L’année 2017 nous a permis de réaliser de nombreux rêves, des plus insolites aux plus inattendus… Et un des rêves de François, c’était de dormir au Hoshi Ryokan (ou Houshi), qui est non seulement le plus vieux ryokan, mais également le plus vieil hôtel du Japon et du monde, ainsi que la seconde plus ancienne entreprise familiale du globe ! Bon, techniquement, depuis 2016, un autre hôtel, japonais également, se dispute cette place de plus vieil hôtel du monde, mais on ne va pas chicaner pour si peu.

Y passer la nuit n’est pas une expérience ordinaire. De notre dernier voyage au Japon, nous gardons de notre séjour au ryokan Hoshi un souvenir très précis. C’est comme si c’était hier…

Voyager dans le temps

Pénétrer dans l’enceinte de cet hôtel, c’est passer un portail vers une autre époque. Comme dans tous les ryokans, le Japon des traditions accueille le visiteur. Tatamis, panneaux coulissants, élégants meubles en bois foncé, décoration minimaliste et zen… Une fois déchaussé, le visiteur est invité à s’installer face au jardin pour un thé et une pâtisserie de bienvenue. Les volutes de fumée réconfortantes du thé se mêlent à la douceur et l’harmonie du jardin et de son étang où nagent de grands poissons colorés. L’occasion de laisser derrière soi les heures de transport qui nous ont menés depuis le cœur des Alpes japonaises jusqu’ici, dans la région de Komatsu, non loin de Kanazawa, dans la préfecture d’Ishikawa, sur le versant ouest du Japon.

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
L’entrée du ryokan Hoshi de nuit (© Hoshi)

1300 ans d’histoires

C’est il y a 1300 ans, en 718, qu’a été fondé ce ryokan. Pour donner un peu de relief à cette période, le VIIIe siècle, c’est l’époque du couronnement de Pépin le Bref comme roi des Francs, avant l’arrivée du célèbre Charlemagne, celle de la conquête musulmane de la péninsule ibérique, de l’âge des Vikings, de l’apparition de l’agriculture au Canada, des débuts officiels de la civilisation Tiwanaku en Bolivie, ou encore du peuple Chimú au Pérou… À cette époque, la capitale du Japon était alors installée à Nara.

En le replaçant dans son contexte historique de départ, je vois défiler sous mes yeux la ligne du temps étudiée enfant : tant d’époques, tant d’histoires… Et à travers ce tumulte, un ryokan qui persiste encore et toujours.

Sous mes yeux, la devise de l’hôtel écrite sur un prospectus prend tout son sens :

Learn from water, learn by oneself.
(Apprendre de l’eau, apprendre par soi-même)

Devise rattachée à l’élément à la source même de la création de l’hôtel : la source chaude utilisée pour les onsens. L’idée derrière cette phrase rejoint la philosophie bouddhiste et l’idée que rien n’est permanent si ce n’est le changement. Il faut apprendre de l’eau, qui change de forme et d’état selon les conditions et le contenant…

À l’image de cette citation, le ryokan a bien sûr évolué au fil des siècles, reconstruit après les catastrophes naturelles, gagnant peu à peu en modernité et agrandissant ses fondations jusqu’à pouvoir offrir aujourd’hui une centaine de chambres. Le style des chambres est resté dans la pure tradition, tout comme le yukata que les voyageurs sont invités à revêtir à leur arrivée, le thé d’accueil, les repas servis au soir et au petit-déjeuner, ainsi que l’onsen, bain de source chaude.

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Thé de bienvenue avec vue sur le jardin

Une histoire de famille

46 générations qui se sont succédé pour accueillir les voyageurs au Hoshi Ryokan. Et nous avons eu l’honneur et le plaisir de pouvoir visiter les moindres recoins de ce labyrinthe avec le propriétaire actuel, Monsieur Zengoro, 46e du nom dans cette grande famille (malheureusement, la seule photo que nous ayons de lui est floue !).

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Le propriétaire du ryokan, Monsieur Zengoro, et nous

Légèrement courbé par les ans, les cheveux blancs et le regard souriant, il nous a menés d’un pas leste à travers les couloirs, admirer quelques vitrines où reposent les traces d’illustres visiteurs, photos ou dessins.
Tout en marchant, je tente d’imaginer la vie de cet homme et de sa famille. Son premier ancêtre connu était un moine venu créer un temple bouddhiste sur la montagne de la région. Depuis lors, toute la famille est bouddhiste nous dit-il, tout en nous remettant à chacun un petit livret des « Messages de Bouddha ».

À peine né, il appartenait à une lignée où le poids des traditions familiales est tel qu’il peut déterminer son avenir. Alors qu’il jouait à cachecache dans les chambres vides quand il était enfant, ses parents savaient déjà qu’en tant que premier fils, il hériterait de la charge de poursuivre l’œuvre de se ancêtres. Son mariage fut arrangé, tout comme son destin.

Mais pour sa fille, sa femme désire une autre histoire. Élevée dans un monde moderne, un monde où son frère décédé il y a quelques années aurait dû reprendre les rênes après ses parents, leur fille Hisae veut rester libre de choisir son métier et son partenaire de vie. Pendant longtemps, elle a douté de son avenir au sein de la tradition familiale. Partie faire ses études et vivre ses expériences hors du carcan familial, elle est néanmoins revenue soutenir sa famille et accueillir les nouveaux voyageurs.

Séjourner au plus vieux ryokan

J’adore loger dans des ryokans ! À chaque voyage, j’essaye de répéter l’expérience au moins une fois. Lors de notre premier voyage, nous faisons nos premières découvertes sur l’ile de Shikoku. Lors du second, avec notre amie Aline, nous profitions du luxe d’un ryokan sur une ile, avec un onsen donnant sur la mer : une des plus belles vues de ma vie ! Et lors de notre troisième voyage, accompagnés des parents de François, ce fut ici, au plus vieux ryokan du monde. De quoi introduire mes beaux parents à la culture nippone.

Car le ryokan, c’est un bain de culture tout autant qu’un bond dans l’histoire. J’y ai retrouvé l’importance que les Japonais accordent à la nature, leur sens de la minutie et leur philosophie. J’y ai retrouvé cette douceur réconfortante qui me donne l’impression d’appartenir un petit peu à ce pays du bout du monde. Et, bien sûr, j’y ai dégusté les saveurs sans lesquelles le Japon ne serait pas le Japon.

Certaines des photos présentées dans cet article nous ont été données par le propriétaire du ryokan, car à notre chance de loger dans cet endroit mythique s’est ajouté un coup du destin qui rendra cette expérience entre plus inoubliable. Nous y étions lors du passage d’un typhon ! Enfin, juste avant d’arriver à notre hauteur, le typhon s’est radouci en forte tempête. De quoi agrémenter notre soirée et de notre nuit d’agréables bruits de vent, de pluie fine et forte et de branche de pins qui s’agitent pour rythmer nos rêves au pays des songes.

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Notre chambre au ryokan
Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Vue sur le jardin intérieur

Le Japon vert

La première chose qui a retenu mon attention en arrivant, c’est cet espace de nature central autour duquel l’hôtel semble s’être construit. Ainsi, où que l’on soit, on n’est jamais qu’à quelques pas du jardin. Et lors de notre visite avec le 46e propriétaire des lieux, si la vitrine avec les témoignages des plus illustres visiteurs a mérité un arrêt, ce n’est rien comparé à celui que nous avons fait au jardin. Sa plus grande fierté : une fine couche de mousse recouvrant le sol au pied des arbres, le koké. Au Japon, on en dénombre pas moins de 2500 variétés différentes, et elles sont l’objet de grande attention. Notre guide nous apprend que certains voyageurs japonais parcourent des centaines de kilomètres uniquement pour venir voir son koké !

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Le koké

Nous n’avions pas encore remarqué cette passion des Japonais pour la mousse végétale, mais à partir de ce moment, ce « détail » nous a sauté aux yeux lors de nombreuses visites. Là où, en Europe, nous tentons coute que coute de dominer la nature, taillant et arrangeant les choses à notre idée, les Japonais semblent avoir une tout autre conception. La nature est un guide, une force avec laquelle coexister. Philosophie que l’on retrouve très bien également dans leur bain de forêt, véritable cure de bienêtre, voire thérapie… et dans beaucoup d’anime de Miyazaki !

En faisant des recherches sur cet hôtel, je suis tombée sur une très belle phrase citée sur le site les Henokiens (association internationale d’entreprises familiales et bicentenaires) :

La vie est un voyage et la nature rappelle aux Japonais l’aspect temporel de la vie.

Après cette visite en compagnie du propriétaire, nous sommes revenus nous promener en amoureux dans ce jardin. Malgré sa taille relativement petite et sa situation centrale au sein de l’hôtel, nous avions l’impression d’être seuls au monde, enfoncés dans une forêt enchantée habitée par quelques fées et temples sacrés. Un moment vert tout en douceur, à l’image du mignon koké.

Japon, ryokan, voyageuse
Devenir plus zen et plus confiante grâce au voyage

Le Japon doux

Ma nuit au ryokan Hoshi, c’est aussi beaucoup, beaucoup de douceur. Celle de mon futon moelleux étendu dans cette pièce qui semble avoir traversé les époques et contenir assez d’histoires pour peupler mes rêves pour mille-et-une nuits. Et, avant cela, celle bien sûr de l’onsen, ce rituel auquel je ne manquerai pour rien au monde !

Comme dans beaucoup d’établissements, le ryokan possède un onsen pour les femmes et un autre pour les hommes. Je retrouve vite mes marques : l’espace pour se changer, la toilette minutieuse à effectuer avant de s’immerger, le plaisir de pouvoir choisir entre un bain intérieur et un autre extérieur. Les volutes de fumée emportent avec elles rêves et tensions, ne laissant qu’un corps somnolent et béa.

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Onsen extérieur (© Hoshi)
Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Onsen intérieur (© Hoshi)

Le Japon gourmand

Dormir dans un ryokan ne serait pas une expérience complète sans le repas du soir et celui du petit-déjeuner. Dans ces établissements de tradition, les voyageur·euse·s ont l’occasion, vêtu·e·s toujours de leur yukata, d’approcher des pans de la gastronomie nippone qui leur resterait inconnue sans cela. Les assiettes recouvrant entièrement la table sont toutes garnies de petites quantités, idéales pour les manger avec les baguettes. Et à chaque bouchée, c’est un jeu de saveurs et de textures comme je n’en ai jamais retrouvé ailleurs au monde.

Lors de notre repas, je me laissais bercer par le simple plaisir d’être assise devant cette table, de dévorer ces mets autant avec les yeux qu’avec la bouche… et bercée également par la musique. Quelle surprise de reconnaitre des airs d’animés de Miyazaki, dont le célèbre Totoro ! De quoi ajouter une petite touche de magie supplémentaire à ce moment délicieux.

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Repas traditionnel au ryokan

Hoshi Ryokan, dormir au cœur des traditions

Je suis ressortie du Hoshi ryokan reposée, mais la tête pleine d’un regret et d’une promesse. Regret de n’y être resté qu’une nuit (vu l’itinéraire serré que nous imposait ce 3e voyage au Japon), et promesse d’y retourner un jour ! Il fait partie, sans aucun doute, de mes plus belles expériences d’hôtels à travers le monde.

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
Vue plongeante sur le jardin depuis notre chambre
En pratique

Adresse : Hoshi Ryokan, Awazu Onsen, Komatsu, Ishikawa

Le ryokan se trouve à une vingtaine de minutes de la gare JR de Kaga-Onsen. L’hôtel propose une navette gratuitement.

Dormir dans un ryokan est devenu une expérience de luxe, et si la nuit n’est pas donnée (nous avons payé 250 € à 2 en demi-pension), je ne peux que recommander aux curieux, à ceux qui souhaitent toucher l’histoire du bout des doigts et s’immerger dans les traditions tout autant que dans un bain chaud et une couette moelleuse… de tester l’expérience !

L’hôtel sur Booking et Agoda.

Japon, ryokan Hoshi, Houshi
L’entrée du ryokan Hoshi


11 commentaires

  1. Merci pour ce beau partage, nous avons hâte d’aller découvrir le Japon et sa culture.
    Mais avant, nous allons découvrir Séoul.
    Bon et beau voyage à vous.

    Répondre
    • Merci beaucoup Pierre, ravie que cet article vous plaise.
      Je vous souhaite une magnifique découverte du Japon, un de nos pays préférés, et un très beau voyage à Séoul – que l’on est tentés de partir découvrir un de ces jours nous aussi !

      Répondre
  2. Wow! Fantastique endroit !
    Merci pour votre blogue qui m’a aidée à la planification de notre voyage au Japon pour l’été qui arrive.

    J’y ai aussi exploré des pays où nous sommes allés pour me rappeler de bons souvenirs, et j’ai même vu que vous avez récemment parlé des Laurentides, c’est rare et ça m’a fait très plaisir !! (je viens des Basses-Laurentides, mais je vis en France depuis 20 ans) 🙂

    Répondre
    • Merci pour vos beaux témoignages de voyages qui me font rêver. Je n’ai plus l’âge pour cela et ne suis pas attirée plus que cela par le Japon, mais pour les jardins et les belles maisons, alors oui, bravo à vous et bon vent !

      Répondre
      • Avec plaisir ! 🙂 Ravie que nos articles puisse faire voyager d’autres avec nous, que ce soit pour les aider à préparer leurs futures escapades ou pour voyager « par procuration » à travers nos textes et nos photos 🙂

    • Merci Isabelle pour ce gentil message, je suis toujours très heureuse de savoir que notre blog aide d’autres voyageurs 🙂
      Nous gardons de très beaux souvenirs des Laurentides et espérons retourner explorer la nature grandiose du Canada prochainement…

      Bons préparatifs pour votre voyage au Japon (j’ai publié déjà beaucoup d’articles sur ce pays, n’hésitez pas à regarder les liens proposés en fin de cet article pour vous aider, ou via le menu supérieur du site : Destinations – Asie – Japon pour retrouver tous les articles)… et déjà beau voyage à vous !

      Répondre
  3. Merci pour votre réponse ! 🙂
    J’ai deux petites questions concernant le Hoshi Ryokan:
    – je suppose que les bains ont des heures d’ouverture spécifique ? J’essaie de voir si on pourrait arriver à y faire un séjour, mais il faut prendre le temps de profiter…
    – Et d’après ce que j’ai vu sur leur site, il y a les bains homme et femme séparés: il n’y a pas de bain mixte ? (juste traditionnel ?).

    Merci beaucoup, et continuez, votre site « Un sac sur le dos » est celui que j’apprécie le plus de tous ceux que j’ai pu visiter en 20 ans ! Je suis fascinée que vous arriviez à voyager autant !

    Répondre
    • Bonjour Isabelle, merci pour votre message et vos encouragements, ça nous fait très plaisir ! 🙂

      Je suis embêtée, car je n’ai plus en tête les horaires des bains (en tout cas, c’est ouvert assez tard et tôt en matinée).
      Et oui, les bains ne sont pas mixtes, comme dans la plupart des ryokans traditionnels (du fait qu’ils sont nudistes).

      Je vous souhaite déjà un très beau voyage au Japon, en espérant que ce ryokan vous plaira autant qu’à nous !

      Répondre
  4. Merci beaucoup Amandine !
    Et bonne continuation !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest