Un sac sur le dos
Amandine

Revoilà le format d’article « réponse à une lectrice » ! Après la peur de se lancer, les angoisses avant le départ et la question de l’insécurité en Amérique latine, nous voici face à une question que je reçois souvent : par où commencer quand on prépare un premier grand voyage ?

Comment préparer son voyage au long cours ?

Bizarrement, préparer un voyage au long cours ne sonne pas du tout pareil à nos têtes et à nos cœurs que préparer un voyage plus court. Comme si ces deux types de voyage n’avaient rien à voir. Comme s’il fallait inventer un nouveau mot tant ils sont différents. Pourtant, il s’agit toujours de décider de partir, de choisir une destination, de préparer ses affaires… mais à une autre échelle !

Comme s’il fallait inventer un nouveau mot tant ils sont différents. Pourtant, il s’agit toujours de décider de partir, de choisir une destination, de préparer ses affaires… mais à une autre échelle !

Si vous prévoyez de partir pour un voyage au long cours et vous sentez un peu perdu·e : pas de panique !

Sachez d’abord que vous n’êtes pas seul·e avec ces pensées et émotions (la preuve avec le message de Julie, nom d’emprunt comme d’habitude). Et j’espère ensuite que ma réponse vous donnera quelques pistes pour considérer votre projet avec un regard neuf… enthousiaste et apaisé !

Le message de Julie

Bonjour les grands voyageurs !

Voilà, je souhaiterais plus que tout me lancer dans un voyage de plusieurs mois en Amérique du Sud. Le souci, c’est que je n’ai jamais entrepris de si long voyage hormis 3 semaines au Pérou (découverte) et 2 semaines en Amazonie (écovolontariat). Je sais à peu près ce que je souhaite visiter, les pays où me rendre, mais j’ai un peu du mal concernant les transports sur place (faut-il réserver, ou laisser libre cours au hasard), par où débuter le voyage, comment se loger… Peut-être suis-je un peu vague dans mes demandes, mais j’espère que vous pouvez m’aider vu vos expériences de « grands voyageurs » !
Merci d’avance pour vos précieux conseils !

Julie

Ma réponse

Bonjour Julie,

Merci pour ton message et ta confiance. Tu n’es pas la seule à nous envoyer des bouteilles à la mer… et tu es certainement loin d’être la seule à se demander « par où commencer » face à un projet de grand voyage. C’est d’ailleurs une des thématiques qui revient le plus dans mon travail de coach de vie.

Préparer un premier voyage au long cours, cela peut ressembler à une énorme montagne qu’il faudrait avaler d’une traite. Et cette montagne, on peut avoir l’impression qu’on n’en viendra jamais à bout, qu’elle nous écrasera avant qu’on ait pu commencer à faire quoi que ce soit… Et c’est souvent dans un état de paralysie et de procrastination que nous laisse ce sentiment d’impuissance.

L’astuce ? Y aller pas à pas, ou bouchée par bouchée, une cuillère après l’autre. La montagne des préparatifs, on va la grignoter en commençant par un coin, puis un autre. On va se créer un plan d’attaque pour ne pas en perdre une miette et parvenir à l’avaler toute entière avant la date fatidique, celle du grand départ.

Concrètement, comment mettre cette technique en place ? En appliquant le vieux dicton « diviser pour mieux régner ». Quelles sont les grandes thématiques, les grandes questions à régler avant le départ ? Il y a bien sûr, d’une part, le choix de la destination, du style de voyage, des dates, de l’itinéraire… Mais de ce côté-là, tu as l’air d’être au point. De manière générale, il n’y a jamais une bonne réponse (comme si une destination était « meilleure » qu’une autre !) : chacun a ses rêves, ses attractions pour une région ou l’autre du monde. La seule information qui peut être intéressante à garder en tête lors de ces préparatifs est la météo, afin d’éviter les saisons défavorables, par exemple la saison des pluies qui peut être particulièrement violente dans certaines régions du monde.

Ensuite, les autres grandes thématiques sur lesquelles te pencher apparaitront d’elles-mêmes, au fur et à mesure de tes questions : santé, logistique (transport, logement), équipement, communication, assurance…

Il n’existe pas une seule façon de préparer un voyage : à chacun son style et sa personnalité. Certains voyageurs aiment tout prévoir jusqu’au dernier détail, que ce soit pour l’itinéraire, les sites à visiter et les adresses où dormir et manger. D’autres aiment se laisser porter par l’instant, le hasard des rencontres et les envies du moment et préfèrent improviser sur place. Le plus important, c’est de respecter son style afin de créer et de vivre un voyage à son image, selon ses besoins.

Mais… il y a deux « mais » ! Premier « mais » : lorsque l’on voyage à plusieurs, par exemple en couple, les styles et les envies de chacun peuvent être différent. Un juste équilibre sera à trouver en amont, avant de partir en voyage, et à adapter sur place.

Et second, mais : comment connaitre son style lorsque c’est son premier voyage ? D’une part, on peut se baser sur ses expériences de voyage classique, et d’autre part… s’écouter ! Et les besoins et envies que l’on ressentira avant de partir ne seront pas nécessairement les mêmes que ceux qui surgiront sur les routes. Souvent, avec le temps et l’expérience, la tension se relâche, on ressent moins le besoin de sécurité et de contrôle, et on laisse plus de place à l’imprévu, on devient plus spontané. Et cette différence se marque encore plus lors du second voyage au long cours : les préjugés et le poids des regards des autres tombe, bonjour la liberté !

Donc, si je ne devais te donner qu’un conseil, ce serait :

Il n’y a pas une manière unique de bien préparer son voyage… et donc par extension, il n’y a pas moyen de le rater !

Même si tu oublies certaines choses à prendre dans ton sac, même si tu évalues mal ton budget, même si tu éprouves des difficultés à communiquer au début du voyage, même si tu tombes dans certaines arnaques, même si tu choisis un logement pourri, même si…

Car quoi que la route te réserve, tu te relèveras, tu t’adapteras et tu apprendras. Nous avons beaucoup plus de ressources que nous ne le pensons souvent. Et nos capacités d’adaptation sont bien plus grandes qu’on ne l’imagine. Et puis, au pire, tu auras perdu un objet, un peu de temps, un peu d’argent… et cela, au pire ! Il faut apprendre à relativiser les risques et, par extension, relativiser les scénarios catastrophes. Le pire qui peut nous arriver est souvent bien moins grave que ce qu’on imagine au premier abord.

Et tout cela, on l’apprend en voyageant, mais aussi en préparant son voyage. En faisant son sac et en acceptant le principe de devoir choisir ce qui sera emporté et ce qui restera : on ne peut pas tout emporter (vive le voyage léger)… et on ne peut pas tout prévoir. Mais la route est pleine de chemins de traverse et la vie pleine de plans B… et l’alphabet plein de ressources !

Premier voyage au long cours : une belle aventure !

J’espère que ma réponse à Julie sera utile à d’autres voyageurs. Si vous avez des questions plus précises, n’hésitez pas à les poster dans les commentaires, j’y répondrai avec plaisir, en me basant sur mon expérience personnelle, voire je développerai peut-être davantage le sujet dans un prochain article.

Bons préparatifs à celleux qui s’apprêtent à découvrir le monde… et beau voyage !

Préparer un premier voyage peut sembler énorme… comme ce palmier !
, , , ,

Commentaires

  1. Vous avez complètement raison sur la décision qu’il faut prendre. Quand je voulais partir en voyage, j’ai pris un congé et je suis partie. A un moment donné il ne faudra plus penser aux biens des autres, il faut prendre du temps pour soi même et se retrouver avec tous les pressions du bureau et les routines de tous les jours. Et j’avoue que mes vacances m’ont fait du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.