Belgrade, un nom qui roule sur les lèvres. L’évocation d’une ville chargée d’histoire, d’une destination pour un citytrip loin des capitales conventionnelles. Mais étrangement, le mot Serbie se fait plus rare, comme laissé dans l’ombre de sa capitale.

Bienvenue en Europe de l’Est

Si nous avons l’habitude de voyager au bout du monde, nous devons reconnaitre que nous connaissons très mal notre chère Europe. Ce voyage en Serbie sera notre tout premier contact avec l’Europe de l’Est.

Premières impressions au sortir de l’aéroport : le cliquetis des briquets rythme mes pas au milieu du brouhaha des retrouvailles, des pancartes attendant de voir apparaitre leur propriétaire et de la fumée brumeuse qui me saute à la gorge à peine la porte battante de l’aéroport franchie.

Un chauffeur aux cheveux grisonnants et à la carrure imposante nous accueille. Enfin, nous fait un signe de tête avant de reprendre sa marche à grande enjambée jusqu’à son véhicule. En plaçant les sacs à dos dans le coffre, nous tentons d’entamer la discussion. Des banalités : « Bonsoir, il est loin l’hôtel ? ». Pas le temps de finir notre phrase que le chauffeur exécute de grands gestes, croisant ses bras devant son visage tel un bouclier magique :

No English, no English !

Nous retirons nos mots menaçants et répétons le sourire aux lèvres « No English, OK ! ». Le chauffeur baisse les bras, rassuré, et se dirige vers le volant. Vous le sentez aussi, que ce voyage va être une aventure ? Ressourçant !

Sous le ciel noir et sans étoile de la voie rapide qui nous ramène en ville, j’aperçois des panneaux routiers, présentant toujours deux alphabets, cyrillique et latin, sans pour autant que je ne reconnaisse aucun de ces mots… Ah, « Београд – Beograd » : nous approchons. Je vois peu à peu apparaitre des façades défraichies, fissurées et envahies par la végétation. La guerre contre la nature semble ne plus avoir lieu dans certaines demeures : elle a déjà gagné. Des boites d’air conditionné donnent des airs de visages pustuleux aux buildings de style soviétiques qui façonnent le début du centre-ville.

Le paysage évolue encore, fini les poulaillers, bonjour les boulevards à la française. Le style Belle Epoque et Art Déco s’affiche ostensiblement, comme un bond dans l’espace, un bond dans le temps, un bon d’une classe sociale à l’autre. Et puis là, sans prévenir, un bâtiment éventré, comme implosé, vestige de la guerre et du fracas d’une bombe. La guerre est encore visible, tangible.

C’est donc cela, l’est de l’Europe ?

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Vestiges d’une attaque

Notre véhicule croise de vieilles voitures qui rendraient presque leurs consœurs cubaines jalouses et des trams rouge délavé aux parois si fines qu’elles semblent faites pour être transpercées d’un simple coup de poing.

Sans repères dans ce monde inconnu, je commence à prendre conscience de l’ampleur de ce dépaysement. Un pays dont je ne connais rien, une histoire dont j’ai vaguement entendu parler durant mon enfance. Sortant de la voiture sous une fine bruine, je me dis que j’aurais sans doute dû réviser mes cours d’histoire…

Le chauffeur nous adresse un signe de tête, nous demandant de le suivre, et s’élance vers les ruelles piétonnes. Il apostrophe un Serbe qui lui répond par de grands gestes. Plus de doutes : nous sommes perdus. Le chauffeur ne semble pas très au fait sur la route à suivre pour arriver à notre hôtel. Nous reprenons la route, changeons de cap au détour d’une rue puis d’une autre et tout à coup, François repère l’enseigne recherchée et fait signe au chauffeur : c’est ici, nous y sommes enfin !

Hvala. Merci. Premiers pas à Belgrade, l’aventure commence.

La Belle Belgrade

Après avoir entraperçu la capitale sous la pluie avant de partir en direction du Danube (je vous en parlerai dans un prochain article), c’est une tout autre Belgrade qui se dévoile à notre retour sous les rayons du soleil deux jours plus tard : une ville lumineuse, vivante, en pleine effervescence !

Sous le soleil, la ville semble vibrer d’une nouvelle énergie, ranimée par un souffle nouveau : tout aspire à renaitre, la ville est en ébullition, foisonnante de vie et de créativité, regorgeant de petites terrasses et de musées d’art.

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Belgrade, ville vivante

Impossible de vous résumer tout ce que j’ai appris, vu, senti et ressenti en marchant dans cette ville. Si l’air est léger, on sent à travers différents indices du passé une histoire lourde et encore récente. La ville a été détruite plus de 49 fois nous dit notre guide. Impossible pour moi de me représenter cela…

Pêlemêle, je me souviens de Belgrade et de ses promenades au bord de l’eau, de son château fort avec sa vue imprenable sur le confluent entre la Save et le Danube, des ses ruelles pavées au charme pittoresque, de ses boulevards animés aux vitrines étincelantes, de ces bâtiments anciens s’appuyant sur d’autres, plus modernes…

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Vieilles maisons de Belgrade

Un dimanche matin ensoleillé comme les autres : des familles en balade, leur jeune enfant dans la poussette, des chiens en laisse, des passants allongés dans l’herbe profitant des rayons du soleil pour piquer une petite sieste ou plonger dans un bon bouquin, un groupe de papis qui jouent au foot torse nu dans le parc… Tous les âges et toutes les classes sociales semblent se retrouver et se mélanger pour un cocktail foisonnant de vie et de couleurs.

L’espace d’un instant, je me crois ailleurs. Les rues bordées d’arbres me replongent dans ces avenues de Buenos Aires que j’aime tant. Ces bâtiments au style colonial me ramènent à Barcelone, dans notre petit appartement proche de la Sagrada Familia. Les façades colorées de certaines maisons me rappellent le Guatemala et l’Amérique Centrale

Si le jour tout semble lumineux et vivant, la nuit n’est pas en reste. La vie nocturne de Belgrade est fidèle à sa réputation de ville culturelle et branchée. Des soirées chics aux plus bohèmes, il y en a pour tous les gouts.

Belgrade la blanche

Belgrade, ou Beograd, doit son nom aux couleurs de ses fortifications. Littéralement ville ou forteresse blanche, elle tient sa couleur de pierre… du corail ! Insolite pour ce pays au milieu des terres, un peu moins si l’on remonte loin (très loin) dans le temps, à l’époque où ces terres étaient baignées par une mer tropicale.

Belgrade, Serbie, Europe, Est
La Forteresse de Belgrade aux pierres blanches

Belgrade, carrefour entre l’Orient et l’Occident. Elle fut longtemps tout à la fois point de rencontre entre de grandes nations comme les Celtes, les Romains, les Turques, et frontière entre l’Europe chrétienne et l’Empire ottoman musulman.

On en retrouve des traces dans l’architecture sur les façades de la ville : différentes influences y sont clairement mêlées, donnant un cachet particulier à Belgrade.

Faisant abstraction de l’architecture « néosocialiste » des années 1945 à 1980, la ville renferme pas mal de trésors, si l’on daigne lever le regard vers les façades. Ainsi, çà et là s’élèvent de superbes immeubles aux façades décorées, reliant les arabesques orientales et les frises rococo et baroques.

Que voir à Belgrade

Belgrade est avant tout pour moi une ville à vivre, à marcher, à humer, à gouter… Une ambiance à palper, des habitudes vivre à imiter… Mais la ville regorge d’intérêts touristiques. Nous ne les avons pas tous vus (loin de là), préférant nous perdre dans ses rues que de suivre un plan préétabli. Mais pour les curieux, voici quelques-uns de ses lieux d’intérêt :

Forteresse de Belgrade et le parc Kalemegdan, quartier de Skadarlija avec ses rues piétonnes, vieille ville de Zemun, cathédrale Saborna (réunificatrice) de l’archange Michel, Mosquée Bajrakli, Tour d’Avala, église Ruzica, place de la République avec entre autres le Musée national et le Théâtre national, rue Knez Mihailova surnommée le cœur de Belgrade avec ses bâtisses citadines et bourgeoises, rue Karadjordjeva, et plein de musées : Musée ethnographique, Musée Nikola Tesla, Musée des chemins de fer…

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Musée National de Serbie

Mais s’il y a bien une visite que je vous conseille de ne pas manquer, c’est celle de l’église Saint-Sava.

Église Saint-Sava de Belgrade

Comment vous décrire ce lieu ? Avant d’être un bâtiment, c’est surtout un symbole : les Serbes n’ont pas eu le droit de construire des églises pendant l’occupation turque. Construite grâce aux dons du peuple, elle est un symbole du début de la chute du communisme et signifie beaucoup pour le peuple serbe. Avant d’être une église, c’est surtout un symbole d’union, de ralliement d’un peuple.

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Église Saint-Sava de Belgrade

Avant d’être une église, c’est surtout une œuvre impressionnante. Ce bâtiment se visite un peu comme la Sagrada Familia : encore en travaux, il impressionne pour ses dimensions, pour la tâche qu’il représente. L’aspect religieux passe bien après ce sentiment d’être tout petit devant l’immensité de l’édifice. Tout petit et si grands lorsque nous nous unissons. La construction, réplique de Sainte-Sophie (Constantinople), a commencé en 1939 et interrompue par seconde Guerre Mondiale. Elle devrait être finie d’ici deux ans.

Voir une grue au milieu de l’église, un prêtre qui chante la messe quelques mètres plus loin dans un coin, comme tenu à l’écart des regards indiscrets des curieux. Et, surtout, si vous pénétrez dans l’Église Saint-Sava, ne manquez pas sa crypte. Seule partie achevée, elle rayonne de blancheur, une odeur de peinture encore fraiche venant donner un caractère décalé à ces œuvres copiées d’un temps passé. On se croirait dans un véritable palais de conte de fées. Un mélange de styles et d’époques pour un résultat grandiose.

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Église Saint-Sava en travaux

Mais la magie des lieux seule n’aurait pas suffi à me faire ressentir l’émotion qui m’a envahie lorsque notre guide, ancien chanteur d’opéra, commença à chanter à capella sous les voutes de la crypte. Un frisson me parcourut l’échine, cédant la place à un sentiment d’infini et de profonde communion avec la beauté et quelque chose de plus grand que l’homme. L’amour, comme disait Albert Jacquard. Cet élan qui dépasse les hommes, cet état de communion dans lequel nous pouvons être quand nous nous unissons nos regards dans une même direction.

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Crypte de Saint-Sava

Que faire à Belgrade

À côté de ces ruelles pittoresques, de ces bâtiments et églises, Belgrade a encore beaucoup d’autres intérêts à offrir. À Belgrade, on peut se sentir tour à tour à la plage, sur un fleuve d’Amazonie et dans un quartier branché pour sortir la nuit.

Ada Ciganlija : dolce vita en pleine capitale

Le quartier de Ada Ciganlija, au bord de la Save, était autrefois la plus grande ile de ce fleuve. Elle est aujourd’hui reliée par deux barrages, transformant un bras de la rivière en lac artificiel, véritable zone balnéaire citadine. Une piste cyclable de 7 km fait le long de ce lac et, tout autour, on y trouve des coureurs et autre sportifs, mais aussi des familles venues se prélasser sur les plages de calais et des groupes d’amis venus boire un verre dans les espaces terrasse et lounge. Le soir en été, on y trouve de nombreux endroits pour sortir faire la fête.

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Ada Ciganlija

Kayak à Belgrade : nature à la ville

Je vous conseille vraiment d’aller faire une balade en kayak sur les rives de Belgrade : la nature en pleine capitale !

Ici, contrairement à notre dernière sortie kayak en Cantabrie, pas besoin de tenue de néoprène : le soleil est de sortie et aucune chute d’eau n’est prévue au parcours ! Nous rejoignons à coup de rame une petite ile triangulaire, au confluent du Danube et de la Save : « Great War Island », Grande Ile de la guerre. Cette ile d’environ 2 km de superficie doit son nom sanglant à sa position stratégique déterminante, qui lui a valu un rôle militaire important au cours de l’histoire du pays (contre les Turcs au XVIe siècle, les Ottomans au XXe siècle).

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Vue sur Great War Island depuis la Forteresse

Nous nous faufilons dans un étroit passage vers l’intérieur de l’ile, interdit aux bateaux, et tout à coup, nous ne sommes plus sur le grand Danube, nous ne sommes plus à la capitale. Fini la ville, bienvenue à la campagne. Quelques bruits citadins lointains, de plus en plus couverts par le chant des oiseaux, nous parviennent encore faiblement alors que nous nous aventurons sur le petit cours d’eau.

On pourrait se croire loin, très loin, en pleine Amazonie ou autre fleuve tropical, à des journées de pagaie de la civilisation… et pourtant la ville est si proche ! Nous arrêtons de ramer et improvisons un moment de sieste flottante au milieu du marais. Regarder le ciel, étendre le visage vers le bleu infini du ciel et regarder passer les nuages tout en inventant des formes et des histoires qui partent en fumée… Sentir les rayons du soleil lécher mon visage, voir la vie en jaune tout en fermant les yeux et se sentir bercée par le mouvement de l’eau et le son des clapotis… Un magnifique souvenir d’un temps si serein !

 Pour pagayer à Belgrade

Nous vous recommandons l’agence avec laquelle nous avons été explorer les rives de Belgrade : Belgrade Adventure

Vie nocturne à Belgrade

Un séjour à Belgrade ne serait pas complet sans gouter à la vie nocturne de la capitale. Les endroits pour sortir ne manquent pas, que ce soit dans les ruelles des quartiers du centre ou ceux en bord de fleuve ou sur l’eau, comme les splavovi (bars flottants).

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Vie nocturne en Serbie, même sur les grues !

Pourquoi voyager à Belgrade (informations pratiques)

Belgrade, ville foisonnante ! Chaque année, la ville suscite de plus en plus d’intérêt auprès des voyageurs, augmentant le nombre de touristes… Mais si l’on croise quelques étrangers, la majorité des visiteurs sont Turcs ou des pays limitrophes : très peu viennent de l’Europe de l’Ouest. Si vous voulez « prendre l’air » et ne plus entendre parler français, Belgrade est une destination toute trouvée !

Dans la capitale, les Serbes parlent généralement bien anglais (à part notre chauffeur de taxi !). Il y a toujours moyen de se comprendre. Par contre, dans les villes et villages plus reculés, c’est une autre aventure…

Le budget nécessaire pour y voyager est très raisonnable, Belgrade étant considérée comme une des villes les moins chères d’Europe. Même si la monnaie nationale est le dinar, l’euro est souvent accepté, et il est très facile de retirer de l’argent.

Nos bonnes adresses à Belgrade

Logements

À Belgrade, nous avons eu envie de nous faire plaisir et avons logé dans deux hôtels (un avant et un au retour de notre expédition vers le Danube), et les avons appréciés tous les deux.

Belgrade Art Hotel

Très bien situé, mention spéciale pour ses lits moelleux.

Adresse : Knez Mihailova 27, 11000 Belgrade

Moskva hotel

Central et connu de tous (pratique comme point de repère), cet hôtel a des airs très chics ! Très bon petit déjeuner et surtout souvenir insolite mémorable d’être réveillée par un orchestre et les clameurs de dizaines de mariés costumés (mariage civil groupé une fois par an à la capitale !).

Adresse : Terazije 20, 11000 Belgrade

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Jour de mariage

Restaurants

Je n’ai pas parlé de la gastronomie serbe, pourtant il y a beaucoup à en dire !
Premier point : pour gouter aux spécialités locales, mieux vaut ne pas être végétarien ! Au menu : beaucoup de grillades, cevapcivi (qu’on avait déjà rencontrés en Croatie : sorte de viande kebabs avec de l’ognon), pljeskavica (sorte de hamburger) et autres viandes !
Et second point : mieux vaut avoir un gros appétit pour arriver au bout des assiettes !

Niveau budget, un repas classique au restaurant en Serbie tourne autour des 10 à 15 euros.

Le Petit Piaf

Un excellent restaurant dans le quartier Skadarlija, accueil chaleureux, cuisine délicieuse et typique. Endroit animé en soirée.

Adresse : Skadarska 34, 110 000 Belgrade

Sac

Un restaurant insolite, dans une ancienne synagogue, dans le chouette quartier de Zemun qui vaut le détour. Ambiance agréable en terrasse, service aimable et cuisine typique.

Adresse : Rabina Alkalaja 5, Zemun, Belgrade

Crna Ovca

Les meilleures glaces de Belgrade nous a-t-on dit… Évidemment, on n’a pas pu résister à la tentation d’y gouter. Le service est super aimable : j’ai pu gouter à peu près tous les parfums étranges avant de me décider (il faut dire que je n’avais vu de la glace au parmesan auparavant !). Très bonne adresse et chouette quartier pour une balade.

Adresse : 11000, Kralja Petra, Beograd

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Vie nocturne à Skadarlija

Belgrade, le début d’un voyage

Belgrade a été le début d’un voyage : mes premiers pas en Serbie. Mais également le début d’un plus grand voyage : un voyage à travers l’Europe de l’Est qui ne fait que commencer. Belgrade était mon entrée, ma mise-en-bouche… et maintenant j’ai faim d’en découvrir plus !

La suite (avec entre autres, des ruines archéologiques et une croisière sur le Danube) au prochain épisode.

Belgrade, Serbie, Europe, Est
Randonnée en Serbie

Voyage sur invitation de l’Office de Tourisme de Serbie.

Pour poursuivre la lecture

15 commentaires

  1. Belgrade est fort sympathique. J’y ai été en 2007 et Saint-Sava était déjà « en construction »… C’est un sentiment particulier de déambuler dans cette ville qui raisonne pour nous comme une ville où la guerre a eu lieu il y a peu …

    Répondre
    • Oui, Belgrade est une ville surprenante avec des quartiers et des ambiances vraiment différentes.
      Saint-Sava m’a vraiment touchée : curieuse de voir ce que ça donnera quand ce sera fini !

      Répondre
  2. Ma première expérience en Europe de l’Est c’était en Roumanie où je suis partie pour un an. C’était un bon point de départ pour visiter d’autres pays d’Europe de l’Est. Par contre, la Serbie fait partie de ces pays de l’Est où je ne suis pas encore allée mais qui pourtant m’intéressent beaucoup. Je pense y aller dans les prochaines années. 🙂

    Répondre
    • La Roumanie a l’air d’avoir des paysages époustouflants et de quoi bien se dépayser sur le plan culturel !

      Je pense que la Serbie devrait te plaire également 😉
      J’en reparlerai dans un prochain article, avec les lieux « hors Belgrade »… et de belles photos de paysages 😉

      Répondre
  3. Je suis d’origine serbe par mes 2 parents. J’ai toujours transité par Belgrade pour me rendre dans ma ville d’origine Nis située au sud est de Belgrade à 220 kms. J’ai découvert cette magnifique ville qu est Belgrade avec me fille de 6 ans l’année dernière et je n’ai qu’une hâte c’est d’y retourne afin de la découvrir encore plus. Et d’accord avec vous Sveti Sava est magnifique… Même ressenti que lors de ma visite de St sophie à Istanbul… Et merci à vous de parler et de faire découvrir cette magnifique ville et surtout notre beau pays… Zivela srbija !

    Répondre
    • Bonjour Jelena, merci pour ce message et témoignage : cela me fait très plaisir !
      Nous reparlerons de la Serbie dans un prochain article, j’espère qu’il vous plaira aussi ^^

      Répondre
  4. J’ai visité Belgrade en 2014, j’y suis allé pour le mariage de deux amis à Nis au sud de la Serbie, une belle occasion d’immersion dans la culture serbe (d’ailleurs la mariée s’appelle Jelena, comme pour le commentaire précédent mais « ma » Jelena n’a pas encore d’enfant donc ce n’est pas elle, mais je trouve ça drôle).
    Je ne sais pas si la rénovation de la crique de l’église Saint-Sava était déjà fini en 2014 car je n’y suis pas rentrée … je le regrette aujourd’hui! 🙁

    Répondre
    • Merci Isabella pour ton commentaire.
      Et pour l’Eglise Saint-Sava, c’est une bonne excuse pour « devoir » y retourner ! 😉

      Répondre
  5. Bonjour Amandine, merci pour cet article magnifique. J’espère que vous avez visité Novi Sad et que vous allez le partager avec vos lecteurs. Sinon, je serai ravi de vous y accueillir un jour.

    Avec mes meilleures salutations

    Répondre
    • Bonjour Goran, merci pour votre commentaire. Non, nous ne sommes pas encore allés à Novi Sad… un jour peut-être ! 🙂

      Répondre
      • Je suis née a Belgrade je vie en France depuis l’âge de 15 ans, j’adore toute Ex-Yougoslavie, Belgrade une très belle ville, j’ai visite Novi Sad en 2010 et très surprise une très très belle ville… Bcp de choses à voir…

  6. Bonjour…

    Merci de cet article. Mais j’ai quand même du mal avec l’approche, au début… les questionnements type « c’est donc cela l’est de l’Europe ? » qui font vraiment « nunuche »… et insultants. Ce sont les balkans, pas « l’est ».

    Répondre
    • Je vous trouve fort pointilleuse car pour moi, qui suis en Europe également, Belgrade (et les Balkans) sont bien géographiquement à l’est 😉
      D’autre part je ne vois pas ce que le questionnement a d' »insultant et de nunuche »: chaque personne qui consacre du temps à réaliser un blog le fait avant tout pour le partage de moments qu’elle a vécus ou ressentis, pas pour se conformer à un cadre rigoureux.
      En tout cas, ça m’a donné envie d’aller voir par là. Merci Amandine.

      Répondre
      • Merci Nanie ! ^^

  7. Bonjour Tilda, merci pour votre message. Désolée si mes mots ont pu vous heurter, ce n’était pas le but : juste un partage d’émotions et de pensées, selon mes expériences, ma sensibilité et mon vécu…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest