On lit de plus en plus souvent des témoignages de voyageurs qui ont tout plaqué pour partir à l’autre bout du monde, voyager pour une longue période, voire à vie, ou encore s’installer à l’étranger pour mener la vie idéale. Cela vous fait rêver ? Ce type de vie et de changement radical peut correspondre à certaines personnes, mais pas toutes ni à tous les moments de notre vie. Voyager rend heureux, on le sait, mais… et si, même en restant chez soi, on pouvait être heureux ?

L’idée de changer de vie était, d’une certaine manière, une maladie du monde moderne. (François Lelord)

Peut-on être heureux même quand on ne voyage pas ?

On nous parle sans cesse des mérites du voyage. Et c’est normal : il y en a tant, et ils sont si puissants. Hé oui, ce n’est pas un mythe : le voyage rend heureux ! Et le retour de voyage est souvent synonyme de déprime

Je ne vais pas tout détailler à nouveau ici, mais le voyage peut être une magnifique voie pour progresser au niveau de son développement personnel, voire même être un thérapeute, que ce soit pour soi ou pour son couple. Voyager fait grandir… plus vite !

Plus vite ?

Un petit bout de phrase qu’on oublie souvent : car, oui, voyager fait grandir… mais rester chez soi n’est pas forcément synonyme de stagnation ou de régression. On peut aussi grandir, même chez soi : bonne nouvelle !

Et quitte à grandir, pourrait-on aussi essayer d’être heureux ?

C’est où le bonheur ?

C’est où le bonheur ? Loin, loin là-bas tout au bout du monde ? Sur le continent d’en face ? Dans le jardin du voisin ?

Et si le secret du bonheur, ce n’était pas d’aller le chercher ailleurs, mais bien en soi-même. De trouver cette petite graine qui ne demande qu’à germer, fleurir, grandir et s’épanouir à l’intérieur de nous.

Mais, si cette graine de bonheur est en nous, comment expliquer que le voyage nous aide tellement à la développer ? Pourquoi le voyage est-il considéré par beaucoup de voyageurs comme un chemin vers le bonheur ?

Plusieurs raisons se cachent derrière cet ailleurs et ce mouvement du voyage. Si vous avez loupé l’article où je vous explique tout cela, ou que vous souhaitez une petite piqure de rappel, c’est par ici : Pourquoi le voyage nous rend heureux ?

La vie, c’est ce qui vous arrive pendant que vous êtes en train de faire d’autres projets. (John Lennon)

voyage, voyageur, dépression, déprime, retour
Voyageuse (© Alexander Shustov)

Cultiver le bonheur

Beaucoup de philosophes et psychologues l’affirment : le bonheur est en nous ! Pour certains c’est un état d’esprit. Pour d’autres un choix de vie, comme des lunettes que l’on se mettrait pour voir la vie en rose. Ou encore un muscle à travailler, une compétence à cultiver…

Et ce qu’il y a de positif à toutes ces approches : c’est que l’on peut être l’artisan de son propre bonheur ! Récemment, j’ai découvert cette conférence TED (vous savez à quel point j’en raffole, je vous en ai déjà présenté quelques-unes, comme ici ou )… sur l’Indice de Planète Heureuse (IPH) !

L’idée derrière cet IPH ? Que notre bonheur n’est pas incompatible avec celui de la planète, comme cela semble être le cas aujourd’hui. Au contraire même ! Pour une planète heureuse, il nous faut d’une part des peuples heureux et, d’autre part, une empreinte écologique faible.

Pour appuyer sa théorie, Nic Marks nous partage le résultat de plusieurs grandes études sur le bonheur. Toutes convergent autour de l’idée que la possession et le confort matériel, au-delà d’un certain point, ne font pas le bonheur, voire sont contreproductifs.

La bonne nouvelle, c’est qu’il nous partage 5 gestes très simples qui ont une incidence majeure sur notre niveau de bonheur… et qui ne nous coutent rien et peuvent s’appliquer où que l’on soit !

Mais avant de vous en dire plus, voici la vidéo de cette belle conférence. N’hésitez pas à la regarder dans son intégralité : il y a quelques graphiques qui valent le détour. Et personnellement, le pays qui obtient le plus haut score IPH est un pays qu’il me tarde de découvrir !

5 gestes simples pour être heureux

Parce que je trouvais ce passage si important tout en étant si simple et à la portée de tous, je souhaitais poser ici noir sur blanc le résultat de cette étude « Foresight Program » (programme de prévoyance) réalisée pour l’Agence Gouvernementale des Sciences du Royaume-Uni.

Alors, quelles sont ces 5 choses que vous devriez faire tous les jours, en voyage comme chez soi, pour être plus heureux ?

Se connecter

Nous ne parlons pas ici de connexion virtuelle, à grand renfort de réseaux sociaux, mais de connexion humaine. Se sentir relié à ceux qu’on aime est le plus grand indicateur de bonheur !

Les résultats de nombreuses autres études, comme celle qui s’est penchée sur la notion de Bonheur National Brut, vont dans le même sens : ce n’est pas le lieu où nous vivons, notre âge, notre sexe, notre apparence physique, nos revenus ou notre santé qui déterminent le plus notre niveau de bonheur, mais bien nos amitiés profondes et nos relations à long terme.

D’autres études vont dans le même sens en démontrant que notre capacité d’empathie, et donc de lien aux autres, est l’un des facteurs prédominant d’une part pour notre bonheur, mais également pour notre succès, qu’il soit professionnel ou personnel. Comme le démontre ce chercheur en psychologie positive. Et l’empathie a également une très grande incidence sur notre élasticité et plasticité cérébrale. Bref, pour rester jeune dans sa tête, soyons connectés !

Alors, n’oubliez pas de prendre des nouvelles de vos proches et de prévoir du temps de qualité avec vos êtres aimés. Les relations, cela se travaille au quotidien. Il faut les soigner, les entretenir et les faire grandir.

Être actif

Bouger, tout simplement ! C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles voyager nous rend si heureux… Mais il n’est pas nécessaire pour autant de partir loin ! Bouger, cela signifie mettre la musique chez soi et danser, sortir pour une belle promenade (et c’est encore mieux pour votre santé et votre humeur si c’est en pleine nature), faire du sport. Bref, faire vibrer votre corps ! Car nous ne sommes pas que matière grise : notre activité à un effet direct sur notre santé physique et mentale.

Faites l’expérience d’aller vous promener tous les jours, ne fut-ce que pendant 20 minutes, vous verrez rapidement l’impact sur votre état. Et vous deviendrez vite accro à cette nouvelle habitude de vie, d’autant plus si elle est partagée. Nous avons débuté ce rituel en couple très rapidement quand nous avons commencé à vivre ensemble, et l’avions délaissé depuis quelques mois (entre autres à cause de ma baisse d’énergie due à la mononucléose). Nous avons recommencé récemment nos balades quotidiennes et cela nous fait un bien fou à tous les deux !

Être attentif

Dans notre quotidien, nous avons tendance à être en pilote automatique. Nous avançons sur les rails de l’habitude et ne prêtons plus attention à ce qui nous entoure. En partie par lassitude, mais aussi par souci d’efficacité : nous redistribuons notre énergie sur ce que nous pensons important. Par exemple, en pensant aux objectifs de la journée le matin en déjeunant ou en avançant sur le chemin du travail.

Peu à peu, nous usons notre capacité d’émerveillement. Faites l’expérience de faire un trajet que vous empruntez tous les jours, mais cette fois accompagné d’un jeune enfant, et vous verrez tout ce que vous perdez ! Il y a de bonnes chances pour que votre trajet vous prenne trois fois plus de temps, mais également pour que vous notiez mille-et-un détails qui vous avaient échappé jusque là. La forme étrange d’un nuage, un escargot qui laisse sa trace sur le trottoir, un oiseau caché dans un arbre, l’odeur de la boulangerie d’à côté, le premier bourgeon de fleur, la couleur étrange de la façade d’une maison, l’allure bizarre d’un buisson…

Être attentif, cela peut se traduire par être conscient de ce que l’on vit, à l’intérieur de soi (émotions), de ce que l’on ressent à travers son corps (sensations) et de ce qui nous entoure dans le monde extérieur (perceptions). Certains appellent cela « pleine conscience ».

Continuer à apprendre

Être actif physiquement et maintenir sa capacité d’émerveillement, c’est bien. Mais c’est encore mieux quand on y ajoute la curiosité ! Continuer à apprendre, cela ne veut pas nécessairement dire reprendre des cours de façon formelle, avec un manuel et un professeur. Cela peut se jouer de plein de façons différentes dans le quotidien. Tester une nouvelle recette de cuisine, reprendre un instrument de musique qu’on avait appris pendant notre enfance, s’essayer à une nouvelle activité (qu’elle soit sportive, créative…), regarder un documentaire, lire…

Cela peut même être, tout simplement, via le détour d’une conversation : tout le monde possède des compétences et des connaissances différentes. Et certaines, selon le domaine, seront inférieures ou supérieures aux vôtres. Une discussion peut ainsi être une occasion d’en apprendre plus sur un sujet ou de partager vos connaissances avec votre interlocuteur. L’occasion de faire d’une pierre, deux coups : en jouant à la fois sur le premier geste pour être plus heureux (se connecter) et le quatrième !

Donner

Pourquoi donner nous rend-il plus heureux ? Pour certain, cela peut paraitre une évidence, pour d’autre un paradoxe voire un non-sens. Mais cultiver l’altruisme, l’empathie et la compassion a un effet bénéfique direct sur notre bonheur. En agissant en accord avec nos valeurs et notre code moral, en faisant une bonne action, nous sommes biologiquement encouragés via un mécanisme de récompense de notre cerveau.

Finalement, penser aux autres, c’est un peu être égoïste, puisque cela nous fait du bien à nous aussi ! Et puis, il n’est pas difficile de voir le lien entre la générosité et le fait de se sentir davantage connecté aux autres… ce qui renforce le premier point de la liste : la boucle est bouclée !

Et s’il ne fallait pas tout changer pour être heureux ?

Parfois, on s’imagine que la seule solution pour être heureux, c’est sortir d’une vie qui ne nous plait pas. Tout plaquer, partir, recommencer à zéro, faire table rase… Cela peut faire rêver certains, en effrayer d’autres. Et puis, une fois de retour de son grand voyage, on retombe parfois dans un environnement que l’on espérait quitter sans avoir opéré de réels changements de vie.

Si c’est parfois une bonne idée d’opérer des changements radicaux, et si on commençait par appliquer de petits gestes ?

Souvent, tout changer n’est pas nécessaire pour augmenter son bienêtre et son niveau de bonheur. Une prise de consciente suivie de quelques adaptations et actions concrètes est une belle façon de prendre sa vie et son bonheur en main.

Bref, que vous vous sentiez heureux, très heureux, pas assez heureux ou carrément malheureux… : et si vous décidiez d’appliquer ces 5 gestes dans votre quotidien ?
N’hésitez pas à me partager votre retour d’expérience, je suis très curieuse de vous lire !

Et si le sujet vous intéresse, dites-le-moi ! J’ai encore plein d’idées sur le bonheur, tant en voyage qu’à la maison, à vous partager.

Allemagne, Sarre, Saarland, EnjoyGermanNature, nature
Regarder danser le soleil
Si cet article fait écho chez vous à des envies ou des difficultés personnelles, n’hésitez pas à me contacter pour une demande de coaching. Psychologue de formation et coach de vie, je propose d’accompagner les (futurs) voyageurs pour un bout de cheminement personnel, à travers un coaching personnalisé selon vos envies, besoins et objectifs.

10 commentaires

  1. Bonjour,

    Amandine et François,

    C’est où ?
    C’est où LE BONHEUR ?

    Voilà un article qui me rend encore plus Heureux 🙂
    Oui, le Bonheur se cultive,
    La Vie est Un Fait Unique !
    Soyons Heureux d’ouvrir les yeux,
    De Nous réveiller,
    Chaque matin
    Comme le jardinier qui arrose tous les jours ses salades,
    Avec Amour.

    Le Bonheur, comme l’eau, est incolore, inodore, impalpable,
    vous glisse entre les doigts,
    Ne s’achète pas,
    Mais ne dirais pas qu’Il est sans saveur,
    Boire dans ses mains à la Source,
    Voilà, un moment de Bonheur
    Pour ceux, qui le conçoivent pour le ressentir !

    Voyager, ne pas Voyager…….qu’est-ce que cela change réellement ?
    Le Bonheur et Un état d’être,
    Un état d’esprit,
    Tout simplement « Un Art »,
    Je suis Heureux de répondre à cet article,
    Pour tous ceux qui ne Voyagent pas,
    Qui en n’ont pas la chance où les possibilités,
    Mais avant Tout,
    La Vie est Un Grand Voyage 🙂

    La principale des choses,
    Est de se sentir, Bien !
    En harmonie avec Soi, son Corps, Sa tête,
    Ne pas trop se faire attaquer de l’extérieur
    Être et toujours rester Soi !
    Ne dit-On pas,
    Que La Santé est La plus grande des Fortunes ?
    Un équilibre qui ne s’invente pas,
    Il existe depuis toujours !
    Mais avant tout Une prise de Conscience

    Bonne continuation et Bonne journée à Tous 🙂

    Répondre
    • Merci beaucoup Gérard pour ce commentaire 🙂
      C’est où le bonheur : une grande question… et autant de réponses qu’il y a d’individus sur Terre ! Sans doute la plus grande et la plus belle des quêtes…

      Répondre
  2. Magnifique article et je trouve ces 5 conseils très vrais !! Il ne faut pas attendre que le bonheur vienne à soi, il faut le créer dans chaque petite occasion 🙂

    Répondre
    • Merci beaucoup Marie ! Ravie que l’article et ces 5 bonnes attitudes te parlent 🙂 (y)

      Répondre
  3. Je l’ai toujours dit : le jour où on retour de voyage m’a rendue triste, j’ai choisi de ne pas repartir avant d’avoir trouvé le bonheur ici et maintenant, afin qu’il me suive autant dans mes périodes de sédentarité que dans mes voyages, qu’il ne soit pas quelque chose qui se trouve dans le voyage (ni dans le matériel, dans l’argent, etc.)… qu’il soit, au final, quelque chose d’intégré, de permanent, indépendamment du lieu où je me trouve.

    Il a fallu, pour ça, m’écouter. Identifier mes besoins profonds, mes envies, mes valeurs et mes goûts. Puis, adapter ma vie à ces valeurs, ces besoins. J’ai appris à créer mon propre bonheur et j’ai surtout appris à être heureuse de l’intérieur.

    Il est où le bonheur? Il est à l’intérieur, il est dans mes enfants, il est dans mon travail, il est dans ma tête et dans mon coeur, à l’autre bout du monde comme dans mon lit, il est chez les amis, dans mon autonomie, dans mon entourage dans mes aventures, dans mon quotidien, dans le changement, dans l’habitude, dans mes passions…

    Le voyage, ça rend de bonne humeur, ça excite, ça émoustille, ça motive, ça rallume des flammes, ça créé des idées, ça embellit, ça transforme… mais ça ne REND pas heureux (cette idée est bien personnelle, je sais). On est heureux, puis le voyage (ou autre chose) est un bonus à ce bonheur).

    Je quitte, j’ai une vidéo à écouter (j’avoue, je lis toujours au complet avant d’écouter les trucs médias…)

    😘

    Répondre
    • Coucou Bianca, merci pour ton commentaire et ton retour d’expérience. Je trouve ça très courageux et très honnête avec soi-même ce que tu as fait : cette prise de conscience et cette recherche d’un équilibre de vie épanouissant dans ta vie sédentaire. Ainsi, le voyage n’est pas une fuite, mais une sorte de cerise sur le gâteau 🙂

      Personnellement, je pense que voyager rend heureux (comme je l’explique dans cet autre article).
      Je pense que ces caractéristiques qui aident à accéder au bonheur en voyage (marcher et bouger davantage, sourire davantage, s’ouvrir aux autres, se reconnecter à soi et à la nature…) permettent à beaucoup de personnes une « première introduction » au bonheur. La leçon n°1. Une fois ces bonnes attitudes du voyage pratiquées à l’autre bout du monde, il convient de prendre conscience, réaliser quelles sont ces attitudes précises qui nous rendent heureux, afin de pouvoir les appliquer dans son quotidien, au retour de voyage.

      J’espère que la vidéo t’aura plu 😉

      Répondre
  4. Coucou Amandine,
    Tout à fait dans ce thème, je te conseille la lecture de  » comme une feuille de thé à Shikoku » de M-E Laval.
    Merci pour ce bel article,

    Répondre
    • Merci Julie pour ton message et pour le conseil de lecture.
      J’ai déjà lu M-E Laval dans l’un ou l’autre collectif de voyageurs (j’en parle dans cet article), et c’est grâce à elle que j’ai découvert le pèlerinage de Shikoku (ile que j’ai adoré découvrir lors de notre 1er voyage au Japon)… et qui me fait rêver depuis !
      Je vais de ce pas essayer de me procurer ce livre ! 🙂

      Répondre
  5. Et de toute façon, le voyage ne fait pas tout ! On peut aussi être malheureux en voyageant. D’où l’importance de savoir apprécier les « connexions » avec les autres, se bouger, continuer d’apprendre et se satisfaire des moments simples… comme tu en parles dans ton article. Cette philosophie est valable partout : chez soi comme en voyage.

    Répondre
    • Merci Leslie pour ton message. Non, voyager ne fait pas tout. Pour beaucoup, cela permet de se connecter à soi, aux autres, à de bonnes habitudes de vie… Mais ce n’est pas une recette miracle ; et son absence ne devrait pas être un obstacle à notre bonheur au quotidien ! 🙂 Ravie que le message de cet article te parle.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest