Un sac sur le dos
Amandine

Si vous vous reconnaissez dans ces signes, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous : vous êtes un aventurier !

Il ne vous manque sans doute pas grand chose (un chapeau et un fouet peut-être ?!) pour partir à l’aventure !

Voici mon petit top 9 des signes qui révèlent l’aventurier qui sommeille en vous.

  1. Jusqu’à la dernière goutte

    Il existe deux catégories de personnes qui attendent la dernière minute pour aller faire le plein :

    • ceux qui ont du mal à la fin du mois,
    • et ceux qui veulent battre leur record des kilomètres fait avec un seul plein, au risque de devoir pousser la voiture sur les 200 dernières mètres.
  2. Vous ne passerez-pas !

    Vous vous faufilez in extremis dans les portes tournantes ou les portes qui se referment automatiquement, tel Indiana Jones risquant de se faire écraser en récupérant son chapeau fétiche au dernier moment.

  3. A la bourre

    Quand retentit la sonnerie du départ du train ou du métro, vous ne pouvez vous empêcher de courir et de sauter dans la rame pendant la fermeture des portes, au risque de vous fracturer le nez !

  4. Quand Monsieur curieux rencontre Monsieur gourmand

    Vous êtes toujours curieux de tout goûter. Vous choisissez systématiquement le plat de la carte que vous ne comprenez pas, et dont le nom est tout aussi imprononçable q’un volcan islandais ?! Quelqu’un mange devant vous un plat inconnu ? Ou on vous propose un restaurant d’une nationalité que vous n’avez jamais testé ? Vous êtes toujours partant pour faire de nouvelles expériences !

  5. Tous au cirque

     

    Vous aimez prendre des risques au quotidien. Même vider le lave-vaisselle devient un challenge : combien de verres allez-vous pouvoir prendre en un trajet ?!

    Et vous servir à boire devient un jeu : jusqu’où pourrez-vous remplir le verre sans le faire déborder et sans en renverser ?!

  6. Les raccourcis plus longs

    Ha, ce que j’ai pu me perdre dans les ruelles de Venise !

    Comment relier le point A au point B ? Il y a sûrment un meilleur chemin que celui que l’on vous a indiqué : à vous de le découvrir !

    Mais en traçant votre route, vous tomberez sur des sens interdits, des déviations, des travaux, des culs de sacs…

    Et jamais un raccourci n’aura été aussi long !

  7. Place à l’impro

    De la même manière que vous aimez découvrir de nouveaux sentiers, vous vous refusez à vivre toujours les mêmes choses aux mêmes heures, ou a planifier votre semaine avec la précision d’un horloger. Qu’allez-vous manger ce soir ? Mystère ! Que ferez vous ce week-end ? Ce qui vous fera envie !

  8. Déboussolés

    Vous aimez partir en randonnée « en mode débrouille » : une fois sur la route,  vous vous rendez compte que vous avez oublié, comme à chaque fois, de prendre une carte ou un GPS…

    Vous tentez quand-même l’aventure, quitte à vous retrouver perdu au milieu des bois… !

  9. Toujours partant

    Vous avez envie de bouger et de faire de nouvelles expériences ?

    Vous êtes toujours le premier à proposer les bons plans : un acrobranche, un laser-game, une descente de rivière… Tout est bon du moment que vous puissiez étancher votre soif de mouvement et de découverte !

Alors, c’est grave docteur ?

Alors, quel est votre score ? Partagez-le dans les commentaires, que l’on puisse voir qui est le plus atteint du « syndrôme de l’aventurier » !

Vous en voyez d’autres ? Laissez vos idées dans les commentaires. J’ajouterai les plus sympas dans l’article !

Commentaires

    • Effectivement, tu me sembles sérieusement atteint du syndrome de l’aventurier (je suis dans le même cas, car j’ai exactement le même score !). Et les voyages sont un bon remède … à moins qu’ils n’aggravent le mal ?!

  1. 8/9 Tout va bien !

    Par contre j’ai tendance à être parfois trop téméraire. Du style à partir en randonnée dans la montagne sans tenir compte de la météo dégueulasse.
    A ne pas écouter les péruviens qui me disent : « cuidado es peligroso » et à me prendre bêtement un coup de machette.
    A suivre n’importe quel mec sympa dans les coins reculés de Bogotá sans savoir où cela me mènera… Et j’en passe.

    Mais j’aime ça ! Cette petite adrénaline amène toujours à la même finalité : une grosse bouffée de ma molécule préférée : l’endorphine. ^^

    • Je reconnais le drogué d’adrénaline en toi !
      Je suis quand même moins extrême que toi, dans le sens ou si des locaux me disent : « non, c’est pas une bonne idée d’y aller pendant la saison des pluies, c’est dangereux, les routes sont pas praticables », je prends plusieurs avis … Jusqu’à en trouver au moins un qui est d’accord pour dire que c’est faisable !

      Dans le genre, je me suis retrouvée bloquée dans un bus de retour de Chachapoyas vers Chiclayo , à cause d’éboulement sur la route. Un trajet qui devait en durer 8h s’est éternisé et au final a duré 26h (sans boire ni manger … ni d’accès aux toilette !). Mais lors de mon dernier voyage au Pérou en janvier dernier, je me suis retenue de refaire la même chose et n’ai pas été visiter Choquequirao. J’y retournerai hors de la saison des pluies (bonne excuse aussi pour « devoir » aller au Pérou une fois de plus !).

      • En même temps, les plans galère, ça fait des souvenirs après ! C’est pas toujours très drôle quand ça nous tombe dessus mais je ne pense pas regretter un seul de ceux qui ont pu me tomber dessus.

      • Tout à fait d’accord ! D’ailleurs maintenant, avec l’expérience, je prends avec beaucoup plus de philosophie les petits coups durs des voyages, sachant que j’en rirai demain (ou un peu plus tard …) et que ça crée des souvenirs !

  2. Ah oui, définitivement aventurière… mais une aventurière qui fait attention. Et que de plaisir à se perdre, en effet, dans les rues de villes italiennes! 🙂

    • Faire de sa vie une aventure, toute une philosophie ! Et c’est vrai que je garde de très beaux souvenirs de ces dédales italiens … que je retrouverai d’ici quelques jours avec grand plaisir ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies pour récolter des informations de votre navigateur, et rendues anonymes, á des fins de statistiques via le service Google Analytics.