Troisième et dernière escale consacrée aux moustiques. Vous connaissez maintenant le mode opératoire du moustique et savez comment les éviter. Mais, malchance, vous vous êtes quand-même fait piquer ?

Heureusement, cet article répond à toutes vos questions : Que faire en cas de piqûre ? Pourquoi ça gratte ? Quelles sont les astuces pour soulager les démangeaisons ? Quels sont les dangers d’une piqûre de moustique ?

Plus ça me gratte, plus je gratte !

Commençons d’abord, paradoxalement, à parler de ce qu’il ne faut pas faire : se gratter. Tout le monde le sait… mais tout le monde continue !

Mais pourquoi se gratter soulage t-il la douleur ?

Le mécanisme qui se cache ici est identique à celui que l’on trouve lorsque l’on se cogne. Après un coup, nous avons tous l’irrépressible envie de soulager la douleur en poussant ou en frottant «pour faire partir le bobo». Mais pourquoi ?!

Dit simplement, l’information tirée des perceptions de l’action de se gratter vient court-circuiter l’information douloureuse d’inflammation due à la piqûre. C’est ainsi que pendant un court laps de temps, le cerveau ne reçoit plus le message d’alerte : la sensation d’inflammation et les démangeaisons disparaissent, pour réapparaître de plus belles par la suite.

Et plus ça me gratte, plus je gratte… et plus ça me gratte !

Qu’il y a-t-il derrière ce cercle vicieux ?

L’action mécanique de gratter active des terminaisons nerveuses et va libérer des molécules d’histamine (molécule responsable des démangeaisons de la peau). Celles-ci vont ainsi, à leur tour, entraîner des démangeaisons. Et c’est la boucle sans fin !

Ne pas succomber à la tentation

Résistez à l’envie de vous gratter : vous risquez  de laisser des bactéries traverser la peau et de causer une infection.

Comment réagir après une piqûre ?

La première chose à faire après s’être fait piqué est de laver la piqûre à l’eau et au savon. Essayez ensuite de garder la plaie propre et sèche.

Soulager les démangeaisons

Prendre un antihistaminique après une piqûre peut être une bonne option, particulièrement si vous êtes allergique ! De mon expérience, mieux vaut couper la réaction allergique au plus vite.

Les crèmes aux corticostéroïdes sont très efficaces contre les piqûres. Contrairement à celles qui contiennent des antidouleurs et anesthésiques, celles aux corticostéroïdes agissent à la fois sur les démangeaisons et le gonflement. Une ordonnance est parfois requise.

Pour traiter les rougeurs, un médicament anti-inflammatoire, comme l’ibuprofène, peut s’avérer très efficace.

Les astuces de grand-mères et de chamanes

Les grand-mères ont toujours mille et un conseils. Et pour les piqûres de moustiques, elles recommandent d’utiliser : du bicarbonate de soude mélangé avec de l’eau, en patte ou sur une compresse ; du vinaigre sur une compresse ; du savon de Marseille ; un sachet de thé mouillé ; un tissu imbibé d’eau brûlante ou, à l’inverse, un glaçon.

DSC02785Dans la jungle amazonienne, lorsque François s’est fait mordre par une araignée (bon, ce n’est pas un moustique, mais le résultat est assez similaire), notre guide a cherché une plante bien particulière pour frotter le plaie et en faire un pansement. Maintenant, difficile de dire si cela a eu de l’effet : il n’avait pas de main «contrôle» pour comparer, il a essayé en parallèle d’autres méthodes (antihistaminique), et n’a pas gardé le pansement aussi longtemps que préconisé par notre guide…

L’aloe vera est une plante aux nombreuses vertus, spécialement utilisée pour réduire l’enflure et les démangeaisons. J’ai eu l’occasion de tester son efficacité aux îles Galapagos après un très gros coup de soleil : le soulagement est immédiat (mais cela ne sent pas la rose…). Appliquer de l’aloe vera sur la piqûre ou la peau brûlée fait office de couche protectrice et accélère la guérison de la zone infectée.

Les dangers des moustiques

Plus dangereux que les requins, les serpents ou les chutes de noix de coco, j’ai nommé les moustiques ! Plusieurs millions de personnes meurent chaque année d’avoir été contaminées par un moustique. DSC04687

Considéré comme le plus important groupe de vecteurs d’agents pathogènes transmissibles à l’être humain, les moustiques transmettent des maladies comme le paludisme, la fièvre jaune, la dengue, le virus du Nil occidental, et différents types d’encéphalites.

Remarque

  • Les symptômes de ces maladies apparaissent le plus souvent quelques jours après la piqûre (3 à 14 jours après pour la dengue). Alors soyez attentifs aux signes (fièvre, douleur, vomissement…).
  • Les moustiques ne transmettent pas le sida !
  • Attention au réchauffement climatique. il étend les zones d’action des moustiques (premier cas de dengue en France en septembre 2010) !

Merci les moustiques !

Terminons sur une note positive : l’étude des moustiques à permis de créer de nouvelles aiguilles indolores, inspirées de la trompe du moustique.

Leur forme et taille ont été adaptées : elles sont devenues coniques (et non plus cylindriques), et ont été miniaturisées. Mais ce n’est pas tout : ces aiguilles sont équipées d’un ressort (qui favorise une meilleure pénétration) et d’une pompe, permettant dans un sens d’aspirer le sang, et dans l’autre d’administrer un vaccin.

Bonne nouvelle pour tous les achomophobes comme moi !

C’est la fin de cette 3ème et dernière escale spéciale moustiques

Que retenir ?

  • Que d’abord ça pique, ensuite ça gratte, et puis ça re-gratte derrière.
  • Que différentes solutions existent pour soigner et soulager les piqûres de moustiques et les démangeaisons qui les accompagnent : antihistaminique, corticostéroïde, ibuprofène, plantes et remèdes de grand-mères.
  • Que c’est pas la taille qui compte : un moustique est plus dangereux qu’un requin !

3 commentaires

  1. C’est vrai qu’on diabolise les requins, mais finalement ce sont bien les moustiques les animaux les plus dangereux sur Terre !

    Répondre
    • Tout à fait vrai ! Je pense que beaucoup ont été traumatisés par « Les dents de la mer » ! Mais, en même temps, faire un film d’horreur sur les moustiques serait peut-être moins impressionnant … Quoique ! 😉

      Répondre
  2. Vraiment très intéressant! En Polynésie, nous avons quand même pas mal de maladies transmises par les moustiques : zika, chikungunya, la dengue et la filariose. Le meilleur moyen de se protéger de ces maladies est, comme tu le développes dans tes précédents articles, de se protéger des piqûres. Et puis en cas de fièvre, il faut consulter assez rapidement un médecin.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest