que d’avancer à la force de ces chiens, dans des paysages blancs et sauvages … Bref, un rêve ! 😉

        Pour ce qui est du froid, comme je le disais à Julie, je suis une grande frileuse (et même plus, car j’ai des problèmes de circulation qui me font les doigts de pieds et de mains tout blancs, voire bleus, avec le froid …). Mais je teste dès que possible de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux et vêtements pour luter. Car pas question de rester enfermée chez moi ! J’ai appris à aimer la neige à Québec, et je compte bien continuer à en profiter !
        Je vois que la question du froid en intéresse plus d’un(e), je vous ferai signe quand j’aurai écris l’article pour vous partager mes conseils et retours d’expériences sur le sujet 😉

  2. Ce qui est horrible avec ton article, c’est qu’il me donne tout simplement envie de participer à une course comme ça ! J’adore les défis et s’en est un de taille. Mais bon, faudrait commencer par avoir des chiens. Et ne pas avoir d’allergies à leurs poils…

    • Quand on veut vraiment c’est toujours possible : aller voir un allergologue pour faire un désensibilisation, acheter des chiens, les entraîner puis s’inscrire à une petite course de chiens de traîneaux et dans 2 ans t’es à La Grande Odyssée ! Si, si 😀

  3. Salut Amandine,
    10e édition de la LGO, j’en avais jamais entendu parler. Je savais même pas le prononcer au début. J’avais pas compris que c’était un acronyme. vous avez dit eulgo ? bah non j’ai rien dit, chais pas c’que c’est:)
    Merci de nous la faire découvrir avec cet article et une jolie vidéo.

    Les bas cotés des courses sont des univers à part entière, une ambiance particulière de foire, plein de gens réunis autour du partage d’une passion, et beaucoup qui participent à la course – comme vous avez du le faire pour la filmer – depuis le bord de la route.
    Comme vous êtes entré dans les secrets des dieux, je vous te demander Amandine quel est le rayonnement de l’évènement. Mais d’où viennent tous ces chiens et ces… mushers, vous avez dit musher ? Ok je suis le lien.

    Comme dit Chris, ça doit pas être facile à mettre en place. Avoir des chiens, un traineau, de la neige ou des roulettes, apprendre à parler chien… Mais je note ton enthousiasme François. Dans deux ans vous êtes dans la course, et je veux voir une coupe !

    • Je n’en avais jamais entendu parlé avant non plus ! Pourtant ça mérite à être connu : j’ai adoré 😉

      Les nationalités présentes ? Des Français (of course), mais aussi Norvégien, Finlandais, Tchèque, Suisse, Slovaque, Autrichien, Allemand … parfois des musheurs d’outre Atlantique (mais pas cette fois), avant aussi des Espagnols (mais après discussion avec une vétérinaire espagnole, il semble que la crise ait eu un impact ici aussi).

      Je parlerai plus spécifiquement des mushers dans un prochain article, avec focus sur deux mushers … à suivre 😉
      C’est clair que ce n’est pas simple dans la vie quotdienne, d’avoir une quinzaine de chiens à s’occuper et à entraîner (au niveau temps, espace, budget …) ; d’ailleurs, comme je le dis dans l’article, les mushers avaient une très mauvaise réputation à la base : avoir un voisin qui a un chien, ça passe … mais quinze chiens, moins !

      Hum … par contre 2 ans de délais pour devenir musher et participer à la course la plus technique de toutes, ça va être chaud ! 😉

    • Oui, c’était magnifique ! Je suis assez contente de la vidéo, qui rend bien (même si je la trouve trop courte, j’avais encore plein d’autres passages que je voulais vous montrer, mais j’ai eu un peu peur de vous assommer 😉 ).
      Merci en tout cas pour ton commentaire Nicole ^^

      • Le monteur vidéo il a fait ce qu’il a pu avec la musique et les plans qu’il avait !

        Plus sérieusement, ça me fait plaisir qu’on en redemande, mais le mieux serait sans doute d’aller sur place l’année prochaine et voir le tout en vrai 😉

    • Un grand merci Evelyne pour ce retour positif ! Si tu aimes les chiens, sûr que la Grande Odyssée doit te plaire 😉
      Ce n’est que le premier billet, j’en parlerai encore (il y a tant à en dire !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.