Un sac sur le dos
François

Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


Quand vient l’heure de faire ses bagages, choisir les vêtements à emporter devient vite un vrai casse-tête. S’il s’agit de faire un sac à dos pour un voyage au long cours, le choix devient stratégique : il faut que tout entre dans le sac en prenant soin de garder de la place pour le « non-vêtement ». Alors, comment s’habiller en voyage ?

Qu’il y a-t-il dans un sac ?

 

Votre sac va comporter plusieurs catégories d’éléments :

Et le tout doit tenir dans un espace assez restreint !

Des débuts parés à tout

Pour notre premier voyage au long cours, nous avions opté pour des grands sacs à dos de plus de 60L. Et qui dit grand sac dit grande quantité de bazars inutiles que l’on prend pour le « au cas où ». Pour l’anecdote, alors qu’on avait prévu de loger à l’hôtel ou chez l’habitant, nous avions pris une housse de couette 2 personnes qui pesait plus d’un kilo. Nous l’avons abandonné dans un hôtel au bout d’un mois.

Pour les vêtements, nous avions pris l’équivalent de trois tenues par personne. L’une était sur nous (car nous évitons de nous balader nus dans les rues !), les deux autres dans les sacs. Nous les avions choisies selon notre destination et sa météo : Amérique du Sud en été.

Chacun de nous avait les vêtements suivants dans son sac :

Tous ces vêtements n’étaient pas des vêtements de marque ou techniques, on n’avait pas trop idée de sur quoi on allait tomber là-bas et on s’était dit qu’au pire si on avait besoin de quelque chose ou achèterait sur place. Finalement, seul un jeans a dû être remplacé, un short a été acheté pour Amandine. Ah oui, on a aussi craqué sur deux chapeaux. Mais désormais, nous sommes passés aux casquettes, bien plus discrètes et plus faciles à ranger dans le sac.

Jusqu’à notre dernier voyage en Sicile, nous avons toujours procédé de la sorte pour les vêtements, le strict minimum, parfois Amandine ajoute une robe quand le climat s’y prête.

L’expérience sicilienne : les vêtements techniques

Pour le voyage en Sicile, nous avons troqué nos grands sacs usés par des nouveaux bien plus petits (32L et 33L, soit la moitié de capacité !). Il a fallu faire un choix, gagner de la place (et du poids, bonne nouvelle !). On a alors essayé des vêtements techniques chez Eider, sans être vraiment convaincus par l’utilité de la chose.

Cette fois, nos sacs étaient composés ainsi :

En gros, c’est un short et un t-shirt en moins pour chacun (Amandine avait aussi pris sa jolie robe rouge qui a eu beaucoup de succès auprès de la gent masculine sicilienne). L’astuce, c’est que le pantalon technique pouvait être remonté en trois-quarts, ou allégé grâce à des fermetures éclair pour en faire un short. Ces pantalons étaient en une toile très légère, ne prenaient pas la moitié de la place d’un pantalon classique et en plus séchaient beaucoup plus vite et nous gardaient étonnamment bien au chaud.

Mon meilleur souvenir est lors d’une balade en scooter où nous étions en mode short, nous nous sommes fait surprendre par une belle averse. Ni une ni deux, nous avons rezippé les manches des pantalons et sommes repartis illico presto. Une fois arrivés à destination, à l’abri, il aura fallu moins de 10 minutes pour qu’ils sèchent.

Un must have ?

Les vêtements techniques n’ont rien d’obligatoire, nous avons voyagé des années sans et on pourrait largement s’en passer. Comme souvent, tout dépend de l’utilité de chacun, un peu comme les graphistes que l’on retrouve pour la plupart sous Mac, alors qu’ils pourraient être sous Windows.

Ces vêtements ont pour seul désavantage leur prix. Mais leur confort d’utilisation, leur durée de vie (qui rentabilise largement le prix à mon humble à avis), leur poids et leur taille en font un allié de force pour nous qui souhaitons voyager léger. Avec les années, nous sommes passés de sacs chargés de 10kg à un poids de 7kg. C’est le dos qui nous dit merci !

À noter qu’en Sicile, nous sommes partis une semaine et non pour un voyage au long cours, mais l’expérience fut un tel succès que la composition du sac pour nos prochaines aventures ne devrait pas varier beaucoup.

Il existe des vêtements techniques de toutes sortes, je n’ai pas parlé ici des vestes, pulls, sous-vêtements, chaussures (qui à elles seules méritent un article complet)… Nous en reparlerons prochainement.

Et vous, plutôt vêtements classiques ou techniques ?

23 réponses à “Vêtements techniques en voyage : réelle utilité ?”

  1. ah oui et d’ailleurs.. je sais pas si c’est toi Francois sur l’image principale de dos, mais si oui.. le sac Osprey c’est un excellent choix! Je parlais de sac à dos juste avant.. et bien voilà ma petit drogue, le sac Osprey je peux plus m’en passer 🙂

  2. Ce n’est pas moi qui remettra en doute l’utilité de ces vêtements, en ce qui me concerne, « l’essayer c’est l’adopter ». Surtout pour les voyages au long cours, et surtout dans ma situation, puisque je boucle mon sac sans jamais savoir quand je reviendrai, ni par quel coin du monde je passerai d’ici là (on apprécie la polyvalence dans ce cas). D’ailleurs j’ai fait ma petite sélection d’incontournables il y a peu ici : 3 vêtements techniques incontournables pour voyager
    Au passage, je découvre le nouveau look de ton blog, c’est très beau !

  3. Apres un an autour du monde je dirais que 1jean+1chemise de bucheron est le mieux pr passer le plus inaperçu possible (par rapport aux touristes et autres voyageurs): c est quasi international en zones urbaines ou sont la plupart des locaux vivotant du tourisme (en activité ou vol). Vieilles fringues de sport technique pr le rural…mais elles apparaissent si modernes aux yeux des paysans qu on ne peut éviter le decalage visuel. Je n avais quasi pas acheté d affaires car pas envie de les perdre en transit aérien ou me les faire voler.
    PORTEZ DU BON VIEUX!

    • Tout a fait d’accord avec Viavelo David-Isabelle: tt dépend de ta façon de voyager (type de transport, d intérêts, d’activités, d objectifs..). Le tech ça sèche vite, c pas lourd, ca prend moins de place, ça parait plus léger sur la peau, ….par contre faut pas être allergique, peur de paraitre un astronaute en milieu rural surtout..etc

  4. En tout cas, les vêtements techniques et innovants , gagnent à juste titre, du terrain sur les textiles plus traditionnels, c est le cas dans le sport, les loisirs et le outdoor. Mais peu à peu ca devient aussi le cas dans les vêtements de travail.
    Mais …. technique ou pas l essentiel est d être à l aise dans ces vêtements…il faut parfois, ne pas se poser trop de question.

  5. Bonjour,
    Nous avons toujours préféré l’économie … Jusqu’ à ce que nous osions « La Grande Escapade » . Pour ce TDM de 11 mois, nous avons privilégié des vêtements performants, légers et pratiques. Nous avons tourné exclusivement avec 2 de ces tenues complètes ; elles reviennent quasi-intactes … c’ était inespéré ; nous ne regrettons vraiment pas !
    Zou …

    • Bonjour Jean-Fi, merci pour ton commentaire et ton partage d’expérience.
      Comme toi, mon choix de vêtements pour nos premiers voyages étaient avant tout basé sur l’économie, en piochant dans la garde-robe habituelle … Et si ces vêtements ont bien vécus, ils ne sont pas ressortis indemnes de plusieurs mois de voyage sac à dos en Amérique latine !

      Les vêtements techniques sont certes plus cher, mais ils sont (généralement) plus résistants, et plus adaptés au terrain. Je pense qu’une belle solution est un mélange des deux, afin de ne pas trop empiéter le budget, prendre des vêtements que l’on aime (car difficile de trouver des vêtements techniques aux coupes travaillées et aux motifs colorés !) et d’autres plus spécifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.