Un sac sur le dos
Amandine
Article non approprié pour les véganes

Depuis juillet 2017, Un sac sur le dos est 100% végane. Cet article a été publié avant cette date, et contient du contenu non-végane. Nous avons décidé qu'il représentait nos choix lors de sa publication, et n'en avons par conséquent pas modifié son contenu.


L’île de Pâques, Rapa Nui pour les intimes. Cette île est un mystère à plus d’un titre : les Moaïs bien sûr, mais aussi leur terrible pouvoir attractif. Avez-vous déjà entendu une personne revenir de cette île du bout du monde et qui ne désire pas y retourner ?

Pourquoi ? Quel est ce mystérieux charme qu’opère l’île de Pâques sur les voyageurs ?

Moaï, gardien aux yeux grands ouverts

Le mystérieux charme de l’île de Pâques

Je ne comprenais pas. Mais comment le pouvais-je ? Des îles, il y en a tellement sur notre planète bleue. Pourquoi celle-ci semblait être si différente ? Pourquoi tant d’éloges à son égard ?

Je dois avouer, c’est plus cette curiosité, couplée à mon amour de l’histoire et de l’archéologie, qui m’a poussée à découvrir Rapa Nui.

De rêves en surprises, je suis, à mon tour, tombée sous le charme. Victime d’envoutement. Cette île, je l’aime. Et je veux (déjà !) y retourner.

Coucher de soleil à l’île de Pâques

L’île de Pâques en 5 surprises et coups de cœur

Difficile d’expliquer à un non-initié une histoire d’amour. Je vais pourtant essayer de vous partager mes découvertes, surprises et coups de cœur.

  1. L’ambiance de l’île

    Une île sans reggae, ce n’est pas une île, nous a dit un jour un insulaire de Chiloe, petite île patagonique.

    Est-ce vrai ? Est-ce cela le mystère de l’âme de ces bouts de terre ? À Rapa Nui, du reggae, nous en avons beaucoup entendu ! C’est ces rythmes lents et ces mélodies ensoleillées qui donnent le tempo.

    Rien ne presse, détends-toi ! N’entends-tu pas la musique ?

    Une invitation à savourer : savourer le temps qui passe, le mouvement de la vague, le rayonnement du soleil, la fraîcheur des arbres.

    Une invitation à laisser le superflu et les problèmes derrière soi.

    Une invitation à être plutôt qu’à faire. Être bien. Être soi.

  2. Les Rapa Nui

    Sur l’île de Pâques, tout est Rapa Nui. Leur île, leurs coutumes, leur langue, leur danse. Et les habitants.

    Danser Rapa Nui !

    Rapa Nui, une identité. Une fierté. Fiers d’avoir traversé toutes ces épreuves (et il y en a eu tant). Fiers d’être des survivants. Fiers d’avoir érigé les Moaïs. Fier de tenir tête à tous, à l’instar de leurs statues.

    Fiers… mais gentils. Profondément accueillants. Immanquablement touchants.

    Chaque rencontre a été une nouvelle histoire. Certaines plus courtes. D’autres, plus profondes.
    Comme cette femme, nous accueillant dans une de ses maisonnettes qu’elle apprête avec dévotion pour les voyageurs. Pleine d’attention, d’une présence discrète, elle est devenue un rendez-vous régulier. Pour se croiser, se parler. De tout, de rien. Et se dire au-revoir, les larmes aux yeux, la promesse de revenir et, sortis de nulle part, des cadeaux. Après tant de générosité, elle nous attendait avec un cadeau d’adieu. Un collier pour chacun, faits avec un coquillage de l’île. « Unique, nous dit-elle fièrement, on ne les trouve qu’ici ». Un petit bout de Rapa Nui à nos coups.

    L’envoutement de l’île tiendrait-il dans ces colliers ensorcelés ? Accueillis avec des colliers de fleurs, repartis avec des colliers de coquillages… Je pense que je tiens une piste !

    Accueillis avec des colliers de fleur !

  3. La nature

    Bercée par le conte écologique que nous avons tous entendu, je m’attendais à découvrir une île jaune, brulée par un soleil ardent. Une île dépouillée de ses arbres et de sa nature. Une île morte.

    Quelle surprise, quand l’avion survole l’île avant d’atterrir, de découvrir une île pleine de couleurs et de vie !

    Une île pleine de couleurs

    Jaune, le sable. Vert clair, le pâturage. Brun rougeâtre, la route de terre. Gris, les galets de la plage. Vert dense, les arbres. Bleu céleste, le bord de mer. Vert et brun, les palmiers (une île tropicale sans palmiers n’est pas une île tropicale !). Sans parler des maisons : petites, basses et colorées. Des couleurs, des couleurs !

    La nature est toujours bien vivante sur l’île de Pâques. Certaines espèces, animales et végétales, sont endémiques, beaucoup sont importées. Mais toutes participent à la douce variété de l’île.

    Paysage de l’île de Pâques

    Et puis les chiens… Ah les chiens ! Ce qu’ils peuvent me manquer. Comme des amis que j’aurais laissés sur place. Nous avons essayé, pourtant, de ne pas nous attacher. Ne pas trop les regarder ni les caresser. Ne pas les reconnaître. Ne pas leur donner un nom. Et puis nous avons craqué…

    Il s’appelle « Petit Caillou », c’est un chien pur-mélange, au poil clair. Nous l’avons vu pour la première fois sur la petite plage de galets où nous prenions nos cours de surf.
    La queue battant joyeusement, il s’approchait d’un enfant, s’en éloignant ensuite d’un bond joueur, pour revenir lui déposer à ses pieds… un caillou. « Lance, lance ». Et le garçon de lancer, et le chien de courir à l’eau, regarder les vagues déferler sur une montagne de cailloux. « Mais lequel est-ce ? », semblait-il dire d’un air dépité. Alors il revenait vers le garçon, bredouille, et demandait un nouveau lancé.
    Qui des deux se lasserait le premier : l’enfant ou le chien ?
    Ce jeu si simple dura et dura, sans que l’un ou l’autre ne semblât vouloir l’abandonner.

    En plus des chiens et des quelques chats présents sur l’île, le troisième animal dominant est le cheval. Malheureusement, celui-ci court en liberté, entrant en toute impunité sur les sites archéologiques, participant activement à leur érosion.

    Et pour ce qui est de la vie sous l’océan, nous sommes allés à sa rencontre avec nos masques, nos palmes et des bombonnes d’oxygène. Si la clarté de l’eau nous a séduits et le Moaï immergé nous a amusés, la pauvreté de la faune de la flore nous a attristés. Surpêche, nous dit-on timidement.

    Le Moaï immergé et moi !

    Les pêcheurs aux frêles embarcations voient ainsi leurs prises quotidiennes diminuer en taille et en poids. Les thons se font plus rares. Alors que l’on observe, loin à l’horizon, d’énormes paquebots draguant les fonds marins… sûr que la pêche est bonne pour eux.

  4. La nourriture

    Une chose qu’on ne dit jamais… Mais qu’est-ce que l’on mange bien sur l’île de Pâques ! Et le confort gastronomique, c’est important pour apprécier pleinement un endroit (c’est d’ailleurs également une des raisons de notre amour pour la Sicile, de notre coup de cœur pour la Jordanie et de notre passion pour le Pérou).

    De l’île de Pâques, je garde un goût de ceviche de saumon et de carpaccio de thon. Aaah le thon ! Mais qu’est-ce qu’il était bon ! Savoureux. Tendre. Fondant !

  5. Les Moaïs

    Les derniers, mais non les moindres, de cette liste : les fameux, les célébrissimes Moaïs.
    Ces sculptures d’un autre monde, au regard sérieux tournant le dos à l’immensité de la mer, ne laissent personne indifférent.

    De certaines d’entre elles, il émane une force inexplicable. Une paisible puissance, canalisée dans la pierre. En veille. Ces Moaïs ont l’air d’attendre, boudant l’horizon bleu, prêts à se lever le moment venu.

    Il faut chercher, se promener, contempler, bouger… pour trouver la statue qui vous parle le plus. Inexplicable, une fois de plus. Mais l’un de ces Moaïs vous séduira plus qu’un autre. Est-ce pour sa taille ? La finesse de ses traits ? La profondeur de son regard ?
    Il vous attend, et quand vous l’aurez trouvé, vous le saurez. Vous comprendrez.

    Moaï, mon beau Moaï, dis-moi où te portent tes pensées ?

L’île de Pâques, c’est beau… mais c’est cher !

Je sais ce que vous pensez, en lisant mes coups de cœur pour cette île :

« C’est bien beau tout cela. Mais l’île de Pâques, c’est cher ! »

Oui, la vie sur l’île est à peu près majorée d’un tiers du prix du continent. Mais… cela reste moins cher que de voyager en Europe. Oui, l’avion coûte cher… mais pour la distance à parcourir, cela semble tout à fait justifié.

Même chose pour les Galapagos. Cet archipel reste parmi mes plus beaux souvenirs de voyage, tous voyages confondus. Je suis heureuse de m’être accordé la chance d’y aller !

C’est un sujet qui me tient à coeur et que je développerai prochainement plus en profondeur.

L’île de Pâques : une folle envie d’y retourner

Je vous ai partagé mes coups de cœur, insufflé un peu de mes amours insulaires… Et je vous laisse sur votre faim ? Pas d’inquiétude, un article plus détaillé vous présentera ce qu’il y a à faire et à voir à Rapa Nui (à suivre).

Si je ne comprends toujours pas comment opère le mystérieux charme de l’île, je suis néanmoins fixée sur mon diagnostic : atteinte sévère. Prescription : une cure Rapa Nui à prendre dès que possible !

Conquise par l’île de Pâques : promis, je reviendrai !

Et vous, avez-vous déjà été sur l’île de Pâques ? Des coups de cœur à nous partager ?

, , , , , , , , , ,

Commentaires

  1. Aaaaah, Amandine, tu nous vends du rêve! Félicitations pour cette magnifique invitation au voyage. J’ai eu l’impression d’y être et maintenant, j’ai encore plus envie d’y aller. Je ne pensais pas l’île si riche « culturellement parlant » (miam miam) et les photos sont de toute beauté. J’aime particulièrement celle où tu contemples un Moaï ;D Toi, si petite et lui, si majestueux! Bravo à François pour ces belles prises de vue!

  2. Waouw!! Ca donne vraiment envie d’aller y faire un tour. L’île de Paques est clairement sur ma bucket list! J’aimerais aussi aller à la rencontre de ces Moaïs si mystérieux! Très beau récit, merci!

    • Je te le souhaite Nathalie ! Merci pour ton retour.
      Cet article n’est qu’un premier récit sur l’île de Pâques, premier contact pour essayer de vous transmettre mon coup de coeur pour cette île polynésienne… un autre article suivra, avec les points d’intérêts de l’île, les bonnes adresses… A suivre donc ! 😉

  3. Bravo, Amandine, j’ai beaucoup aimé ce que vous avez écrit… et vous écrivez bien !
    Vous allez plus loin que les mots car vous y mettez votre Âme. Je pourrais vous dire « pourquoi allez-vous chercher ailleurs tout ce ce qui est déjà en Soi ou en Vous » ? Je ne le ferais pas car vous êtes une passionnée de Vie et de Voyages. Quelque part vous êtes Une femme Chamane c’est bien.
    J’aime cette photo des sculptures géantes avec le regard levé vers le ciel, face aux étoiles. Après la photo, vous avez dû rester « Seule » au pied d’un de ses Dieux mystérieux ? Assise les yeux également levés vers cette toile magnifique de l’Univers de nuit, vers les étoiles… avec vos interrogations.
    Je vous dis simplement en douceur, que le simple fait d’exister est une chose formidable. Ne changez pas… et si les regards de ses statues sont dirigées vers les étoiles et l’Univers… ce n’est pas pour Rien !
    Bon voyage, bon vent, amicalement

    • Merci Gérard pour votre message. Il me touche énormément.

      La nuit passer à regarder les étoiles au pied des Moaïs reste en effet dans mes souvenirs les plus magiques de l’île 🙂

  4. Les photos sont splendides!
    Cette île mythique et mystérieuse m’attire depuis mon adolescence.
    Ton article va rester sous le coude pour le jour où j’aurai cette superbe occasion.

    • Merci Valérie, je transmets les compliments au chef-photographe !

      Je te souhaite de pouvoir y aller un jour. Concernant les infos pratiques, je sortirai un prochain article avec mon retour sur les activités à faire, les choses à voir et, bien sûr, les bonnes adresses pour se régaler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.