Vous voilà rentrés de votre voyage, les bagages posés dans un coin de la pièce, comme une preuve de vos aventures… L’heure est à la reprise de contact avec vos proches, pour leur parler de ces moments superbes que vous avez vécu, et quoi de mieux pour cela que de le faire photos à l’appui ?

De la dia à l’écran plat

Il est bien loin maintenant le temps des diapositives : la bobine de pellicule a disparu, et avec elle, la restriction du nombre de photographies ! La technologie du numérique nous permet aujourd’hui de ramener des photos par centaines.

 

Par contre, autant montrer toutes ses dias ou ses photos analogiques avait du sens, autant l’on comprend rapidement que présenter 800 photos du Machu Picchu risque de faire sombrer son auditoire dans un ennui profond.

« Ha, là, c’est le Machu Picchu vu depuis la montagne, ici aussi, encore… Ha, là il y a des nuages, et ici une fleur avec le Machu Picchu derrière, et là un beau mur de pierre, et encore des pierres… »

Comment partager ces souvenirs pour que cela soit un plaisir pour votre auditoire ?

Comment présenter vos photos de voyage ?

Le maître mot d’une présentation réussie est l’anticipation : ne commencez pas à regarder vos photos pour la première fois en présence de vos amis ! Plusieurs étapes vous aideront à préparer vos photos pour une présentation sympa.

Petite remarque préalable si vous êtes plusieurs à prendre des photos en voyage : synchronisez vos appareils (heure et date) ! Sans cela, ce sera un vrai cauchemar par la suite : lorsque vous rassemblerez toutes les photos, vous devrez faire face à un joyeux bordel !

  1. Revoyez vos ambitions à la baisse

    Tout d’abord, évitez-vous la frustration de ne pas réussir à leur transmettre l’ambiance et la beauté des lieux par quelques mots ou quelques photos. Il n’étaient pas présents avec vous et ne comprendront que rarement l’importance de ces moments magiques vécus sur les routes. Seul votre/vos partenaire(s) de voyage peu(ven)t partager l’intensité de ces souvenirs avec vous (un des avantages à voyager en couple !)

  2. Organisez vos photos

    Rassemblez-les par jour ou évènements, dans des dossiers distincts afin de vous y retrouver rapidement dans la masse de photos.

  3. Faites un premier tri de vos photos

    Les photos floues, ratées… ne méritent pas d’être conservées, elles ne feront qu’encombrer votre bibliothèque numérique et votre disque dur.

  4. Travaillez vos photos

    Certaines photos ont besoin de retouches. Quand je parle de retouche, je ne parle pas de lifting, amincissement et autres tromperies de magazine, mais bien d’ajustements de la photo pour qu’elle rende au mieux l’essence de votre photo, ce que vous vouliez mettre en évidence, les couleurs, l’ambiance… Ces améliorations peuvent être faites à l’aide de retouches basiques : redresser, recadrer, ajuster la balance des blancs… mais aussi assembler les dizaines de photos de paysage en panoramas géants. J’utilise pour cela Autopano Giga.

  5. Faites le vide

    Suite à cette étape d’analyse et de retouche, vous pourrez également juger de l’utilité de garder les photos fort semblables. Attention néanmoins à ne pas supprimer trop rapidement des photos que vous pourriez juger comme doublon : parfois la qualité d’une d’entre-elles sera supérieure et demandera une observation plus poussée.

  6. Signalez vos photos

    Vous avez encore plusieurs centaines de bonnes photos ? Félicitation, mais c’est de trop pour une présentation entre amis !

    Amusez-vous à identifier les photos que vous considérez comme « clés » : les plus caractéristiques, les plus belles, les plus comiques…

    Sous iPhoto et Lightroom, c’est très simple : il suffit de marquer les photos d’un drapeau.

    Essayez d’avoir une sélection variée : présenter 20 chutes d’eau, même si elles sont magnifiques et que vos photos sont réussies, cela risque de lasser ! Varier également le type de photo : des photos de paysages, des photos « reportage social »… Et essayez de présenter des photos vivantes, qui vous parlent et représentent votre voyage. Des photos du Pérou, vos amis peuvent en trouver sur Internet : c’est votre voyage et vos anecdotes qui les intéressent.

    Sélectionner les photos intéressantes
    Sélectionner les photos intéressantes

  7. Adaptez-vous à votre auditoire

    Le jour J, évaluez les désirs de votre auditoire. En effet, plusieurs publics sont possibles :

    1. Le groupe d’amis

      Les amis venus vous voir parce que « ça fait longtemps » et que vous brûlez de leur montrer vos photos : c’est vous le demandeur dans l’histoire, ils regardent vos photos pour vous faire plaisir, mais sans réel intérêt. Alors, modérez vos ardeurs et limitez-vous à l’essentiel !

    2. Les amoureux de la technique

      Amateurs de photographie, ils aiment discuter technique, matériel, focale et ouverture… Pour eux, le sujet de la photo importe peu. Réservez-leur vos plus belles photos, esthétiquement et surtout techniquement parlant : celles qui vous ont demandé le plus de recherche et de travail, ou simplement celles dont vous êtes le plus satisfait. N’hésitez pas également à monter celles qui ne vous plaisent pas : leurs conseils pour vous améliorer peuvent s’avérer utiles.

      Autorisation de photographier , photo, Espagne
      « Autorisation pour photographier »… ou le fou de photo au naturel !

    3. Les passionnés de voyage

      Ils vadrouillent à travers le monde et peut être sont-ils eux aussi partis dans ce pays lointain ou comptent s’y rendre prochainement. Ils attendent de vous mille et un détails sur vos aventures, avec le côté pratique et organisationnel (logement, transport, matériel emporté… ).

      Départ Galapagos San Cristobal
      Nos sacs sur le dos, prêts à embarquer dans le bateau-taxi pour quitter les Galapgos

    Ciblez donc les intérêts et demandes de votre auditoire afin de vous adapter au mieux.

Cas particuliers

  1. Cas particulier n°1 : l’album photo

    Vous préférez le charme des albums papier aux écrans ? Aucun souci, il vous est toujours possible de présenter vos photos de voyage de cette façon-là. Qu’il soit « à l’ancienne », avec vos photos imprimées rangées avec patience et amour, ou plus moderne, directement imprimé tel un magazine, l’album à l’avantage de représenter la sélection de vos meilleures photos. L’étape du tri est donc loin derrière vous !

    De plus, si vous acceptez de confier l’album à vos proches, ceux-ci pourront tourner les pages à leur guise, au rythme qui leur convient. Vous n’aurez plus qu’à suivre leur cadence, sans vous soucier de la longueur de vos explications et du rythme du défilement des photos : c’est directement votre public qui gère !

    Troisième grand avantage de cette formule, vos proches ont plusieurs photos sous les yeux en même temps – là où elles défilaient une à une sur l’écran. En plus de gérer le rythme de défilement, ils peuvent décider de laisser traîner leurs yeux où ils le souhaitent, pointer une photo qu’ils voudraient vous entendre commenter… Cette modalité de présentation de photos offre donc plus d’interactivité.

    Son plus grand inconvénient est qu’il ne convient pas à un grand auditoire : plus de trois personnes, cela devient difficile pour que tout le monde ait un bon accès à l’image. De plus, la taille de l’image et l’accès au détail ne sera évidemment pas le même si vous présenter vos photos sur un grand écran ou en format 9*13. Et dernier petit défaut de l’album… il faut imprimer ses photos ! Cela demande du temps, de l’argent, de l’énergie et de la patience (surtout si, comme moi, on aime encore les albums à l’ancienne) et puis, à l’ère du numérique, cette pratique de l’album photo à tendance a se perdre.

    Album photo d'Italie : Sicile, Venise, Sardaigne...
    Albums photo à l’ancienne

  2. Cas particulier n°2 : le blog

    Si vous tenez un blog de voyage, une donnée s’ajoute à votre cas : peut-être vos proches ont-ils déjà vu certaines de vos photos et suivi en partie vos récits de voyage.

    Ne vous étendez alors pas trop, cela pourrait vous frustrer de prime abord, tant vous avez envie de partager vos souvenirs … Mais ne le soyez pas : vous l’avez déjà fait, mais sous une autre forme !

    Tenter alors d’évaluer le niveau de connaissance de votre auditoire : n’y a-t-il que des « bons élèves », qui peuvent réciter vos articles sur le bout des doigts, ou leur faut-il une classe de remise à niveau ?!

    Si réellement ils ont tout vu tout lus : consolez-vous, c’est qu’ils ont aimé vous suivre ! Et vous pouvez vous épargner les éternelles explications que vous récitez en permanence depuis plusieurs jours et sauter les préliminaires : entrez directement dans le vif du sujet. Vous pourrez alors échanger davantage sur les réflexions que le voyage a suscitées en vous …

L’enrobage : le rythme et les sous-titres

 

Pendant votre présentation de photos, soignez particulièrement le rythme : ne passez pas deux heures sur une photo parce qu’elle vous fait penser à une superbe histoire … Vous risqueriez de décourager votre auditoire (sauf s’il s’agit du troisième type de public).

Et parce que les images ne suffisent pas : il faut leur ajouter du son, c’est-à-dire vos commentaires ! Il va falloir vous montrer inventif pour commenter les photos qui défileront sous les yeux de vos proches.

Côté technique : sur quel support faire la présentation

Évitez à tout prix de montrer vos photos directement sur votre appareil photo !

L’ordinateur est évidemment une solution pratique, mais pas toujours optimale, en fonction de la taille de l’écran et du nombre de convives.

La solution que nous adoptons depuis plusieurs années est de connecter l’ordinateur à notre télévision. Plusieurs avantages à cette technique :

  • la qualité de l’image est toujours bonne (malgré certaines différences au niveau du rendu des couleurs) ;
  • la visibilité est bien meilleure ;
  • le cadre est confortable : tout le monde peut s’asseoir dans les fauteuils, chaises… et avoir une vue directe sur l’écran tout en étant bien installé … Il faudra juste veiller à ce que personne ne s’endorme en cours de route !

Les photos ne font pas tout

Parce que vos proches ne se contenteront pas uniquement de votre petite présentation rondement ficelée, préparez-vous à répondre aux éternelles questions de retour de voyage :

  • Qu’est-ce qui t’a le plus plu ?
  • Quel pays as-tu préféré et pourquoi ?
  • As-tu eu peur ? T’es-tu senti en insécurité ? – ou comme dirais François : « j’ai failli mourir ! »
  • Si tu devais le refaire, que changerais-tu ?
  • Que penses-tu des cultures que tu as découvertes ? Sont-elles différentes des images que l’on véhicule ici ?
  • As-tu bien mangé ? – Bon, dans nos présentations, nos proches n’ont pas le temps de poser cette question-ci, car elle fait partie des informations données dans les premières trente secondes du discours de François ! « Le gras, c’est la vie ! »
  • Est-ce que c’était cher ? Combien t’a coûté ce voyage ?
  • Recommandes-tu ce voyage ?
  • Quel sera ton prochain voyage ?…

Vous voilà fins prêts !

Avant de vous lancer, faites quelques exercices de diction, histoire de ne pas paraître bête devant vos amis en ne pouvant plus articuler le nom des villes traversées (après des jours d’entrainement, François a enfin été capable de ne pas écorcher le nom d’Ollantaytambo !).

Et si vous êtes en pleine crise de dépression suite à votre retour de voyage, jetez un oeil à cette petite vidéo pour vous remonter le moral : vous n’êtes pas seul à souffrir du syndrome post-returnum !

Et vous, comment présentez-vous vos photos à vos amis et familles ? Quelles sont vos difficultés et vos astuces ?

35 commentaires

  1. Lol je n’aurai même pas pris la peine de dire ce nom « Ollantaytambo » à mes amis, pour ce qu’ils vont retenir !

    Je leur dis, c’était au Pérou, et le tour est joué. Mais je comprend bien qu’il est important de savoir prononcer les noms des lieux que nous avons visité.

    Moi j’aime bien la toute petite photo avec ta robe rouge, je vois que tu aimes le rouge, dommage qu’on la voit pas en plus grand format ;).

    La photo, oui, il faut une véritable organisation. Cet article est donc bienvenu. Je tranche assez facilement sur ce que j’efface là où le lama rouge aime tout garder, même les flous, il y voit toujours un effet de style, moi je vois de l’encombrement dans mes fichiers photos ;).

    Enfin, c’est ce qui fait qu’on trouve un équilibre en triant les photos ensemble.

    Répondre
    • Merci Haydée pour ton commentaire et l’accueil réservé à cet article, c’est toujours un plaisir de te retrouver par ici 😉 ^^

      Je comprends bien le côté complémentaire dans la gestion des photos … Heureusement, François est un maniaque de la sauvegarde (ça lui est venu avec le temps … et les mauvaises expériences !) et préfère supprimer le strict minimum (histoire de pas garder les « déchets ») – par exemple, quand on fait toute une série de photo pour un pano (par exemple le Machu Picchu comme dans l’article), on fait des dizaines et des dizaines de photos … & pour s’y retrouver et savoir quand commence et quand fini un ensemble de photos pour un panorama, on fait une photo « repère » : le sol, tout noir, notre main … n’importe quoi qu’on finira par jeter une fois les panoramas montés. Donc d’office ces photos repères, mais aussi les trop floues (les flous articstiques, c’est pas trop notre truc non plus ! 😉 ),… on les jette sans pitié – désolé pour le lama rouge 😉

      Pour Ollantaytambo, c’était aussi un clin d’oeil à François : je me souviendrai toujours dans l’agence où l’on réservait les tickets pour l’entrée du site du Machu Picchu et se renseigner sur les tours environnant : la dame devenait folle d’entendre François écorché le nom d’Ollantaytambo : « Oyatambo » « Ollatantaybo » « Ollataytatambo » … Elle lui a dit « stop, répète après moi O-llan-tay-tam-bo. Ok. Ecris le maintenant ». Et elle ne l’a laissé partir qu’après lui avoir fait répété une fois encore sa leçon ! J’étais pliée en deux 😀

      Oui tu as bien remarqué, j’aime les tons chauds, et le rouge particulièrement ^^ Mais je vois que je ne suis pas la seule 😉
      C’est marrant, parce que jusqu’il y a peu, je ne m’autorisait aucun vêtement féminin (jupe, robe) en voyage, sous prétexte que c’était pas pratique, passe-partout, multifonctions et tout-terrain … Et puis je change, et j’en ai marre d’être toujours en jeans en voyage. Et finalement, il y a tellement peu de choses pour lesquelles une robe ou une jupe est problèmatique (entrer dans les églises, certaines activités) … Te voir toujours en robe ou en jupe, ça a du déteindre 😉 :p

      Répondre
  2. Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article très complet.

    J’ajoute juste un élément. Pour ma part, j’utilise ma fan page sur Facebook pour l’editing final (choix des photos). Cela me permet de mixer mon point de vue avec un regard exterieur.

    C’est un « truc » que je suis en train de faire avec les images de mon dernier voyage en Amérique du sud et ça marche plutôt bien 🙂

    ps : je suis un malade du rouge 🙂

    Enjoy

    Répondre
    • Merci Tirados pour ton commentaire.

      Je ne suis pas une grande adepte de Facebook, n’y étant depuis pas très longtemps, j’ai encore beaucoup à découvrir … comme ce dont tu parles ! 😉 Je suis peut-être trop vieille école ou parano pour ça (ou mon informaticien en sécurité de mari déteint sur moi 😉 !), mais mettre toutes mes photos sur Facebook … je suis pas prête à passer ce cap !
      Après, sûr que si tu fais tes photos avec un smartphone et que tu as facilement de la connection, c’est bien pratique de pouvoir sauvegarder ses photos quelque part pendant le voyage.

      Encore un fan du rouge ! 😉

      Répondre
  3. pas mal! nous on fait des cadres pour nos gros voyages : nos amis nous demandent parfois « tiens c’était où ça », ça permet de refaire la déco régulièrement et ça laisse des super souvenir a admirer a longueur de journée… et les amis qu’on ne voit pas souvent peuvent en profiter!

    Répondre
    • Merci Par-ci pour le commentaire et le retour positif ^^

      Les cadres, c’est une idée sympa aussi … mais l’étape de sélection est encore plus rigoureuse !
      J’en ai aussi quelques uns à mes murs, toujours un plaisir de pouvoir se replonger dans un ancien voyage, car on verra ces photos-là beaucoup plus régulièrement que celles cachées dans un album rangé au fond de l’armoire.

      Le fait de tenir un blog de voyage aussi permet de rouvrir plus souvent sa bibliothèque numérique et replonger dans les photos des voyages précédents 😉

      Répondre
  4. Un article bien judicieux ! Une copine m’a vraiment endormie une fois avec ses 2h30 de photos de Venise, je n’en pouvais plus mdr!!!

    Répondre
    • Ça sent le vécu Cindy 😉
      Transmets lui le lien en douce, peut-être qu’elle y verra un signe et fera plus attention à ne pas t’assomer la prochaine fois 😉 :p

      Répondre
  5. Salut Amandine,
    Tout d’abord, merci pour le lien qui fait très très peur 🙂
    De très bons conseils que voilà ! Trier ses photos, un très bon sujet en effet. Quand un ami (ou une, ça marche aussi pour les filles !) me dit qu’il rentre juste de voyage, qu’il a pris des centaines de photos et que, veinard comme on est, on va en avoir la primeur 🙁 Le cauchemar, car évidemment, on va se taper toute la série !
    J’avoue pas mal regretter le temps des diapos pour ça. j’ai d’ailleurs mis longtemps à basculer au numérique à cause de ça, plus de diapos 🙁 Ça avait un petit côté magique ce projecteur que je ne retrouve plus maintenant. Nostalgie nostalgie !
    Pour en revenir à tes conseils de tri, beaucoup de monde, y compris les blogueurs (non non je ne donne pas de noms … j’suis faux cul 😉 ) devraient y songer en effet. On tombe très souvent sur des billets avec 30 photos, dont 5 ou 6 sont très bien et les autres bof. Du coup, vu que 30, c’est trop pour un seul article, on fait défiler à toute vitesse et on passe à côté des 5 clichés qui valaient vraiment le coup. Certains pensent attirer le chaland avec plus de photos alors que c’est tout l’inverse qui se passe en fait.
    Et si je peux me permettre 2 petits conseils tout simples après avoir fait le tri de ses photos, c’est de redresser l’horizon sur celles où il est de travers. C’est le genre de petit détail qui gâche tout. Et le second, de recadrer au besoin la photo. Y penser en faisant le tri d’ailleurs. Certaines photos peuvent sembler être ratées alors qu’une fois recadrée, c’est tip top !

    Répondre
    • Salut Laurent,
      ça m’est venu tout naturellement, pour le lien « qui fait très peur » – un article qui marque 😉

      Merci pour ton retour positif. En effet, dans les retouches prioritaires, redresser et recadrer sont souvent dans mes premières actions. Je les ai citées (recadrer et redresser) mais n’ai pas insisté sur la question.
      Le côté positif de mettre l’attention sur ces points-ci, c’est qu’avec le temps j’ai de moins en moins besoin de faire la retouche, car je fais plus naturellement attention à avoir une photo cohérente (droite, mieux cadrée).

      De mon côté, je n’ai pas nostalgie des diapo … pcq on en avait aps chez nous lorsque j’étais petite (ou je n’en ai pas le souvenir pcq j’étais vraiment trop petite !) 😉

      Répondre
      • C’est clair qu’avec le temps on apprend, mais quand je vois certaines de mes photos avant de les retravailler, j’me dis qu’il y a des jours où je ne dois vraiment, mais alors vraiment pas être réveillé !

    • Salut Laurent,

      C’est tout à fait moi dans ta description ! Si ce n’est clairement pas pour attirer le chaland dans mon cas c’est plutôt que j’ai envie d’en montrer un max, dans mon cas quand je lis un article et ne vois que 5/6 photos je me sens un peu frustré, j’aurais envie d’en voir plus alors du coup je « charge un peu la mule » sur mon blog…

      Mais ça fait longtemps que je le sens, j’ose espérer que d’ici la nouvelle mouture du blog je me résous à me limiter.

      Répondre
      • Salut Romain,
        Ce n’est pas que toi, loin de là, 😉 mais effectivement, je trouve que tu mets un peu trop de photo parfois. C’est vrai que 5/6, c’est peut-être un peu extrême et je comprends bien le souhait d’en montrer un max. On a vu tellement de trucs qu’on a adoré qu’on veut tout montrer. Mais on a une relation affective avec ce dont on parle que le lecteur n’a pas. Et quand on a quelques photos percutantes, si elles sont perdues au milieu d’autres plus classique, le lecteur risque de passer à côté en faisant défiler tout ça trop vite. Après, ce n’est qu’un avis personnel basé sur aucune étude !

      • Bienvenue Romain ^^

        Trouver un juste équilibre entre le texte et les photos dans la mise en page d’un article est un vrai défi !
        Dans notre premier site de voyage (Sur la route du monde »), nous avons clôt la question avec la scission des deux : une partie « articles » et une partie « albums » – pas de mélange.
        Le site a ensuite évolué, permettant d’insérer certaines photos dans les articles, tout en liant l’album concerné pour ceux qui voudraient vois plus de photos.

        Et sur Un sac sur le dos, ce sujet reste souvent au coeur du débat entre François et moi, lui trouvant que je met trop de photos dans certains de mes articles (et moi qui rétorque « oui, mais c’est mon blog, je fais ce que je veux ! » :p).
        J’ai pu prendre plaisir dans la mise en page et rajouter plus de photos au changement du thème wordpress et l’installation d’un plugin permettant une plus jolie disposition en galerie. Je suis contente du résultat, une belle évolution visuelle pour le blog d’après moi ^^

        @Laurent, je te suis tout à fait pour le volet « relation affective » avec le contenu, que le lecteur n’a pas … et c’est un de nos challenge que de pouvoir l’émouvoir, l’intéresser, l’intriguer, … 😉
        Et, paradoxalement, il faut tenir compte de cette différence de positionnement a priori pour ne pas saouler le lecteur (comme l’exemple du Machu Picchu en début d’article … ça a été très difficile de faire un tri parmi les 800 photos prises sur le site Sur la route du monde, pour l’album du Machu Picchu – là c’est François qui a tranché, sinon il y aurait au moins le double ! 😉 ).

      • @Laurent c’est très pertinent quand tu parles de la relation affective que le lecteur n’as pas ! J’en tiendrais compte promis !

        @Amandine, et je peux te dire que c’est très réussi, ton blog est chouette et la disposition des photos marche super, je suis moi même en plein test pour un changement prochain et il me tarde parce que la présentation compte beaucoup aussi.

        Là où mon bas blesse c’est qu’en plus d’avoir beaucoup de photos dans les articles eux même je fais aussi le sytème d’album où je met un lien en fin d’article… Mais vraiment quand j’aurais le nouveau site je pense partir sur de nouvelles bases.

  6. Y aurait-il un message cache pour dans quelques jours???? 😉

    A bientôt!

    Répondre
    • Haha ! Je n’avais pas fait le lien ! ça met la pression ou pas ?! :p
      Plus sérieusement, cet article m’a été inspirée par mon amie/voisine, qui se demandait comment faire pour être adapté à son « public » et pouvoir retransmettre son vécu de voyage à travers ses photos. Je n’ai traité qu’une partie du sujet ici ; le volet réaction des proches viendra plus tard …

      Répondre
  7. En voilà un article intéressant ! Moi qui prends beaucoup de photos en voyage on peut dire que c’est un sujet qui me parle ! Le tri et la modif des photos me prend un temps fou à chaque fois mais j’arrive pas à me raisonner à en faire moins alors…

    Pour ma part, étant loin de ma famille et de la plupart de mes amis, mon blog est ma vitrine principale et j’ai encore dû mal à me satisfaire du look, ça doit changer prochainement !

    Répondre
    • Merci Romain pour ton retour positif, ravie que le sujet t’intéresse ^^

      Beaucoup de voyageurs amateurs de photographie affirment qu’avec le temps, la qualité des photos prises augmente, et qu’en parrallèle le nombre total de photos diminue : moins de post-traitement, moins d’encombrement et de stockage … beaucoup d’avantage en somme ! Mais je n’en suis pas encore à ce stade. Je commence à peine à prendre plaisir à prendre des photos en voayge, alors je me lâche et j’en profite un max ! Après, j’ai parfois des commentaires de mon conjoint « quoi, encore des photos de murs incas ?! Mais on a 100 fois les mêmes ! » – « Oui, mais les murs incas, c’est beau ! ^^ »)

      C’est sûr que l’étape de tri et de post-traitement demande du temps. Lorsque nous étions au Pérou en janvier dernier, nous avons pris le pli de charger tous les jours nos photos sur le pc et de faire une première sélection des photos que nous voulions partager sur le blog (sans encore prendre forcémenet le temps de les améliorer ni de suprimer celles qui ne méritent pas d’être gardées). Ainsi, tous les soirs (ou presque) nous passions bien 1 à 2h à jeter rapidement par écrit nos souvenirs du jour (afin de garder une touche de vécu et d’émotion qui peut se prendre avec le temps) et s’occuper des photos. L’avantage de le faire au fur et à mesure, c’est de ne pas devoir s’attaquer à une quantité monstrueuse de photos au retour. Puis j’aime bien au soir, dans le lit avant d’éteindre, de repasser sous mes yeux les belles images de la journée ^^

      Bonne chance pour le changement du look de ton site ; je suis passée par ce cap il y a un peu plus d’un mois, c’est beaucoup de boulot et d’incertitudes (est-ce que je fais le bon choix, est-ce que va me plaire et est-ce que, accessoirement, cela plaira aux autres ?) : mais je n’ai aucun regrets, je suis trop contente du résultat ! ^^

      En tout cas j’ai découvert ton blog sur l’Asie tout récemment, et je m’y promène avec plaisir pour rêver de mon futur voyage au Cambodge ! 😉

      Répondre
      • Il est clair qu’en général on s’améliore avec le temps mais ça fait toujours beaucoup de photos si éventuellement plus sont réussi 😉

        J’ai bien revoir aussi les photos en fin de journée en revanche bien de tri au fur et à mesure parce que je me suis toujours refusé à me trimballer un ordi avec moi en voyage, peur de me le faire voler entre autre (ça c’est ma véritable phobie, appareil photo compris, l’idée qu’on me vole mes souvenirs c’est parfois angoissant !)

        Merci de passer sur mon blog ! Oui je suis on ne peux plus motiver mais je manque cruellement de temps car refaire le site tout en continuant à le maintenir en vie c’est pas évident…

  8. Coucou ! Bizarrement je ne suis pas fan du fait de montrer mes photos de voyage, parce que ca m’agace un peu de devoir répondre aux questions, ou parce que je n’ai pas toujours envie de me replonger dans mes souvenirs avec d’autres personnes autour de moi… Mais mes parents adorent ca donc il a bien fallu que je m’adapte 😉 J’adore creer des albums papier : j’imprime mes photos puis je les mets dans des albums avec un petit commentaire. Du coup, je passe des heures et des heures a trier mes photos, mais par contre je n’en supprime aucune, je cree simplement des dossiers separes -_- On sait jamais que cette photo toute floue me soit utile un jour, hein…

    Sinon, j’ai encore le souvenir de mes parents qui sortaient le lecteur de diapositive pour nous montrer leurs photos de voyage… J’avoue que ca créait une atmosphere particuliere 🙂 Maintenant c’est has-been !

    Répondre
    • Je suis comme toi, j’ai tendance à tout garder, non pas vraiment que je me dit que ce sera « utile » un jour mais juste parce que ça représente un fragment de vie, un instant de voyage, celui où dans mon viseur j’avais telle scène et mon doigt qui appui.

      Si vraiment je prends toute une série comme ça m’arrive et je me retrouve avec ne serait que 3 ou 4 photos vraiment similaires là oui j’efface. Par contre la notion de partage me parait indissociable de l’après voyage, sinon à quoi bon prendre des photos ?

      Répondre
      • C’est pour les souvenirs, pour avoir une trace, pour le plaisir de regarder mes photos quand je me sens nostalgique… Cela dit dans mon précédent appartement j’avais un mur entier rempli de mes photos de voyage donc la notion de partage est bien la. Peut-être que je suis juste agacée par les questions de mes parents parfois 😉

      • C’est un plaisir « égoïste » alors 😉 Je te taquine bien sur, chacun son point de vue, son ressentie mais pour ma part même si je comprends que parfois les « assauts » de question peuvent être lassant, j’apprécie cette partie de l’après voyage aussi !

      • @Joana & @Romain : merci tous les deux pour votre discussion intéressante 😉

        Je peux aussi tout à fait comprendre le « plaisir égoïste » évoqué ici, de profiter de ses photos « en solitaire » (même si je prend aussi souvent du plaisir à les partager) : c’est au fond le but premier des photos : se créer des souvenirs tangibles.

        J’ai une très mauvaise mémoire, et les photos m’aident à la cultiver. Comme toi, Joana, j’aime me perdre dans certains albums, souvent au hasard, et me dire « j’ai vu ça ? j’ai fait ça ? » J’ai l’impression d’avoir plusieurs vie : la sédentaire … et les nomades : chaque voyage est une vie différente ! 😉

    • Salut Joana, merci pour ton commentaire ^^
      Réponse un peu tardive depuis l’Espagne … (ça compte comme excuse ?! :p)

      Je peux comprendre ton agacement à devoir monter et donc expliquer les photos. Je le ressens parfois, mais au bout d’avoir montrer et remontrer les photos à différentes personnes, et d’avoir l’impression de monter un spectacle où je récite le même monologue face aux mêmes questions … mais c’est un faible « inconvénient » au voyage, j’accepte avec plaisir le prix ! 😉
      Mais dans les premiers jours de retour de voyage, j’ai du mal à ne pas penser à ces moments passés sur les routes, et donc à ne pas en parler !
      Et quand je me lasse, il y a toujours François en backup : il est inépuisable et pourrait parler des voyages en boucle sans soucis ! C’est souvent lui qui insiste d’ailleurs auprès de nos proches pour leur montrer nos photos de voyage : il adore ça !

      Répondre
  9. J’avoue que je n’ai plus le même enthousiasme qu’avant à montrer mes photos de voyage. Car comme tu le mentionnes au tout début de ton billet, il est difficile de transmettre ce que l’on a vécu aux autres, qui d’ailleurs n’ont souvent que peu d’intérêt puisque cela n’éveille pas d’émotions en eux (contrairement à celui ou celle qui a fait le voyage). Pour moi, le plus difficile, c’est de trouver du temps au retour de voyage pour faire le tri et les petites retouches. Je suis presque toujours au moins un voyage en retard…

    Le tri est un point particulièrement important, je crois. Selon toi, quel est le nombre idéal de photos que devraient contenir un album ou une galerie photos ? Personnellement, quand je vois sur le web une galerie photos qui contient 300 photos, ça me décourage pour la regarder… Par ailleurs, outre le blog, est-ce que tu utilises un support tel que flickr ou autre (moi, mes photos sont sur Google+) pour partager tes galeries photos sur le web ? J’aurais aimé avoir ton avis sur les différents supports qui existent.

    Répondre
    • Merci Mario pour ton commentaire, je peux comprendre ta baisse d’enthousiasme avec le temps.
      Effectivement, parler de ses voyages, les yeux pétillants et ne pas trouver de répondant au près de ses proches, c’est ne pas se voir reconnu et compris dans son expérience de voyageur, pourtant si importante de notre point de vue. C’est un sujet qui me tient à coeur et dont je reparlerai dans un prochain article …

      Trouver le temps pour trier, retoucher … effectivement, c’est sans doute le plus difficile … et plus on traine, pire c’est ! J’essaye de regarder mes photos au fur et à mesure, mais c’est pas toujours possible non plus.

      Pour le moment, en plus du blog, nous gardons toujours tout sur le pc + les cartes mémoires pendant le voyage, puis les copions à notre retour sur différents supports (dont disque dur externe), et nous utilisons aussi Flickr et Dropbox – j’en parle dans cet article : Comment sauvegarder ses photos en voyage. Google+ & Facebook, je ne les utilise pas pour stocker les photos; à la fois parce que je ne connais pas encore bien ces deux réseaux, que je m’en méfie « un peu », et que j’ai ce qu’il me faut ailleurs ^^

      Répondre
  10. Salut Amandine,

    Excellent sujet et je suis bien d’accord avec ce que tu dis. De notre côté, le fait de tenir un blog nous force à faire le premier gros tri lorsque l’on écrit les articles. Ensuite on upload les meilleures photos sur Flickr que l’on trille sous forme de sets. J’aime bien cette façon de faire car du coup les meileures photos sont stockées online et grace à la super API de Flickr, on peut directement les afficher sur notre site web (et Flickr nous met un Tera d’espace de stockage gratuit!). Bon, avec les débits internet de voyage, c’est difficile de tout stocker online, alors il faut faire un peu attention avec le reste ;-)…
    Après pour présenter tout ça aux amis ou la famille, j’imagine qu’on passera par le blog (en espérant qu’ils aient déjà jeté un oeil 😉 )… En suivant tes bons conseils, le résultat devrait pas être trop mal!

    Répondre
  11. Article très intéressant !!!

    Répondre
  12. C’est toujours un long moment que le tri des photos de voyage mais pourtant avoir sa petite sélection après c’est tellement bon.

    J’utilise un cadre photo numérique, c’est pratique

    Répondre
    • Merci Emmanuel pour ton message ; hé oui, le tri, cela peut être un très bon moment (revivre ses beaux souvenirs)… et un vrai cauchemar (3000 photos à trier : non !).

      Nous ne sommes pas passés au cadre photo numérique… mais qui sait un jour ! C’est vrai que cela fait 4 ans (voire plus) que nous n’avons plus imprimé aucune photo… Et si je devais en imprimer aujourd’hui, je ne saurais pas sur quel critère choisir tellement il y en a : mais murs ne suffiraient pas ! 😉

      Répondre
  13. Excellent article, j adore surtout les éternelles questions!
    Par contre perso je ne procède pas de la même façon, ca dépend de la manière de voyager. Beaucoup de gens mettent en live leur photo, un blog au jour le jour, la photo n’est pas forcement la meilleure, c’est juste pour montrer un moment précis ou dire que tout va bien. Personnellement, j’attends le retour (faut être patient), un tri obligatoire, et un album crée sur réseaux sociaux, comme ça rien d’imposé, et les gens peuvent le voir n’importe où ils sont.
    Mais pour ceux qui ont du temps après, le top c’est clair c’est l’impression papier, ça rend encore plus nostalgique.
    Et les cartes postales dans tout ça, vous en envoyez?

    Répondre
    • Merci Sébastien pour ton commentaire 🙂

      C’est important de trouver sa manière de fonctionner, et d’être aussi souple en fonction du voyage que l’on vit…
      Quand je dis qu’on trie tous les soirs, c’est plus un premier tri pour effacer les photos floues et inutiles (les « ratées ») ; le tri « de coeur » se fait ensuite, au retour : celles que je veux partager sur le site, les réseaux sociaux…
      On partage un peu pendant le voyage sur les réseaux sociaux, mais toujours après un moment pour se poser, prendre le temps de choisir la photo qu’on veut partager, toujours dans l’idée « qualité plutôt que quantité ».

      Mais c’est vrai qu’on préfère faire un premier petit travail sur place, sinon on se retrouve parfois avec des centaines et des centaines de photos… surtout quand on voyage pendant des semaines ou des mois (parce que là le retour et le temps de travail de tri photo, ça devient compliquer !).

      Et non, on n’envoie plus de cartes postales… ça a quelque chose de désuet (un certain charme du passé), mais on voyage « trop » pour se plier à la « corvée » des dizaines de cartes postales à la famille et aux amis 😉 On les a prévenu : ça ne veut pas dire qu’on pense pas à eux ! 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest