Un sac sur le dos
Amandine
Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


Petite ville des Andes dans la région d’Ancash, Huaraz est le point de départ pour de nombreux treks dans la célèbre Cordillère Blanche.

Huaraz, une belle surprise

Huaraz ne partait pas gagnante : je m’attendais à une ville assez laide, sans âme, et envahie de backpackers randonneurs. Cette affluence touristique est sans doute vraie en juin-juillet-aout, mais en ce mois de novembre : personne à l’horizon ! Si nous croisions deux paires de touristes sur la journée, c’était beaucoup.

Et Huaraz n’est pas laide : elle a même un certain charme. Sa place principale m’a fait penser à celle de Cuzco, pour ses trottoirs ombragés sous les arcades bordant la place principale. La ville ayant été pratiquement détruite par un tremblement de terre en 1970, beaucoup de ses bâtiments ont été reconstruits rapidement, sans une vision cohérente de l’ensemble. Mais malgré tout, Huaraz nous a plu.

Cerise sur le gâteau : la situation de la ville, à 3100 m d’altitude, au beau milieu des montagnes. Cela lui procure, par beau temps, une vue panoramique à couper le souffle. C’est sans doute pour cela qu’on la surnomme la Suisse des Andes (par contre, pas de petits chalets à l’horizon !).

Une vue splendide sur les montagnes

Cette ville est encore plus sympathique le dimanche : les rues principales proches de la Plaza de Armas sont fermées et deviennent piétonnes, l’on y installe des jeux pour les enfants, des stands de nourriture… et tout le monde participe à la fête !

 

Randonnées et treks à Huaraz

Huaraz est le paradis des randonneurs ! Il y en a pour tous les gouts et tous les niveaux, depuis la randonnée d’acclimatation à la journée, au trek de 10 jours et plus.

Trek, trek, trekking !

En dehors des treks : monts, ascensions et VTT

De nombreuses montagnes peuvent être gravies dans la région. Les agences de voyages proposant les treks renseignent toujours spontanément sur la possibilité de gravir les sommets du Pisco ou du Vallunaraju.

À côté des sommets, il existe également de beaux endroits pour pratiquer l’escalade. Vanessa vous donne plus d’informations dans son article « Escalade à Hatun Machay ».

Et enfin, en dehors de la grimpette, vous pouvez également vous adonner aux joies du VTT de montagne. Nous avons testé l’expérience et notre verdict est…

fatigant, mais magnifique !

Vue sur la Cordillère Blanche (Huaraz)
Recommandation

Attention si vous commencez directement depuis le centre de Huaraz et que vous vous rendez en direction du cimetière : la route grimpe fort, très fort ! Commencez lentement pour ne pas perdre toutes vos forces et surtout, ne vous découragez pas !

 En pratique

Une bonne adresse pour pratiquer le VTT : Andes Consultants (voir les bonnes adresses en fin d’article).

Les conseils trekking

Faire du trekking à Huaraz est très facile : il y a beaucoup de possibilités et des dizaines (voir centaines ?) d’agences en ville. Mais si l’on ne prend pas garde, la randonnée de rêve peut se transformer en cauchemar. Voici donc quelques conseils et remarques pour vous aider à préparer votre trek.

Recommandations

Attention pour choisir une agence ! La plupart des agences tenues par des Occidentaux expatriés ne travaillent qu’avec des groupes depuis l’étranger ; et la majorité des agences locales se trouvant dans la rue principale manquent souvent d’éthique et de professionnalisme.

Un bon conseil, hors de la belle saison (fin mai à mi-aout) : renseignez-vous auprès de « valeurs sures » (personnes de confiance, agences occidentales) quant à la faisabilité de gravir le sommet d’une montagne dit « facile » (comme le Pisco ou Vallunaraju). Souvent, à la saison des pluies, c’est plus que déconseillé par les professionnels consciencieux… Mais la majorité des agences locales vous proposeront spontanément de vous y emmener. Demandez-leur si ce n’est pas dangereux avec la météo (pluie, neige, nuage…) et si elles vous répondent qu’il n’y a aucun problème :… fuyez et tentez votre chance ailleurs ! 

 En pratique :
  • Préférez les périodes de saison sèche (notre été en Occident) : fin mai à mi-aout
  • Partez plutôt tôt en matinée, pour profiter d’un temps clément et éviter le soleil tapant de milieu de journée (ou la pluie en été – chez eux).
  • N’oubliez jamais votre quoi vous protéger des éléments (soleil, pluie, froid) en randonnée.
  • Demandez toujours un maximum d’informations sur le matériel qui sera mis à votre disposition lors de treks organisés (nombre de tentes, type de sac de couchage, poids que l’on peut faire porter par un âne…).

Histoire et archéologie à Huaraz

Parce qu’il n’y a pas que les treks à Huaraz, voici le volet culturel ! Nous avons visité 3 sites archéologiques dans les environs de Huaraz : le musée, Wilkahuain et Chavin.

Huaraz et le tourisme expérientiel

C’est à Huaraz que nous avons pour la première fois vécu une expérience de tourisme expérientiel. L’idée ? Vivre chez l’habitant, partagé son quotidien et ses activités : construction, travail dans les chants, lessives dans la rivière, cuisine… Une opportunité d’échanges culturels et d’apprentissages mutuels… et de très beaux souvenirs.

Plus d’informations dans l’article « Tourisme expérientiel : 3 jours chez une famille péruvienne ».

La maman de Cristian, une belle rencontre

Nos bonnes adresses à Huaraz

À Huaraz, il fait bon se poser quelques jours pour se promener, s’habituer à l’altitude, chercher une agence pour un trek, se reposer, bien manger… et bien boire ! Voici quelques bonnes adresses que nous avons récoltées sur place.

Restaurant – Bar : Le Trivio

Ce restaurant est situé sur une petite place tranquille, entouré d’autres restaurants… mais aucun ne nous a autant plu que le Trivio, sur tous les tableaux : accueil, cadre, musique, qualité de la nourriture… et surtout des bières !

Le premier jour, nous avons gouté leurs frittes et une de leur bière (à 10°), et François s’est directement dit : « il y a quelque chose de pas normal ici : cela ressemble à la Belgique » (et pourtant, en tant que Belge, trouvé de bonnes frittes et de bonnes bières, c’est extrêmement difficile !). Et pour cause : les deux gérants de ce restaurant sont également propriétaires de la bière « Sierra Andina ». L’un d’eux est américain, l’autre… belge. Évidemment !

La Sierra Andina reste pour le moment la meilleure série de bière latino-américaine qu’a goutée François, et une des meilleures hors de la Belgique de façon générale. Bref : à gouter ! On vous conseille tout spécialement la Pachachutec.

La gamme des Sierra Andina… presque au complet !

Le restaurant propose également un menu du jour à midi à un prix intéressant et, quelques soirs par semaine, une projection d’un film dans une petite salle « cinéma » artisanale.

Trivio

Adresse : Parque Periodista : une petite place tranquille qui donne sur la rue principale. Horaire : tous les jours sauf le lundi, de 12 h à 23 h

Hôtel : El Jacal

Cet hôtel, situé à 4 pâtés de maisons de la Plaza de Armas, propose des prix dans la tranche haute de la moyenne (aux alentours des 80 soles la nuit), incluant le petit déjeuner ainsi qu’un accès à : un salon commun, à la salle à manger sur la terrasse du toit (avec une magnifique vue sur la ville et les montagnes environnantes) et à la cuisine.

Lors du choix de la chambre, mieux vaut se mettre du côté du bâtiment principal (sous la terrasse), et non dans l’extension en face, où il fait un petit peu froid (même en été… je n’ose pas imaginer l’hiver !).

Les gérants et le personnel sont très accueillants et au petit soin.

El Jacal

Site web : El Jacal Adresse : Jiron Jose de Sucre 1044, Huaraz

Agence de voyages : Andes Consultants

Nous sommes tombés sur la petite boutique de Michael totalement par hasard, et ne l’avons pas regretté. Il est l’un des rares Péruviens situés sur la rue principale à nous avoir paru digne de confiance : je vous le recommande les yeux fermés. Comme les agences européennes, il met la barre très haut niveau sécurité et qualité de ses tours… ce qui se ressent tout naturellement sur ses prix, qui ne seront pas les plus compétitifs de la ville. Mais le service est professionnel, impeccable et chaleureux.

Il propose des tours en VTT, mais aussi des treks, des excursions et de l’alpinisme.

Une petite croix sur la montagne
Andes Consultants

Adresse : depuis la Plaza de Armas, sur la rue principale (un renfoncement juste avant le parque Periodista).

Huaraz : un bon bain de montagne et de nature

Vous l’aurez compris, nous avons beaucoup aimé notre escapade à Huaraz, une parenthèse de nature en pleine montagne. Notre plus grand conseil : choisissez bien vos dates, d’une part pour la météo (préférer la saison sèche !) et d’autre part pour l’affluence touristique.

Et vous, avez-vous déjà été à Huaraz ? Des impressions ou conseils à partager ?

, , ,

Commentaires

  1. Salut à vous ;),

    Pour moi Huaraz restera un de mes endroits préféré du Pérou… J’ai trouvé la ville très sympa (contrairement à ce que j’en avait lu sur le net) et les possibilités de rando sont juste infinies ;)… J’ai déjà d’ailleurs le projet de revenir dans le coin avec mon père qui rêve de faire un trek de 10+ jours dans cette région.
    Pour choisir une agence pour un trek, c’est pas évident je trouve (ils s’en mettent plein les poches et ne donnent rien aux guides)… je pense que la prochaine fois je vais essayer de trouver directement un guide sans passer par une agence. Mais sinon je dirais que le mieux c’est encore de prendre l’offre la moins chère et de donner des tips conséquents aux guides et porteurs…
    Sinon dommage pour la laguna 69 (et merci pour la mention)… j’en garde un sacré souvenir! Jamais vu un bleu pareil ;).

    Bonnes fêtes de fin d’année à vous

    • Salut Benoit, merci pour ton commentaire … et avec plaisir pour la mention 😉

      Oui, votre expérience à la laguna 69 fait envie … mais nous n’avons « pas tout à fait » eu la même météo ! Cette année, la saison des pluies à pris de l’avance avec la venue du phénomène « El Niño ». Pas de chance : on sera « obligés » d’y retourner ! 😉

      Comme toi, j’avais lu des retours très négatifs sur la ville, je m’attendais à quelque chose d’assez moche, sans âme … Et finalement, bonne surprise : ça nous a plu !

      Je comprends ton point de vue pour choisir les agences « la moins chère et compenser par des pourboires » : c’est une idée qui se vaut. Je trouve cela très correct de votre part de veiller à ce que le personnel soit payé correctement (ce qui, effectivement, est loin d’être toujours le cas). Mais je pense que ce n’est pas le seul problème des agences bon marché. Comme vous l’avez relaté dans votre expérience, le matériel fourni n’est pas toujours adéquat (en qualité et en quantité suffisante) ; et la sécurité (pour les expéditions plus « à risque », comme les sommets) n’est pas toujours bien respectée. De la même manière, ils vont encaisser ton argent pour un tour qui ne pourra de toute manière pas se faire (ou pas dans de bonnes conditions), car l’argent d’abord, le reste on verra …
      C’est pour cela que je conseille de passer par des agences de confiance (si c’est possible) : sécurité, bon matériel, bon encadrement, bonnes conditions de travail … Mais moins bon prix ! Tout a un coût 😉

      J’ai vu les images de votre dernier trek : ça avait l’air aussi nuageux et pluvieux que Huaraz lorsque nous y étions 😉
      Bonne continuation à vous !

    • Salut Benoit,
      Je suis quand même très surprise par tes commentaires sur les agences de Huaraz (je tiens moi-même une agence donc je sais de quoi je parle) et penser que les agences « s’en mettent plein les poches et ne donnent rien aux guides » est vraiment une vision très limitée des problèmes qui existent dans le tourisme a Huaraz. Certes il y a des agences qui tombent dans cette catégorie, mais en fait le plus gros problème c’est que les agences bon marché demandent des prix tellement bas qu’au final plus personne ne s’y retrouve, que ce soit l’agence, le guide, le cuisinier ou le muletier. Ceux qui s’en mettent plein les poches sans rien faire c’est plutôt les intermédiaires (hôtels, captadores, agences intermédiaires, etc.). Et puis penser qu’en donnant un bon pourboire au personnel cela résout les problèmes est très naïf. Le salaire du personnel n’est qu’une partie du problème, il ne faut pas oublier le surchargement systématique des ânes (qui mène a l’épuisement de l’animal et même la mort), le disinteret pour l’environnement (tous les déchets sont laissés en montagne), le manque d’hygiène et une qualité de nourriture vraiment déplorable qui mènent a de nombreux clients a tomber malade, le matériel de très mauvaise qualité ou carrément manquant (ce n’est pas rare avec les agences bon marché qu’il manque tentes, sacs de couchage, tapis de sol, ou même réchaud), harcèlement sexuel (on entend peu parler de ce genre de problème sur internet, mais c’est un problème bien reel), sans oublier les conditions de travail déplorables (personnel pas paye a temps, parfois pas pendant des mois, abus de tous genres) et un personnel non qualifie (aucune prise en charge en cas de problème, du a un manque de capacité ou d’intérêt), enfin la liste est très longue et cette variété de problèmes ne peut d’aucune manière être résolue en simplement donnant des pourboires (ce que beaucoup de voyageurs prétendent faire pour justifier avoir achète un trek de 4 jours en haute montagne a 300 soles, mais en fin de compte peu sont ceux qui laissent vraiment des pourboires significatifs, cela parait dans beaucoup de cas être une seule excuse). Donc l’important est de louer les services d’une agence responsable, et a Huaraz il y en a quelques-unes (et elles sont toutes bien recommandées sur internet et dans les guides de voyage, donc c’est loin d’être difficile de savoir qui elles sont). Bien sûr les agences responsables sont incapables de vendre des treks de 4 jours a 300 soles, donc il faudra payer plus, ce qui semble être le plus grand problème des voyageurs qui cherchent trop souvent les prix les plus bas au détriment du tourisme local, car donner son argent a une agence pas responsable c’est participer a renforcer le tourisme de bas niveau, qui est si néfaste a tous les points de vue. Une agence responsable a beau pratiquer des prix plus élevés, en fin de compte leur bénéfice est souvent bien moindre que celui des agences bon marché (qui n’ont aucun nombre limite de participants pour leurs treks).

      • Bonjour Marie, merci pour votre commentaire et votre partage d’expérience.
        Votre éclairage sur la question, avec votre regard de professionnelle du tourisme à Huaraz, est vraiment intéressant.

        J’espère que cela permettra d’ouvrir la réflexion sur le tourisme responsable (et la responsabilité du touriste) et de sortir des considérations habituelles (souvent le prix uniquement) dans le choix d’un tour et d’une agence.

  2. Ah, Huaraz… Ce fut l’un de nos tout premiers arrêts lors du TDM n°1, et nous avions nous aussi été très emballés par cette ville. En terme de randos nous avions tenté la laguna 69, mais avec le recul nous n’étions pas assez bien acclimatés. Ceci associé à une météo plus que moyenne, nous avait finalement fait rebrousser chemin avant d’atteindre la laguna… Je me souviens tout de même de la beauté de la nature au début de la rando.
    Huaraz est aussi inoubliable pour moi car ce fut le lieu de ma première (et dernière) tourista d’Amérique du Sud… Dans le bus de nuit qui repartait pour Lima. Inoubliable, je te dis 😉
    Enfin, les paysages nous avaient tellement plu que maintenant que nous commençons à préparer un deuxième voyage au long cours, on se dit qu’on repasserait bien par là… En tout cas merci pour ton article et pour toutes les bonnes adresses que tu partages !
    Bises et bonne poursuite de voyage.

    • Merci Aurélie pour ton commentaire 🙂

      Comme tu le rappelles, l’acclimatation est indispensable pour pouvoir profiter des treks et que cela reste un plaisir !
      Une tourista dans le bus, sans doute un des pires souvenirs de voyageurs ! Jamais vécu personnellement … pour l’instant (et pourvu que ça dure !).

      Super votre projet de second voyage au long cours. C’est actuellement ce que nous sommes en train de faire : après un premier voyage, il y a 6 ans, nous revoici sur les routes pour plusieurs mois. Cela fait plaisir ! Même si on se rend vite compte que, peu importe finalement la durée prévue du voyage, ce ne sera jamais suffisant pour « tout voir » … Dommage, nous devrons revenir … encore une fois ! 😉

  3. Bonjour,

    Nous partons pour le Pérou-Bolivie du 20 février au 20 mars pour notre voyage de noces. On nous a très fortement conseillé d’aller à Huaraz et faire un trek… Y a-t-il des périodes où les treks ne sont pas organisés? Nous ne voulons pas arriver à Huaraz et entendre que ce n’est pas la bonne saison.

    Nous atterrissons à Lima le 21 février, 2 petits jours à Lima pour se relaxer, se remettre du voyage puis direction Huaraz où nous voulons y rester une semaine. Je pense que seul le trek de Santa Cruz sera possible. En plus mon épouse est encore en revalidation après une entorse. L’agence que tu conseilles à l’air vraiment bien, sais-tu si c’est faisable de faire une demi-journée d’escalade pure avec cette agence? Nous ne parlons pas espagnol (ma femme comprend mais ne parle pas). Par contre, niveau anglais est plutôt ok donc j’espère que ça ira!

    Merci pour l’adresse du bar aux multiples bières, on est des grands amateurs 🙂
    Voilà quelques questions histoire de bien préparer notre voyage, merci d’avance de ta réponse!

    • Bonjour Xavier, merci pour ton message.
      Quel beau voyage vous préparez pour votre lune de miel : génial !

      D’après les guides avec lesquels nous avons parlé, la meilleure saison pour aller à Huaraz est à partir de mai jusque mi-août (sachant que juillet est le grand mois d’affluence touristique).
      Après, cela ne veut pas dire que c’est impossible d’y aller en dehors de cette saison, mais ce n’est pas idéal niveau météo. Surtout que cette année, il y a le phénomène El Niño… et cela influence beaucoup les précipitations.

      Je pense qu’il est possible de trouver des agences emmenant faire des treks toute l’année (mais comme je le disais dans l’article, toutes n’ont pas le même niveau de professionnalisme).
      Le trek de Santa Cruz est pratiquement le seul qui est proposé hors saison touristique, car pour les autres treks (de plusieurs jours), il est difficile de réunir un nombre suffisant de personnes pour monter un groupe. Ce trek, bien que je ne l’ai pas fait (donc je ne peux pas témoigner de mon expérience) n’est pas réputé pour être difficile.

      Je vous conseille, avant de vous lancer directement dans le trek de Santa Cruz, de prendre le temps de vous acclimater à l’altitude (les sensations sont différentes de la montagne en Europe), et de faire, à l’essai, des treks à la journée.

      Pour ce qui est de ta question sur l’agence que je recommande, n’hésite pas à les contacter en direct. Ils sont très sympas et professionnels, et ont l’habitude de travailler avec l’Europe (particulièrement l’Italie à ce que j’ai compris) et doivent donc être capables d’échanger en anglais également.

      Bons préparatifs, bon voyage… et félicitations ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.