Un sac sur le dos
Amandine

Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


Second voyage en Thaïlande, envie de se perdre davantage dans ce grand pays pour en découvrir des coins plus méconnus. Et le Nord est une partie du pays parfaite pour cela ! Cap sur la région de Loei, à la frontière avec le Laos, à la rencontre de la communauté Tai Dam et de paysages verdoyants.

Loei, la vie en vert

Par le hublot du petit avion qui nous amène de Bangkok à Loei, les paysages changent : les gratte-ciels ont cédé la place à la nature. Tout est vert, à l’exception d’un fleuve sinueux qui divise le paysage en deux.

Arrivée sur le tarmac, je reprends contact avec la chaleur humide que je pensais avoir laissée à la capitale… Tenace ! Le soleil brille, les sourires fusent : comme l’impression d’arriver exactement où je suis censée me trouver à ce moment précis. Mon corps se détend et le sourire monte tout seul. À peine sortie de l’aéroport, je me dis déjà pour moi-même :

Je me sens bien ici !

Chiang Khan, temples et marchés

Chiang Khan, c’est un village qui, une fois la nuit tombée, se pare de mille lumières pour éclairer son marché le long de la rue principale. La question ne serait pas « qu’y trouve-t-on », mais plutôt « que n’y trouve-t-on pas » : tout pour la première question, rien à la seconde ! Les stands de street food se succèdent, proposant des mets étranges aux noms imprononçables (et inretenables) pour les novices. Au milieu de cette effusion d’odeur et de saveur s’intercalent des échoppes de vêtements et objets.

Promenade nocturne à Chiang Khan
Vendeuse au marché de nuit de Chiang Khan

Les visages tournent à 180 degrés sans arrêt, pour être sûr de ne pas manquer une miette du spectacle de couleur des échoppes de bois. Les familles se baladent main dans la main, le plus jeune enfant calé dans les bras ou sur les épaules du papa ; les amis s’échangent des bouts de brochette tout en riant.

L’ambiance en chaleureuse, douce et chaotique tout à la fois.

Sortie en famille à Chiang Khan

Après une nuit de repos, retour sur les lieux des festivités au petit matin. Le soleil n’est pas encore sorti que la vie commence déjà à s’agiter dans la rue principale. L’excitation est palpable. C’est une ambiance d’attente. Les villageois et quelques touristes sont venus au rendez-vous quotidien avec les moines, afin de participer au rituel des offrandes. Les habitants préparent du riz gluant dans un petit étui en bambou fait main, ainsi que quelques collations. À leur arrivée, les moines soulèvent le couvercle de leur grand récipient en métal et c’est avec des gestes rapides et précis qu’il faut y déposer pêlemêle la nourriture, qui sera ensuite rassemblée et redistribuée à l’ensemble des moines du temple.

Un moment à vivre pour effleurer le quotidien, les croyances et habitudes de vie des Thaïlandais et ressentir l’importance de ce moment pour eux, l’excitation dans les minutes avant l’arrivée des moines et le sacré de la bénédiction reçue suite aux offrandes.

Chiang Khan

Rencontre avec les Tai-Dam

Les Tai Dam sont une communauté ethnique minoritaire de Thaïlande, issue des montagnes du Yunnan en Chine. Chassé de ses terres il y a environ 1.000 ans, ce peuple a traversé les régions de la Chine et du Vietnam avant de migrer en Thaïlande et au Laos.

Les Tai Dam en Thaïlande sont bien intégrés et apportent beaucoup d’attention à préserver leur culture, leur langue et leur écriture. Ainsi, les petits Tai Dam, après avoir été à l’école toute la semaine, se rendent au cœur de leur communauté, vêtus tout de noir dans leurs habits traditionnels, apprendre et perpétuer leur culture sous tous ses aspects : langue, jeux traditionnels, artisanat, cuisine…

Enfant Tai Dam (Dan Sai)
Repas Tai Dam (Dan Sai)

Visiter un de leur village le weekend est ainsi une belle occasion de se retrouver au milieu de tous ces enfants, de visiter un musée local (Ban Na Pa Nat-Tai Dam) de gouter à leur gastronomie et de s’initier à l’artisanat en confectionnant un talisman (le « Tum Nok Tum Nu ») ou encore en s’essayant au tissage du coton, un exercice bien plus compliqué à faire qu’à regarder !

Nous avons également fait un joli tour perché dans la benne du tracteur du chef du village jusqu’au centre culturel Ban Doen, la maison Chaopho Kuan et le site sacré, Phrathat Si Song Rak, véritable centre de la foi de la communauté. Cette jolie balade s’est terminée dans les champs, où nous sommes allés rencontrer les paysans en pleine récolte (et nous mettre à leur place le temps de quelques arrachages sous un soleil de plomb).

Récolte du riz à Dan Sai

Je garde un magnifique souvenir de ce vieil homme transmettant les rites et coutumes de son peuple dans sa langue (et traduit par notre guide locale), et tout particulièrement de son rire franc devant notre étonnement devant les usages pour les nouveaux couples : une fois qu’ils se sont choisis, l’homme et la femme doivent vivre dans la même maison, la femme à l’intérieur et l’homme sous le perron, en veillant à garder en permanence minium 8 planches en bois de distance entre eux deux. Si un homme peut prouver sa force de caractère à résister à la tentation tant de temps, il sera un bon père et chef de famille ! Et cela pendant 3 ans !

L’homme rit et ajoute que cette coutume est toujours bien vivante dans leur communauté, mais seulement si l’homme et la femme proviennent du même village. Une façon de favoriser le métissage culturel !

Les esprits sont également un élément important de leur culture. Les Tai Dam, nous explique notre guide, n’ont pas à proprement parler de religions, plus des croyances basées sur le culte des ancêtres. Leurs coutumes sont principalement animistes, teintées de taoïsme et bouddhisme. Ainsi, les membres de la famille disparus ont droit à leur propre pièce dans la maison et tous les dix jours, la famille leur apporte à manger (qu’ils consomment par l’odorat, se nourrissant des odeurs émanant des plats). Les esprits sont toujours positifs et bienveillants : ils sont reconnus pour porter chance. Au début, ils étaient représentés par des masques fantomatiques à aspect humain, mais peu à peu leur représentation à évoluer : ce sont maintenant des costumes colorés aux attributs bestiaires (dents de félins, becs d’oiseaux…).

Masques des esprits Tai Dam

Nous quittons le village et, le temps d’un virage, le paysage se pare d’or. Encore un virage et voilà déjà le ciel qui vire au bleu nuit. Le temps passe, le soleil suit son cours sans qu’on s’en rende compte. Que le temps passe vite en voyage !

Bonnes adresses

Logement

Phunacome Resort

Petit havre de paix retiré dans un écrin de verdure, avec une belle attention à l’environnement. Très belle ambiance en soirée, avec les lumières de fin de journée.

Adresse : 461 Moo 3, Ban Doen, Dan Sai

Phunacome Resort

Chiang khan River Mountain

Situé à l’extérieur de la ville de Chiang Khan, cet hôtel a une belle vue sur la rivière. Très bel accueil et buffet petit-déjeuner.

Adresse : 451 Moo 1 Chiang Khan, Chiang Khan District, Chang Wat Loei

Chiang Khan River Mountain

Escapade en terres inconnues

Ce second voyage en Thaïlande nous a permis de sortir des sentiers battus et de nous perdre dans des régions méconnues de la Thaïlande. Je garde de nous séjours dans le Nord un merveilleux souvenir : si je suis heureuse d’avoir pu rouler entre Chiang Rai et Chiang Mai lors de notre voyage précédent, je me sens chanceuse d’avoir été rencontrer les Tai Dam dans la région de Loei. À refaire, je resterais une semaine de plus, afin de m’imprégner davantage des coutumes, croyances, odeurs et saveurs de ce beau coin de Thaïlande.

Tum Nok Tum Nu, artisanat Tai Dam

Cet article a été écrit dans le cadre de notre voyage où nous étions invités par l’Office de Tourisme de Thaïlande. Dans de prochains articles, je vous parlerai d’autres régions intéressantes dans le Nord, mais également de Bangkok et de nos découvertes hors des sentiers battus dans le sud de la Thaïlande, dans les iles baignées d’eau turquoise…

19 réponses à “La Thaïlande méconnue : Loei”

  1. Bonjour, super article et très belles photos merci pour ce partage, je compte me rendre dans cette région, vous êtes passés par quelle agence pour la visite des campagnes et villages environnants ?
    Vous avez fait Bangkok Loei en Avion ?

    Merci d’avance

  2. Bonjour Julie, merci pour ce gentil message (et désolée pour le délai, j’ai eu quelques soucis de santé qui m’ont fait prendre du retard sur le blog).

    Pour le guide, je suis désolée, je n’ai plus les coordonnées.
    Et oui, nous avons pris l’avion Bangkok Loei (et vis versa au retour) – et d’ailleurs rien que pour l’expérience de monter dans un petit avion à hélices et de survoler les paysages verdoyant du nord, cela en vaut la peine !

    Bons préparatifs et beau voyage 🙂

  3. Bonjour Amandine

    En préparation de notre premier voyage en Thailande je suis tombé sur ton blog ( superbe !) et m’a donné envie d’aller plutot dans cette région que l’incontournable chiang Mai, qui à l’air bien plus touristique que la région de Loei Penses tu que c’est une erreur de ne pas y aller ou peut on très bien se concentrer sur le nord Est ?

    Merci

    • Bonjour Florence, merci pour ton gentil message 🙂

      Le Nord de la Thaïlande est si beau et verdoyant ; une ambiance totalement différente du sud (qu’on aime aussi beaucoup ^^). Je n’ai pas écrit d’articles détaillé sur Chiang Mai, n’étant restée qu’une nuit dans cette ville (à la fin de notre roadtrip de Chiang Rai à Chiang Mai, dont je parle un peu dans cet article). Impossible de dire si une région vaut mieux que l’autre : l’expérience, c’est sûr, sera différente entre ces deux régions, mais ce ne sera jamais « une erreur » ! Construit le voyage selon tes envies en prenant soin de te laisser le temps de t’imprégner des lieux : ne pas trop prévoir, ne pas trop charger ton programme, ce sont les meilleurs conseils que je puisse te donner 🙂

      Bon voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.