Si la vie était un film, je serais un figurant. Cette personne dont on ne parle jamais. La bonne amie de l’héroïne, celle à qui on confie tout, mais qui ne parle pas.

Celle qui est tellement discrète que sa présence, comme son absence, passe inaperçue. Celle qui cède toujours sa place et descend du trottoir pour laisser passer les autres. Celle qui n’est ni particulièrement jolie ni particulièrement brillante. Celle qui dit toujours oui, jamais non. Celle qui sourit discrètement en rasant les murs. Celle qui, plus que tout, rêve de devenir invisible…

Et qui l’est déjà sans le savoir.

En grandissant, je multipliais les échecs plus que les succès

Je n’ai jamais connu mes tables de multiplication. J’ai toujours eu une mauvaise orthographe. Ma mémoire n’enregistrait que les émotions. Je n’ai jamais accompli le moindre exploit scolaire ou sportif. Mon attitude studieuse, pour compenser mon manque de mémoire, me valait l’étiquette de l’intello de la classe. Je n’ai jamais fait preuve d’audace ni de bravoure.

Tu devrais t’affirmer davantage.

Sois spontanée.

Connaissez-vous le principe de l’injonction paradoxale ? « Sois naturelle ! » Comment réagir à cela ? Quoique l’on fasse, l’on ne peut satisfaire une demande pareille.

Pour quelqu’un qui manque de confiance en soi, lui demander de s’affirmer est un challenge plus intenable que celui de retenir son souffle.

Pourtant, l’on me l’a demandé toute ma vie.

Jusqu’à me reprocher de ne pas faire d’effort. Moi dont le but premier était de plaire aux autres et de les satisfaire, quel paradoxe. Quelle injustice !

Puis un jour, j’ai vu que tout le monde avait peur. Tous.

Du ridicule. De l’échec. De la mort.

Rapa Nui, île de Pâques, Chili
Tout le monde a peur… mais certains osent quitter leur grotte et affronter le vaste monde !

Tout le monde a peur

Mais nous ne vivons pas tous de la même façon avec nos peurs.

Certains les refoulent, les nient et les oublient. D’autres les exposent aux yeux de tous. Ne sachant comment gérer ces poids attachés à leur cheville.

Et d’autres encore les reconnaissent, les regardent bien en face et leur font une petite place à leur côté.

Tous ces échecs que je pensais cumuler, dont je pensais construire mon histoire… n’étaient qu’une partie de mon récit. À côté d’eux, d’autres pages attendaient de se noircir et certaines étaient déjà porteuses de petites pierres à la base de mon édifice personnel. Des repères pour grandir, des fiertés et moments de bonheur, j’en avais autant que les autres.

Juste, je ne les voyais pas.

Voyage, enfant, monde, terre
Du bonheur et de la réussite, autant que les autres !

Imposer un changement personnel n’a pas de sens

Dicter la conduite d’un autre revient à tenter de modeler sa personnalité. Un changement personnel ne peut qu’être volontaire et porté par personne qui désire changer.

Une fois que l’on a décidé de changer, vraiment décidé, plus rien ne peut nous arrêter.

Je me suis toujours vue comme un rôle secondaire, une figurante, sans pouvoir m’imaginer un jour être l’héroïne de ma propre vie. Et réaliser le schéma tout tracé devant moi ne m’intéressait pas. Cette histoire la ne me correspondait pas.

La seule histoire qui me corresponde est celle que j’écrirai par ma seule volonté.

Quel a été mon premier vrai choix ?

Le premier virage que j’ai négocié seule, pleinement consciente de n’écouter que ma pensée, et non celle (même intériorisée) de mes parents, amis, conjoint, professeurs… ?

Sans doute mon premier départ à l’étranger, pour un stage d’une demi-année au Canada. Je n’ai pas douté une seule seconde. Ni de son bien fondé ni de ma capacité à réaliser ce rêve.

J’ai planifié et agi pour arriver à mon but. Travaillant à côté de mes études les week-ends et pendant les congés. Ne partant pas en vacances, pour économiser et travailler. Recherchant les contacts pour planifier ce stage… Seule, j’ai mené ce projet à son terme.

Cela ne m’a pas semblé lourd ou difficile. C’était naturel. Pas un sacrifice. Un choix. Ma famille n’avait pas l’argent pour financer ce genre d’expérience. Je me suis débrouillée, parce que je le voulais.

C’est sans doute la première fois que je suis devenue l’héroïne de ma propre vie.

Chiens de traîneaux, québec, Canada, neige
Mon premier vrai choix : partir au Canada !

Depuis, je voyage

Depuis, je continue à faire mes choix.

Certains m’ont coûté cher. Certains ont été difficiles. Dilemmes ou évidences, tous m’ont fait avancer pour devenir la personne que je suis aujourd’hui. À présent, mon esprit est davantage rempli de projets que de regrets, d’espérances que de doutes.

Depuis, je voyage, je découvre le monde et je m’offre la possibilité de le faire.

« Tu as de la chance ! »

Non, ma seule chance est d’avoir pu ouvrir les yeux et comprendre que ma vie m’attendait.

Nous avons deux vies. La seconde commence lorsqu’on réalise qu’on n’en a qu’une. (Confucius)

Changer de rôle : du figurant au personnage principal de sa propre vie !

Me revient en tête une scène du film « L’amour de l’or », où Alfonz, un personnage secondaire dit :

« I am the lead character in my own story »

(Je suis le personnage principal de ma propre histoire)

Et c’est ainsi que nous devrions tous nous considérer. Pas des figurants d’un monde trop peuplé, mais le personnage principal d’une aventure dont nous sommes le héros.

Alors cet article s’adresse à tous ceux qui ne se croient pas assez fort. À tous ceux qui doutent d’eux. Qui pensent qu’il y aura toujours quelqu’un de plus talentueux, intelligent, beau, instruit, chanceux… Qui viendra leur prendre la place.

À nous d’être cette personne que nous rêvons d’être. À nous de nous donner notre chance…

À nous de devenir le héros de notre propre vie !

voyage, problème, couple
Vivre l’aventure de sa vie

50 commentaires

  1. Très touchant Amandine !

    Et tu sais que c’est un sujet qui m’interpelle beaucoup. Être le héros de sa vie, le personnage principal. Cette façon d’être ce qu’on veut être, de prendre confiance, d’aller là où on doit aller.

    Répondre
    • Merci Bianca ! Je suis d’abord étonnée de recevoir un commentaire aussi rapidement et à cette heure du jour (enfin, pour nous c’est le petit matin en Thaïlande ^^) 😉

      Et ensuite je suis très touchée par ton retour. C’est un article qui m’est venu d’une traite… Quand je l’ai relu ensuite, je me suis demandé si je devais le publier et le laisser tel quel, si personnel… Et j’ai répondu « oui » à ces deux questions, en me disant que si c’était si intime, c’est parce que c’était profondément sincère. Et que c’est sans doute la seule façon de parler de ce genre de sujet. Avec le coeur.

      Répondre
      • Tu as bien fait de le laisser tel quel: honnête et véridique.

        Eh bien, ici, c’était juste avant le dodo 😉

  2. Quelle justesse pour un sujet si personnel !
    On pense souvent être la/le seul(e) dans cette situation, mais ton article prouve qu’au contraire, c’est un sentiment partagé par plus de monde qu’il n’y parait. C’est juste trop difficile d’en parler (ou de l’avouer?).
    Il y a quand même un point que je vois différemment: décider de changer c’est bien, encore faut-il savoir comment s’y prendre. Et ça, c’est encore une autre histoire!
    En tout cas, ce premier rôle que tu t’es créé te va à merveille, continue de nous inspirer!

    Répondre
    • Merci Flo pour ton message. Ravie de te lire : c’est exactement ce que j’espérais à travers cet article (très) intime : montrer que nous ne sommes jamais les seuls à vivre et ressentir ce genre de malaises et émotions. Tout le monde doute. Tout le monde cherche sa voie. Un jour où l’autre on se retrouve tous confronté aux mêmes questions existentielles.

      Comment s’y prendre ? Quelle réponse donner à ses questions ? Comment dépasser les doutes ? Des questions auxquelles aucune réponse toute faite ne peut répondre ! (Mal?)Heureusement… A nous de construire notre chemin… Une belle liberté tout autant qu’une lourde responsabilité !

      Et le choix d’être le « héros » de sa vie n’est jamais fait une fois pour toutes : c’est une décision à refaire à chaque embranchement. Un défi quotidien ! Rien n’est jamais fait, ni dans un sens ni dans l’autre…

      Merci en tout cas pour tes quelques mots, ils m’ont donné une belle bouffée d’énergie 🙂

      Répondre
  3. c’est une jolie leçon de vie que tu nous partages là, comme quoi, tout est possible !

    Répondre
    • Merci Nathalie 🙂 Je ne sais pas si « tout » est possible, mais il faut parfois croire à l’improbable pour aller plus loin… Et s’écouter, quels que soient les raisons raisonnables qui sont contre nous, c’est déjà un premier pas pour créer son propre chemin !

      Répondre
  4. Super article =) !!
    J’ai continué de parcourir ton blog et j’aime vraiment les articles où tu exprimes un peu tes pensées. Et je suis entièrement d’accord avec toi, ce n’est pas une chance de partir, c’est la conséquence d’un choix qu’on a osé faire et des efforts qu’on fait ou qu’on a dû faire pour y parvenir! En tant que grande introvertie également, je pense que le voyage est une manière de se dépasser et de se prouver qu’on est capable de faire quelque chose d’atypique et courageux.
    Tu as vu tellement de beaux endroits, j’espère en voir autant =) et des endroits tout aussi marquants!!

    Répondre
    • Merci beaucoup Sophie pour ton message enthousiaste !
      Ravie que mes textes te plaisent. Ceux que je prends le plus de plaisir à écrire, ceux qui « coulent » le plus facilement, ce sont ces textes de réflexion autour du voyage et du développement personnel. Alors ça me fait d’autant plus plaisir de savoir que ce sont ceux que tu préfères 😉

      Si tu veux les retrouver facilement dans le foisonnement d’articles qu’il y a sur le blog, jette un oeil dans le menu supérieur, depuis l’onglet « Voyage et » : 2 catégories intéressantes :
      « Psychologie »
      « Réflexions »

      Je te souhaite de voir au moins autant de beaux endroits que nous, et de continuer à tracer ton chemin, où qu’il te mène sur notre petite planète ! 😉

      Répondre
  5. Woow J’adore comment ça t’est venu naturellement. J’adore le concept « Être le héros de sa vie ». C’est parce que j’ai vu ces mots que j’ai cliqué sur ton post. J’en parle moi même sur mon blog :).
    Pareil si je devais écrire le livre de ma vie je ne voudrais pas être un personnage secondaire. Non je ne voudrais pas seulement réagir aux circonstances de la vie. On peut prendre le contrôle de sa vie. Malheureusement peu de personnes le savent. On ne nous le dit pas. À nous de prendre conscience qu’on peut créer la vie qu’on veut et qui nous fasse vibrer. Il ne tient qu’a nous d’oser et de choisir la vie qu’on souhaite.
    Aujourd’hui, i’ai pris conscience et je le mets en application chaque jour. J’en ai même fait mon métier: life coach.

    Merci ce bel article, il m’est allé droit au coeur.

    Répondre
    • C’est tout à fait ça Anna, je vois que nous sommes sur la même longueur d’onde sur le sujet !
      L’on m’a souvent reproché, adolescente, de subir ma vie, de « surfer sur la vague » (ce n’était pas une expression branchée à ce moment-là !) et de ne pas prendre activement les commandes de mon destin. Je suis restée un moment bloquée par ce « diagnostic » sans savoir comment réagir. Et puis, un choix après l’autre, on remonte la pente et on commence à construire sa vie et à se faire confiance : « oui je peux le faire » !

      Si ce genre de sujets t’intéressent, la rubrique « Psychologie » du site devrait te plaire (psychologue de formation, j’aime lier ce domaine qui m’intéresse à ma passion du voyage).

      Répondre
  6. Bonjour Amandine,
    un article très intime délivrant les questions existentielles que chacun porte en soi.
    Le lien avec le voyage est évident dans ton parcours de vie, pour d’autres, ce sera d’autres choix.
    Le chemin est parfois long et mérite qu’on y revienne souvent comme tu le dis si bien. Prendre la responsabilité de sa vie et de ses choix n’est pas forcément simple pour tout un tas de raisons. Travailleur social, je l’observe bien souvent.
    Aller là où on doit aller comme le dit Bianca et pas là où on nous attend !

    Belle journée !

    Répondre
    • Merci Lili pour ton message. Oui, j’ai pris le pari d’un article « intime » suite à de nombreux messages reçus en privé de lecteurs anxieux/perdus… qui ne se sentaient pas capables de partir ou de poursuivre leur voyage.

      J’avais envie de montrer que personne, absolument personne, n’est un superhéros ou un grand-aventurier-sans-peur-et-sans-reproche ! Un pas après l’autre, on peut avancer, choisir son chemin. Cela demande du temps et cela demande aussi, et surtout, d’avoir le courage de faire ses propres choix et de prendre sa vie en main. Le lourd poids de la liberté !

      Au plaisir échanger encore avec toi dans de futurs commentaires 🙂

      Répondre
  7. J’ai adoré ton article, plein d’humilité et de sincérité. Bonne route !

    Répondre
    • Merci beaucoup Alice d’avoir pris le temps de me lire et de me laisser un message. Ravie que l’article t’ait touchée. 🙂

      Un exercice de se dévoiler ainsi dans un article si intime (je pense que c’est la première fois que j’écris de manière si personnelle), mais je pense que sur ce genre de sujet, les généralités ne servent à rien. Seuls le vécu et l’authenticité parlent.

      Répondre
  8. Très bel article, sincère et authentique ! Merci de nous faire partager ton histoire, tu as su mettre des mots sur ce que beaucoup, je pense, ressentent.

    Répondre
    • Merci Morgane ! Ton message me fait très plaisir, tu condenses les plus beaux compliments que je pourrais recevoir pour cet article. Très touchée 🙂

      Répondre
  9. Joli texte, jolies confidences. Que d’audace 🙂 Bravo !

    Répondre
    • Merci beaucoup Élodie ! De l’audace, sans doute une petite dose… Mais je dois avouer que j’étais loin d’être sûre de moi en publiant cet article. Allait-il intéresser ? Plaire ? Parler à d’autres ? Aucune idée… Mais après une bonne respiration, je me suis dis que moi il m’intéressait, et qu’un blog ne peut être qu’à l’image de la personne qui se trouve derrière. Clic, publié !
      Comme quoi, le blogging aide aussi à se fier à son propre jugement 😉

      Répondre
  10. Waou mais quel bel article !
    On sent qu’il est écrit avec beaucoup de sincérité. Je comprends tout à fait que c’est le genre d’article qu’on hésite à le publier tant ça paraît intime. Tu as eu raison d’avoir le courage de le publier, car tu as su trouver les mots justes et je ne peux m’empêcher de me reconnaître dans ton écrit. Sauf que pour ma part je n’ai pas encore su dépasser mes doutes.
    Belle journée

    Répondre
    • Merci pour ton message si spontané et enthousiaste Floriane : écrit avec la même volonté de sincérité que cet article 😉
      Et merci de me renforcer dans ce choix d’avoir publié un article aussi intime et personnel. Trouver les mots juste est un vrai apprentissage, une route où j’aime avancer depuis quelques années… et avoir ce genre de retour, comme le tien, me fais très plaisir et m’encourage à continuer à avancer ! 🙂

      Tu dis ne pas avoir encore su dépasser tes doutes. Je pense que ce genre de reconnaissance est la première étape pour continuer à avancer à créer ta voie, à faire tes propres choix. Un pas après l’autre, avec peut être de « mini objectifs » ou « mini choix » qui te permettraient de prendre confiance et de te conforter dans ta position de « décideuse » capable de créer la vie qu’elle mérite : la vie qu’elle souhaite. Je te le souhaite en tout cas 🙂

      Et si ce sujet (oser, se réaliser…) te parle, je pense que les articles de la catégorie « Psychologie », très orientés développement personnel et réalisation, devraient te plaire (enfin j’espère ! ^^).

      Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires 😉

      Répondre
  11. Amandine, merci pour ce texte, qu’il fallait penser, et oser écrire ! Je suis tellement d’accord avec toi !
    Il faut VIVRE sa vie, pas la subir… et se donner les moyens d’accomplir ses rêves !

    Répondre
    • Merci Alexandra pour ton commentaire. Vivre et non subir sa vie : un défi quotidien, mais qui en vaut la peine ! 😉

      Répondre
  12. Amandine… tu es une des rares blogueur/ses voyage que je lis (les voyages, pour moi c’est comme les livres, je préfère les vivre en vrai que lire à leur sujet ^^) et je suis toujours transportée ! Ce billet est vraiment superbe, je m’y reconnais vraiment. Il me fait penser à l’un des miens écrit l’année dernière.
    Merci et à bientôt !

    PS : je rêve de Thaïlande en ce moment 😉

    Répondre
    • Un tout grand merci Morgane pour ton message : savoir que ce site est un des rares blogs de voyage que tu lis est un très beau compliment ! Et je comprends tout à fait ta position à ce sujet (préférer vivre les voyages que de les lire) : François est comme toi ! Il ne lit aucun blog (à part celui-ci, mais c’est parce que je l’y oblige, en tant que relecteur attitré ! 😉 )

      Et merci pour ton retour, savoir que d’autres personnes se retrouvent dans ces quelques mots me touche beaucoup : c’est ce que j’espérais en partageant ce récit intime.

      Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires et un grand bonjour de Thaïlande ! 😉

      Répondre
  13. Complètement d’accord. Le changement vient de soi, pour soi puis l’ouverture s’opère avec évidence. Je rebondis à Confucius en passant par le Tao : « ce que je suis, ce que je peux, ce que je veux ».

    Répondre
    • Ravie de voir que nous sommes sur la même longueur d’onde Christelle. Malheureusement, cette évidence est parfois/souvent oubliée par l’entourage…

      Et très belle citation, merci du partage 🙂

      Répondre
  14. Je ne peux que rejoindre ce qui a été écrit ci-dessus dans les commentaires.

    Être heureux tu as raison, c’est une énorme responsabilité. On ne peut plus dire « C’est de la faute à… » ou « C’est parce qu’il y a eu quelque chose qui », parce que NOUS décidons de notre vie et nous ne pouvons plus blâmer ni les événements extérieurs, ni les autres. Alors, oui, beaucoup hésitent à sauter le pas. Parce qu’une fois qu’ils auront pris les rênes de leur vie, ils savent que ce ne sera que le début du chemin. Et que la tâche sera certes merveilleuse, parce qu’ils sauront ce qu’ils veulent et feront tout pour accomplir leurs rêves, mais aussi parce qu’ils seront responsables à 100% de leur vie. Et ça, eh oui, ça fait très peur.

    C’est effectivement un très bel article que tu nous offres là, mais ceux qui te lisent depuis quelque temps ont l’habitude de lire de superbes articles, surtout lorsqu’ils sont si personnels, qu’ils reflètent des pans de ta vie qui n’ont pas été faciles. C’est pour cela que l’on peut s’identifier à toi, qu’on fait nôtres les défis que tu as vécus et que tu renouvelles sans cesse chaque jour durant.

    Je me suis moi aussi, pendant longtemps, laissé glisser vers ce qu’on attendait de moi plutôt que de me hisser vers ce que je voulais véritablement.
    Maintenant, après le décollage des ventes de mon premier livre de voyage, ainsi que la lecture, dans quelques jours, de deux de mes textes à la télé sur le câble (=fierté sans égale, joie, bonheur intense de partager mes écrits !!), je peux dire que: oui, les débuts ont été TRÈS laborieux. Et oui, lorsqu’on s’accroche, qu’on ne lâche rien, il n’est jamais, jamais trop tard pour vivre ses rêves… Bien éveillé !

    P.S: on en veut encore plus, des articles intimistes ;))

    Répondre
    • Merci Joanna pour ton message, je ne suis pas étonnée de voir que le sujet te parle 😉

      Je n’ai pas encore pris le temps de le faire, alors j’en profite ici : félicitations pour ces belles réalisations, tant le décollage de ton livre que ce projet de télé. Génial, tu dois être fière de toi ! C’est rafraîchissant et encourageant de voir des personnes, comme toi, suivre leur voie,concrétiser leurs rêves et réaliser leurs projets.

      Être responsable de sa vie est effrayant… et grisant tout à la fois. C’est sans doute à cette prise de conscience que l’on devient véritablement adulte, véritablement soi.

      Merci donc encore pour ton retour si enthousiaste, je pense que tu sais que ce n’est pas évident pour moi de me dévoiler à ce point, de mettre en mots ce genre de vécu. Merci merci !

      Répondre
      • Oui, je sais que ce n’est pas évident pour toi de te dévoiler mais tu le fais avec tellement d’authenticité et de justesse que ceux qui te lisent ne peuvent qu’aimer.

        Merci beaucoup pour tes félicitations 🙂 Kapon’kha comme on dit par les latitudes où vous vous trouvez avec François. Tu le sais que c’est du boulot de parvenir à des résultats et cela me touche d’autant plus. Bises d’une viveuse de rêves à une autre viveuse de rêves ^^

        J’espère sincèrement que chaque personne trouvera sa voie. Il n’y a rien de plus merveilleux que cela.

  15. J’Adhère avec un grand A du premier au dernier mot. Je ne sais pas si on te l’a déjà dit Amandine mais l’une des choses que j’aime le plus dans ton blog, au delà des aventures et du style, c’est la facilité qu’ont les lecteurs, je pense, à s’identifier à toi à travers tes récits. Bref je suis fan mais ce n’est pas nouveau.

    Répondre
    • Merci Tugdual ! Tu ne peux pas savoir comme ton retour me touche, d’autant plus que j’apprécie également ton travail 🙂

      Un grand bonjour d’Asie (c’est le monde à l’envers ^^) et à bientôt peut-être…. 😉

      Répondre
  16. J’aime beaucoup cette idée de se structurer par les rencontres que te propose la vie. Un beau témoignage d’une véritable héroïne de sa propre histoire

    Répondre
    • Merci beaucoup Jacques. Un rôle pas toujours évident à maintenir, mais un beau challenge : le défi d’une vie !

      Répondre
  17. Merci Amandine pour cet article très inspirant que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et dans lequel je me suis même reconnue un peu.
    Mon premier (grand) voyage fut une année d’échange en Californie. Je sortais d’une dépression, mais pour me sevrer, je sentais que j’avais besoin de faire un grand saut, tellement grand qu’il me serait impossible de retourner en arrière. J’étais comme toi, la fille discrète et effacée, celle qui ne marque personne. J’ai eu peur au moment du décollage de l’avion et puis une fois arrivée sur le continent rêvé, toutes mes peurs ont disparu. La seule à être apparue pendant ce voyage fut la peur de revenir et de quitter la vie idéale que je m’étais construite moi-même, grâce à mes propres choix.
    Aujourd’hui je suis toujours en voyage (en quelque sorte), mais quelque part je suis encore nostalgique de cette année en Californie. Je me demande souvent quelles sont mes aspirations profondes, et si je les ai vraiment trouvées. Je me sens toujours un peu effacée, en manque d’inspiration… J’espère un jour pouvoir me sentir, comme toi, la vraie héroïne de mon histoire!

    Répondre
    • Merci Amy pour ton commentaire : merci de prendre le temps d’écrire ces quelques lignes, cela me touche beaucoup et tes compliments me vont droit au coeur !

      Quelle belle expérience et quel beau témoignage : merci de le partager avec nous 🙂

      Se sentir l’héroïne de sa propre histoire, c’est un idéal. C’est comme décider de devenir la personne que l’on souhaite être. Mois effacé, plus actif… Un cap à suivre. Je ne me sens pas tous les jours/à tout moment « héroïne de ma propre histoire » : il y’a des jours de doutes, de questionnements, de remise en question… Le chemin n’est jamais tout tracé et nous ne savons jamais exactement où nous allons. C’est ce qui est effrayant et excitant : l’émotion (excitation vs peur) dépendra de l’état d’esprit du moment. La réalité ne change pas, mais bien notre perception…

      Garder le cap, c’est mon seul conseil. Ne pas se perdre de vue, soi et ses rêves/objectifs de vie… pour construire, pierre après pierre, la vie dont on rêve. Bonne route à toi 🙂

      Répondre
  18. Merci de dépasser cette peur de trop en dire, de trop se livrer, de ne pas être compris, d’être ridicule. Parce que oui, ça résonne très fort en moi.
    Ce sentiment d’avoir été en hibernation pendant très longtemps. Ca grondait, les bourgeons poussaient sur mon dos mais ne s’ouvraient pas, les racines s’enfonçaient, se densifiaient mais personne ne le voyait. Et aujourd’hui ce sentiment que ça doit exploser, éclore, que mes racines sont solides alors je peux essayer, je peux oser. Assumer. Devenir actrice.

    Répondre
    • Merci Coralie pour ce beau témoignage. Cette poussée intérieure et cette éclosion/explosion dont tu parles, c’est un mouvement de vie si essentiel, et pourtant si souvent balayé d’un geste de la main : trop futile, pas réaliste… Et pourtant, c’est notre essence ! S’écouter pour trouver sa voie. Pour créer sa voie.
      Je te souhaite en tout cas de poursuivre sur ce beau chemin 🙂

      Répondre
  19. Magnifique cet article. Je m’identifie totalement, même si j’ai certainement un caractère un peu plus confiant dans mes premières années, j’ai finit par laisser place aux doutes et me retirer peu à peu de ma propre vie, jusqu’à 2014. Tu as totalement raison de dire qu’on n’a pas de la chance, on fait juste des choix qu’on assume jusqu’au bout. Merci, merci, merci pour cet article très juste. Et je te souhaite les plus belles aventures pour la suite!

    Répondre
    • Merci beaucoup Nastasya pour ton retour enthousiaste sur cet article très personnel : cela me touche d’autant plus.

      Si cette notion de choix plutôt que de « chance » te parle, je pense que mon dernier article sur « nos vies parallèles » devrait te plaire 😉
      Curieuse de te lire à ce sujet !

      Je te souhaite aussi de regagner en assurance et de poursuivre sur ta lancée !

      Répondre
  20. Un texte touchant et qui dit tellement vrai. Je me reconnais un peu dans ce texte, ne manque plus que la partie voyage ! J’aimerais voyager plus avec mon compagnon et même seule (c’est un grand projet) mais avec le boulot on se dit que parfois c’est compliqué… J’admire les personnes qui arrivent à voyager souvent comme toi et qui se donne totalement les moyens ! En tout cas, ton texte remotive en ce début de nouvelle année !

    Répondre
    • Merci Nathalie pour ton message 🙂 Je te souhaite de réaliser cette partie voyage qui te manque ! ? Bonne année 2016 !

      Répondre
  21. Amandine,
    Avec tes pages sur :  » à nos Vies parallèles », que je relirais plus attentivement,
    et celle de : « Devenir le héros de sa propre Aventure »… que je regarderais de nouveau,
    Quoi te dire ?

    Tout simplement que tu devrais écrire,
    Un livre 🙂
    Un jour !

    Lorsque tu auras le temps
    Que tu le ressentiras un peu plus palpable!
    Que d’habitude,
    Que La Sérénité,
    Te cristallisera encore davantage,
    Pour te mener et t’emmener,
    Au seuil, voilées et Invisibles
    De Ses portes magiques !
    Alors !
    Elle t’invitera,
    A découvrir,
    Des mondes,
    Insoupçonnés
    Au Cœur de l’immense Cathédrale,
    Que, tu ES !
    Tu regrouperas, trieras, choisiras, trouveras,
    Alors dans tous tes feuillets…
    L’Amandine que tu as,
    La plus été,
    Et celle… qui se détachera…
    De toutes les autres,

    Ici, ailleurs
    Ou nulle part ?
    Peut-être,
    Te verras-tu, simplement ?
    Un jour,
    Dans la fumée,
    D’une tasse de jasmin,
    Qui s’élève sans se soucier de rien.

    Le Voyage Intérieur !
    Le plus simple ?
    Le plus grand,
    Le plus beau
    Le plus complexe !
    Accessible à tous ceux,

    Qui s’y « RISQUENT » 🙂
    Comme tu l’écris

    Amicalement

    Répondre
    • Merci Gérard ! ? Un jour, qui sait… un rêve qui m’a déjà effleuré l’esprit… Un jour qui sait ! 🙂

      Répondre
  22. Merci Amandine,

    Décidément, la découverte de ton blog est une incroyable rencontre ! Synchronicité plutôt ! Merci pour ce témoignage,
    Il tombe à pic pour moi et me rappelle à l’ordre juste à temps !

    Répondre
    • Merci Emmanuelle ! Ravie de lire des messages comme celui-ci : une pure énergie positive s’en dégage ! 🙂
      Au plaisir d’échanger encore sur le blog, beaux voyages… et belles réflexions à toi 😉

      Répondre
  23. Merci pour ce bel article ! Je m’y reconnais !
    Beaux voyages !

    Répondre
    • Merci Marguerite pour ton commentaire ; ça me fait plaisir de savoir que d’autres personnes peuvent se retrouver ou être touchées à travers mes mots 🙂
      Beaux voyages à toi aussi !

      Répondre
  24. Texte très juste, très beau, en tout cas il me touche et je ne pense pas être la seule. Jusqu’à un certain moment de notre vie tout est planifié, le chemin se déroule, je viens de passer mon bac. C’est déjà un premier moment de choix, choisir ses études ou non, trouver un logement : commencer à prendre sa vie en main. Je suis allée au collège, j’ai eu envie de décrocher alors j’ai fait un premier choix, j’ai choisi une filière qui m’emmenait en internat un peu loin de chez moi. Premier tournant mais dans le fond il fallait que je passe un bac, alors j’en ai trouvé un qui l’intéresserai. Mais là, pour la premiere fois vraiment j’ai eu le choix. Faire ce que je voulais, où je voulais. Ca a été dur de se décider alors que faire des choix pour sa vie devrait être naturel… J’ai l’impression que quand je vais emmenager dans mon studio à la rentrée je vais réellement prendre vie, ne plus etre la fille de mes parents, la soeur de mes soeurs mais Moi, donner un sens à mon prénom, du relief. Je sais pas pourquoi je déballe tout ça. Juste merci pour cet article… Inspirant, voilà pour moi c’est le mot.

    Répondre
    • Bonjour Avril, merci pour ton commentaire à coeur ouvert. ça le touche toujours de lire des histoires de vie comme la tienne, et de voir comme on peut trouver des similitudes entre tous alors que nous sommes si différents… Comme tu l’auras peut-être lu (dans « A propos » ou « Et si on arrêtait »), je suis, en plus d’être voyageuse, psychologue et coach de vie : tout ce qui touche au développement personnel me passionne !

      Je te souhaite de tout coeur que cette expérience te permette de te réaliser pleinement, d’ouvrir cet espace que tu cherches pour devenir pleinement toi. Je t’invite à lire l’article « Mais au fond, qui es-tu ? », je pense qu’i devrait te plaire, et de façon général, la rubrique « Thèmes – Psychologie » devrait te plaire.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest