Qu’il est bon de rêver à ses futurs voyages affalés dans son canapé ! Certains pays occupent l’entièreté de mon cerveau avant un Grand Départ : je me retrouve obnubilée par la future destination… Et ce fut totalement le cas avant mon premier voyage au Japon !

Je pense Japon, je mange Japon (sushi !), je dors Japon, je parle Japon (konichiwa !), je chante Japon (mieux vaut ne pas m’entendre)… et je regarde Japon !

Le moment « film du soir » devient alors l’occasion de revisiter certains classiques et de faire de nouvelles découvertes cinématographiques. Après plusieurs semaines de travail acharné à regarder films et mangas, voici ma sélection de films japonais à voir avant de partir voyager au Japon !

Voir des films en japonais ?

Il y a des langues qui nous attirent plus que d’autres sans que l’on puisse toujours expliquer pourquoi. La chaleur de l’une, le rythme de l’autre… Mon père me disait que chaque langue est une musique, et que tant que l’on n’en a pas compris la mélodie, on ne peut pas l’aimer. Et pour parler une langue, il faut l’aimer.

Et la langue japonaise, je l’aime !

Je la trouve si belle, si chantante, si expressive ! Je prends plaisir à regarder des films et animés japonais en version originale : la langue japonaise, au-delà du sentiment d’immersion, vient procurer une dimension supplémentaire à l’expérience cinématographique !

Faites le test avec un dessin animé de votre enfance (vous avez surement déjà vu au moins un épisode d’une série d’animé japonais) : regardez-en un extrait en français, puis en japonais. Ce ne sera pas la même expérience !

Departure (©Yōjirō Takita)

5 Films japonais à voir avant de partir au Japon

Parce que le cinéma japonais ne se limite pas à Godzilla, voici quelques films à (re) découvrir pour ceux qui souhaitent s’immerger dans l’univers japonais le temps d’une heure ou deux…

Remarque

Je n’aime pas les films d’horreur ou d’épouvante, vous n’en trouverez donc pas dans ce classement. Mais en vrac, si vous ne les connaissez pas encore et que ce style cinématographique vous plait, je peux vous conseiller deux films que j’ai vus : Ring (1998) et The Gruge (2004).

  1. Les 7 samouraïs

    Je ne pouvais pas vous parler de films japonais sans commencer par celui-ci. Parce que c’est sans doute le premier film japonais que j’ai vu. Parce que c’est un film culte d’un réalisateur culte… voire le meilleur film de ce réalisateur pour certains.

    Ce réalisateur ? Akira Kurosawa. Vous le connaissez surement au moins de nom… Dans ses films les plus connus, on retrouve également « La Foreteresse cachée », « Barberousse » ou encore « Dodes’kaden ».

    Les 7 Samourais, c’est François qui a tenu à me le faire découvrir. Lui qui, dans son adolescence, est passé par une phase « vieux films japonnais »… Cette découverte m’a beaucoup marquée. Un film qui nous transporte dans le temps et l’espace : le Japon médiéval, représenté dans un film en noir et blanc datant de 1954… Toute une aventure !

    Synopsis

    Le film nous plonge dans un petit village, régulièrement attaqué par des bandits. Le village décide donc d’engager 7 samouraïs pour les défendre… Mais les samouraïs présentés dans le film ne sont pas ces héros valeureux que l’on s’imagine : ce sont aussi des « bad guys ». On est bien loin du schéma classique des gentils contre les méchants, mais bien dans un embruglio où la morale passe après la bourse…

    Remarque : finalement, ce ne sont pas des samouraïs que Kurosawa met en scène dans ce film, mais bien des « roōnin » : des samouraïs sans maitre.

    film, japonais, japon, cinéma, animé
    Les 7 samouraïs (© Tōhō)

    Pourquoi voir Les 7 samouraïs ?

    Ce qui est amusant dans l’héritage de ce film, c’est que les 7 samouraïs s’est inspiré de l’univers des films westerns… pour devenir lui-même une inspiration pour un des Westerns les plus connus : « Les 7 mercenaires ». La boucle est bouclée !

    Mais ce n’est pas la seule trace qu‘a laissée ce film : on retrouve son influence dans de nombreux films comme 1001 pattes, Star Wars et plusieurs œuvres de Steven Spielberg.

    Ce film, surtout pour un film de cette époque, est très complexe dans son scénario et traitement des personnages. Il offre une analyse des profondeurs de l’âme humaine rare (voire inexistante) à cette époque. Ce film fait partie de l’histoire du Japon, mais aussi de l’histoire du cinéma mondial. Il est considéré par beaucoup comme un des meilleurs films japonais et un des meilleurs films d’action de l’histoire du cinéma.

    Remarque : c’est un très long film (207 minutes pour la version intégrale). J’ai vu sur le web un passionné de cinéma dire :

    « Si je trouve une femme capable de regarder la version intégrale des 7 Samouraïs jusqu’au bout et sans s’embêter : je lui offre une bague ! »

  2. Departures

    Synopsis

    Violoncelliste professionnel de talent, Daigo Kobayashi voit ses rêves brisés le jour où l’orchestre dans lequel il jouait depuis des années à Tokyo se dissout. La tête basse et l’esprit noir, il retourne dans sa province rurale natale, dans le nord du pays, à Yamagata. À la recherche d’un emploi, il répond à une annonce pour ce qu’il pensait être une agence de voyages. Mais cette « aide au départ » l’emmène dans un monde bien différent, celui des pompes funèbres. Peu à peu, il va dépasser ses aprioris et les tabous autour de la mort pour s’initier aux complexes rites funéraires, avec patience et poésie…

    film, japonais, japon, cinéma, animé
    Departures (©Yōjirō Takita)

    Pourquoi voir Departures

    Récompensé par l’Oscar du meilleur film étranger en 2009, ce film que j’ai découvert il y a déjà quelques années m’avait beaucoup marquée. Par sa poésie. Par sa différence. Car ce n’est pas le genre de film que l’on voit tous les jours…

    Intéressant aussi pour le voyage qu’il nous invite à faire, au milieu des paysages hivernaux d’une province japonaise, mais aussi ce voyage dans le monde des funérailles, avec ses tabous et ses rites. Un film humaniste et lumineux.

    Là où certains reprochent à Departures une certaine lenteur et une trop grande longueur, j’y vois quant à moi de la poésie, de la sobriété et le cachet du rythme de vie (et du cinéma) japonais.

    Et pour ceux qui veulent creuser un peu plus loin, je vous invite à regarder la revue proposée par Nath (de la chaine YouTube « Nath & Alice in the morning »).

    Regardez jusqu’au bout : Nath nous donne d’autres conseils de films japonais à découvrir (pour vous donner encore plus d’idée !).

  3. L’été de Kikujiro

    Synopsis

    C’est l’été et Masao, petit garçon de 9 ans vivant seul avec sa grand-mère, s’ennuie… et s’ennuie de sa mère, qui est loin de lui. Sur sa route pour aller la retrouver, il croise Kikujiro (joué par Kitano, le réalisateur), yakuza solitaire dans la quarantaine, adulte irresponsable, qui décide de l’accompagner. Ce duo improbable nous emmène dans un « roadmovie » à travers la campagne japonaise avec des scènes touchantes et cocasses, toujours teintées d’humour.

    L’été de Kikujuro est un film à part dans la filmographie de Kitano : c’est sans doute l’un des plus accessibles, ses autres autres films baignant dans l’univers sombre des yakuzas.

    film, japonais, japon, cinéma, animé
    L’été de Kikujiro (©Takeshi Kitano)

    Pourquoi voir L’été de Kikujiro

    Pour sa fraicheur d’abord. Cela sent bon l’été, l’herbe fraiche et les doux rayons de soleil… Pour la musique aussi, qui reste en tête comme une incitation à la légèreté. Une ambiance joyeuse communicative.

    Ce conte initiatique, à la fois léger dans sa réalisation et lourd dans ses propos, nous fait découvrir la campagne japonaise. Des paysages qui accentuent encore le côté poétique et émouvant du film. Et puis, et puis… l’humour japonais à la sauce Kitano, cela vaut le détour !

  4. The taste of tea

    Synopsis

    Une maison de campagne perchée dans les montagnes, près de Tokyo. Une famille. Celle des Haruno.

    Yoshiko, la mère : désirant retrouver sa vie professionnelle délaissée les dernières années pour s’occuper de ses enfants.

    Nobuo, le père : thérapeute pratiquant l’hypnose, même en famille.

    Hajime, le fils : lycéen timide en recherche d’affection d’une de ses nouvelles camarades de classe.

    Sachiko, la fille : huit ans, pleine d’imagination et de rêves éveillés peuplés de son double géant.

    Mais aussi : l’oncle flegmatique, Ayano, et l’excentrique grand-père, dessinateur de manga…

    Ce film japonais réalisé par Katsuhito Ishii sorti en 2004 nous plonge dans l’univers d’une famille moderne avec simplicité, authenticité… et magie !

    film, japonais, japon, cinéma, animé
    The Taste of Tea (©Katsuhito Ishii)

    Pourquoi voir The taste of Tea 

    Cette chronique familiale illustrant le quotidien banal d’une famille dans une petite ville japonaise n’a pourtant rien de banal : impossible de résumer ce film ! C’est une histoire qui se vit, qui se partage. On sautille d’une saynète à l’autre, enchainant ces moments uniques et inégaux qui forment le cours d’une vie. Tantôt sobres et sérieux, tantôt grotesques et drôles.

    À travers ce quotidien, nous découvrons un décor de village japonais niché dans la montagne ainsi qu’une certaine manière de vivre japonaise, ponctuée par des traits culturels d’hier et d’aujourd’hui : le jeu de go, les cosplays, les mangas, les musiques, les repas…

    Ce portrait familial est aussi profondément touchant : derrière les liens et les moments partagés, il y a cette solitude existentielle que nous portons tous… L’on en ressort avec un certain regard attendri sur la vie et l’envie d’oser. Oser profiter. Oser aller de l’avant. Oser pour ne rien regretter. Un gout de douceur, de folie et de mélancolie tout à la fois. Un thé savoureux !

  5. Lost in Translation

    Synopsis

    Film américano-japonais sorti en 2003, cette comédie dramatique de Sofia Coppoloa nous enferme dans un hôtel de luxe de Tokyo avec deux étrangers perdus dans leur vie. Des étrangers en décalage. Des étrangers fatigués de chercher à s’intégrer, à comprendre, à interpréter, à s’adapter… au Japon, mais aussi et surtout à leur propre vie, qui semble avancer sans eux.

    On suit Bob Harris (Bill Murray), acteur américain en plein calvaire, souriant sur demande pour tourner un spot publicitaire à Tokyo tout en se sentant profondément déchiré, loin de sa famille qui continue à vivre sans lui. Loin également de sa belle carrière qui se trouve derrière lui.

    Dans son grand hôtel, il rencontre Charlotte (Scarlett Johansson), jeune Américaine tout juste diplômée en philosophie qui accompagne son mari photographe de mode, plus intéressé par son travail que par sa vie de couple. Délaissée, Charlotte semble perdue face à la vue plongeante sur les buildings de Tokyo depuis sa chambre d’hôtel. Perdue face à cette vie vide de sens et d’intérêt…

    film, japonais, japon, cinéma, animé
    Lost in Translation (©American Zoetrope)

    Pourquoi voir Lost in Translation

    Pour ceux que le cinéma japonais rebute, il y a aussi des films américains au Japon… comme Lost in translation.

    Un grand classique que j’avais vu une première fois il y a des années… et qui ne m’avait pas particulièrement marquée, je l’avoue. Je l’ai revu avant de partir au Japon, avec un autre regard. Un regard curieux, se nourrissant des moindres détails des décors dans lesquels évoluaient les personnages. La gare de Kyoto, les temples, les rues brillantes d’écrans publicitaires, les grandes tours de verre… Il parait qu’il faut le voir aussi en revenant du Japon, pour y repérer toutes les incongruités (particulièrement dans le passage d’un quartier à l’autre de la ville).

    Ce film offre un regard intéressant sur deux étrangers perdus, et doublement perdus : face à une culture étrangère et face à leur vie qui semble leur échapper. Ce sentiment de perte de repères en communs, Charlotte et Bob nouent un lien particulier. Celui de deux naufragés à la recherche d’une bouée ou d’un coin de terre au milieu de l’océan. En plus du décor japonais, on regarde ce film pour son traitement des thématiques comme la solitude, le malêtre et, bien sûr, le choc culturel.

    Un autre film américain pour avoir une première approche du Japon : Babel (sorti en 2006, avec entre autres Brad Pitt).

À voir également

Des films japonais, il en existe des dizaines de centaines ! Impossible de les voir tous et de vous parler de tous ceux que j’ai vus. En bref, on peut aussi citer :

  • Battle Royale (Kinji Fukasaku, 2000) : un film qui a marqué à sa sortie, par sa violence, mais aussi et surtout par son positionnement sur l’anticipation provocante : l’action se situe dans un futur où des jeunes sont sélectionné chaque année pour participer à une « Bataille Royale » et s’entretuer jusqu’à ce qui n’en reste plus qu’un (on pourrait dire un « Hunger Games » japonais sur le concept, même si l’histoire est bien différente).
  • Nobody Knows (Hirokazu Kore-Eda – 2003) : un film assez dur par sa thématique qui nous plonge dans le quotidien d’une famille monoparentale avec une mère qui, peu à peu, reconstruit sa vie en s’absentant de plus en plus souvent et laissant ses enfants livrés à eux-mêmes.
  • Fruits of Faith (titre original : Miracle Apples – « Kiseki no Ringo »; Yoshihiro Nakamura – 2013) : un film que j’ai découvert dans l’avion me menant vers Tokyo. On y suit un homme curieux de comprendre le fonctionnement de tout ce qu’il touche devenir cultivateur de pommes, un peu malgré lui. Mais sa vie devient un véritable défi lorsqu’il décide de passer à l’agriculture biologique. Un récit riche en émotions à travers duquel on retrouve le style de vie du Japon, son contraste ville/campagne, ses valeurs familiales… et ses magnifiques paysages de montagne verdoyante.
  • Les délices de Tokyo (Naomi Kawase, 2015) : j’ai débuté la lecture du livre dans l’avion vers Tokyo et je me réserve le film pour après le voyage… Je vous dirai ce que j’en ai pensé !

Bonus : Vidéo du Fossoyeur de films sur « Battle Royale 2 »

Je vous ai parlé rapidement de Battle Royal, film considéré comme culte… mais il existe une suite : « Battle Royale 2 ». Avant de vous lancer dans cette saga, jetez un œil à la vidéo du talentueux Fossoyeur de films qui réalise des critiques et analyses cinématographiques extrêmement bien faites.

Avant de partir au Japon : entre mythes et fantasmes !

Comme vous vous en doutez, j’étais plus qu’impatiente de décoller pour le Japon et je n’ai rien trouvé de mieux, pour noyer ma soif de Japon, que de plonger dans les univers cinématographiques japonais. Une première approche des paysages et de la culture de ce pays qui intrigue et fascine tant de voyageurs !

À suivre : les animés et les vidéos YouTube à voir avant de partir en voyage au Japon…

Et vous, avez-vous des films à nous conseiller ? Partagez-les dans les commentaires !

9 commentaires

  1. Ah ah ! J’ai commencé par Lost in Translation la semaine dernière ! 😉

    Répondre
    • Bon début Sy 😉 C’est sans doute le plus classique et abordable pour se mettre dans le thème avant de découvrir le cinéma japonais.
      N’hésites pas à nous dire ce que tu auras pensé des autres films si tu les regardes 🙂

      Répondre
  2. Ouf ! J’en ai vu deux dans la liste 🙂

    Répondre
    • Pas mal Wendy 🙂 Lesquels ? Tu as aimé ?
      Si tu as d’autres films en tête, n’hésite pas à partager tes idées !

      Répondre
      • Departures et Lost in Translation bien sûr 🙂 j’au beaucoup aimé. J’aime bien les film avec des samouraïs aussi. Il faut que je recherche, les noms ne me viennent plus en tête.

  3. Je fais comme toi, mais j’essaie aussi à me trouver des livres. « La joueuse de Go » de Shan Sa et « Une odeur de gingembre » d’Oswald Wyne donnent une approche.
    Un autre film japonais sublime : « Le Conte de la princesse Kaguya » de Isao Takahata.

    Répondre
    • Merci Brigit pour ton message. J’aime aussi lire des romans avant un voyage (comme « Les délices de Tokyo » que j’ai commencé à lire en partant au Japon ^^).
      Et merci pour tes conseils; j’ai vu « Le conte de la princesse Kaguya », que je classe plutôt dans les animés… et les animés à voir avant de partir au Japon, j’en parlerai dans un prochain article 😉

      Répondre
  4. Je rajouterais le magnifique film moins connu: Cherrys blossoms <3

    Répondre
    • Merci beaucoup Julie pour ta suggestion ! Je l’ajoute de ce pas dans ma liste de films à voir !!!
      Cela m’aidera à mon combler mon manque du Japon… ou pas ! 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest