C’est un article très personnel que je vous livre ici. J’ai hésité de longs mois avant de l’écrire, ensuite pour le publier… Et puis je me suis dit « si, vas-y ! On voit trop d’images de bonheur parfait, de personnes accomplies à s’en donner des complexes. ». Et je ne voudrais certainement pas entrer dans cette catégorie. Pourtant, quand je reçois certains de vos messages, je sens à quel point la frontière est mince. Alors je vous lève un coin de l’envers du décor sur moi, mon rapport à mon corps et à moi-même, et surtout comment le voyage m’a permis de faire évoluer ce rapport, changer mon image et, d’une certaine manière, me changer moi.

En espérant que mon histoire puisse aider certain·e·s…

Une adolescente comme les autres, mal dans sa peau

Rien de nouveau sous le soleil. Beaucoup d’adolescent·e·s connaissent ce que j’ai vécu. Plus qu’un doute sur son image, carrément un certain rejet teinté de dégout et de désespoir. Et toutes ces images de perfection tout autour de nous… Un sentiment profond de solitude et d’anormalité dans la laideur.

C’est cette vidéo Ted qui me l’a rappelé : « Why thinking you’re ugly is bad for you » (Pourquoi penser que tu es moche est mauvais pour toi).

Après avoir fini de la visionner, je me suis dit que j’avais eu de la chance. De la chance d’être une adolescente à une époque où Internet n’avait pas encore sa place à la maison et où les réseaux sociaux ne faisaient pas partie de ma vie…

Mon corps et moi, on a toujours fait deux. Il y avait l’esprit, que je travaillais et souhaitais nourrir au maximum par mes études studieuses et mon amour des livres, et puis il y avait ce boulet, le corps. Une enveloppe de chair que je n’avais pas choisie, qui ne me plaisait pas, qui ne m’allait pas : on s’était trompé de modèle au magasin. Je voulais celui des magazines. Je voulais être mince, plate, comme tout le monde. Car oui, « tout le monde à part moi est beau » était une pensée récurrente de mon quotidien de l’époque.

Le problème, c’est qu’être beau, c’est important ! Il n’y a qu’à voir partout autour de nous : les acteurs principaux des films et dessins animés, les publicités, les vitrines des magasins, les élèves les plus charismatiques de la classe. Être beau, c’est tout ! Si on est beau, on est aimé, on est aussi plus intelligent, plus audacieux, plus courageux, plus… plus tout : tout nous réussit !

En tout cas, c’est ce que j’ai cru pendant très longtemps, et qui rejoint cette vidéo que j’ai découverte récemment : « L’Impuissance comme idéal de beauté ».

Pourquoi est-on si négatif·ve envers nous-mêmes et notre apparence ?

Et pourquoi se croire moche diminue-t-il notre estime de soi ainsi que notre représentation de nos capacités et de notre intelligence ?

Non seulement cette laideur physique envahit une grande partie de notre temps de pensée, mais en plus elle nous fait croire que nous n’avons pas le droit de nous faire remarquer, que nous devons être transparent·e·s, inodores et incolores. Que nous n’avons pas de personnalité, une faible intelligence, une mauvaise communication… Bref, que nous sommes repoussant·e·s à tous niveaux ! Pourquoi ? Et surtout, quel gâchis d’énergie, de temps, de potentiel… et de vie !

Mon corps, il m’a fallu presque le détruire pour apprendre à l’écouter et à l’aimer. Le mot régime m’a fait pleurer à 13 ans, lorsque mon médecin de famille a conseillé à ma mère de me mettre au régime (minceur, bien entendu). C’était la confirmation de ma différence, de ma difformité, de ma laideur, de mon énormité. Le mot régime m’a ensuite fait perdre le sens de la vie à 20 ans, quand j’ai perdu plus d’une dizaine de kilos en quelques mois, atteignant le dangereux stade où la nourriture n’exerce plus aucun attrait, plus aucun intérêt… voire du dégout et un certain sens de pouvoir sur elle, en parvenant à m’en passer. Un éclair de lucidité m’a fait sortir du cercle vicieux dans lequel je glissais bien trop volontiers. Ce que je comprends toutes ces jeunes filles et femmes tombées dans le piège de l’anorexie, de la boulimie et autres troubles alimentaires !

J’ai retrouvé mes esprits, tenté d’atteindre un statuquo avec mon enveloppe charnelle : drapeau blanc, balle au centre. C’est le cesser-le-feu entre le corps et l’esprit. On tente un pacte de paix. Mais toujours cette dichotomie, toujours cette impression de subir la chair, d’être trop lourde, trop grande, trop empotée, trop maladroite et mal adaptée…

Et puis… Et puis, j’ai rencontré le grand amour. Si l’amour ne guérit pas tout, il aide beaucoup. Ce n’est pas un médicament, plutôt des vitamines qui « boostent » notre système immunitaire pour lutter contre les agressions, qu’elles proviennent de l’extérieur ou de l’intérieur. Mais pour pouvoir accepter que l’autre nous aime comme nous sommes, pour ce que nous sommes… il faut déjà pouvoir s’aimer au moins un petit peu soi-même.

Et puis… Et puis, j’ai voyagé.

Finlande, voyage, nature, archipel
Voyager, se reconnecter à soi et au monde

Un corps malade en voyage

Au départ de ce premier grand voyage, ce n’était pas mon corps qui était malade, mais bien sa représentation dans mon esprit : mon corps toujours boulet… Puis, les premières semaines se sont écoulées, et comme on mettrait un moustique sous cloche pour ne plus entendre son bourdonnement, j’ai cessé d’entendre les chaines de mon boulet, j’ai oublié mon corps.

Je l’ai oublié au point de devoir presque être rapatriée en urgence. Je suis tombée malade et, en quelques semaines, j’ai perdu une dizaine de kilos (et suis passé à un IMC sous les 17) sans même m’en rendre compte. Car mon corps n’importait pas. Et ce qui n’importe pas, on ne l’écoute pas, on ne le regarde pas. Je suis arrivée au bord de la septicémie dans une petite clinique chilienne, devant un médecin abasourdi de me voir tenir plus ou moins sur mes pieds, prêt à me renvoyer dans mon pays de toute urgence. J’ai utilisé les forces et les esprits qui me restaient pour le supplier de me laisser suivre le traitement ici, au Chili. Je suis restée immobilisée plusieurs jours, ai recommencé à bouger tout doucement pendant les premières semaines, toujours sous contrôle médical fréquent, jusqu’à pouvoir reprendre la route avec confiance.

Encore une fois, j’avais été jusqu’au point de quasi-rupture pour recevoir un électrochoc me permettant de réagir, de reprendre la barre en main. Mais cette fois, quelque chose avait changé à l’intérieur de moi.

Vallee de la Luna, Chili, San Pedro
Vallée de la Luna, San Pedro de Atacama

Comment le voyage m’a guéri

On parle souvent des bienfaits du voyage sur le plan psychologique et à quel point voyage et développement personnel font la paire… en oubliant bien souvent l’importance du corps dans ce processus. Pourtant, il est au cœur de l’expérience du voyageur, de son cheminement psychologique. Et puis l’évolution sur le plan corporel et son lien à son corps ont une influence directe sur le bienêtre, l’image, l’estime et la confiance en soi des voyageur·euse·s.

Le voyage induit un mouvement très paradoxal. D’un côté, il diminue l’attention portée à son corps et, de l’autre, l’augmente. J’ai baissé l’attention portée sur mon physique (et celui des autres, à qui je me comparais sans cesse) et augmenté l’attention positive portée à ce que mon corps me disait.

J’apprenais qu’il n’y avait pas une seule manière d’être beau ou belle. Que ces femmes plantureuses d’Amérique latine sont tout aussi belles que les femmes plus minces de chez nous. Qu’il n’y a pas un modèle unique et que, peut-être, la beauté venait aussi de notre diversité.

J’apprenais aussi que ce n’était pas grave de ne pas être belle, de ne pas être parfaite. De ne pas s’apprêter avec ce mauvais dicton :

Il faut souffrir pour être belle.

Le faut-il vraiment ? Est-ce là l’idée de la féminité au XXIe siècle ?

En voyage, j’ai croisé des femmes de toutes sortes : maquillées ou non, coiffées élégamment, de façon fantaisiste ou en « mode Hermione », des femmes rasées et épilées, et d’autres non, des femmes habillées à la dernière mode et d’autre en vêtements délavés et usés par les routes, équipées d’un petit sac à main ou d’un grand sac à dos… Et jamais ce n’était l’allure de ces femmes qui déterminait leur aura, leur brillance ou l’impression de bonheur qui se dégageait d’elles. On dit que l’argent ne fait pas le bonheur. Peut-être que la beauté non plus ? Mais alors, où est-il ce bonheur ? J’ai appris, tout comme Anaïs le raconte dans son article « Devenir irrésistiblement sexy sans régime et sans sport », que les plus belles femmes sont celles qui rayonnent, et non celles qui correspondent aux stéréotypes de beauté imposés par la société.

Mon corps et mon esprit, pour la première fois, n’étaient plus rivaux, mais partenaires, coéquipiers… voire amis, unis pour un même but, une même existence. L’un et l’autre parlaient sans cesse, maintenant que j’avais rétabli les communications. Peu à peu, j’apprenais à tendre l’oreille et décrypter ses besoins, ce qui lui faisait plaisir et ce qu’il n’aimait pas. Je commençais aussi à passer en revue mes habitudes de vie, les produits que j’utilisais, les pensées automatiques que j’avais… me demandant si tout cela était constructif et dans mon bien, ou non. Et souvent, très souvent, c’était la seconde option qui apparaissait. C’est hallucinant de voir toutes les mauvaises pensées que l’on véhicule autour de son corps et de sa personne de façon générale. Nos émotions et nos pensées sont à la fois nos plus grandes alliées et nos plus grandes ennemies, quand elles partent dans un cercle vicieux de récriminations et de ruminations.

J’ai enfin pu faire plus attention à mon corps dans son vécu, et moins dans son apparence. Je n’étais plus dans une dynamique de privation et de douleur, mais bien dans celle du respect et de recherche d’harmonie.

Sur les routes, j’ai pu jouer avec mon corps. Lui faire vivre de nouvelles expériences à travers de nouvelles sensations, en le faisant vibrer de tous ses sens : son, odeur, gout, vue… Avec plaisir, déplaisir, euphorie, peur, adrénaline… J’ai volé en parapente, fait de la plongée, marché sur glace, côtoyé la plus vieille tortue du monde et de jeunes pousses de corail, joué avec des bébés otaries et nagé avec des requins, marché dans le ciel, rencontré de nouveaux amis et touché des pierres ancestrales… J’ai ri, pleuré, crié, murmuré. J’ai sauté, nagé, couru, pédalé, escaladé… J’ai vibré, j’ai vécu. Intensément.

Toutes ces expériences m’ont permis d’incarner davantage mon corps, de me sentir l’habiter. De me sentir enfin une, corps et esprit, ancrée en moi, ancrée sur ma planète et reliée au monde.

Harmonie, paix, respect, amour, tolérance et bienveillance. Sans doute les plus grands apprentissages que j’ai pu faire en voyage, qui ont changé mon rapport au monde et mon rapport à moi… Et dont je n’avais encore jamais osé vous parler, malgré mes différents articles sur les bienfaits du voyage et les leçons que j’ai pu en tirer.

En écrivant ces quelques lignes, deux vidéos me viennent encore en tête. Deux vidéos que j’ai découvertes récemment, qui m’ont fait beaucoup de bien et que je vous invite vivement à regarder.

Bien sûr, je n’ai pas atteint le bout du chemin. Décider de s’aimer et d’être bienveillant·e avec soi-même et les autres, c’est un processus et un choix à répéter chaque jour. Mais petit à petit, certains efforts pour contrer de mauvaises habitudes deviennent plus naturels, jusqu’à être complètement inconscients. Petit à petit, l’esprit s’allège de ce qui ne le sert pas.

Japon, ryokan, voyageuse
Devenir plus zen et plus confiante grâce au voyage

Voyager pour se libérer

Voyager pour se libérer des pressions sociales, mais aussi, et surtout, de celles que l’on nourrit au quotidien dans sa propre tête et qui nous tuent à petit feu. C’est une question d’hygiène personnelle, de santé mentale. Et, parfois, de survie.

Voilà. J’espère que ce partage d’expérience parlera à certain·e·s, les aidera et leur donnera envie d’ouvrir leur cœur aux autres et, surtout, à eux·elles-mêmes, afin d’apprendre à s’aimer d’avantage, corps et âme. Car comment aimer les autres quand on ne s’aime pas soi-même ? Comment se sentir appartenir au monde lorsqu’on ne se sent pas appartenir à son propre corps ?

Aimez-vous. Voyagez. Et aimez-vous encore plus.

Allemagne, Berchtesgaden, Bavière, nature
Voir le soleil se lever entre les montagnes
Si cet article fait écho chez vous à des envies ou des difficultés personnelles, n’hésitez pas à me contacter pour une demande de coaching. Psychologue de formation et coach de vie, je propose d’accompagner les (futurs) voyageurs pour un bout de cheminement personnel, à travers un coaching personnalisé selon vos envies, besoins et objectifs.


24 commentaires

  1. J’imagine bien que cet article a dû être difficile à publier, on doit se sentir très vulnérable. Mais merci de l’avoir fait, j’ai beaucoup aimé le lire, c’est très touchant et inspirant. Je me souviens avoir lu le témoignage similaire d’une voyageuse qui disait que le voyage lui avait appris à aimer son corps et à le chérir parce que c’était grâce à ce corps qu’elle voyageait et qu’elle découvrait toutes ces choses. Une preuve de plus que le voyage est empouvoirant et libérateur, surtout pour les femmes. Paradoxalement, la pression est pire que jamais pour les jeunes filles avec les réseaux sociaux et en même temps j’ai l’impression qu’on voit de plus en plus de voix s’élever pour s’accepter et s’aimer, comme dans ton texte, et j’espère qu’on continuera dans cette voie. Bravo pour ce beau texte (et je file de ce pas lire comment le voyage t’as rendue féministe pour rester dans ce discours empouvoirant !)

    Répondre
    • Merci beaucoup Sarah pour ton gentil message, tes encouragements et compliments ; ça me touche beaucoup ! Je suis heureuse d’avoir pu partager finalement ce texte et de lire qu’il puisse parler à d’autres femmes et voyageuses.
      Oui, le voyage a un potentiel énorme sur le plan du développement personnel, de l’acceptation de soi, de réalisation de soi… et de prise de recul nécessaire pour pouvoir remettre certaines choses en perspectives, comme les influences culturelles dans lesquelles on baigne et qui formatent un certain regard sur soi et le monde.
      Bonne continuation à toi et au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires 🙂

      Répondre
  2. Amandine,

    Comme d’habitude je réponds à chaud,
    Je ne sais trop quoi écrire,
    C’est, Fort, Génial et surtout courageux,
    Je pense même que ce mot « courageux » ne convient pas !
    Tu es arrivée à Un point,
    De Libération totale,
    Ce mot ne veut plus rien dire 🙂
    Tu es devenue ce que Tu es actuellement,
    Pas encore au bout du chemin;
    Au bout de Toi-même,
    Heureusement……………….!
    Tu prends désormais les chemins qui ont du « Cœur »
    Ceux que l’on ressent avec Cet Amour qui grandit
    Sans cesse,
    Cet Amour « Magique »
    Qui peu beaucoup, qui guérit,
    En un mot qui peu Tout,
    Point besoin,
    De magnétiseurs ou autres,
    Toutes les potions Magiques,
    Sont en Nous,
    Ce qu’une personne peut faire,
    Tout le monde peut le faire?
    Nous Sommes tous  » Fabriqués es  » de la même façon
    Que les gens s’en persuadent !
    Ton article fait du Bien,
    Le chemin est encore long et Beau,
    Pour terminer… rire un peu et avec grand respect
    Tu es devenue Une Grande Chamane de La Vie
    Et même de Celle Invisible.

    Répondre
    • Merci beaucoup Gérard pour ton message, comme toujours d’une gentillesse et d’une positivité que je reçois avec plaisir 🙂
      J’espérais que mon article ferait du bien, et lire les nombreux retours suite à cet article me comble !

      Répondre
  3. Merci beaucoup pour ce bel article, qui je pense fait écho à pas mal de femmes. Nos corps on a tendance à les maltraiter pour les dompter plutôt que de les écouter et de s’en faire des alliers. Personnellement j’etais arrivée à une trêve jusqu’à ce que je devienne mère, depuis lui et moi on a du mal à se comprendre et il me montre fréquemment qu’il peut prendre le dessus quand je ne l’écoute pas! C’est un long cheminement vers l’acceptation de soi et ça fait du bien que des personnes comme toi osent en parler.

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ce gentil message ; c’est un article que j’ai pris beaucoup de temps à écrire et à publier, et de lire des messages comme le tien me confortent dans l’idée que j’ai bien fait d’aller jusqu’au bout de ma démarche de partage. Merci ! 🙂
      C’est tout à fait ça : un corps à maitriser et dominer, plutôt qu’un allier sur qui on peut compter.
      J’espère vraiment que le changement de ta relation à ton corps suite à ton nouveau statut de maman pourra encore évoluer… Je pense la seule constante dans la vie, c’est le changement : nous sommes en constante évolution, dans nos corps (âge, grossesse…) et dans nos têtes – ce qui est une bonne nouvelle : nous pouvons (ré)apprendre à être plus tolérant et bienveillant envers nous même 🙂 C’est tout ce que je te souhaite en tout cas.

      Répondre
  4. Merci Amandine pour ce très bel article!
    Je suis maintenant en Amérique Centrale depuis 4 mois et ça me parle! Je me sens bien plus à l’aise avec mon corps ici qu’en France… 😊

    Répondre
    • Merci beaucoup Audrey pour ce gentil message, ça me fait vraiment très plaisir à lire !
      Ravie que cela parle à d’autres voyageuses sur les routes…
      Bon voyage à toi, aussi bien à travers l’Amérique latine qu’en toi-même 😉

      Répondre
  5. Eh bien ça alors !!

    C’est effectivement un article très personnel et difficile à écrire. J’ai été stupéfait de le lire ; en te croisant il y a quelques mois au boulot, en lisant tes articles agrémentés de photos de toi, je n’ai jamais imaginé un seul instant cette perception que tu as eu de ton corps. Quelle idée de penser qu’il faut ressembler à un fer à repasser pour être jolie. Les modèles qui défilent ne sont certainement pas « sexy » pour utiliser un de tes termes. Ne change surtout rien et reste comme tu es. Et le plus important (à part ton propre regard), c’est que ton homme est sous ton charme 😉

    Si les voyages t’ont permis de te sentir mieux et te libérer, je te suggère de continuer à en faire… Allez courage, prend ton sac à dos et zou en avion !

    Répondre
    • Hé oui ! On ne se rend souvent pas compte de ce que les autres vivent derrière les apparences ! En creusant un peu, on trouve de la profondeur, des mouvements intérieurs… en chacun de nous, sur plein de thématiques différentes, parfois insoupçonnées… Et je sais que cette thématique parle à beaucoup de monde, spécialement les femmes, d’où mon envie de partager mon expérience à ce sujet.
      Merci pour ton gentil message ! 🙂

      Répondre
  6. Merci pour cet article si personnelle et tellement sincère. Je me reconnais bien là sur beaucoup de choses. Apprendre à s’aimer est un combat de tous les jours et il est vrai que le peu de voyage que j’ai fait m’a beaucoup aidé. Les rencontres, les cultures différentes…
    Cela fait du bien de lire ce genre d’article.
    Merci encore! 😁

    Répondre
    • Merci beaucoup Léa. Oui, un article très personnel, certainement dans le top 3 des articles les plus perso du blog, et celui que j’ai eu le plus de mal à publier : j’ai commencé sa rédaction il y a déjà un an ! J’ai eu besoin de le peaufiner, de me sentir en phase avec la démarche, de me demander s’il pouvait être utile, faire écho et parler à d’autres avant d’oser me lancer… Du coup, lire les messages comme le tien me fait vraiment plaisir 🙂

      Oh oui, apprendre à s’aimer, à être bienveillant avec soi-même, c’est un cheminement, et je pense qu’il dure toute la vie, car nous évoluons sans cesse, de corps et d’âme… Et oui, le voyage a vraiment un potentiel de développement personnel incroyable !

      Répondre
  7. Oh que oui ça me parle ! Mon adolescence a rimé avec anorexie… pendant 10 ans, rien que ça. Et cas grave… Mais, même si je me paye pas mal de séquelles, je ne peux que constater que le fait de commencer à voyager a éloigné de moi ces vieux démons, qui, même après guérison, me restent jamais bien loin, histoire de t’assaillir à la moindre petite faiblesse…

    Vive le voyage 😊

    Répondre
    • Oh merci Jenny ! J’ai beaucoup hésité avant de publier cet article (débuté il y a 1 an), et du coup, savoir que cet article parle à d’autres me fait vraiment plaisir !
      Merci aussi pour ton partage d’expérience, parler de troubles alimentaires est vraiment difficile, voire tabou. Cela fait plaisir de lire ton cheminement et la place que le voyage a eu dans ton parcours. Le problème des démons, comme les addictions, qu’ils restent souvent tapis dans l’ombre et sont rarement complètement « effacer », c’est un choix au quotidien de « nourrir le bon loup », de se donner du bon pour poursuivre la route vers un mieux être, vers la bienveillance, vers l’amour et l’acceptation de soi. Et j’aimerais t’envoyer plein de bonnes ondes pour la suite de ton cheminement 🙂

      Répondre
  8. Ce témoignage est vraiment très inspirant, dans le sens où il pousse à réfléchir sur soi-même.
    Je comprends beaucoup ce que tu dis sur le fait de ne pas se soucier de son corps, jusqu’à l’occulter. Il y a peu, je suis tombée sur un autre article (en anglais, dont je ne retrouverai pas la référence) d’une jeune femme qui invitait à prendre soin de soi, non selon des critères de beauté, mais des critères de vie. Elle mettait en avant que si tu veux voyager pour aller marcher en forêt, grimper des montagnes ou autres activités un peu sportive, il fallait prendre soin de soi, s’écouter, se bouger. L’objectif n’est pas l’autre, mais nous, nos projets.
    J’ai pris conscience que je n’étais pas dans cette optique.
    Tout comme en te lisant je prends conscience que la question de la beauté est encore dans un coin de ma tête et empêche de lier corps et esprit. Ou plus exactement c’est l’image que je donne qui me gêne, l’idée que les gens se font de moi en me regardant vite fait. Ce jugement-minute si répandu.

    Bref tout ça se travaille, j’ai encore du chemin à parcourir. Et c’est pourquoi j’ai apprécié te lire et découvrir les vidéos que tu partages.

    Répondre
    • Merci Tiphanya pour ton passage par ici et pour ton message 🙂
      C’est vrai que souvent, prendre soin de soi, dans notre culture en tout cas telle que je la perçois, passe par se rendre beaux selon les critères de beauté, et donc soumis à validation des autres. Pour plaire. Pas pour soi. L’article dont tu fais mention me parle bien dans sa philosophie, c’est vraiment cela que le voyage m’a permis de mettre en place comme dynamique et relation à mon corps.

      Ah, ce jugement-minute : c’est un vrai lâcher-prise de ne le plus le pratiquer sur soi, de ne plus être sensible si d’autres le pratique sur soi… et de ne plus le pratiquer sur les autres. J’avoue que j’avais tendance à le faire beaucoup en regardant d’autres femmes, de façon automatique et sans vraiment m’en rendre compte, avec toujours l’idée derrière de me comparer et de me rabaisser. Essayer d’intégrer en soi le regard que pourrait avoir une meilleure amie, une soeur… permet d’être davantage bienveillant à son égard : jamais une amie ne nous dirait ce que nous sommes capables de penser sur nous, en nous renforçant dans des cercles vicieux de dévalorisation et le tout sans raison !

      Merci encore pour ton gentil message et ton témoignage, et au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires 🙂

      Répondre
  9. Joli témoignage courageux, sensible et émouvant.
    Je partage complètement ton avis sur l’apport des voyages et de la rencontre avec les autres pour nous aider à grandir.
    L’article m’inspire une réflexion et une question.
    La mésestime de soi n’appartient certainement pas qu’aux femmes et ne concerne pas que le seul domaine du corps et de la beauté. Mais je comprends que pour elles ce soit un élément essentiel.
    Moi qui suis certainement beaucoup plus âgé que toi et du sexe opposé (drôle de mot !), je me pose toujours la question : la vie n’est-elle pas qu’un infini combat contre soi-même, car peut-on être jamais satisfait de toutes les composantes de son être ? Est-il possible de parvenir un jour à faire vraiment la paix avec soi-même ?
    La réponse au bout du chemin …

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ce gentil message.

      Et merci de venir apporter un point de vue différent du mien : bien sûr, je ne parle ici que de mon expérience, en tant que jeune femme, et n’oserai ni généraliser ni affirmer que le monopole du « mal dans sa peau » appartient aux femmes. Mais j’ai tendance à penser que les pressions sociales sont plus fortes à leur égard, même si elles existent également pour les hommes (comme en parlent certaines des vidéos proposées dans l’article).

      J’aime votre réflexion sur la vie et finalement l’acceptation de soi comme un cheminement. La paix « parfaite » avec soi même ? Je vois ça plutôt comme un cap que comme un réel but atteignable ; nous garderons toujours l’une ou l’autre zone d’ombre… Chercher à s’améliorer, dans le sens améliorer ses pensées et son regard sur soi et le monde pour plus de bienveillance, d’harmonie et de paix intérieure… c’est effectivement, je pense, le travail d’une vie. Et autant commencer au plus tôt afin de ne pas s’encombrer de trop de « casseroles » avec l’âge 😉

      Répondre
  10. Hello,
    J’adore cette façon de penser de tout à chacun !
    Je suis extrêmement admiratif de toutes vos pensées positives !
    Je m’aperçois que j’ai beaucoup à apprendre même à mon âge (petit 46 balais).

    Amandine, je m’étonne réellement de ta souffrance vis-à-vis de ton côté plastique qui semblait te faire obstacle, mais tu l’as combattue alors que tu es superbe !

    J’aimerais rencontrer beaucoup de gens comme vous ayant mes propres frustrations intérieures.
    Je recherche tous contacts qui me permettrais de me conseiller pour partir à l’étranger de façon définitive (je dois reconnaitre que c’est une fuite…) pour construire une vie de don qui me correspondrais.
    Cheminement vers une paix avec moi-même étant le but ultime.
    Équipier navigation ou autre du moment que je puisse apporter ma participation.

    Merci pour tout, bravo pour la personne que tu es !
    Longue, bonne et paisible vie à tous. Amitiés

    Répondre
    • Merci Yann pour ce gentil message 🙂
      Finalement, peu importe notre enveloppe corporelle, c’est comment nous nous percevons et comment nous nous sentons qui priment sur notre vécu personnel. Je connais beaucoup de femmes qui se trouvaient laides, grosses etc. (surtout lorsqu’elles étaient jeunes femmes, ado, mais après aussi), alors que de mon point de vue elles étaient magnifiques. Le regard que l’on porte sur soi est souvent plus dur que celui que d’autres peuvent avoir… C’est pourquoi la bienveillance, tant envers les autres qu’envers soi-même, est importante pour construire une société solidaire et positive ! 🙂
      Pour ce qui est d’entrer en contact avec d’autres passionnés de voyage et des expats, je vous invite à faire un tour sur les forums, mais aussi sur les réseaux sociaux. Facebook possède par exemple des groupes thématiques qui pourraient vous intéresser (genre expat pour telle région du monde).
      Je vous souhaite de poursuivre ce cheminent vers la paix qui vous appelle tant.

      Répondre
  11. Je me réveille ce matin et consulte Instagram… et là, une jolie photo dans les montagnes enneigées du Jura (l’endroit où je vis et dont je suis amoureux !!).
    Je décide d’aller voir un d’un peu plus près qui sont ces globetrotteurs qui viennent se perdre dans nos contrées reculées… et je tombe sur la photo d’Arequipa, ville que j’ai visitée lors d’un voyage au Pérou il y a 3 ans !!

    Ton article est fort intéressant, très personnel. Alors même si je ne me suis pas reconnu dans les exigences de beauté que la société fait peser sur les femmes beaucoup plus que sur les hommes, ta description de l’adolescente mal dans sa peau a résonné en moi…
    Trop gros, trop pataud… je ne trouverai jamais l’amour…
    Voilà le genre de pensées qui ont traversé mon esprit des années durant…
    Et puis un peu à ta manière, l’amour qui vient me faire du bien… et aussi un peu de mal quand même. Puis une expérience suivante encore plus enrichissante, puis d’autres, puis la douleur et la tristesse dans les épreuves de la vie, puis… puis cette dernière année qui m’a bouleversé dans tous les sens du terme.
    Et comme une illumination : non, pour être heureux, pas besoin d’avoir plus d’argent que quiconque, pas besoin d’être plus intelligent, plus beau, plus musclé… juste la rencontre de l’autre et l’écoute de son propre corps.
    J’ai voyagé seul (!!!) pour la première fois de ma vie (32 ans), pendant 3 semaines en Patagonie en novembre dernier… et quelle expérience !!!! Vivre selon son propre rythme, selon ses besoins primordiaux, en effet jusqu’à parfois en oublier son corps dans le sens où manger passe après la rencontre avec sa propre âme et la rencontre avec les autres voyageurs. Notre échelle de priorités est chamboulée, car en voyage, finalement c’est à notre tête que nous faisons du bien… et par ricochet à notre corps.
    Nous l’autorisons à se relâcher des tensions permanentes, nous l’autorisons à être moche (franchement ces habits de rando ne sont pas bien sexys !!!), nous l’autorisons à sentir mauvais et à être mal rasé… quel bien fou !

    Et depuis que je suis rentré… je cherche à tout prix à retrouver cette sensation ! Et je me rends compte qu’il est très difficile de ressentir cela en Europe, d’autant plus en tant qu’autochtone, n’ayant plus le statut de voyageur.

    Alors oui, je suis 100 % en accord avec toi : le voyage nous permet de nous accepter, de nous faire du bien, et surtout de nous aimer !

    Répondre
    • Merci pour ton gentil message 🙂
      L’adolescence est un moment de transition qui met à mal beaucoup de personnes (voire toutes ?) à un moment où l’autre, à une certaine intensité… D’où l’universalité finalement de certaines émotions, comme celle de ne pas se sentir à sa place, ne pas se sentir correspondre à un modèle attendu, ne pas se sentir comme les autres ou aussi bien que les autres… Et malheureusement, la société à tendance à renforcer l’apparition de ces émotions, à toucher à nos fragilités, plutôt qu’à faire le lien avec notre commune humanité et notre droit à la différence, à l’unicité.

      Quelle belle expérience que de s’autoriser à partir voyager ; lire ton retour d’expérience de Patagonie fait plaisir. Cela conforte mon idée selon laquelle voyage et développement personnel peuvent faire une magnifique paire !

      Garder ce sentiment de connexion et celui de liberté n’est effectivement pas chose facile dans une vie sédentaire en Europe (j’en parle un peu dans mes articles sur la déprime du retour de voyage)… mais je crois que, dans une certaine mesure, c’est possible. En tout cas de cultiver un petit jardin personnel, de continuer à chercher à être le plus possible en phase avec soi-même. Un cheminement personnel à poursuivre donc au retour de voyage, même si ce n’est pas évident tous les jours 😉

      Répondre
  12. Bonjour,
    Votre message est fort et me fait drôlement penser à mon métier de psychomotricienne. Quel métier faites vous sans indiscrétions ?

    tout vos propos montre la difficulté à s’accepter soi en tant que telle mais étant aussi une voyageuse ces ruptures avec nos cultures, nos quotidiens , de nouveaux horizons nous donnent un plus et nous recherchons toujours plus de sensations et de découverte une fois avoir apprécié les bienfaits.

    Vous avez fait un super travail sur vous en acceptant votre corps puis en retraçant tout votre fantastique chemin.

    je vous dis bonne continuation

    Répondre
    • Bonjour Béa, merci pour votre message. Je suis psychologue de formation (j’en parle dans notre page « A propos« , et d’ailleurs la rubrique « Psychologie » du blog est l’une de mes préférées !), et j’ai eu le plaisir quelques années de travailler en collaboration avec des psychométriciennes.

      Merci beaucoup pour votre gentil retour et votre regard particulier sur cet article. Je suis heureuse que mon parcours parle à d’autres personnes ; j’ai beaucoup hésité avant de l’écrire et de le partager, mais des messages comme le vôtre me confirment que j’ai bien fait de franchir le cap.

      Bonne continuation également, et au plaisir d’échanger dans de futurs commentaires 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest