Un sac sur le dos
Amandine

De tous les sites archéologiques que nous avons pu visiter, celui de Tiwanaku (ou Tihuanacu ou Tiahuanaco), en Bolivie, est sûrement le plus étrange de tous !

Il était une fois…

Tout commence, pour nous autres européens, avec les conquistadors qui débarquèrent dans ce Nouveau Monde et découvrirent la ville de Tiwanaku. Mais étrangement, cette cité était déserte. Qui vivait ici ? Pourquoi les peuples locaux l’ont-ils abandonnée ?

Les paysans de la région à l’époque étaient unanimes : ce ne sont pas eux qui l’ont construite, elle existait déjà depuis longtemps et ils ne l’ont jamais vue habitée.

Panorama de l’Altiplano

Le mystère se renforce et persiste encore de nos jours : les archéologues, après plus de 150 ans de fouilles, ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord pour dater la cité de Tiwanaku. Certains affirment qu’elle date d’il y a 4.000 ans, et d’autres pensent qu’elle est bien plus ancienne : 8.000 ans ou plus !

Tiwanaku : un vent de mystère

Située dans l’Altiplano bolivien, une des plus hautes régions habitées du globe, à 4.000 mètres d’altitude, la cité de Tiwanaku est perdue au beau milieu d’une plaine désertique, balayée par les vents. C’est d’ailleurs non loin de là que les Espagnols avaient décidé de bâtir la capitale ; mais il ne leur fallut que quelques jours pour se raviser et choisir l’emplacement que l’on connait aujourd’hui à La Paz, dans une cuvette protégée du climat rigoureux et du gel nocturne.

Lorsque l’on marche sur ce site millénaire, une ambiance particulière se fait sentir : la richesse du passé et des énigmes qui l’entourent est palpable. Le site archéologique de Tiwanaku est sans doute celui qui nous a le plus marqués jusqu’à présent tant il est énigmatique.

Il ne laisse jamais ses visiteurs indifférents : certains, comme nous, tombent sous le charme de son mystère, d’autres n’y voient qu’un tas de pierres dépareillées. Et je peux comprendre cette seconde réaction, car le site de Tiwanaku en a vu de toutes les couleurs … J’en parlerai dans un prochain article.

Une civilisation précolombienne pas comme les autres

Lors de nos voyages au Pérou, nous avons appris que les Incas n’avaient vécu qu’un siècle. Un siècle … c’est peu finalement ! Surtout si on les compare aux Tiwanaku, qui auraient vécu au minimum 27 siècles !

Mur typique inca, Cuzco

Mais revenons aux Incas : pour atteindre un tel niveau de maîtrise technique (entre autres en architecture) en si peu de temps, ils ont conquis un immense territoire. Et plutôt que d’exterminer les populations sur leur chemin, ils les ont « englobées ». Les Incas sont ainsi la fusion des savoirs des différentes civilisations de l’époque.
Mais un mystère demeure (un de plus !) : de toutes les civilisations rencontrées au Pérou, aucune n’avait été capable de tailler des pierres comme l’ont fait les Incas. D’où leur vient donc ce savoir ?

Dès les premiers pas sur le site de Tiwanaku, le mystère s’éclaircit : les murs sont conçus comme ceux que nous avons pu voir à Cuzco, à plus de 500 km de là. Ainsi, nous pensons sans réserve que les Tiwanakus figurent parmi les ancêtres des premiers Incas.
Et il y a plus impressionnant encore : certains blocs possèdent des gravures de portes et fenêtres qui ressemblent étrangement au design inca, mais retourné.

L’impressionnante technique de pointe de Tiwanaku

Vous voulez voir ce qu’un peuple primitif, qui n’aurait pas découvert la roue, est capable de faire ? Suivez le guide, vous ne serez pas déçus !

Voici le top 8 des prouesses techniques de ce peuple.

Des charnières… mais toujours pas de roue ?

 Peut-on m’expliquer comment on peut être capable de concevoir des charnières, comme celles que nous retrouvons sur nos portes actuelles, sans connaitre ni inventer la roue ? Cela prouve une fois de plus, selon moi, que nos connaissances sur l’Histoire de l’Humanité ne sont que des théories, et que toute théorie doit être remise à jour et reconsidérée de temps à autre.

Parce que oui, comme je l’ai dit concernant la Porte du Soleil, les Tiwanakus avaient des charnières. D’ailleurs, nous suspectons les Incas d’avoir inventé un mécanisme pour leurs portes un peu plus sophistiqué qu’un système d’attaches immobiles, imaginé par les archéologues… Mais c’est une autre histoire.

Des pierres solidaires

J’aime les vieilles pierres, je ne m’en cache pas, et ceux qui suivent mon blog savent que je peux rester pendant des heures à admirer ces vestiges du passé. Mais celles de Tiwanaku ont un petit quelque chose en plus… Ces blocs de pierre s’assemblent avec une précision incroyable : ils se juxtaposent sans laisser le moindre espace, on ne pourrait pas y glisser une feuille de papier. De plus, ces pierres ne sont jointes par aucun mortier. Le secret ? Des attaches métalliques intégrées dans les blocs. Et devinez où se retrouve cette technique astucieuse ? … Tout juste : chez les Incas ! Certaines de ces jointures, gravées dans la pierre, intègrent même trois dimensions ! Ces systèmes d’attache tridimensionnelle sont vraiment impressionnants. François reste impressionné par leurs ronds : ils sont parfaits : parfaitement circulaires, parfaitement lisses…

Les mégaphones de pierre

En arrivant aux abords des remparts de la place principale de la cité, nous découvrons d’étranges blocs de pierre.

Un mégaphone en pierre

– « Vous savez ce que c’est ? », nous demande notre guide.

Nous restons tout penauds : aucune idée. Il se met alors à parler au travers du bloc, le résultat est impressionnant : pour sûr, à l’autre bout de la cité, nous aurions parfaitement entendu son message. Nous avons devant nos yeux l’ancêtre du mégaphone !

Ces blocs de pierre, percés dans leur centre, copient la forme de l’oreille humaine, ce qui leur confère leur impressionnante efficacité !

Des maquettes

Cela peut paraître moins impressionnant en comparaison du reste… mais des maquettes ?

Maquette sur le site de Tiwanaku

Aux abords de la cité se trouve un lieu appelé le « temple des maquettes », où l’on trouve des plans de la cité.

Jamais je n’avais vu quelque chose de semblable en Amérique du Sud.

Cette pratique est généralisée dans l’art tiwanaku :
dans la réalisation de leurs poteries, ils passaient également par des versions miniatures de leurs oeuvres avant de s’attaquer à la taille réelle.

Petit mystère bonus : le lieu « taille réelle » de cette maquette sur la photo n’a pas encore été retrouvé à ce jour… Des amateurs pour creuser ?

Des pierres tranchantes

Les pierres, et particulièrement celles que l’on trouve sur le site de Puma Punku, dont je reparlerai dans un instant, sont coupées à angle droit : c’est net et précis, et les arrêtes sont encore tranchantes comme le fil d’un rasoir (ou presque).

Ces pierres, qui gisent au sol depuis des siècles, exhibent encore fièrement leurs angles parfaits : on dirait qu’elles nous narguent ! Nous ne comprenons pas comment elles ont été conçues, et ne sommes pas capables, avec la technologie qu’on leur prête à l’époque, de les reproduire. D’ailleurs lorsque l’on observe les murs reconstitués, composés en partie de pierres d’origine et de pierres modernes, la différence est flagrante !

Des poids surréalistes

J’ai déjà parlé du poids impressionnant des pierres constituant certains murs de forteresses incas, mais ici aussi, la taille des pierres a de quoi couper le souffle au plus blasé des touristes : certains monolithes pesant plus de 100 tonnes (comme sur la première photo du point 2). Mais comment ont-ils pu déplacer et travailler des blocs d’un poids pareil ? À nouveau, sans la roue et avec les technologies primitives qu’ils sont sensés posséder, cela nous est juste impossible. De plus, la théorie des rondins de bois pour faire glisser les pierres perd toute crédibilité lorsqu’elle est remise dans le contexte de l’Altiplano : aucun arbre ne pousse à cette altitude !

Une précision qui rime avec perfection

Parce qu’une image vaut mieux qu’un long discours, je vous laisse analyser cette photo.

Rigole et perforations

Qu’y voyez-vous ? Une rigole marquée de petits trous. Banal ?
Loin de là ! L’ouvrage possède une précision stupéfiante.

C’est peut-être la pierre qui m’a le plus marquée de toutes : tant de questions me viennent !

Comment expliquer cet alignement de trous ? À quoi servait-il ? Comment a-t-il été réalisé ?

À notre époque, seuls des lasers ou des foreuses à diamant seraient capables de reproduire un tel savoir-faire dans du granit.
Questionnant, non ?

En bonus : une agriculture à toute épreuve

Vous avez déjà essayé de faire pousser des tomates sur l’Altiplano, où les vents balayent tout et où il gèle chaque nuit ? Et bien eux oui !

Les Tiwanakus possédaient une technique efficace et d’une simplicité géniale. En creusant des tranchées, ils ont réussi à éviter la sécheresse (l’eau remontant par capillarité), créer une sorte de serre naturelle (la chaleur du jour étant emmagasinée et redistribué la nuit tombée) et à protéger la récolte des vents violents.

Mais ce n’est pas tout : ce système génère au bout de quelques années un engrais naturel extrêmement efficace, qui permet à la Bolivie de rester sur ses positions et ainsi de refuser d’utiliser OGM et engrais chimiques, tout en étant compétitive sur le plan mondial (avec même un record mondial de 42 tonnes par hectare sur l’année 2012).

D’ailleurs les lignes de ces cultures sont visibles en vue aérienne, au nord de Tiwanaku : impressionnant !

Techniques de pointe mystérieuses, mais ce n’est pas tout …

Tiwanaku, au-delà de susciter de vives réactions auprès de ses visiteurs, intrigue a plus d’un titre : il n’y a pas que ces vestiges, preuves d’une technologie de pointe utilisée par une civilisation avancée, qui marque les esprits …


78 réponses à “Tiwanaku, la plus mystérieuse des cités pré-colombiennes d’Amérique du Sud”

  1. Tu as l’air intarissable sur le sujet 🙂 Ah les passionnés…
    Tiens si tu aimes les mystères de l’archéologie, tu devrais te régaler avec ce documentaire sur les pyramides d’Egypte et les secrets du nombre d’or.
    C’est vraiment bluffant !

    • Merci Letieou pour la vidéo sur l’Egypte … je l’avais déjà vue, mais c’est l’intention qui compte 😉 Je suis toujours à l’affût de documentaires archéologiques (même si ils exercent malheureusement un terrible pouvoir soporifique sur moi : même si le sujet me passionne, le rythme et surtout la voix monocorde du narrateur en vient à bout de ma détermination et me plonge dans un profond sommeil après 20 minutes grand max ! — Suis-je la seule à souffrir de cette malédiction ?!).

      Oui, tout cela me passionne ! D’ailleurs, cet article n’est que le premier d’une série de (minimum) 3 articles sur Tiwanaku, le prochain sortira fin de cette semaine ^^

  2. il me semble avoir vu un reportage concernant ce site…. celui-ci m’avait fortement troublé. J’ai eu les mêmes interrogations que toi 🙂 En tant que fan de sites archéologiques, bien plus que ,moi, je pense que tu dois connaitre un autre nom qui est tout aussi mystérieux : Göbekli Tepe
    Cela contredit totalement ce que l’on m’a enseigné en primaire, à savoir que l’érection de tout édifice religieux d’envergure est concomitant à la découverte de l’agriculture… or ce temple serait de 11 500 et 10 000 avant notre ère. (estimation) C’est fascinant non ? Encore plus troublant :
    « Toutefois, » selon Klaus Schmidt, « une chose étrange s’est produite vers 8000 ans av. J.-C., pendant la transition vers l’agriculture : Göbekli Tepe a été enterrée délibérément, et non pas par une coulée de boue. Pour des raisons inconnues, les bâtisseurs ont décidé d’enterrer le site. La terre que nous retirons sur les pierres a été placée ici par l’homme. Toutes ces collines sont artificielles. »
    Si avec cela, tu n’ajoutes pas la Turquie quelque part, je ne sais pas quoi ajouter 😉

  3. Merci Piotr pour ta visite et ton commentaire ^^
    Comme tu t’en doutes bien, je connais le site de Göbekli Tepe, mais malheureusement que par articles, images et vidéos interposées. Mais il est sur notre liste des sites à voir absolument ! Tout cela est absolument fascinant ! Je pourrai en parler pendant des heures (ou plutôt que l’on m’en parle pendant des heures, car j’ai encore tellement à en apprendre !).

    Merci pour le lien de la vidéo, je l’ai déjà vue (2 fois :p !) et moi aussi elle m’a marquée. Je pense de plus en plus que l’Histoire et l’Humanité telles qu’on nous les enseigne et telles quelles sont décrites dans les livres sont à revoir en profondeur. Il faut pouvoir accepter que l’Histoire n’est qu’une théorie, et comme toute théorie, elle doit pouvoir être remise en question et évoluer avec les nouveaux éléments, l’évolution des connaissances et des technologies.
    Malheureusement la majorité des archéologues restent dans les rangs, tenus par leur réputation et les budgets qui vont avec … Ceux qui osent innover sont souvent bannis et deviennent la risée de leurs confrères respectés.

    Nous avons dans nos projets (encore sans date pour le moment), de faire une expédition en Turquie, et  » au passage » de faire une halte en Bosnie voir de nos propres yeux ce qui pourrait être la plus grande pyramide au monde ; beaucoup de mystères également (et beaucoup de polémiques). Si tu ne connais pas, je t’invite à creuser la question ; plusieurs documentaires parlent également des pyramides répendues sur la planète (alors qu’on ne parle toujours que des pyramides de Gizeh, voire des pyramides d’Amérique centrale … et qu’il y en a tellement d’autres !).

    • j’adore les mystères et j’ai en effet entendu parler des pyramides disséminées à droite à gauche mais je n’ai pas encore entendu parler de la Bosnie 🙂 je vais checker cela
      la science avance à petits pas et les gens n’aiment pas voir leurs certitudes chamboulées, c’est particulièrement vrai dans certains milieux universitaires car cela ferait tomber certains grands nom et leur théorie. Or ils ne peuvent pas accepter de perdre la face… question d’égo

      L’histoire, la vrai, se fout de nos égos, elle a tant à nous apprendre et heureusement il reste des passionnés qui trouvent des relais dans les émissions plutôt sensationnalistes car il faut bien vendre la chose… mais je pense que cela permet aussi d’intéresser une frange de la population à des concepts difficiles donc c’est un mal pour un bien.

      J’aime beaucoup cet article, on n’en voit pas souvent sur la toile de la sorte et tu l’as traité de facon intéressante 😉 Vivement les prochains !

      • Bonne découverte de LA pyramide Bosniaque alors 😉
        Comme tu le dis, au final, la science est gérée par les hommes et leur égo … à un point tel que perdre la face et accepter de (se) remettre en question est difficile voire impossible, menant la Science à emprunter des airs de religion …

        Trouver des infos qui sortent des sentiers battus, proposent de nouvelles visions, informent des nouvelles découvertes et hypothèses est difficile du coup. Et c’est vrai que cela tourne souvent autour d’émissions sensationnalistes, voire lavage de cerveau (pour le moment, je me suis mise à regarder, tiens-toi bien, des Aliens Theory, tombée dessus par hasard justement concernant Tiwanaku – la honte, ok, je sais !). Ces émissions sont à prendre avec énormément de recul (++ !), mais au moins elles ont l’avantage de présenter de nouvelles « infos » (à vérifier toujours, quand on voit la source parfois … !) et de nouveaux points de vue.
        C’est créatif dans le sens que l’on conscientise que tout ce que nous pensons connaître n’est qu’hypothèses, projections, continuum de logique … Mais si quelque chose ne correspondait pas à cette logique unique, si des éléments manquaient, … alors l’Histoire pourrait être réécrite sous des angles complètement différents. Je trouve cela passionnant !

        Merci en tout cas pour tes retours positifs, venant d’un blogueur confirmé et de qualité, cela me touche tout particulièrement ^^

        Et bonne nouvelle : la suite des Tiwanakus est sortie –> Pourquoi les touristes n’aiment pas Tiwanaku ?
        Un troisième volet suivra … To be continued 😉

      • L’Egypte est souvent le pays auquel on pense quand on dit « pyramide », mais c’est effectivement loin d’être le seul (il y en a dans d’autres pays africains, en Amérique latine, et en Asie, comme en Chine). Mais je ne suis pas sûre, au vue des connaissances actuelles (car les découvertes archéologiques se poursuivent à travers le monde), que la Chine soit le pays qui en a le plus – certaines sources citent le Soudan, mais là je ne m’y connais pas du tout 🙂

  4. Hello Amandine, tu parles de la Pyramide de Bosnie ?
    Ils disent « les » coup de chance pour moi 🙂 Je me suis renseigné, parait-il que ce n’est qu’un canular.
    L’amoncellement géométrique serait le résultat de processus géologiques.
    Je vais lire la suite 🙂

    • Oui c’est cela, une grande pyramide et d’autres plus petites autour. Beaucoup d’infos différentes à ce sujet, pas mal pensent que c’est un canular. Et par moment je les rejoins … mais j’ai quand même quelques points que je voudrais éclaircir et découvrir de mes propres yeux ; des données étranges ou des revirements de positionnement (comme celui de l’expert des pyramides égyptiennes qui a affirmé que c’étaient bien des pyramides, puis s’est ravisé …).
      Si ce ne sont pas des pyramides faites par l’Homme, en tout cas il y a un réseau étrange de galeries en dessous qui méritent plus d’études – mais vu que les pyramides ne sont pas prises au sérieux, aucun fouille digne de ce nom ne peut être lancée. Frustrant !

  5. Bonjour,
    Bravo pour ce travail !
    Le monde Antique est vraiment fascinant !
    C’est vraiment malheureux que notre Histoire soit si contrainte !
    Aurait-on peur de n’être pas si doués ? De ne pas être les premiers ?
    Peut-être… La fierté quand tu nous tiens 😛
    En tous les cas, merci à toi et à tous les autres qui prenez le temps de nous faire découvrir (petit à petit) notre véritable Histoire 🙂

    Je me suis permis de partager ta page sur ma page FB ainsi que quelques photos.

    A bientôt et bons voyages 😉

    Sola

    • Bonjour Sola, merci pour ton commentaire. Je vous que nous partageons le même engouement pour les mystères de l’Histoire !

      En tout cas merci de prendre le temps de commenter, cela fait toujours plaisir ; et merci également pour ton partage 🙂

      Au plaisir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *