Un sac sur le dos
Amandine

Voyager en couple, à côté de tous les avantages et bienfaits que cela procure, ce n’est pas toujours tout rose !

Beaucoup de voyageurs se posent la question : est-ce que le voyage en couple conviendra à moi et à mon couple ? Le dicton général « ça passe ou ça casse » sous-entend pour certains que le voyage en couple soit une sorte de test, de mise à l’épreuve.

Les risques et difficultés potentiels de la vie nomade en couple sont nombreux, certains, préexistants dans la vie sédentaire, sont juste transportés dans son sac, et d’autres sont propres au voyage. Un précédent article a déjà abordé la question des pièges à éviter sur les routes, afin que le voyage en couple ne passe pas du rêve au cauchemar.

L’un des points sensibles du voyage, inéluctable, n’est autre que les disputes. Et oui, les scènes de ménage ne sont pas l’apanage de la maison !

Quand le voyage en couple vire au cauchemar

Il viendra toujours un moment, souvent suite à une accumulation de petites choses (des malaises non exprimés qui s’accumulent, la fatigue, l’inconfort … ), où l’un des conjoints peut craquer et faire éclater une dispute.

Alors que faire quand la crise arrive, comment prévenir les disputes et comment les gérer ?

Gérer les disputes de couple sur les routes

Se disputer ? C’est normal !

La solidité d’un couple ne se mesure pas à sa manière d’être ensemble quand tout va bien, mais à sa façon de résoudre les problèmes et conflits. Donc rassurez-vous, les disputes dans un couple, c’est normal ! Et que celui qui ne s’est jamais disputé en couple me jette la première pierre … (ou le premier commentaire !).

Première chose à faire : ne pas dramatiser ! Ce n’est pas parce que l’un de vous élève la voix que le couple et/ou le voyage est en danger. Après, si vous êtes en couple depuis un petit temps, je ne vous apprends sûrement rien ici.

Conseils pratiques

Quelques attitudes peuvent faciliter le déroulement d’une dispute, évitant l’escalade vers la crise.

Les recettes de base d’une communication « non-violente » en somme.

Les trois spécificités des disputes en voyage

Il y a néanmoins trois spécificités aux disputes de couple sur les routes, liées à la vie nomade et au fait d’être hors de son cadre de vie.

  1. Sécurité

    Premièrement, si vous sortez faire un tour seul (pour vous changer les idées, vous isoler ou vous défouler) : évitez de vous laisser entraîner par vos pieds dans des quartiers que vous ne connaissez pas, au risque de vous perdre dans des lieux peut-être peu fréquentables.

  2. Isolement

    Ensuite, être en voyage, c’est être loin de son réseau : vous ne pouvez pas joindre votre ami(e) qui vous réconforte en temps normal. Si parler à un tiers vous fait du bien, vous pouvez toujours opter pour l’écriture. Cela vous aidera à prendre du recul tout en vous permettant de « faire sortir » ce qui le doit. Toutefois, il n’est souvent pas avisé d’envoyer ce message par la suite, vous risqueriez de ne donner comme écho de votre voyage que des nouvelles négatives, qui pourront effrayer vos proches.

  3. Dépendance

    Et enfin, se disputer en voyage peut ajouter une dimension effrayante :

    « Et si on se dispute tellement fort qu’on doive arrêter le voyage … voir qu’on se sépare à l’autre bout du monde et que je me retrouve seul(e) ? ».

    Certains vont ainsi éviter la dispute et retarder l’explosion le plus possible, par peur de perdre leur conjoint. Pourtant, ce n’est pas une attitude valable sur le long terme : le résultat n’en sera que pire, chargé de toutes ces rancœurs développées par mutisme.

Mieux vaut prévenir que guérir

Peux-ton éviter les disputes de couple en voyage ?

Pas plus que dans la vie sédentaire … mais pas moins non plus ! Il existe certaines bonnes attitudes qui permettent d’éviter l’accumulation et la crise.

Alors, prêts pour une bonne dispute ?

La peur d’une dispute ne doit pas être un frein à un projet de voyage en couple. Comme dans la vie sédentaire, la dispute à sa place dans la vie nomade : cela n’a rien de dramatique ! Une bonne dispute de temps en temps, cela permet d’évacuer les tensions, de mettre à plat certains problèmes, de fonctionner comme un signal d’alerte quand quelque chose ne va pas… Et puis, cela permet de se réconcilier après !

Et vous, avez-vous déjà vécu de « belles disputes » sur les routes ? Comment les avez-vous gérées ?

36 réponses à “Disputes de couple en voyage : comment les gérer ?”

  1. Il y a maintenant 10 ans (aïe aïe aïe!), notre premier voyage moyen-court-ultra-petit-budget de 3 mois en auto-stop et camping en Europe a eu raison de notre couple. Difficultés dès la deuxième semaine, dispute après 2 mois. On a eu un super voyage quand-même. Les difficultés étaient là avant le départ, être en voyage ne les a fait qu’exploser. 48 heures après le retour, nous n’étions plus ensemble … temporairement (mais c’est une autre histoire!).

    Alors… 10 ans plus tard, 3 enfants, d’autres voyages derrière la cravate, nous avons fait de notre vie un voyage (même quand on ne bouge pas de la maison) et nous retrouver à l’autre bout du monde ne change plus grand chose à nos actions et réactions, à part quelques petits détails niveau enfant, mais ça aussi c’est une autre histoire.

    Ce sont nos projets de voyage, de plus en plus communs au fil des années, qui nous ont révélé, à lui comme à moi, ce que nous voulions réellement comme mode de vie (familial, professionnel, personnel, marital…). Ce sont les voyages qui ont consolidé le tout, qui nous a démontré que nous avions une vision commune, encore plus que nous ne le pensions au départ, de la vie. Donc, un premier voyage qui éclate, les suivants qui recollent, puis consolident et maintenant nourrissent notre couple et nos vies.

    • Salut Bianca, 10 ans déjà depuis votre premier voyage ! Et quel chemin(s !) parcourut 🙂

      Tu confirmes mon sentiment : le style du voyage influence le type/la probabilité des disputes de couple sur la route. Je pense qu’être peu expérimenté avec un petit budget (et donc souvent des conditions de voyage moins confortable)… peut induire un certain stress (surtout sur la durée). Et si à cela s’ajoute un manque de communication avant le voyage (des attentes/styles différents non mis au clair…) et des tensions latentes avant le départ : c’est une cocote-pression, ça doit exploser ! (Après, cela peu être très sain, d’exploser afin d’exposer clairement les tensions latentes et de pouvoir en parler ^^).

      Merci pour ton témoignage, cela fait plaisir de lire ce genre d’histoire, avec des hauts et des bas (des vraies histoires en somme !), une évolution, des choix de vie liés à des passions et valeurs en commun…
      Je pense que dans mon cas également, le voyage est une passion (liée à des valeurs de vie) qui a consolidé notre couple et oriente au quotidien nos choix de vie.

    • C’est quoi votre secret ?! 🙂

      Si j’ai envie de croire qu’on n’a pas fait tout ça pour rien, je me retrouve tellement dans la première partie de ton commentaire ! La recette pour se retrouver aussi dans la deuxième tu penses que c’est quoi ?

      Le temps ? La distance ?

      Je trouve que le plus dur quand on se sépare en voyage c’est la solitude qui nous frappe en pleine poire… comme tu disais Amandine, partager c’est tellement bon… je prépare mes prochaines étapes, et si les iles de Polynésie me font rêver, j’ai du mal à penser que je saurai apprécier ces découvertes en n’ayant personne à mes côtés qui fera « WAOUH » en même temps…

      • En plein dedans… Partis à 2 depuis 5 mois et là ça casse.. Les premiers temps de solitude sont durs à vivre, mais je ne désespère pas, je continue et verrai bien ! Et pense, avec du recul, qu’effectivement se laisser de l’air en faisant parfois un chemin différent peut éviter d’avoir une sorte de « surdose »…

      • Courage Lyne ! Les disputes, c’est naturel : cela arrive toujours à un moment où l’autre dans une relation. Et ce n’est pas forcément un drame pour autant. Mais une histoire n’est pas l’autre, les causes d’une dispute sont souvent multiples, tout comme les manières de les résoudre…

        Si ce sont souvent des moments difficiles à vivre, ils ont également leur raison d’être : mettre à plat les tensions latentes dans le couple, remettre certaines choses en question pour prendre un nouveau départ, se remettre sur la même longueur d’onde… Je te souhaite de retrouver cet état d’équilibre dans ton couple.

  2. On a opté pour des routes séparées après 9 mois de road trip…

    Ca passe ou ça casse… Nous c’est pas passé !

    • Merci Lily pour ton témoignage. Oui, voyager est un accélérateur relationnel : pour le meilleur et pour le pire.
      Parfois une séparation est une étape provisoire du couple (comme pour Bianca dans le commentaire précédent), parfois un soulagement (vu avec du recul : deux histoires/projets de vie peu compatibles sur le long terme)…

      Mais quoi qu’il en soit, c’est une étape douloureuse et difficile à traverser…

  3. Oh je suis bien d’accord avec ce terme d’accélérateur relationnel. Nous sommes partis sur les routes 15 jours après notre rencontre, en (longues) vacances pour commencer et sommes à présent installés à Copenhague pour le travail. Et après seulement 7 mois de relation, on se dispute déjà comme « un vieux couple » pour un oui ou pour un non ! ^^ Je pense que quand on est habitué à avoir une vie de célibataire / à faire ses propres choix en solo (et sur des coups de tête !) il est vraiment très difficile de penser pour deux et encore plus en voyages au long court quand on se sent tellement libre, qu’on à l’impression que tout est possible… mais qu’il faut « faire de l’argent » pour continuer à voyager. Dans notre cas, c’est vraiment compliqué : moi freelance qui rêve de pays où la vie est moins chère qu’en France, lui salarié en restauration qui fonctionne « à la saison » dans des pays/régions à hauts salaires pour voyager plusieurs mois dans l’année ensuite… Les extrêmes en soit ! Je cherche encore un terrain d’entente pas trop jonché de concessions à sens unique à vrai dire 😉

    • Merci Camille pour ton commentaire et ton partage de vécu. Je trouve aussi que l’expression « accélérateur relationnel » est très parlante et résume bien l’effet potentiel du voyage sur le couple.

      Trouver ses marques, garder sa personnalité et ses projets… tout en s’unissant à quelqu’un, qui a sa propre personnalité et ses projets, ce ne va pas de soi ! (J’en parle un peu dans l’article « Voyager en couple et l’art de l’équilibrisme »).

      Je trouve que c’est assez banalisé de nos jours d’être en ménage, pourtant maintenir un couple sur la durée, c’est un marathon qui demande beaucoup d’endurance ! De nos jours, on en vient de plus à plus, avec l’idée de la « société de consommation », à consommer des relations et jeter quand ce n’est plus utile ou que cela devient difficile. Je ne dis pas que parfois la séparation n’est pas la bonne solution ; mais je pense qu’elle est assez banalisée actuellement. Le couple nécessite un travail quotidien avec la bonne volonté des deux parties.

      Bonne chance à vous pour trouver un équilibre qui vous corresponde à tous les deux.

  4. Bonjour à tous et merci pour cet article.
    Je suis Audrey… et j’adore voyager, barouder. Ma maison sur le dos et mes grosses godasses aux pieds je ne me sens libre que quand je marche ainsi dans une ville inconnue.
    En mars dernier j’ai rencontré un homme merveilleux, étranger, voyageur, doux, à l’écoute, cultivé, etc… un homme idéal… il était même amoureux et aux petits soins. Il était…
    Jusqu’à ce que je le rejoigne en août, après un mois d’absence et que nous passions quelques jours ensemble avant que, comme convenu, je continue mon voyage vers le nord de l’Europe.
    Je l’ai donc rejoint, la première nuit au bord d’une cascade dans la nature fut merveilleuse, la deuxième dans la maison de village d’un ami à lui fut adorable, mais à la 3e déjà il ne voulait plus dormir dans le même lit, ce que je ne concevais pas, il a commencé à refuser mes câlins, et j’ai commencé à faire la gueule. Au bout du 4e jour, je le détestais et il ne me supportait plus.
    Après ça nous sommes quand même partis deux jours en Allemagne et en Suisse, le fossé se creusait, on ne se touchait plus, j’étais de plus en plus mal, de moins en moins souriante et de moins en moins « aimable »… Une avalanche de ressentiments pour l’un et l’autre. Jusqu’à la séparation physique et morale, je continuais ma route, il repartait vers notre ville.
    Je suis revenue de mon voyage un mois après, on s’est vu, on se revoit encore, on se croise, en… amis (???). Nous n’avons jamais parlé de ce qui s’était passé et je ne m’en remets pas.
    Tiens, j’avoue que ne serait ce que de l’écrire et de le formuler me fait du bien, mais je ne sais comment réagir.
    Je sens que la relation n’est pas close, et je n’arrive pas à l’oublier.
    Ah et pendant mon voyage je suis allée dans son pays natal, sa ville natale où je n’étais jamais allée, je lui ai fait part de mon voyage (nous nous sommes quittés en nous disant que nous étions désolés).
    Je ne peux pas non plus oublier combien je l’ai détesté ces quelques jours, j’ai réfléchi pendant tout mon voyage en me demandant si c’était une fatalité que nous n’étions pas faits l’un pour l’autre ou si c’était juste une petite crise, car nous ne nous connaissions pas assez encore pour voyager ensemble et appréhender cette promiscuité.
    Pourtant nous sommes tous les deux assez solitaires et autonomes, mais aussi je crois, de grands amoureux sensibles en demande de marques d’affection. Encore faut-il qu’elles soient exprimées au bon moment…
    Voilà, je suis perdue, après des mois j’y pense encore et je n’arrive pas à tourner la page.
    Je sais bien qu’il faudrait que j’en parle, que je lui en parle, mais je ne sais par où commencer, nous y faisons allusion de façon lointaine sans jamais vraiment en parler.
    Je serais à l’écoute de tous vos conseils ou récits d’expériences.
    Merci d’avance.

    • Bonjour Audrey, merci pour ton message à cœur ouvert. Ton expérience me fait penser à un amour brûlant, passionnel dans ses bons et mauvais côtés, pouvant mener aux extrêmes les meilleures, comme l’amour, et les pires, comme la haine. Un amour qui peut brûler intensément au début et très vite se consumer.

      Ce sont les images qui me viennent en tête en te lisant. Mais je ne te connais pas. Je ne connais pas ton ami. Et je ne connais pas votre relation.

      Toi seule sais ce que tu ressens. Et en matière de sentiment, il existe très peu de « norme » : il n’est pas question de savoir si c’est « normal » d’éprouver ce que tu ressens (triste, passion, nostalgie…) mais qu’est-ce que ces sentiments disent de toi et de cette relation.

      Nos sentiments sont des indices pour décrypter nos besoins et notre monde intérieur.
      Je t’invite à envisager les choses sous cet angle à penser à ce qui est bon pour toi.
      Ou a envisager que cette histoire arrive à une amie proche : que lui conseillerais-tu ? On voit souvent plus clair lorsque l’on est pas directement concerné…

      Écrire est souvent une première étape pour clarifier ses idées, sortir le fouillis de sa tête et l’ordonner. N’hésite pas à en parler autour de toi et, si tu en ressens le besoin, a aller en parler avec un professionnel (psychologue, coach…) qui pourra te soutenir pour traverser ce moment de doute.

      Des moments de doute, tout le monde en traverse. C’est normal de se sentir perdu de temps à autres. Ce n’est qu’une occasion de plus de se poser pour réfléchir au chemin que l’on désire emprunter. Bonne route à toi.

  5. Mon mari attend bien souvent d’être en voyage avec moi pour me reprocher des choses de notre vie quotidienne… Du coup, j’appréhende toujours de partir en vacances avec lui.
    Chaque année c’est la même chose,il gache les vacances par ses 4 verités qu’il me lance bien volontier dans la figure…
    Pourtant ça fait 13 ans qu’on est ensemble, dans la vie on est toujours sur la même longueur d’onde ! Alors pourquoi choisir le moment des vacances pour se disputer ?
    Je prends sur moi et je rumine pour ne pas envenimer les choses, du coup je ne profite pas du voyage comme je le souhaiterais… J’arrive à me dire que c’est la dernière fois que je pars avec lui parfois.

    • Bonjour Prisse, merci pour ton message et pour partager ton vécu si personnel.
      A te lire, je sens toutes ces appréhensions accumulées suite à tes expériences antérieures.

      La dynamique dont tu parles « partir en voyager – sortir les 4 vérités » doit en effet te faire redouter de partir !
      Plusieurs questions me viennent en tête : si ces « 4 vérités » comme tu dis sont lâchées en voyage, est-ce parce qu’elles sont provoquées par le voyage ? Ou qu’il n’y a pas la place, dans la vie quotidienne, pour les laisser apparaître et soulager les tensions latentes ?
      Que tu prennes ça « pour toi » et rumine pour ne pas, toi aussi « lâcher ses vérités » à l’autre et ne pas aggraver la situation, cela implique sans doute un cercle vicieux aussi dans votre couple… et à coup sûr l’appréhension que tu vis.

      Difficile de donner d’autres pistes que ces points de réflexion ici. Mais si tu le souhaites, sache que je suis, en plus de « blogueuse voyageuse », psychologue et coach de vie, et que je propose à certaines personnes de les accompagner pour un objectif précis pour quelques séances de coaching (via mail et / ou Skype). Si cela t’intéresse, n’hésite pas à me contacter via la page de contact du site pour que nous puissions en reparler.

      Au plaisir de te lire… et bon cheminement à vous deux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *