Le Costa Rica est l’un des rares pays sans armée, c’est connu. Mais ce pays a décidé d’aller encore un pas plus loin, en imposant la fermeture des zoos sur son territoire.

La nature : la plus grande des richesses

En quelques chiffres : ce petit pays d’Amérique centrale

  • ne couvre que 0,03% de la surface de la planète,
  • et possède une faune et une flore des plus variées : pas moins de 500.000 espèces différentes peuplent le territoire,
  • ce qui réprésente plus de 4% de toutes les espèces vivantes recensées sur la planète.

Une nouvelle loi permet la libération des animaux captifs, mais surtout empêche que d’autres animaux soient capturés dans le futur.

Le Costa Rica envoie un message au Monde :

Nous sommes en train de nous débarrasser des cages et nous renforçons l’idée d’interragir avec la biodiversité des parcs botaniques de manière naturelle

(René Castro, ministre Costaricain de l’Environnement)

La fermeture des zoos : un pas de plus…

Cette nouvelle mesure en faveur de l’environnement et de la nature n’est pas la première prise par le Costa Rica, et gageons que ce ne sera pas la dernière. Par exemple :

  • les animaux sauvages sont bannis des cirques,
  • la chasse sportive est interdite,
  • une grande campagne de reforestation est en cours : les surfaces boisées représentent plus de 52 % du territoire, et un quart du pays est protégé par un statut particulier.

La fin des zoos, concrètement ça donne quoi ?

Cette nouvelle loi entrera en vigueur en 2014 et les 2 zoos, le zoo Simon Bolivar et le Centre de Conservation Santa Ana, fermeront au cours de l’année. Ceux-ci seront ensuite transformés en parcs ou jardins botaniques urbains. L’idée est de les aménager afin d’accueillir naturellement les oiseaux et les mamifères, qui s’y promèneront à leur guise.

Les animaux seront pour la plupart libérés dans la jungle, d’où ils sont originaires. Mais ceux considérés comme menacés, seront amenés dans des réserves naturelles pour y recevoir des soins spéciaux.

Les limites

Au-delà de la question bonus « Mais où ira le lion ?! », un grand débat entourre cette décision.

  • Les détracteurs affirment que les sanctuaires sont déjà supreuplés, et qu’il ne sera pas aisé de trouver un nouvel habitat aux animaux.
  • Ensuite, comment savoir s’il vaut mieux rendre ces animaux à la vie sauvage ou les garder dans un sanctuaire.
  • Et finalement, les plus alarmistes craignent que ces animaux, habitués à la captivité, ne soient pas capables de survivre dans la jungle : ils n’ont jamais appris à chasser. Or certaines choses seraient impossibles à apprendre à l’âge adulte.

Les mentalités bougent sur la planète

Le Costa Rica inspire de nombreux pays, comme avec sa loi de 2005, interdisant la mise en captivité de cétacés. Ainsi, tout récemment, l’Inde a rejoint le mouvement, après le Chili et la Hongrie, et reconnu au dauphin le statut de personne non humaine.

Espérons que ce mouvement perdure et que l’Homme s’inscrive ainsi dans une démarche respectueuse envers la nature et le monde animal, auxquels il appartient.

Si cet article fait écho chez vous à des envies ou des difficultés personnelles, n’hésitez pas à me contacter pour une demande de coaching. Psychologue de formation et coach de vie, je propose d’accompagner les (futurs) voyageurs pour un bout de cheminement personnel, à travers un coaching personnalisé selon vos envies, besoins et objectifs.

23 commentaires

  1. Chapeau pour le Costa Rica!! Nous allons y faire un tour en mars, avril prochain et j’ai vraiment hâte de découvrir ce pays à la nature luxuriante! J’espère vraiment que ça va donner des idées aux autres. Je suis totalement anti zoo, aquarium, volière, … Une cage n’est bonne pour personnes, et surtout pas les animaux.

    Répondre
    • Merci Alizée pour ton commentaire, je pense que nous sommes du même avis 😉
      Aller au cirque voire des animaux sauvages dressés, ou au zoo pour en voire d’autres apathiques derrière des barreaux, cela me déprime profondément ! Respect et liberté pour tous !

      Je te souhaite un très beau voyage, c’est un pays qu’il me tarde de découvrir, tant pour ses paysages et sa richesse au niveau biodiversité que pour sa philosophie. Je suivrai votre voyage avec grand intérêt 😉

      Répondre
  2. Je trouve que c’est une excellent nouvelle!
    Certes culturellement c’est intéressant de pouvoir découvrir des animaux en vrai plutôt qu’au travers d’un écran de télévision ou sur Internet, mais s’est-on demandé ce que ceux-ci ressentent?
    Vraiment chapeau au Costa Rica!!! J’espère sincèrement qu’ils serviront d’exemples et que d’autres suivront le pas.
    Dans un autre registre mais proche quand même, je ne sais pas si vous en avez entendu parlé du film/documentaire à propos de Tilikum, une orque capturée à l’âge de 2 ans. Il sort très prochainement en Belgique.
    Voici le synopsis du film :
    Un thriller psychologique intense avec un orque en vedette, qui illustre comment la nature peut se venger lorsque l’homme la pousse dans ses derniers retranchements. ‘Blackfish’, c’est l’histoire de Tilikum, un orque condamné à devenir une bête de spectacle. Durant ses 30 années de captivité, Tilikum a tué et blessé plusieurs personnes. Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice du film, a interviewé des témoins directs. Elle dresse un portrait hallucinant de la manière dont ces animaux particulièrement intelligents sont maintenus en détention par l’industrie des parcs de loisir, avec pour seul objectif l’appât du gain. Cette histoire interpellante pose une question cruciale : ces animaux peuvent-ils être détenus de la sorte, sans que des limites claires soient fixées ?
    Il est grand temps que l’homme réfléchisse sur ses agissements…

    Répondre
    • Merci Céline, je ne connaissais pas ce film – documentaire, la bande annonce m’a donné des frissons. Je pense que c’est bien de susciter le débat et d’éveiller les consciences sur le thème des animaux en captivité.

      Répondre
  3. Superbe nouvelle, ça fait vraiment plaisir à lire. Comme vous, j’ai toujours été profondément peiné du sort des animaux utilisés pour le seul plaisir de l’être humain. Qui sommes-nous pour asservir ces bêtes, encore plus à des seules fins de divertissement ?

    L’initiative du Costa Rica est un exemple à suivre, de même que celle du reboisement. Ce n’est qu’à ce prix que nous feront avancer le monde dans le bon sens, et sauver ce qui peut encore l’être.

    Merci pour cet article Amandine 😉

    Répondre
    • Merci à toi Jérémy pour ton commentaire, je suis contente que tu ai apprécié l’article : je voulais partager cette information, car je pense que les médias n’en n’ont pas assez parlé.
      Je suis du même avis que toi : se divertir au prix de la liberté de d’autres, que ce soit des hommes ou des animaux, le coeur du problème est le même : l’atteinte à la liberté.

      Répondre
  4. J’ai partagé ton article sur mon profil perso, je trouve qu’on parle trop des choses qui ne vont pas et pas assez des belles initiatives comme celles-ci.

    C’est une des raisons pour lesquelles j’aime bien un site qui s’appelle « Courant Positif », je ne sais pas si tu connais. Ses créateurs ont pris le parti de diffuser des infos positives, en opposition aux médias traditionnels qui insistent (trop) souvent sur le négatif.

    Répondre
    • Merci pour ton partage. Je ne connais pas ce site, mais en ai déjà entendu parler. J’irai y faire un tour, un peu de positif ne fait de mal à personne 🙂

      Répondre
  5. Je vais jouer mon pessimiste, désolé :). Je voulais juste signaler que des milliards d’autres naissent et meurent dans des élevages industriels car ils n’ont pas la chance d’être multicolore et de ceux là on s’en tape, pire, on ruine la planète et notre santé en les mangeant. Alors qu’il n’y a pas besoin d’attendre une décision gouvernementale, il n’y a pas besoin d’aller au Costa Rica, on peut agir tout de suite et chez nous.

    Un jour j’aimerais me féliciter non pas d’un gouvernement, mais d’un peuple, ce jour là on aura fait un pas en avant, un vrai !

    Parole d’un non mangeur de viande non extrémiste qui se tolère quelques écarts à de rares occasions pour ne pas embêter le monde 🙂

    Répondre
    • Salut Bertrand, merci pour ton commentaire engagé.
      Pessimisme ? Non, je ne pense pas, disons que tu viens offrir une vision avec plus de recul sur notre rapport à la nature et aux animaux. Les zoos c’est bien (enfin non, justement !), mais ce n’est pas tout.

      Pas question ici d’hypocrisie ou de ne voir qu’une partie de l’iceberg, mais de souligner les initiatives (gouvernementales ou non) qui vont « dans le bon sens ».

      Je pense être assez consciente de la situation quant à la maltraitance des animaux destinés à finir dans nos assiettes (il y a quelques bons documentaires qui te coupent toute envie de manger de la viande !). Et comme tu le soulignes : nous pouvons tous y faire quelque chose, à notre échelle. C’est peu, mais c’est déjà ça … L’océan est un ensemble de goutte d’eau !
      « Nous réalisons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte dans l’océan. Mais si cette goutte n’existait pas dans l’océan, elle manquerait. » (Mère Teresa)

      Répondre
  6. Message fort, mais il va falloir voir comment la situation va évoluer !

    En tout cas je suis pour la suppression des cages pour les animaux. Un parc est beaucoup plus sympa et c’est encore mieux d’y apercevoir quelques animaux au détour d’un chemin.

    À quand la même chose en France ?

    Répondre
  7. Hello !

    J’adore lire ce genre de bonnes nouvelles ! Une vraie initiative en faveur de la protection de la Nature ! 🙂
    Par contre, c’est sûr, les animaux qui vivent en captivité ont perdu leur instinct de chasse : pas sûr qu’ils survivent si on les relâche ainsi… 🙁

    Répondre
    • Merci Nath’ pour ton commentaire.

      Comme tu le soulignes : la situation n’est pas toute rose et les choses ne sont pas aussi simple que l’on ne le souhaite. Je me pose sincèrement la même question que toi.
      Je suis ravie de ce genre d’initiative, mais surtout pour ses répercutions sur l’avenir : plus aucun animal enfermé pour être mis en vitrine.

      Par contre, comment vont survivre ces animaux privés de liberté pendant des années dans la nature sauvage de la forêt tropicale ? Sans doute est-ce en ce sens que des zone de réserves naturelles sont pensées pour accueillir certains animaux … A suivre !

      Répondre
  8. Merci beaucoup pour ces informations que j ignorais me permettant de soupirer de soulagement. Enfin des pays aux dirigeants intelligents!
    Merci pour ces bonnes nouvelles!

    Répondre
    • Merci Isabelle pour ton commentaire (et désolée du délai de réponse, il s’est perdu dans la masse ! 😉 )
      C’est aussi le genre de nouvelle qui me fait soupirer de soulagement : il n’y a pas que des mauvaises nouvelles dans l’actualité de la plan§te (même si elles sont souvent plus partagées : cette info sur la fermetrure des zoos à très peu circulé).

      Répondre
  9. C’est une très bonne nouvelle, pour une fois qu’on lit quelque chose de positif concernant les animaux, au lieu de quelque sordide fait divers ! Il faut voir comment la situation va évoluer, c’est certain, mais dans tous les cas ça reste une démarche positif qui, je l’espère de tout coeur, va montrer la voie à d’autres pays… Enfin, quand on voit que le Danemark euthanasie des bébés girafes en excellente santé (ce qui est loin d’être un cas isolé), je me dis que le message risque de mettre énormément de temps à se faire entendre…

    Répondre
    • Salut Vanessa : oui, espérons que cette nouvelle fasse des petits, se propage et insufle un mouvement similaire dans d’autres pays sur notre petite planète.
      Oui, le cas de ce bébé girafe m’a indigné et soulevé le coeur tout à la fois : quel non sens !!! Tellement aux antipodes de ce mouvement au Costa Rica, bien dommage de voir notre planète fonctionner sur plusieurs vitesses :s

      Répondre
  10. c’est vraiment une fabuleuse initiative et ça donne envie d’aller visiter ce pays.

    Répondre
    • Merci Julie pour ton commentaire. Pour moi aussi, ce genre de philosophie, mentalité et décisions politiques me donne encore plus envie de découvrir le Costa Rica : je pense que c’est un pays qui a tout compris à ce niveau là !

      Répondre
  11. Enfin ! Merci, merci, merci le Costa Rica, au nom de tous ces animaux bien souvent enfermés dans des conditions déplorables ! Si seulement ce geste pouvait être le début d’une longue chaine de décisions similaires un peu partout dans le monde…
    Fondamentalement, je comprends que l’on veuille sauvegarder les espèce, c’est normal. Mais préservons-les dans leur pays. Est-ce normal qu’un ours polaire se retrouve dans un zoo au Qatar (je ne sais pas s’il y en a, c’est un exemple) ? Non. Je suis pour l’instauration de zones protégées où les animaux en voie de disparition vont et viennent en toute liberté et en sécurité.

    Ce pays n’a ni armée, ni zoos. Il va vraiment falloir que j’y aille, leur mentalité me plait beaucoup !

    Répondre
    • Merci Sarah pour ton commentaire ; je pense que nous nous retrouvons bien sur ces points.
      Les zoos m’ont toujours rendue triste, et je trouvais que cette nouvelle valait la peine d’être partagée, car très peu médiatisée au final.

      Moi aussi le Costa Rica m’attire … et avec notre voyage « aux Amériques » qui débute dans pas longtemps, nous y passerons sûrement ! Hâte de voir ça 🙂

      Répondre
  12. Bonsoir,

    c’est super chouette de vous lire, cela donne vraiment envie de partir.
    Je regrette juste qu’il n’y ai pas plus de photos (je ne parle pas là de videos !!!)
    Et puis on aurait beaucoup aimé que vous vous présentiez un peu plus tous les deux.
    Bisous. Amitiés.

    Répondre
    • Merci Nadine pour votre message.
      Pour en savoir plus sur nous, je vous invite à lire la rubrique « A propos » et la page « Qui suis-je ».
      Des photos de nous deux sont distilées dans les articles… à petite dose !
      Au plaisir de vous lire, le bonjour du Salavador.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest