Pour remonter aux origines de Cuzco, il faut explorer les mythes et légendes entourant la naissance de la civilisation la plus connue d’Amérique du Sud : les Incas. Tout commence il y a fort fort longtemps, dans un pays lointain…

(Mettez une musique mystérieuse pour vous mettre dans l’ambiance !).

Au Lac Titicaca

La légende raconte que le premier Inca est apparu au Lac Tititcaca. Ce lac, selon le savoir des populations locales, serait en réalité la trace d’un déluge qui aurait inondé la planète entière (comme quoi, ce mythe du déluge, on le retrouve dans beaucoup de civilisations, qui n’ont normalement eu aucun contact entre-elles…).

Au Lac Titicaca
Au Lac Titicaca

Les premiers Incas

Manco Capac et Mama Ocllo
Manco Capac et Mama Ocllo

Le premier Inca, nommé Manco Capac, n’était pas seul (il se serait embêté sinon !) : pour lui tenir compagnie, il y avait sa soeur Mama Occllo, qui était également son épouse (d’une pierre deux coup…). Tous deux furent créés par Inti, le dieu Soleil, lui-même créé par Viracocha, le Dieu Créateur, roi de la Foudre et des tempêtes.

Le sceptre d’or

Manco Capac
Manco Capac et le sceptre d’or

Sous les indications de leur dieu «Inti», le soleil, ils partirent en quête d’une terre propice pour fonder leur empire, avec comme seul outil un sceptre en or (sympa le Dieu quand-même !).
Maco Capac l’utilisait pour sonder le sol, car là où le bâton s’enfoncerait sans difficulté, il fonderait son empire.

Un beau jour enfin, ils arrivèrent sur une montagne entourée de montagnes encore plus grandes, et le sceptre s’enfonça : ils avaient achevé leur quête. C’est là qu’ils bâtirent la célèbre cité inca : le Machu Picchu.

Ils vécurent heureux…

C’est ainsi qu’ils fondirent Q’usqu, aux alentours du XI ème siècle.
Cette première mission remplie, ils passèrent à la suite : Manco Capac enseigna aux hommes l’agriculture et l’artisanat, tandis que Mama Ocllo enseigna aux femmes l’art du tissage. Un peu sexiste tout cela quand-même !

Le temple du Soleil

Qorikancha
Qorikancha

Pour remercier le Dieu Soleil qui les a créés, les premiers incas bâtirent un temple à sa gloire : Coricancha, «l’enceinte de l’or».

De nos jours, ce temple est connu également sous le nom de Santo Domingo, les espagnols ayant utilisé les fondations de Coricancha pour construire une église.

Ce temple allimente d’ailleurs la légende de l’Eldorado : le mur d’enceinte était recouvert d’une fine couche d’or !

 

Blason emblême de Cuzco
Blason emblême de Cuzco

De Q’usqu à Cuzco

Q’usqu signifie en quechua «nombril du monde» (rien que ça !). Mais le nom a évolué à travers les âges. Et lorsque les colons espagnols débarquèrent sur le nouveau continent, trouvant ces noms barbares tout à fait imprononçables (et je confirme !), ils décidèrent de «l’hispaniser». C’est ainsi qu’ils rebaptisèrent la ville du nom que nous lui connaissons tous aujourd’hui : Cuzco.

 

L’Histoire derrière la légende

Derrière ce conte, se cache sûrement la véritable histoire du peuple Inca. Comme toutes les légendes, celle-ci possède d’autres versions, dont une selon laquelle il y avait quatre frères à l’origine. Quoiqu’il en soit, beaucoup d’historiens voient en Manco Capac le réel fondateur de Cuzco.

Si Manco Capac était bien en quête d’une nouvelle terre, c’est parce que son peuple fuyait les Aymaras. Leur exode dans l’altiplano andin les amenèrent jusqu’à la vallée verdoyante de Cuzco. Par contre ce n’est pas par un gentil arc-en-ciel qu’ils furent accueilli, mais bien par les trois peuples occupant alors la vallée.

Et comme tous bons voisins qui se respectent à cette époque-là… Ils se massacrèrent les un les autres jusqu’à ce qui n’en reste plus qu’un («Un bon ennemi est un ennemi mort !»).
Mais même si les historiens s’accordent sur l’existence de Manco Capac, ceux-ci sont en grand débat quant à l’époque à laquelle il aurait vécu, les estimations variant de plusieurs siècles !

Trahis par Viracocha

Le Dieu Viracocha était représenté par le symbole de la sagesse, commun à beaucoup de civilisations : il avait les traits d’un vieil homme barbu.

Viracocha est à l’origine de toute vie pour les peuples andins : il créa le soleil, la lune et les étoiles, ainsi que l’île du Soleil (au Lac Titicaca) et les hommes.

Mais, selon la légende, Viracocha ne resta pas au Pérou et poursuivit sa route vers le Sud, jusqu’à quitter le continent. La légende prévoyait le retour du Dieu…

Imaginez donc la tête des peuples latino-américains lorsqu’ils virent débarquer les colons européens, tout barbus après les semaines de vie en pleine mer !

4 commentaires

  1. Belle histoire.
    J’ai tendance à croire à cette histoire de déluge mais sans la connotation religieuse. Ce qui expliquerait facilement les similitudes dans les mythes de ces civilisations éloignées les unes des autres.
    Ce sont les similitudes entre les croyances religieuses qui sont encore plus frappantes : Le dieu soleil, par exemple, est présent dans presque toutes les cultures antiques malgré ses différents noms. Comme Viracocha dont les attributs me font penser à Zeus.

    Soit l’homme n’a pas une imagination si florissante soit les croyances voyages par des biais qui nous sont inconnus. 🙂

    En tout cas c’est assez sympa de revoir tous ces endroits que j’ai pu visiter sur tes photos ; mais avec des noms cette fois ! J’en aurais appris encore un peu en plus de cette légende qui m’était inconnue.
    Merci !

    Répondre
    • Bonjour Tony,

      Moi aussi je pense de plus en plus que les religions, mythes et légendes ont beaucoup à nous apprendre de notre Histoire. Et effectivement, le mythe du déluge fait sûrement référence à un cataclysme qui s’est produit sur Terre il y a bien longtemps et a laissé ses empreintes dans les différentes cultures et croyances.

      L’étude des religions et croyances nous renvoient souvent à des concepts de spiritualité très semblables,comme tu le fais remarquer, ainsi qu’à des bouts de l’Histoire de l’Humanité – qui, je pense, est à revoir ! Tout cela me passionne !

      Répondre
  2. Bel article encore une fois, j’ai toujours voulu voir la porte du soleil de Tihuanaco en Bolivie, mais je n’ai pas encore eu la chance d’y aller. Lorsque j’étais petite, il y avait une photo de cette porte dans le salon (mon père est bolivien) et elle me faisait rêver.

    Répondre
    • Je te conseille alors vraiment d’aller à Tihuanacu. Je recommande d’ailleurs sa visite dans mon article « Que voir en Bolivie ? », et j’en parle plus longuement sur mon autre site dans l’article « La plus vieille cité du monde », qui pourrait t’intéresser 😉

      Le site de Tihuanaco, au premier abord, peut être décevant, car il ne reste plus grand chose sur pieds. Mais lorsque l’on commence l’exploration du site, c’est réellement fascinant ! Et la porte du soleil, cel faisait longtemps que j’attendais de la voir (peut-être pas autant quoi toi 😉 ), malgré les retours de nombreux touristes assez négatifs sur le site.

      Je comprends ton rêve de petite fille, car dans mon salon, il y avait une énorme et vieille carte du monde. Je jouais souvent à m’imaginer voyager dans tous les pays de la carte …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest