Un sac sur le dos
Amandine
Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


Vivre la plus grande fête du Sri Lanka ? Et avoir la chance d’apercevoir une authentique dent de Bouddha ? Nous ne pouvions pas passer à côté de cela !

Cap sur la ville de Kandy pour la fête d’Esala Perahera.

Faire la fête au Sri Lanka

Nous n’aimons pas tellement les foules : nous retrouver perdus dans des marées humaines n’est pas exactement notre tasse de thé. Mais lorsque nous avons choisi de partir au Sri Lanka, nous avons découvert que nos dates coïncidaient avec l’une des plus grandes fêtes de l’île… et nous avons sciemment décidé de nous y rendre !

Esala Perahera au Sri Lanka, c’est un peu comme le carnaval à Rio : tellement ancré dans la culture locale que ne pas y assister ferait perdre un pan entier du pays.

Avec la fête du Nouvel An cinghalais (en avril), Esala Perahera est la plus grande célébration de l’île, attirant un grand nombre de la population aux villes stratégiques : Kandy (dans les montagnes du centre) et Kataragama (sur la côte sud-est).

Faire la fête au Sri Lanka et admirer les éléphants costumés !

Au pays de Kandy…

Située au cœur du Sri Lanka, cette ville a une importance toute particulière pour les Cinghalais, certains la considérant encore comme la capitale (car elle fut le cœur du dernier royaume cinghalais). Elle est considérée comme la capitale religieuse de l’île.

Ces dernières années, l’évolution de Kandy semble avoir suivi une courbe exponentielle. Le havre de paix s’est considérablement modernisé, avec tout le bruit et la pollution que cela implique.

Et à la période d’Esala Perahera, le nombre de personnes présentes semble se multiplier sans fin, et avec lui le nombre de tuk-tuk et le bruit environnant.

Esala Perahera

Cette grande fête bouddhiste, organisée entre fin juillet et début août, célèbre l’anniversaire du premier sermon de Bouddha. Le cœur de cette fête dure une dizaine de jours et s’organise autour de longues processions (« perahera » signifiant « procession » en cinghalais).

Depuis des siècles, les cérémonies de ces processions se déroulent toujours de la même façon et en faire partie est un grand honneur. Les générations se succèdent et se rencontrent dans ces cérémonies, les plus jeunes participant aux côtés de leurs aînés afin d’assurer la pérennité de la tradition.

Enfants danseurs d’Esala Perahera

L’histoire d’Esala Perahera

Historiquement, le rituel d’Esala Perahera était un message adressé aux dieux, leur demandant de faire tomber la pluie.

De nos jours, on considère que l’Esala Perahera moderne est la fusion de deux « peraheras » différentes : l‘Esala et la Dalada, la seconde ayant débutée à l’arrivée de la Dent au Sri Lanka.

L’Esala Perahera moderne est rattachée au roi de Kandy Kirthi Sri Rajasinghe (XVIIe siècle), qui considérait la dent comme sa propriété privée et acceptait de la faire défiler à l’occasion de la Perahera afin que le peuple puisse la voir et la vénérer une fois par an.

4 étapes d’Esala Perahera

Esala Perahera se compose de quatre grandes étapes.

  1. Kapsituvima

    Quatre jours avant le début des festivités, un fruit de jacquier béni est planté dans l’enceinte de chacun des quatre temples dédiés aux divinités protectrices de l’île. Lors de ces cérémonies, des offrandes sont également faites : des fleurs de neuf espèces et une lampe à huile avec neuf mèches, afin de s’attirer les bénédictions des divinités.

  2. Kumbal Perahera

    La fête commence réellement ! Pendant 5 jours, des processions partent des temples des divinités protectrices pour se rejoindre et former une grande procession jusqu’au Temple de la Dent.

    La châsse de la relique sacrée, substitut de la dent de Bouddha, est transportée par un grand éléphant mâle, le Maligawa.

  3. Randoli Perahera

    Cette phase de la fête tient son nom « randoli » des palanquins dans lesquels voyageaient les reines de Kandy.

    Durant 5 jours, le substitut de la relique de la Dent est transporté par le Maligawa en tête du cortège. La longue procession se compose de nombreux danseurs, jongleurs de feu, acrobates, porteurs de drapeaux, musiciens… et d’éléphants tout aussi costumés que les autres participants de la fête.

    Des milliers de Cinghalais se donnent rendez-vous à Kandy pour assister à ces deux parties centrales de la fête d’Esala Perahera, Kumbal Perahera et Randoli Perahera.

  4. Diya Kepeema

    Le dernier jour qui clôture cette grande célébration se déroule en plein jour (pour changer des processions de nuit) le jour de la pleine lune, le cœur de la fête se déroulant sur les rives du Mahaweli Ganga, à Getambe.

Substitut de la Dent de Bouddha

Admirer les processions de la dent de Bouddha

Nous arrivons pleins d’enthousiasme à Kandy le tout premier jour des festivités, ravis d’assister au début de cette grande tradition festive.

En pratique : assister à l’Esala Perahera

Pour ceux qui cherchent un moyen sûr et « confortable » d’assister à la procession, des restaurants, hôtels et commerçants louent des sièges numérotés avec vue sur les rues où passe le cortège. La plupart des « loueurs de sièges » demandent à ce qu’on soit assis à nos places dès 17 h 30.

Pour les plus débrouillards qui n’ont pas peur des bains de foule : pas besoin de payer pour réserver une place. Il vous suffit d’arriver suffisamment tôt (et/ou d’avoir de la chance !) et de vous assoir sur le trottoir quelques heures avant le commencement.
J’ai rencontré certains touristes qui ont été invités par des Cinghalais à s’assoir près d’eux, heureux de partager ce moment festif avec un étranger qui, en retour, a offert aux enfants l’une ou l’autre babiole proposée par les vendeurs ambulants qui pullulent avant la procession.

Sièges aménagés dans les commerces pour
 Conseils pratiques :

Prévoyez de l’eau avec vous ; pas forcément de quoi manger, les vendeurs ambulants passant jusqu’au dernier moment avant le début des processions.

Prévoyez aussi de quoi vous protéger de la pluie (au cas où), mais pas du froid : entre la chaleur moite ambiante, la densité de la foule et les torches en flamme, il fait suffisamment chaud !

Prévoyez aussi d’avoir votre batterie chargée à bloc pour faire vos photos ; évitez d’utiliser le flash : à cette distance, cela ne sert à rien et embête tous les autres spectateurs ! 

Kandy et Esala Perahera : une aventure à vivre !

Kandy est une ville immanquable du Sri Lanka, qui possède son charme et ses mauvais côtés… Il nous a fallu quelques jours pour nous sentir à l’aise dans cette ville pleine de vie, que finalement nous n’aurons jamais vue en dehors des festivités d’Esala Perahera.

Une chose est sûre, le spectacle des processions d’Esala Perahera restera parmi nos meilleurs souvenirs du Sri Lanka !

Torche enflammée d’Esala Perahera

Et vous, avez-vous déjà voyagé à Kandy et assisté à l’Esala Perahera ? Des anecdotes ou conseils à partager ?

, , , , , ,

Commentaires

  1. Hello ! Après avoir lu ce post, je crois que Kandy sera l’une des plus belles étapes de notre voyage 🙂 On part dans 8 jours et on a vraiment hâte de vivre l’Esala Perahera au milieu des locaux. Merci pour les belles photos et les conseils pratiques 😉

    • Merci Sabrina pour ton message. Ravie que l’article te plaise; je transmets les compliments pour les photos à François, ça lui fait toujours très plaisir !

      J’ai encore beaucoup d’articles à publier sur notre voyage au Sri Lanka, mais nous en avons déjà publiés quelques uns que tu peux retrouver via le menu supérieur du site :« Destination – Asie – Sri Lanka ».

      On vous souhaite un beau voyage et un beau spectacle avec l’Esala Perahera ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.