Lecteurs, proches et amis me demandent souvent quels sont mes conseils pour réussir un voyage ? « Vu ton expérience, tu as sûrement des trucs et astuces à nous partager »

Cet article devrait plutôt s’appeler « 12 conseils pour ne pas rater son voyage », car peu importe les conseils que vous suivrez, la réussite de votre voyage ne dépend que de vous. Réussir son voyage est une notion toute personnelle, comme je l’explique dans « Le mythe du voyage parfait ». C’est votre perception subjective, votre humeur, votre état d’esprit, l’ambiance… qui déterminera votre sentiment global sur la réussite de votre voyage.

Malgré tout, certains conseils peuvent vous permettre d’éviter des problèmes qui pourraient entacher votre expérience. Voici donc mes conseils pour mettre toutes les chances de votre côté pour passer de superbes vacances !

  1. Bien choisir sa destination

    Ce premier conseil peut sembler évident, mais il est crucial : c’est la base de tout. Pour choisir sa destination, il suffit de se laisser rêver un peu, de piocher dans sa Bucket List, de jouer aux fléchettes sur une carte du monde ou de profiter de promotions alléchantes …

    Ne pas savoir, prendre de choix, choix difficiles, hard choices
    Bien choisir sa destination

    Choisir sa destination en connaissance de cause

    Le plaisir de la rêverie devant l’atlas doit s’accompagner d’un minimum de recherche d’informations.
    Par exemple, mieux vaut se renseigner sur la situation politique du potentiel pays de destination (guerre, révolution, coup d’État …).

    Le choix de la destination impliquera aussi parfois des vaccins, conseillés ou obligatoires, ainsi que la nécessité d’avoir un passeport voire un visa. Toutes ces démarches demandent une certaine anticipation et limitent donc les départs « last minute ».

    Choisir sa date : se renseigner sur le climat

    Au-delà du choix de la destination en tant que tel, le choix des dates est également important. Certaines destinations ont deux saisons principales, la mousson et la saison sèche. Découvrir un pays dans l’une ou l’autre ne sera pas du tout la même expérience.

    Par exemple, nous avons visité le Cambodge en février, saison sèche : la végétation était par endroit rare et les maisons au bord des rives du Tonlé Sap ressemblaient à de grands échassiers.

    Par contre, nous avons découvert le nord du Pérou pendant la saison des pluies, et avons ainsi vécu un trajet en bus assez chaotique à cause de glissements de terrain dus aux fortes pluies.

    Choisir sa date : se renseigner sur les fêtes et congés

    Et en dehors du climat, choisir ses dates judicieusement permet d’éviter les saisons touristiques hautes. Les moments de congés scolaires sont toujours des moments fort touristiques, mais il convient également de se renseigner sur les congés locaux, ainsi que les fêtes et événements du pays de destination.

    Se rendre en Bolivie en pleine saison de carnaval, à Rome lors d’une canonisation, à Saint-Jacques de Compostelle le jour de la fête des rameaux, à Lisbonne pour la finale de la coupe de la Ligue des Champions … changera complètement l’expérience du voyage !

    Être flexible, tant au niveau des dates que de la destination, permet également de profiter de prix plus intéressants.

  2. Prévoir le côté financier

    Quel budget ?

    Se réserver un budget pour son voyage permet de définir un cadre clair et d’anticiper le séjour en mettant de l’argent de côté afin de ne pas (trop) se priver sur place. Je trouverais dommage d’atteindre le bout du monde et de ne pas pouvoir en profiter pour découvrir le pays comme je le souhaite, faute de moyens.

    Personnellement, j’ai créé un compte en banque uniquement pour nos voyages : cela fait 5 ans que nous mettons de côté pour notre projet « Back To America » (tout en continuant à voyager en attendant).

    Une destination n’est pas l’autre : le budget pour un mois en Bolivie ou au Japon ne sera sûrement pas le même ! Si vous avez choisi votre destination et avez une idée de ce que vous voulez y faire, renseignez-vous sur le coût de la vie sur place et celui des activités touristiques, afin d’établir un budget.

    Quelles cartes bancaires ?

    Le budget n’est pas le seul point d’attention à avoir : pensez aux comptes et cartes bancaires que vous utiliserez : il y a-t-il des démarches spécifiques pour le retrait à l’étranger ? Les comptes sont-ils à flot ?

    Nous partons toujours avec des cartes liées à des comptes différents (au cas où l’un d’eux serait inaccessible, piraté …) et avec deux cartes de crédit, rangées dans des sacs différents (perte, vol…).

    Quelle monnaie ?

    Avez-vous besoin de vous munir de monnaie locale ? Si oui, il n’est pas toujours nécessaire de s’en procurer avant le départ : des distributeurs sont souvent présents dans  l’aéroport de destination. Pour plus de tranquillité pour des voyages au long cours, il est toujours possible de prendre quelques dollars US, monnaie utilisée (par les touristes) un peu partout dans le monde.

  3. Penser aux documents

    Plusieurs documents sont nécessaires ou conseillés pour voyager l’esprit tranquille. La base de tout : les papiers d’identité (carte d’identité ou passeport selon la destination).

    Conseils et astuces

    En plus de vérifier les dates de validité (attention, souvent, il faut voyager avec un passeport valable au moins 6 mois après la date de retour !), voici quelques conseils pour être prêt au pire (perte ou vol de ses documents).

    Conseils pour vos documents importants

    • scanner ses documents et se les envoyer par mail et/ou de les stocker en ligne
    • faire une photocopie, à ranger dans un autre sac/compartiment que le passeport, pour toujours en avoir un sur soi en cas de perte/vol

    Conseillé, mais non indispensable :

    • Avoir une copie de son itinéraire de vol/trajet (numéro de vol, correspondances …) : généralement, je garde une copie des billets sur mon smartphone/ordinateur (vive l’application Passbook sur l’iPhone).
    • Avoir une copie de la réservation de son logement : ici aussi je note les données (adresse, référence de réservation) sur un document que je garde sur mon smartphone/ordinateur.
  4. ©Moyen Brenn

     

  5. Bien choisir et réserver ses moyens de transport

    L’avion, bien que très prisé pour les destinations lointaines, n’est pas la seule option qui s’offre au voyageur.

    Soyez vigilants lors de la réservation de votre vol/voiture/… : avant de confirmer vérifiez bien les villes choisies, les dates, les correspondances ainsi que toutes les options possibles (bagages inclus ? assurance ? frais supplémentaires ? taxes incluses ? …). Le prix ne doit donc pas être le seul critère de choix.

    Certains comparateurs en ligne, comme Momondo, peuvent vous aider dans votre recherche et même vous prévenir, via un système d’alerte, à la mise à jour des prix pour le vol recherché.

    Surtout, que ce soit pour le logement ou le moyen de transport, prenez le temps d’analyser les différentes options avant de faire votre choix. Cela peut paraître stupide, mais parfois, dans la précipitation et l’excitation de la réservation, on peut baisser sa garde et faire des erreurs par négligence …

    Dernièrement, François s’est trompé lors de la réservation de notre séjour à Rome et n’a pas pris les mêmes dates pour les billets d’avion et pour la réservation de l’hôtel.
    Ce genre de distraction peut arriver à tout le monde !

    Conseils pour réserver son billet d’avion

    • Pour bénéficier d’un vol agréable, choisir sa place dans l’avion est important, d’autant plus si on voyage à plusieurs afin de rester groupés.
    • Il faut également porter une attention toute particulière dans le cas des correspondances.

    Pour l’anecdote, lors de notre trajet aller pour le Cambodge (Bruxelles-Amsterdam-Guangzhou (Chine)-Phnom Penh), nous n’avions pas pu réserver nos places en ligne  et nous avons eu la mauvaise surprise de découvrir à l’aéroport qu’ils ne pouvaient pas nous réserver nos sièges pour le vol Amsterdam-Guangzhou.

    Une fois à Amsterdam, nous avons dû nous enregistrer en triple vitesse et n’avons plus pu choisir nos sièges, car l’avion était déjà plein. Nous avons ainsi passé 11h de vol avec des places séparées.

  6. Bien choisir son logement

    Style, budget, adresse … : beaucoup de critères entrent en jeu dans le choix du logement. Pour plus de conseils pour se voyager sans se ruiner, je vous invite à lire l’article « 11 astuces pour réduire son budget hébergement en voyage ».

    De manière générale, la situation de son logement aura un rôle prépondérant dans l’expérience du voyage. Être bien centré permet de goûter à l’animation de la ville … avec ses bons et mauvais côtés : plus on près des centres d’intérêt, plus les prix grimpent et plus également le risque que le quartier soit bruyant augmente.

    Quelle formule choisir ?

    Le choix du logement s’accompagne aussi parfois du choix de la formule : petit déjeuner inclus, demi-pension ou pension complète. Nous avons tendance à préférer la première option (voire ne rien prendre du tout la plupart du temps). La pension complète est souvent un motif pour rentrer plus souvent à l’hôtel afin de profiter de ces repas « gratuits », ce qui limite la découverte de la région et la diversité des expériences gastronomiques.

  7. Bien choisir ses partenaires de voyage

    Partir seul ou accompagné change la dynamique du voyage, le second type de projet nécessitant une étape supplémentaire dans la préparation du voyage : bien choisir ses compagnons ! Mieux vaut partir seul que mal accompagné … J’en parle avec humour dans l’article sur les pires compagnons de voyage.

    Plus sérieusement, partir avec une ou plusieurs personnes nécessite également plus de réflexion : que chacun sache ce qu’il attend de ce voyage et le communique aux autres afin d’éviter les mauvaises surprises une fois sur place. Un voyage en couple ou entre amis, c’est un juste équilibre à trouver entre réalisation de ses envies et compromis.

    voyager, couple, voyage, avantages, raisons
    Voyager en couple pour élargir ses horizons

To be continued…

Mon article étant assez long, mon relecteur préféré m’a conseillé de le couper en deux volets. Pour découvrir la seconde partie, c’est par ici !

J’espère que ces premiers conseils pourront être utiles aux voyageurs moins expérimentés et que j’ai pu répondre à certaines des questions qui m’ont été posées.

Des conseils à partager ? Des expériences à raconter ? Lâchez-vous dans les commentaires ! 

16 commentaires

  1. Vivement la deuxième partie ! 

    Répondre
    • Merci Stendhal Syndrome pour l’enthousiasme 😉
      La seconde partie sortira normalement la semaine prochaine ^^ 

      Répondre
  2. Merci beaucoup pour cet article très intéressant, j’attends la suite avec impatience moi aussi. Je n’ai pas eu l’occasion de voyager beaucoup pour l’instant, mais certains conseils sont applicables aussi pour les petits déplacements en France. Pour les « vrais » voyages, quand on a pas l’occasion d’en faire beaucoup, on appréhende plus certaines choses, donc avoir les conseils de personnes expérimentées permet de s’assurer une sécurité et d’avoir l’esprit plus tranquille.
    Sinon moi aussi je fais comme toi côté budget : je prévois un compte spécifique, que ce soit pour les voyages ou les vacances en France. Ce serait en effet dommage de partir loin, ou même non loin en France, mais de ne pas pouvoir en profiter ! Et je fais toujours un tas de recherches avant de partir, pour éviter au maximum les mauvaises surprises et être sûre de ne rien rater d’important.
    Malheureusement, ayant des enfants scolarisés, nous sommes un peu coincés pour voyager hors périodes scolaires, et de toutes façons mon travail m’en empêcherait : je travaille pendant les périodes scolaires et je n’ai pas le droit de prendre de congés pendant ces périodes là, car je bénéficie de toutes les vacances scolaires… Donc au niveau tarif, on paie toujours le maximum à tous les niveaux, et on est toujours dans les bains de foule ! Mais nos vacances, ou voyages, sont toujours orientées randos, ça nous permet d’échapper un peu au pire… A te lire très vite pour la 2ème partie.

    Répondre
    • Bonjour Sylvie, merci pour ton commentaire. Je suis ravie que cet article t’ai intéressée.

      Effectivement, ces conseils sont assez « unviersels », valables pour toutes les escapades, à quelques kilomètres comme à l’autre bout du monde, même si souvent les grands voyages demandent plus de préparation … Quoique : nous avons tendance à préparer avec plus de précision les citytrip de quelques jours en Europe que les voyages de plusieurs semaines/mois sur d’autres continents, surtout à cause de la limitation de temps sur place.

      Pas de chance pour les contraintes de dates pour partir en vacances : c’est sûr que c’est une des libertés que nous savourons, n’ayant ni de contraintes au niveau d’enfants ni au niveau boulot. Mais tout choix à ses avantages et inconvénients 😉

      Merci pour ton enthousiasme et à la semaine prochaine pour la suite !

      Répondre
  3. Un beau résumé (en tout cas, première partie de résumé 😛 )!

    Je me rends compte, de plus en plus, que je suis « passée date » niveau technologie et voyage, hahah! Je suis de la génération (pour ce qui est des premières années de voyage) pour qui apporter un quelconque téléphone portable en voyage relève de la fantaisie (d’ailleurs, j’ai fait l’acquisition de mon premier téléphone portable lors du dernier voyage 😛 et au retour)… Donc, en Europe, en Amérique du sud, etc., les copies scannées de nos documents importants, c’était en version papier, et par courriel (avec un accès Internet moins efficace et aisé qu’aujourd’hui). Pas de cartes routières ou de plan de ville en version électronique accessible aisément sur un machin de poche, ni l’accès facile au compte bancaire… Et pourtant! Ça ne fait pas SI longtemps tout ça!

    Décidément, ça a tout qu’un côté pratique tout ça 😉

    Hâte de lire la suite 😉

    Répondre
    • Bonjour Bianca, merci pour ton commentaire 🙂
      Je me retrouve aussi dans la description « vieille école » dans l’utilisation de la technologie en voyage : lors de notre premier voyage au long cours, nous sommes partis sans smartphone, et question sauvegarde des passeports &co, uniquement un sac par mail (avec comme tu le dis, une certaine inconstance dans la possibilité d’avoir accès à Internet … sans compter la vitesse de connexion !). Bon, nous avions tout de même un mimi-ordinateur …

      Mais ces dernières années (et surtout ces derniers mois), nous nous sommes fortement modernisés, avec aussi un smartphone acheté en voyage (à la fin du voyage au Cambodge 😉 ) et des MacBook Air (depuis que je blogue, chacun son ordinateur ! Oui, je sais, c’est du luxe !). Depuis que je m’intéresse à la photo, nous prenons aussi chacun notre appareil (alors que les couples qui faisaient « les photos en double » me faisaient rire il y a quelques années … !).

      Tout évolue, les technologies mais aussi le regard que nous avons sur elles et notre envie/besoin de les utiliser.
      Maintenant, je distingue très clairement ce qui est « utile/pratique » au voyage (comme la sauvegarde des documents numérisés par exemple), de ce qui est du luxe pour le voyageur (les cartes sur smartphone) et de ce qui est lié à l’écriture d’un blog (double PC).
      Et si jamais j’arrêtais de bloguer, nous retournerions peut-être au niveau « basique », sans souci je pense (nous avons bien pu vivre sans téléphone/smartphone pendant ces 4 ans !).

      La seconde partie des 12 conseils est sortie aujourd’hui même ! : 12 conseils pour réussir son voyage (partie 2)

      Répondre
      • Mon conjoint me fait gentilment remarquer qu’il n’y avait tout simplement pas (ou que très très peu) d’utilisateurs de smartphone (et même de téléphone mibile tout court) autour de nous lors de nos premiers voyages longs courts…Et même si cela avait été courant, nous n’aurions pas eu les moyens d’en posséder un à l’époque… ça explique un peu mieux le pourquoi nous n’en avions pas, ce n’était simplement pas très populaire/accessible/connu… ici du moins. Merci chéri 😛

        Lors du voyage en Australie qui a duré 11 mois, nous avions apporté un ordinateur portable. Ça a pratiquement doublé nos bagages hahah! Mon conjoint travaillant temps plein… et moi, même avec toute la volonté du monde, étant maman d’une « court partout », ça ne m’aurait pas donné grand chose d’avoir mon appareil aussi…

        Et quand je vois le prochain départ s’en venir… avec mon ordinateur, le sien, l’école, le travail, l’écriture.. je me dis que ça doublera bien notre effectif hihhi! Bien hâte de voir ça…

        je vais aller lire l’autre partie quand les enfants seront couchés 😉

      • Avec le temps, les technologies évoluent 😉 C’est sûr qu’il y a quelques années, partir avec un téléphone était plus exceptionnel qu’aujourd’hui (et moins abordable !).

        Haaa les préparatifs : que prendre vs que laisser … nous sommes occupés à compléter notre matériel photo/informatique/technologie à tel point que je pense qu’on partira avec un t-shirt chacun pour compenser 😉 Vive la technologie ! ^^

  4. Bonjour,

    Mise au point très intéressante et très joliment écrite. Un plaisir à lire.

    Bonne journée

    Répondre
  5. Bonjour Amandine et François ! 🙂
    Comme demandé, voici une question via le blog (même si je sais pas encore comment commenté avec mon identifiant de blog).
    Pour ce qui est des changes d’argent pour le Pérou et l’Equateur (vu que vous aussi vous avez commencé par là ça m’intéresse), j’ai cru lire dans toutes les lectures que le change est plus intéressant sur place, vous confirmez ? Et il faut déjà avoir des US$ ici en Belgique avant d’y aller ? Ou on change les € en US$ là-bas aussi ? Je suis un peu perdue côté argent. Je sais que c’est mieux d’avoir du cash car on nous débite de l’argent pour chaque retrait d’argent via mister cash/visa, mais en même temps, c’est dangereux de se balader seul avec beaucoup d’argent sur soi.
    Merci d’avance pour vos conseils ! Votre blog est une mine d’or d’informations 😉

    Répondre
    • Bonjour Justine 🙂
      Je ne me considère pas une pro sur toutes les questions qui touchent à l’argent et à l’administratif (car ce sont des sujets qui ne m’attirent pas ^^); mais je peux te dire comment nous nous fonctionnons (même si ce n’est peut-être pas la seule ni la meilleure façon de faire ^^).

      Je prends toujours avec moi quelques USD de réserve : c’est ma sécurité « en cas de pépin », car c’est accepté à peu près partout et/ou très facile à changer partout. En moyenne, je prends entre 50 et 100 USD.

      Pour ce qui est de les avoir avant de partir ou une fois sur place : les deux sont possibles, car souvent les distributeurs locaux permettent de retirer des USD (souvent, mais pas toujours).

      Sinon, je retire de l’argent une fois dans le pays, généralement directement à l’aéroport.

      Lorsque je sais que je vais quitter un pays, je réduis mes retraits d’argent afin d’évacuer au maximum ma monnaie locale. Je fais donc très rarement du change une fois arrivée de l’autre côté de la frontière, où je retire de l’argent à un distributeur.

      Mais s’il te reste de la monnaie du pays voisin, tu peux très facilement l’échanger : généralement plein de personnes se proposeront pour te changer ta monnaie. Renseigne-toi avant sur le taux de change, histoire de savoir de quoi on parle !

      Et niveau carte de banque, on part avec minimum 2 cartes de banques et 2 cartes de crédit, reliées à 2 banques différentes (pour être sûr que l’une des cartes « passe » dans la machine, car on a déjà eu quelques soucis ; pour au cas où on a un souci avec une banque ; et pour en cas de vol – chaque carte étant ranger à des endroits différents).

      Voilà pour notre fonctionnement ! J’espère que ces informations te seront utiles. En tout cas merci pour ton retour enthousiaste, cela nous fait très plaisir 🙂

      Répondre
  6. Bonjour Amandine,
    La lecture de ton article est comme souvent très intéressante. Merci pour ces conseils (j’ai beaucoup aimé le lien avec le voyage parfait). Cela dit, j’aurais une question est purement pratico-pratique 🙂
    Ton anecdote sur la correspondance à Amsterdam m’interpelle car d’ici une semaine on part au Pérou (Bordeaux-Paris-Amsterdam-Lima) avec mon copain et notre correspondance à Schiphol ne durera qu’une heure. Le délai est court et il paraît que l’aéroport est grand… Je ne le connais pas, aurais-tu donc des conseils pour le transfert et éviter de rater notre vol jusqu’à Lima ? Merci d’avance !

    Répondre
    • Bonjour Sonia,

      en fait, il ne faut pas hésiter à demander à passer dans la file prioritaire, elle est pour la 1e classe, mais aussi pour les connexions courtes (en tout cas c’était le cas il y a encre 1 an de cela). Pas d’autres solutions miracles par contre !

      Répondre
  7. Merci pour cet article de comment réussir un voyage. Nous sommes en train de choisir notre destination et planifier les autres détails importants. C’est un bon conseil de faire attention à la date pour que ça se passe bien avec le climat. Nous allons considérer ce point pendant notre planning, merci.

    Répondre
    • Merci pour ce gentil commentaire ! On vous souhaite bonne chance et bon travail pour les préparatifs : on sait que ce n’est pas toujours évident de combiner budget, envies, météo… etc ! Au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest