Un sac sur le dos
Amandine
Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


Et oui, il n’y a pas qu’Angkor au Cambodge, loin de là ! Ce pays foisonne de temples oubliés, perdus au milieu de la jungle, rescapés du temps, des guerres et des pillages. 

Loin de les avoir tous vu, je vous livre ici mes coups de cœur et conseils pour découvrir les temples loin des foules.

Découvrir le Cambodge autrement : cap sur les temples

Tous les moyens sont bons pour arriver aux temples cachés du Cambodge : bus, camionnette, tuk-tuk, moto-dop, vélo … Et pour bien faire, il faut tous les combiner ! Voici les 6 sites que j’ai visités, regroupés dans la partie Nord Ouest du pays :

  1. Sambor Prei Kuk
  2. Phnom Santuk
  3. Preah Khan
  4. Preah Vihear
  5. Koh Ker
  6. Beng Mealea
  1. Sambor Prei Kuk : le silence après les bombes

    Le site de Sambor Prei Kuk est l’ensemble de ruines préangkoriennes (VIIè siècle) le plus imposant, avec plus d’une centaine de temples en brique.

    Malheureusement, les affres du temps ne sont pas les seuls maux qu’on dût subir ces constructions : la guerre et les Khmer Rouges (ainsi que les bombardements de l’aviation américaine début des années 70, pour libérer le Cambodge des Khmers Rouges) ont eu raison de nombreux temples.

    L’ombre rafraîchissante de la forêt permet de visiter les ruines sans se sentir accablé par la chaleur, et de plonger dans un univers étrange et silencieux. Car la forêt est étrangement calme … Notre guide nous explique qu’il y a très peu d’animaux à présent, suite aux bombardements qui ont eu lieu dans la région : « Tous partis les animaux ». Ce silence un peu pesant rend les ruines encore plus impressionnantes.

    Les temples sont tous semblables et tous différents à la fois. Si un style commun les unis, il y en a de toutes les tailles et de toutes les formes (ou presque !) : octogonaux, hexagonaux et rectangulaires.

    Coups de coeur :

    • Les arbres (encore et toujours) et leurs impressionnantes racines prennent possession des pierres, s’immisçant entre les briques, comme une rivière qui coule entre les rochers.
    • Le temple du Lion : imposante structure qui est toujours surveillée par ses deux statues de lions, montant la garde.
    Coucher de soleil sur un temple de Sambor Prei Kuk

    En pratique

    Budget et trajet

    Prix : 3$ + 2.000 riels le parking ; Guide : 7$ – plus de guides à l’entrée que de visiteurs sur tous le site, nous avons trouvé  très facilement un guide parlant français (même s’il nous a fallut quelques minutes pour arriver à bien le comprendre).

    Trajet : environ 30km de Kompong Thom, 1h en tuk-tuk (et un peu moins en moto-dop) par des chemins de terre dans la campagne pour environ 15$.

  2. Phnom Santuk : attention aux singes !

    On change complètement d’ambiance avec le deuxième site à voir du côté de la ville de Kompong Thom. Arrivé au pied des temples, il faut d’abord gravir les 809 marches (la numérotation des marches le long de la rampe permet de garder le compte !) et passer entre les bandes de singes affamés. Surtout, ne pas sortir de nourriture : ça les rend agressif !

    Le sommet de cette petite montagne (207m) abrite plusieurs temples, mélangeant les époques et les styles. Un de temples est encore en activité, avec des moines aux jolies robes orangées qui apportent une touche colorée et sereine.

    Chaque temple a sa particularité, et c’est cela qui est agréable : on peut se promener aux alentours du site et découvrir des lieux plus isolés avec des statues, ponts, temples … et des moines qui font la sieste n’importe où !

    Coups de cœur

    • Rien que pour l’escalier ce temple vaut la peine : on se serait cru en pleine féerie ou dans un manga.
    • Ensuite voir des singes en liberté, traverser d’un pas nonchalant les marches alors que nous suons à grosses goûtes, est très sympa : cela fait oublier l’effort et puis cela met un peu de vie dans cette forêt !
    • La spécialité des lieux : les Bouddhas couchés.

    En pratique

    Budget et trajet

    Prix : 2$

    Trajet : environ 20km depuis Kompong Thom. Nous avons combiné ce site avec la ferme de vers à soie (magnanerie de Santuk) et le village de Kakaoh, réputé pour ses tailleurs de pierre qui créent les statues de Bouddha et autres à un rythme effréné. Compter une grosse demi-journée pour l’excursion (et 15$ pour un tuk-tuk), avec possibilité de manger un repas typique khmer à la magnanerie (5$).

  3. Preah Khan : les visages de la jungle

    Premier site de notre road trip à la découverte des temples dans la jungle (départ Kompong Thom – arrivée Siem Reap), Preah Khan est très difficile d’accès, ce qui en fait un lieu peu visité malgré le grand intérêt des lieux.

    Ce site est le plus grand ensemble de temples construit pendant la période angkorienne (sur 5 km²). Datant du IXè siècle, cette structure serait la deuxième cité de l’empire d’Angkor.

    Composé de trois sites : la pyramide aux éléphants (Prasat Damrei), le temple aux visages (Prasat Preah Stung ou Muk Buon, rappelant le célèbre temple Bayon) et enfin Preah Khan, entouré de douves.

    Coups de cœur

    • Le temple surmonté des visages est petit, mais très beau et complètement éboulé de partout, donnant des airs de jeu vidéo à la Tomb Raider.
    • Le Preah Khan, bouquet final du feu d’artifice, est gigantesque, la porte devant le pont des douves n’étant qu’une première façade avant une deuxième porte dans laquelle s’est immiscé un arbre gigantesque aux racines tentaculaires : j’ai adoré ! J’ai du le prendre en photo une bonne dizaine de fois.
    Vers Preah Khan

    En pratique

    Budget et trajet

    Prix : 5$

    Trajet : depuis Kompong Thom : 2h en voiture (je n’ose pas imaginer le trajet en tuk-tuk, et dire que nous avons failli le faire ! La route est poussiéreuse et en très mauvais état). Aucun transport public ne déssert le site ni le village le plus proche (Ta Seng). Les lieux sont encore plus difficile d’accès à la saison des pluies (meilleur époque pour visiter Preah Khan : de janvier à avril).

  4. Prasat Preah Vihear : les militaires à la montagne

    Longtemps interdit et délaissé des touristes, ce temple a été l’enjeu de tensions et conflits importants entre la Thaïlande et le Cambodge : situé juste à la frontière, les deux pays le revendiquent comme patrimoine national. Le retrait des troupes n’a été décrété qu’en juillet 2011.

    La présence militaire sur les lieux donne un cachet particulier à la visite : il y en a partout à l’entrée du site, et quelques-uns se promènent également entre les ruines, s’amusant parfois à suivre les touristes de (très) près sans raison apparente, puis à partir rejoindre les moines en riant. Se retrouver au bord des tranchées est impressionnant surtout si on s’imagine les conflits qui faisaient rage ici. La région est d’ailleurs encore minée : attention de ne pas se promener n’importe où !

    Perché à 625m, il offre une vue sur les plaines cambodgiennes en contre-bas. Dédié à Shiva, cet ensemble de temple est bati sur la longueur, selon l’axe Nord-Sud (ce qui est assez unique comme configuration).

    Coups de coeur

    • Monter jusque-là est une aventure en soit : les voitures restent au parking en contre bas et seuls les 4*4 de l’armée et les moto-dop peuvent gravir les pentes escarpées qui conduisent aux pieds des temples. Le trajet reste un moment mémorable, entre fou rire, incrédulité et peur de tomber lors des virages, voire de glisser lors des montées. Une petite question m’a traversée l’esprit à l’arrière de la moto : « Comment ce fait-il que le chauffeur est un casque, lui, et moi pas ? »
    • J’ai particulièrement aimé les portes et les fenêtres de ce site, ou la progression longitudinale nous fait découvrir les temples les uns après les autres, comme on ouvre des poupées russe sans savoir quand ça va s’arrêter.
    Au pied d’une porte (Prasat Preah Vihear)

    En pratique

    Budget et trajet

    Prix : Arrivés avant l’aube et reparti à l’arrivée des premiers touristes sur le site, nous n’avons pas payé d’entrée pour ce temple.

    Trajet : la ville la plus proche est Sra Em (ou Sre Am, Sra’aem), plus facilement accessible depuis Kampong Thom (mais possible également depuis Siem Reap). Depuis Kompong Thom jusque Sra Em, nous avons mis la journée en voiture, mais en nous arrêtant en chemin pour visiter Preah Khan.

    Au bas du site, prendre une moto-dop (5$ l’aller-retour) ; certains conducteurs sont des militaires en permission qui arrondissent ainsi les fins de mois.

    Remarque : Le site est toujours fermé au touristes du côté thaïlandais.

  5. Koh Ker : la pyramide maya

    Derrière ce nom aux consonances canine se cache un immense ensemble de temples, longtemps considéré comme inaccessible et donc peu touristique. 42 temples sont ainsi répartis sur une surface de 9km sur 4km

    Ancienne capitale de l’empire angkorien, chaque temple qui compose la cité à sa particularité : sa couleur (pierres rouges, pierres bleues…), ses sculptures, ses arbres entre les pierres, … De belles sculptures ont été retrouvées ici, dont l’immense Geruda, qui se trouve à présent dans le hall d’accueil du musée national de Phnom Penh.

    Coups de coeur

    • Le temple qui marque le plus les esprits est sans aucun doute la pyramide de Prasat Thom (ou Prasat Kompeng). Avec un petit air d’Amérique centrale, cette pyramide se compose de 7 niveaux et mesure 40m de haut sur 55m de large.
    • Les tours de Prasat Bram complétement piégées, coincées entre « les pattes » des arbres.
    • La nourriture : des petits étals touristiques sont installés aux pieds du site de la pyramide, et l’un des « restaurants » propose de la cuisine typique khmère : un de nos meilleurs repas au Cambodge !
    Pyramide de Koh Ker

    En pratique

    Budget et trajet

    Prix : 10$

    Trajet : nous avons visité Koh Ker depuis Sra Em (moins de 2h de routes en voiture). Le site se situe à 2h30 de Siem Reap (130km). Aucun transport public ne le désert, et la ville la plus proche est Srayong, à 10km.

  6. Beng Mealea : le temple des enfants perdus

    Dernier temple mais non le moindre, Beng Mealea figure dans le haut de ma liste des coups de coeur. Véritable jardin secret, paradis perdus, monde féerique ou encore animé de Miyazaki, ce temple me fascine. Si c’est un temple envahi par la végétation que vous voulez voir, ne cherchez plus : Beng Mealea est sans doute ce qu’il y a de mieux !

    Coups de coeur

    • Arriver tôt permet de visiter le lieu sans aucun touriste, rendant le décor encore plus sauvage et magique. Par contre, impossible d’éviter l’escorte d’enfants-guides, qui s’auto-proclament « passeurs de murailles » et vous imposent rapidement « le » chemin à suivre. Contraste de voir ces temples paisibles traverser les âges, accueillant une végétation luxuriante comme si le temps c’était arrêté ici… puis d’y voir fourmiller des enfants dans tous les sens, escaladant les lianes, sautant de pierre en pierre.Bien sûr, ils connaissent les ruines comme leur poche, savent où trouver les belles gravures, connaissent même quelques mots d’anglais pour vous décrire le temple, mais ils ont un petit côté envahissant … Sans compter le « tip » répété inlassablement dès la moitié de la visite !
    • J’ai à peu près tout adoré dans ce temple, depuis l’escalade nécessaire par moment pour poursuivre la progression, aux hauts-reliefs d’une belle finesse, jusqu’aux murs envahis par les lianes en passant par les jeux de lumière du petit matin à travers le feuillage des arbres.
    Lumière du matin sur une fausse porte

    En pratique

    Budget et trajet

    Prix : 5$

    Trajet : Depuis Koh Ker, 1-2h de route, mais il n’y a rien autour : pas possible apparemment de loger dans le village de Svay Leu. Depuis Siem Reap (70km, 1h en voiture), il est possible de combiner une excursion avec Koh Ker ou Banteay Srei (site reculé d’Angkor dont je reparlerai).

6 temples, 4 jours : 1.000 coups de coeurs !

En conclusion, nous avons visité ces temples principalement en tuk-tuk et en voiture, nous permettant de découvrir ces 6 sites en 4 jours.

Le budget total :

– pour les entrées (sans guide) : 25$/personne

– pour les transports : depuis Kompong Thom jusque Siem Reap, nous avons payé 230$ (pour voir donc Preah Khan, Preah Vihear, Koh Ker et Beng Mealea), en ajoutant les tuk-tuk à Kompong Thom et la moto-dop, au total pour les transports : 40$+230$ = 270$/2 personnes

–>320$ /2 personnes

Bien sûr, la voiture est une solution de luxe et de facilité, et au final un gros gain de temps. A chacun d’ajuster en fonction de son capital budget et temps. L’idéal étant toujours d’arriver tôt sur les sites et/ou de les visiter pendant les temps de pause et de repas des touristes : c’est toujours plus impressionnant de ressentir l’ambiance d’un temple vierge de toute vie humaine !

Le Cambodge, c’est donc bien plus qu’Angkor : des centaines de temples sont disséminés sur ce beau pays et n’attendent que l’Indiana Jones ou la Lara Croft qui sommeille en vous !

Commentaires

  1. Merci pour ces informations ; ça m’interesse, car nous partons surement 15 jours à Noël en famille là bas !
    Quels temples à faire avec des enfants de 7 à 16 ans ? Absolument Angkor ou c’est tout aussi bien les temples perdus et au calme ? merci !

    • Les temples à voir ? Tout dépend du temps que vous avez et de la saison (certains temples étant moins facilement accessible à la saison des pluies, comme Preah Khan).

      Je n’ai pas encore fini de visiter les temples d’Angkor, mais ce que je peux déjà dire, c’est que si l’on aime pas la foule, les temples plus éloignés vallent réellement le détour, comme Beng Mealea, qui je pense devrait ravir les plus jeunes avec le côté aventure dans les ruines ! ^^

      Si vous avez deux semaines pour tout le pays, je vous conseille de visiter Angkor pendant 3 jours et au moins un temple éloigné, Beng Mealea étant le plus proche de Siem Reap.

  2. C’est magnifique … Quand je pense que depuis chez moi je vois que des vaches … je serais bien mieux avec un sac a dos !!! :/

    • Je vois des vaches ici aussi, mais elles ont un autre air ! 😉 :p
      Si le voyage sac à dos te plait comme il me plait, donne-toi les moyens de réaliser des projets « sac à dos » à travers le monde 😉 Je me dis souvent que je n’aurai pas le temps de voir tout ce que j’ai inscris à ma Bucket List, et encore moins pour découvrir les beautés du monde que je ne connais pas encore ! 😉

  3. Super cet article !
    Je te découvre et j’aime beaucoup cette façon de présenter les sites visiter, les villes à proximité, durée de trajets, coûts…
    Sans oublier le plus important : découvrir des régions méconnues.

    Merci beaucoup et longue vie à ce blog

    • Merci Anne-Claire pour ton commentaire et bienvenue ! ^^
      Je découvre ton blog par la même occasion 😉

      Découvrir de nouveaux endroits sur Terre qui nous donne envie de bouger de chez nous et de nous dire que la planète vaut la peine d’être découverte : c’est magique ! 😉 Et si je peux y contribuer, objectif plus qu’atteint de mon côté 😀

  4. Bien sûr! Et je trouve qu’ils sont encore plus magiques. Plus difficile à trouver, à atteindre, moins de monde… L’impression d’être les seuls à les trouver… Ca m’a fait ça à Sukhothai en Thailande. Je rêve du Cambodge mais pas spécialement pour Angkor, plus pour les autres coins reculés comme tu viens de nous présenter. Merci!

    • Merci Cécé ^^ Ravie que l’article te plaise. J’ai déjà passé 2 jours à visiter les temples d’Angkor – et oui, il y a des petits bijoux et des choses impressionnantes … mais la foule ! J’ai horreur de ça, ça me gâche pas mal le plaisir. Et les temples éloignés, beaucoup moins fréquentés, c’est un réel plaisir à visiter

    • Et en y allant à l’ouverture c’est le rush aussi? Je me suis levée à 5h pour visiter Sukhothai et c’était fabuleux. Quand les bus sont arrivés vers 10h, nous partions pour la découverte de temples plus éloignés et non visités par les touristes de masse.
      Du coup je me disais que le jour où je ferai Angkor, j’opterai pour cette solution. Tu confirmes?

      • Oui, se lever tôt est une bonne attitude à adopter : on évite les foules et la chaleur. Mais dès 9h, ça commence à se bousculer, et alors 10-11h, c’est juste l’horreur (vécu du jour ! ^^). Aussi commencer le circuit avec un temple d’avance ou le faire dans un autre sens que celui emprunté habituellement par les car de touristes, ça aide pas mal. … Mais malgré tout ça, en haute saison, c’est trop de monde pour moi !
        Pour ma dernière journée dans les temples, je me levrai tôt puis ferai une pause (pê pour manger tôt) vers 10-11, et visiterai pendant que les autres touristes mangent à midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.