Un sac sur le dos
Amandine

Tout me prédestinait à vivre cet instant. Comment ai-je pu ne pas le voir ? Comme des petits cailloux semés tout au long de ma vie, un fil rouge tiré à travers un labyrinthe, mon chemin m’amenait irrémédiablement à cet instant telle une prédestination.

La certitude d’être au bon endroit, au bon moment. Juste avec moi-même et le monde.
Un pur instant de perfection, d’harmonie et d’évidence. De foi.

Destin ou destinée ?

Tout au long de notre existence, nous sommes amené·es à réécrire notre histoire, l’observer avec un regard neuf, comme si, extérieur à nous-mêmes, nous découvrions un film au cinéma. Réécriture ou réinterprétation, cette révision de notre vie nous amène à des moments de clairvoyance et d’illumination :

Mais c’est bien sûr ! Comment ai-je pu douter, à tous ces embranchements, de la route à suivre ?

Moi qui pensais avoir traversé des déserts, escaladé des sommets, emprunté de nombreux détours, marché d’un arbre à l’autre dans une forêt épaisse… avec un peu de recul, je découvre un tracé tout lisse, presque droit.

Avec un peu de hauteur, tout parait si simple.

Comme un drone qui s’élèverait dans le ciel et révèlerait un paysage de montagne boisée : dans la voiture, le conducteur aura l’impression de zigzaguer sans avancer, de se perdre davantage dans les profondeurs sombres du bois sans savoir si la piste empruntée le mènera quelque part. Mais vue du ciel, la petite voiture avance en suivant un cap évident, illuminé par les rayons d’un soleil étincelant.

C’est sans doute cela que l’on appelle prendre de la distance… Une distance mentale que seul l’éloignement physique peut permettre aussi intensément. Le voyage dans toutes ses dimensions

Mon histoire

Sur les routes, on se refait passer la bande du film de sa vie. Pas besoin d’être mourant·e pour voir défiler les images de ses moments forts. Chez moi, ces moments puissants seront associés à de fortes émotions de joie, de colère, de tristesse, de plaisir, de honte, d’intimité, de rire. Associés aussi à des valeurs importantes à mes yeux : la liberté, la famille, l’amour, l’honnêteté, la tolérance, la justice…

Mes moments doux me donnent le sourire et parfois une larme à l’œil. Mes moments difficiles à digérer, je les mâche et remâche pour enfin les assimiler à mon histoire. Plus une boule de coton. Juste un fil tendu, celui de ma vie. Quelques nœuds par endroits. Parfois un bout de fil élimé par les évènements plus difficiles. Un fil qui grossit aussi de bonheur à d’autres. Mais un fil unique.

Le fil de ma vie, je l’ai déjà vécu (en partie), mais je ne le connais pas encore. C’est seulement maintenant que je commence à le voir se dessiner sous mes yeux en me réappropriant mon histoire. Mon histoire. Celle dont je suis l’héroïne.

Le fil de ma vie

Et ce fil m’a amenée jusqu’ici. Jusqu’à aujourd’hui. Un parcours de vie qui semble se perdre par moment dans des tours et détours. Des études par-ci, des boulots par-là, des voyages et des rêves. Et si toutes ces petites cases de ma vie n’en étaient justement pas, des cases ? Et si tout avait du sens ? Et si tout était lié ? Et si tout était moi ?

Nous sommes des êtres multipotentiels, bien plus compliqué·es à définir et à prédire que ce qu’il n’y parait au premier regard. Tous·tes pareil·les et tous·tes si différent·es à la fois, nous ne nous laissons pas définir par une appartenance géographique, sociale, religieuse, politique, laborale… Nous sommes tout cela et bien plus encore, bien plus que la somme des petits bouts de notre vie.

Et notre route, au milieu de toutes ces appartenances, de toutes ces identités, de tous ces rêves, se tisse en un fil qui, au bout du chemin, nous semblera sans doute évident.

Un fil qui ne se tisse pas tout seul. Un fil que l’on fait grandir à chacun de nos choix. Nos vrais choix assumés et qui viennent du cœur et des tripes. De ces choix qui nous rendent nous, qui nous rendent vrais.

D’un fil à l’autre

Parfois les fils se croisent, s’entremêlent pour un certain bout de chemin, s’enrichissent… Certaines rencontres nous font nous sentir encore plus vivant·es. Encore plus nous. Merci à celleux qui m’ont aidée à faire grandir ce fil.

D’un voyage à l’autre, ma vie se dessine, prend du sens. Je grossis les traits de moi et de ma vie qui me plaisent, les encourageant à se développer encore. Et je permets à différentes passions de se rencontrer : voyage, psychologie, partage, écriture, imagination… Mes « boules sacrées » (à défaut des boules de cristal) disséminées aux quatre coins du monde, aux quatre coins de moi. En les rassemblant, je m’assemble et je fais de nombreux vœux : plein de projets germent dans ma tête. Tant d’évidences, tant d’images qui s’imposent à moi et dont il me reste encore à grossir le trait pour leur donner vie…

Vous l’aurez compris, beaucoup de nouveaux projets en tête. Je vous en parlerai au fur à mesure qu’ils prendront consistance… Ne pas brusquer, ne pas presser.

D’un voyage à l’autre, d’un projet à l’autre, ma route continue de se construire, d’apparaitre sous mon regard incrédule et amusé :

Mais c’est bien sûr !
Mais c’est bien moi.
Car toutes les routes mènent à soi.

Cet article m’a été inspiré par le film (et sa bande son originale) Walter Mitty, à retrouver dans l’article « Mes meilleurs films pour voyager ».

La vie rêvée de Walter Mitty (©Red House Entertainment)

3 réponses à “Prédestination : sur la route de ma vie”

  1. Merci Amandine, de ce très joli partage. Walter Mitty est un film qui m’a aussi beaucoup marquée. Cette métaphore de la route qu’on voit très clairement de loin, mais qui paraît tellement sinueuse, périlleuse, lorsqu’on roule dessus, est d’une justesse magnifique.

    C’est effectivement un acte de foi qu’on doit avoir pour continuer à avancer lorsque tout, à l’extérieur, nous met des bâtons dans les roues. Mais il y a un quelque chose, un je ne sais quoi, qui gratte derrière notre cœur, doucement, sans heurt, et qui nous murmure à l’oreille : « Continue. Tu es sur la bonne voie ».

    Les moments où j’ai le plus « rajeuni » ont été ceux que j’ai passés sur la route. Les sourires qui m’ont le plus éblouie ont été ceux que j’ai rencontrés au hasard d’un chemin.

    Et puis, toi, tu as transmis le fil, le déposant délicatement dans une petite poigne d’ange. La lumière du voyage se propage dans la continuité de toi. Merci de tes mots. Merci d’être toi.

    • Bonjour Amandine,

      Je viens de lire Ton Merveilleux Article, qui Englobe
      Tous tes, Vos Voyages.
      Au Bon Endroit, au Bon Moment, juste avec Soi-Même et
      Le Monde.
      Tu as écrit, tout ce qui était en Moi,
      Qui est sorti, qui a jailli,
      Qui, se cristallise sereinement et visuellement ce matin,
      Par Ton MAGNIFIQUE article.
      Merci, tout simplement.
      Cet instant est immobile,
      Je suis au Bon endroit,
      En pensant Bien à Vous Trois

      Amicalement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.