Un sac sur le dos
Jérémy

On connait tous l’adage : « les voyages forment la jeunesse ». En fait de jeunesse, ils modifient surtout en profondeur notre vision du monde et de ses réalités.

Découvrir de nouveaux horizons, être témoin d’autres façons de vivre, de penser. Faire face à différents contextes sociaux, économiques et historiques. Échanger avec les locaux ou d’autres voyageurs, partager des expériences, fouler de nouvelles terres.

Tout cela est bien plus qu’enrichissant. Cela nous change, cela élargit notre vision du monde et remet tout sous de nouvelles perspectives. Et il y a encore mieux, cela nous rend aussi plus intelligents !

Dans cet article, nous allons voir comment voyager change notre vision des choses et fortifie certains traits de caractère. On s’intéressera aussi à la façon dont ce changement peut être mis à profit dans notre développement personnel.

Car cette évolution de nous-mêmes n’est pas qu’une vue de l’esprit : elle est réelle (preuves scientifiques à l’appui) !

En quoi le voyage peut-il nous rendre plus intelligents ?

Le plaisir n’est pas la seule consolation du voyage. En fait, de nombreuses nouvelles publications scientifiques suggèrent que s’en aller, peu importe votre destination, est une fonction essentielle d’une pensée efficace.

D’abord, en favorisant le développement de nombreuses soft skills incontournables. En voici quelques-unes :

Ces trois qualités se rejoignent d’ailleurs pour former un tout cohérent. Voyager nous ouvre à tout un monde de nouvelles choses. Cette ouverture nous encourage à apprendre et découvrir. Le fruit de ces découvertes constitue un matériel brut que l’on pourra ensuite exploiter (ou non) de manière créative.

Le voyage est fatal aux préjugés, à l’intolérance et l’étroitesse d’esprit.

Mark Twain

Besoin d’un exemple ? En septembre, je suis allé visiter Barcelone.

Je ne connaissais pas la ville et j’ai pris plaisir à en découvrir les richesses.

La culture, l’architecture de Gaùdi, les traditions catalanes, le mythe de St Georges, la gastronomie, les paysages…

À mon retour, j’étais gonflé à bloc et j’avais des idées de sujets d’articles pour des mois !

Mais ne nous fions pas qu’à ma seule expérience, et voyons ce qu’en dit la science.

La science du voyage

Des chercheurs allemands ont mené une expérience pour déterminer le lien entre le voyage et une intelligence accrue. Pour l’étude, ils ont gardé 60 souris adultes femelles et génétiquement identiques dans un grand enclos rempli d’objets et d’aménagements en tous genres. Ceux-ci étaient censés créer un « environnement enrichi » afin d’habituer les animaux à interagir avec un environnement inconnu et changeant.

Ils ont divisé les souris en 3 groupes :

  1. L’un était exposé à l’environnement le plus riche, impliquant de nombreuses opportunités d’apprentissages.
  2. Le second était limité à des espaces plus petits et beaucoup moins stimulants.
  3. Le dernier, enfin, était utilisé en tant que groupe de contrôle.

Les scientifiques ont mesuré le nombre de rencontres avec de nouveaux évènements pour chaque groupe sur toute la durée de l’expérience (105 jours). Pour cela, les souris ont été équipées de dispositifs de repérage et surveillées par des capteurs placés tout autour d’elles.

Comme prévu, le groupe placé dans l’environnement le plus riche a clairement développé une plus grande quantité de neurogenèse hippocampique. Cela signifie que les souris de ce groupe ont montré beaucoup plus d’activité dans l’hippocampe, une région du cerveau principalement responsable de l’apprentissage, que leurs homologues moins aventureuses.

Les cerveaux des individus actifs produisent des neurones supplémentaires afin de prévoir d’autres expériences à venir et pour les traiter efficacement.

Dr Kempermann

Soit, cela se vérifie chez les souris… Mais quelles sont les implications pour nous, les humains ?

Si les expériences et les choix de vie ont une si grande influence sur la structure individuelle du cerveau chez les souris, les chances sont grandes pour que les répercussions soient encore plus importantes chez nous.

Dr Kempermann
Torrent (© Michael Matti)

Le mot de la fin…

Vous l’avez compris : voyager peut vous rendre plus malin, plus réceptif et créatif.

Immergés dans un environnement inhabituel, nous pouvons voir nos propres vies d’un angle bien différent que cela nous est possible de chez nous. On rentre ainsi à la maison plus sage qu’à notre départ, et pouvons trouver de nouvelles façons de résoudre nos problèmes.

Et lorsqu’on y pense, c’est assez logique. Quand vous partez en vadrouille, vous répondez à certains de vos besoins basiques en tant qu’être humain. Nous sommes nés pour explorer, rechercher l’inconnu, découvrir ce que l’on ne connait pas encore.

Nuit étoilée (© Michael Matti)

En tout cas, je sais que c’est vrai pour moi. Je ne peux pas rester longtemps statique avant que l’envie d’aller voir ailleurs ne me démange.

Le désir d’aller découvrir et explorer le monde est une partie inhérente de l’être humain. À présent, vous savez que cela peut aussi vous rendre plus intelligent.

La preuve scientifique que le voyage vous rend meilleur est là. De quoi d’autre avez-vous besoin ?

Pour poursuivre la lecture

25 réponses à “Comment le voyage vous rend plus intelligent ?”

  1. Article vraiment intéressant, en plus de ce qui est dit cher Jérémy, à part que voyager est enrichissant, je trouves que c’est la meilleure façon pour se détacher de notre routine quotidienne.

    • Merci pour ton commentaire, « Voyages au Canada » 😉

      Je suis tout à fait d’accord, voyager est tellement contraire au train-train quotidien… L’aventure, quoi !

  2. Voyager c’est se découvrir ! Et c’est encore plus vrai pour les voyages en couple

    Je suis tout à fait d’accord, c’est une expérience très riche et très épanouissante.

    En plus le contact avec les populations locales nous permet d’avoir des points de vue différents et de partager encore plus d’expériences 😉

    • Salut Manu, c’est vrai que l’on a pas encore insisté jusqu’ici dans ce contact à d’autres civilisations et d’autres cultures : cela permet aussi de penser « Out of the box » 😉

  3. Je trouve la démarche très intéressante, de pouvoir voir plus loin que le seul gain hédoniste du voyage mais bien de lier la découverte et l’ouverture sur d’autres culture, à l’inconnu, à un véritable gain intellectuel. Je vais être assez franc, je ne suis pas forcément convaincu par l’étude sur des souris, l’homme est pour moi bien plus complexe que cela, mais tout de même, le fait qu’un effet existant ait été prouvé est pour moi une première marche.

    En tout cas, cet article m’a permis de découvrir le blog de Jérémy, je le trouve super sympa 🙂

    Bonne journée à vous tous !

    • Bonjour Marc, merci pour ton commentaire et désolé pour cette réponse tardive.

      Tu n’es pas le seul à être sceptique sur cette expérience avec les souris. En réalité, je pense qu’il faut dépasser le fait que ce soit des animaux et se concentrer sur la similitude entre leur génétique et la nôtre.

      Bien sûr, l’homme est bien plus complexe que la souris d’un point de vue émotionnel ou intellectuel. Mais si les tests en laboratoire sont si souvent réalisés sur des souris, c’est parce-que leurs gènes sont très proches des nôtres.

      Ainsi, si des changements se produisent chez les souris au niveau cérébral, il y a de grandes chances pour qu’il en soit de même dans le cerveau humain. Tout changement, tout apprentissage a d’ailleurs une incidence sur le cerveau, c’est le principe de « neuroplasticité » 😉

      Au plaisir de te voir passer sur OTB, Marc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.